Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44VariasLa « société de l’information » :...

Varias

La « société de l’information » : entre résurgence et oubli d’un concept cybernétique

The “Information Society”: between resurgence and neglect of a cybernetic concept
Imane Sefiane
p. 151-164

Résumés

La révolution technologique de l’internet a remis au goût du jour la pensée héritée de Norbert Wiener d’une société de l’information. Ses origines cybernétiques sont abordées comme allant de soi sans vraiment être questionnées. Cet article entend contribuer à corriger ce manquement. Il s’agira d’interroger l’idéalité de la société de l’information comme projet philosophique afin de la confronter aux fondements des discours programmatiques des années 2000. L’objectif étant de comprendre sur quoi se basent à la fois la résurgence et l’oubli de ce concept qui originellement imposait une réflexion vigilante pour un progrès d’abord humain.

Haut de page

Texte intégral

1Pour Norbert Wiener, « Vivre efficacement, c’est vivre avec une information adéquate » (Wiener, 1962 : 19). Il a travaillé à la prise de conscience de l’importance de l’information dans la vie des hommes. Sous sa plume, elle devient un besoin par lequel on parvient à « s’adapter aux contingences du milieu ambiant » (ibid.). Le père de la cybernétique a été le premier à avoir envisagé une société où l’information jouerait un rôle déterminant. Plus de soixante ans après la publication de Cybernétique et société (Wiener, 1962), à l’ère des NTIC, le message de Wiener prend une résonnance particulière. La société de l’information n’est plus un rêve. Nous vivons bien à l’ère de machines informationnelles régissant et structurant notre société. La profusion de nouvelles technologies toujours plus performantes, la rapidité des transformations qu’elles génèrent, et les prodigieuses possibilités qu’elles permettent dans différents domaines de l’activité humaine ne sont plus à démontrer. Mais la réalité de la société de l’information est aussi discursive. Quinze ans de discours pamphlétaires, apologétiques ou commentaires en tous genres. Ce syntagme, caractérisé comme le dit Yves Jeanneret par un « flou sémantique » (Jeanneret, 2005 : 65), rend les analystes de plus en plus méfiants. La critique n’est pas encore parvenue à une définition qui fasse consensus. Et si la « société de l’information », par la diversité de ses emplois et la saturation des fortes connotations qui lui sont greffées, ne semble plus signifier grand-chose, c’est parce que le concept a été affaibli par le charivari qui l’entoure. Cet « affaiblissement » dont parle aussi Claude Baltz interroge la « pertinence » de ce terme (Baltz, 2012). Considérer la société de l’information, plus seulement sous le prisme de sa réalité empirique ou de son versant idéologique, pour revenir à ses fondements conceptuels, est nécessaire. Cette démarche interroge dans son intemporalité et dans son intentionnalité la société de l’information en tant qu’entité abstraite, en tant que projet philosophique. Face à l’ampleur et à la complexité des changements provoqués par la révolution numérique, l’exigence d’une approche pluridisciplinaire s’impose. Nos Sciences de l’Information et de la Communication ont intérêt à élargir leurs perspectives au sein du champ des sciences humaines et sociales pour répondre aux défis futurs. Aussi, alors que les machines informationnelles ont envahi notre quotidien, alors qu’aujourd’hui plus que jamais est envisagée la valeur de l’information, s’interroger sur l’effectivité de la réalisation informationnelle de la société c’est se demander si la révolution informationnelle n’est pas seulement une révolution des machines. A trop vouloir se concentrer sur le potentiel économique des technologies, la société du XXIe siècle n’a-t-elle pas loupé le coche de sa réalisation cybernétique pour un progrès d’abord humain ?

2Nous proposons, dans le cadre forcément restreint de cet article, de revenir sur deux moments clés de l’histoire conceptuelle de la société de l’information :

1947-1950 : la formation du concept par Wiener dans Cybernétique et société
2003-2005 : l’application du concept au moment du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI Genève-Tunis) (ITU, 2003, 2005).

3La première phase nous fait remonter aux origines de l’idée même de « société de l’information », c’est-à-dire à l’élaboration du concept par Wiener. La seconde renvoie à l’expression de la volonté politique transnationale d’édifier la société de l’information lors d’un sommet mondial. Au début des années 2000, alors que la population mondiale se familiarise avec Internet, ce sommet, qui s’est tenu en deux temps (Genève 2003, Tunis 2005), signe l’officialisation d’une nouvelle société fondée sur la circulation de l’information à la fois plus démocratique et plus prospère. De ce point de vue là, nous pouvons considérer le SMSI comme un tournant de l’histoire de l’information en cela qu’il semble concrétiser l’idée originelle de Wiener.

4Par la confrontation de ces moments discursifs décisifs, nous tenterons d’en interroger les permanences et les évolutions afin de capter ce qui perdure et ce qui a été oublié de l’héritage cybernétique dans notre conception d’une société dite de l’information. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à ce qui semble être la constante de ces discours informationnels, à savoir une même focalisation sur le progrès technique. Puis nous verrons que pour saisir l’origine de la pensée d’une société de l’information, il convient de reconsidérer cette dialectique dans sa complexité (au-delà de la projection cybernétique d’un futur des machines), pour retrouver les fondements oubliés du concept d’« information » posant les jalons d’une éthique de la responsabilité exhortant l’exigence d’une conduite raisonnée (et non automatique) des actions humaines.

Un discours planétaire de célébration du progrès technologique

La construction cybernétique de la notion d’information

5La construction de l’information scientifique dans les années 50 marque le début d’une nouvelle histoire. Cette histoire ne commence pas par un discours, mais un schéma. Il s’agit du fameux schéma de Claude Shannon (Emetteur – Canal – Récepteur) faisant de la communication un processus linéaire. L’information est alors perçue comme une grandeur physique exposée aux éventuels parasites de son environnement. Ces risques de nuisances s’appellent « entropie », à comprendre plus généralement comme la tendance des choses à la désorganisation. L’information renvoie, à l’inverse de l’entropie, au niveau d’organisation d’un système. La solution trouvée à ce problème de thermodynamique est mathématique. L’idée mise en avant par Claude Shannon, ingénieur des Laboratoires Bell, est de quantifier l’information, c’est-à-dire de compter le nombre de signaux contenus dans un message avant et après la transmission afin de vérifier que rien n’a été perdu en route et de s’assurer ainsi de sa fiabilité. Tel un gage de qualité de la transmission, la mathématisation permet de garantir la « force informationnelle » des messages. Seulement cette conception linéaire du processus de communication, d’un émetteur vers un récepteur par le biais d’un canal, ne tarde pas à montrer ses limites. Norbert Wiener met en avant l’incomplétude de ce schéma pour rendre compte vraiment de la complexité des processus communicationnels.

6En 1948, il élabore la cybernétique perçue d’abord comme la complexification de la notion d’information. Définie le plus souvent comme « la science des systèmes », une science dont l’objet est relatif au traitement et au contrôle de l’information chez l’homme ou la machine, la cybernétique fournit à la théorie mathématique de l’information le concept qui lui manque. Il s’agit du fameux feedback ou rétroaction. Cela permet de souligner l’idée de communication comme « processus complexe ». La complexité systémique de l’information, qui implique la difficulté à occulter les aspects sociaux et psychologiques (c’est-à-dire humains) des processus de communication, s’impose donc avec la cybernétique : « Le processus consistant à recevoir et à utiliser l’information est le processus que nous suivons pour nous adapter aux contingences du milieu ambiant et vivre dans ce milieu. Les besoins et la complexité de la vie moderne rendent plus nécessaire que jamais ce processus d’information » (Wiener, 1962 : 19). Norbert Wiener définit l’information comme le « contenu de ce qui échangé avec le monde extérieur » (ibid.). Mesure d’organisation, l’information n’est rien d’autre que ce qui permet à l’homme de vivre dans un environnement fatalement voué au chaos. Plus cet environnement se complexifie, plus le besoin d’information est vital. C’est ainsi, écrit le mathématicien dans Cybernétique et société, que « notre presse, nos musées, nos laboratoires scientifiques, nos universités, nos bibliothèques et nos manuels, sont obligés de satisfaire les besoins de ce processus, ou, sinon n’atteignent pas leur but » (ibid.). Comme ont pu le montrer notamment Jerôme Ségal et Mathieu Triclot (Segal, 2003) (Triclot, 2008), de nombreux acteurs issus de différentes branches du savoir ont marqué l’histoire de l’information scientifique. Assurément, par le rôle fédérateur et pédagogique qu’il a joué, le père de la cybernétique y tient une place à part. En effet, avec Cybernétique et Société, Norbert Wiener éclipse le schéma de Claude Shannon et donne à l’information une autre dimension. Il en fait une réflexion sur la complexité du monde moderne, et le fondement d’un discours nouveau sur « la vie » de l’homme.

Un discours de vie à vocation inclusive

7La discursivité de l’information se fait non seulement par l’exploitation du thème de la vie, mais aussi par la visée inclusive du message. Contrairement aux précédentes publications sur le sujet, Cybernétique et société se définit comme un texte populaire. Le champ d’application de la cybernétique s’élargit au-delà du cadre scientifique. Car en soutenant que la société ne peut être appréhendée que par l’étude de ses messages (Wiener, 1962 : 17), Norbert Wiener donne « naturellement » à la cybernétique, explique Xavier Guchet, « un droit de s’appliquer aux faits sociaux » (Guchet, 2010 : 68). D’emblée le positionnement de l’auteur paraît ambigu. Il se présente comme l’apôtre d’une « nouvelle ère » qui se trouve être « bien plus que la fin d’un siècle » puisqu’il s’agit d’une « cassure nette », une « révolution » à envisager comme « un véritable bouleversement dans nos conceptions du monde » (Wiener, 1962 : 5). Cette rupture qu’il appelle « modernité » se caractérise par l’acceptation du hasard dans la science, et, de fait, d’une part de contingence inhérente aux choses de la vie. Ainsi donc, d’un point de vue technique, l’information permet de maintenir l’homéostasie des systèmes. D’un point philosophique, l’information permet de réfléchir aux « changements substantiels » en train de se produire, et plus généralement, à l’« attitude à l’égard de la vie » (Wiener, 1962 : 11).

  • 1 Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes focalisée sur les déclarations officielles du Sommet (...)

8Cette ligne discursive tracée par Wiener, qui consiste à faire de l’information un élément essentiel pour affronter le futur, se retrouve encore (plus de cinquante ans plus tard) bien visible dans les discours programmatiques censés « construire » la société de l’information1. Bernard Miège nous rappelle que depuis la « relance du syntagme au début des années 90 », se sont surtout les Nations Unies qui se sont faites « les porteurs » de la société de l’information (Miège, 2008). Assimilable à l’âge des Grandes Découvertes, l’âge informationnel est perçu comme la rencontre du monde avec lui-même. C’est pourquoi le discours informationnel est caractérisé par ses prétentions planétaires. Sa dimension inclusive est fondée sur le principe d’égalité ; étant entendu que personne ne devrait être exclu d’un bien essentiel à l’homme. Aussi, insiste-t-on dans les déclarations de Genève et de Tunis sur l’importance de « promouvoir l’utilisation de l’information » afin de faire progresser « tous les êtres humains » (ITU, 2003, 2005). En approuvant la tenue du Sommet Mondial sur la Société de l’Information en présence de 175 pays, de nombreux chefs d’Etat et de Gouvernement, de représentants d’organisations internationales, du secteur privé et de la Société civile, l’Assemblée générale des Nations Unies a permis de faire entendre la voix des « représentants de tous les peuples du monde » dans des discours fondateurs faisant de l’information « la base du progrès » (ITU, 2003, 2005). On retiendra surtout que la réalisation de la société de l’information passe par la réduction de la fracture numérique. Et c’est précisément parce que la société de l’information se veut inclusive que la lutte contre les disparités d’équipement, de connexion et de compétences en matière de technologies de l’information constitue un leitmotiv de ces textes.

Un discours sur les machines

9Si l’on s’en tient à l’imaginaire collectif nourri principalement par la science fiction, l’héritage cybernétique serait surtout réductible à la robotique et à tout ce qui a trait à la machine programmable. Depuis le nouveau millénaire et l’explosion des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), on assiste à une recrudescence des thématiques cybernétiques. Après avoir subitement disparu dans les années 60, la cybernétique de Wiener est de nouveau évoquée. A l’ère de la société dite de l’information, la résurgence de cette science éphémère semble se produire. En d’autres termes, l’informatisation de la société, qui se manifeste par une augmentation des ordinateurs et des flux informationnels, est donc à l’origine de la renaissance cybernétique. En fait, ce regain d’intérêt s’explique surtout par le rôle crucial que joue désormais la machine intelligente dans notre société actuelle. Comme le dit Armand Mattelart, « chaque fois que nous allumons un ordinateur, nous sommes les héritiers de Wiener et des cybernéticiens » (Mattelart, 1999). De ce point de vue, l’ordinateur constitue le leg principal de la cybernétique, et l’informatique, l’actualisation du discours de Wiener. Ce qui semble subsister du message de Norbert Wiener c’est sa vision d’un futur technologique. Effectivement, on retrouve explicitement exprimée dans Cybernétique et société la certitude selon laquelle l’homme va devoir composer avec les machines pour affronter la complexité des temps nouveaux (Wiener, 1962). Norbert Wiener loue la rapidité, la précision et l’autonomie de ces calculateurs performants, rendant inutile toute intervention humaine dans les travaux computationnels (ibid.).

10De la même manière, les discours programmatiques reprennent ce couplet de l’imminence de l’ère des technologies de l’information et de la communication. D’autre part, dans les déclarations officielles considérées, on remarque la mise en évidence de l’idée selon laquelle les TIC sont des « bienfaits » à vocation « universelle » dont dépend la « confiance en l’avenir ». Le message véhiculé tend à inciter les citoyens à « s’équiper » de ces nouvelles techniques afin de ne pas être « exclus » ou marginalisés et « participer » à la société de l’information (ITU, 2003, 2005). Cette rhétorique que l’on pourrait qualifier de « promotionnelle », qui fait des TIC « des outils efficaces » indispensables pour affronter la complexité des défis futurs, semble perpétuer celle des cybernéticiens et de Wiener lorsqu’ils décrivent avec enthousiasme le potentiel des machines.

11Ainsi donc, la cybernétique se présente comme ayant ouvert la voie aux discours de l’âge informationnel. Pourtant, s’il est vrai que la dimension prédictive annonciatrice du temps des machines existe bel et bien dans les discours de Wiener, elle ne saurait constituer à elle seule l’essence de l’apport théorique de la cybernétique. Souvent opéré, ce réductionnisme mène à de trop nombreuses illusions sur la société de l’information. En fin de compte, il convient d’affronter le particularisme du discours de Wiener qui fait entendre un double son de cloche, faisant osciller l’annonce de l’ère informationnelle entre enthousiasme et inquiétude.

Une éthique de la responsabilité pour une gouvernance raisonnable

La dualité conceptuelle de l’information

12S’il est vrai que l’intérêt, la focalisation, voire la fascination des cybernéticiens pour les machines a bien souvent été soulignée par la science ou la science fiction, il est primordial de rappeler qu’il y a un autre versant à l’information cybernétique. André Belleau parle de « dualité » caractéristique de l’œuvre de Norbert Wiener (Belleau, 1967 : 45).

  • 2 En référence au titre du mémoire de thèse que nous avons consacré à la question (Sefiane, 2012).

13Effectivement, à côté de l’enthousiasme qui se dégage des tirades sur le potentiel des machines, subsiste une certaine gravité qui donne toute sa force à un discours de prévention sur la nécessité d’un usage raisonné des outils. L’énonciation cybernétique de la société de l’information n’est donc pas réductible à une apologie du progrès (Sefiane, 2012)2, elle s’accompagne d’une dramatisation du discours traduisant l’inquiétude de Norbert Wiener sur les conséquences sociales et humaines de ces avancées techniques dont il est pourtant l’un des principaux artisans. Car ce qui semble avoir été oublié de l’héritage de Wiener, c’est le souhait d’une société de la responsabilité centrée sur l’homme et non pas sur les machines, les facilités ou les profits qu’elles peuvent apporter. Deux tonalités semblent donc s’opposer.

14La première fait entendre que les machines informationnelles sont notre futur : « les messages entre l’homme et les machines, entre les machines et l’homme, et entre la machine et la machine sont appelés à jouer un rôle sans cesse croissant » (Wiener, 1962 : 17).

15La seconde sonne l’alerte du danger qu’elles peuvent engendrer : « pour qui n’en a pas conscience, transférer sa responsabilité à la machine... C’est lancer sa responsabilité au vent et la voir revenir portée par la tempête » (Wiener, 1962 : 234).

16Bien souvent, cette dualité a contribué à brouiller le message cybernétique. En réalité, loin d’être une contradiction, cette ambivalence rend plutôt compte de la complexité de l’information cybernétique. En tant que donnée rationnelle, l’information est effectivement source de progrès. Mais ce progrès peut constituer à la fois un remède et un mal. En effet, Wiener rappelle que l’information est à l’origine de machines de plus en plus élaborées utilisées par exemple dans le milieu médical pour améliorer le quotidien des malades en compensant leurs déficiences. Mais en même temps, le pessimisme de Wiener (que l’on retrouve autrement dans l’expression de sa crainte obsessionnelle du chaos entropique), lui fait garder à l’esprit le risque permanent d’une utilisation malveillante du progrès informationnel. L’information est donc censée prévenir l’entropie en créant des « enclaves de vie » et garantir par là même l’homéostasie des systèmes, y compris la société. Mais pour cela, encore faut-il être sûr d’un usage raisonnable de celle-ci...

17C’est pourquoi il tenait tant à ce que les savants aient une connaissance de la « nature humaine ». En ce qui le concerne, les mythes, les contes, les légendes et tout ce qui a trait à la pensée magique lui ont permis d’apprendre beaucoup sur « les vérités les plus simples et les plus claires de la vie » (Wiener, 1962 : 232). En évoquant Prométhée, le voleur de feu de la mythologie grecque, il attire notre attention sur le sort funeste qui attend tous ceux qui, obnubilés par le sentiment de puissance que leur procure l’objet, font un usage des techniques déraisonné et arrogant. Ceux-là, dit Wiener, sont dénués de tout « sens du tragique » qui permet à l’homme de réfléchir aux conséquences de ses décisions. Ainsi, le message cybernétique tout entier est contenu dans la notion d’« usage » car, comme le dit Wiener explicitement, « le danger social de la machine ne tient pas à la machine elle-même mais à l’usage que l’homme en fait » (Wiener, 1962 : 231). Aussi performant soit-il, un appareil reste impuissant à lui-seul, les problèmes adviennent lorsque « nous le laissons nous guider sans avoir examiné auparavant les lois de son action et sans savoir pleinement que les principes de sa conduite nous sont acceptables » (Wiener, 1962 : 234).

Une dualité à l’origine d’interprétations contrastées

18Très peu commentée, la dualité de la cybernétique est pourtant à la source de diverses interprétations contrastées. En effet, une partie des analyses fait planer sur la cybernétique un soupçon d’antihumanisme à cause notamment de nombreux parallèles que dresse Wiener entre l’homme et la machine. Sans entrer dans les détails de ce débat, il nous apparaît que le questionnement devrait davantage porter sur la nature du discours en lui-même.

19A regarder de plus près, on constate que Norbert Wiener ne cache rien de ses intentions. Il explique que son entreprise cybernétique a une double intelligibilité : « Aussi les chapitres qui vont suivre comporteront, outre un élément de description technique, une partie philosophique concernant l’activité humaine et la façon dont nous devrions réagir en face du monde nouveau auquel nous nous trouvons confrontés » (Wiener, 1962 : 11). Comme l’explique Mathieu Triclot, l’usage de la cybernétique en matière sociale est guidé par la « prudence » (Triclot, 2008 : 373). Retenons donc que le discours originel sur la société de l’information, tel qu’on peut le lire chez Wiener, est normatif. Cela implique que les propositions avancées ont une portée clairement philosophique et devraient, à notre sens, être appréhendées comme telles. En fait, Wiener fait moins l’éloge de la machine que de la raison. Ce que semble souhaiter l’auteur de Cybernétique et société n’est pas de disqualifier l’humain mais au contraire de le renforcer. D’ailleurs, ce n’est donc pas une prétendue « supériorité » de la machine qui est vantée, seul le caractère infaillible de sa rationalité aux fondements mathématiques devrait, selon lui, être visé. L’information permet justement de garantir la rationalité des actions humaines. Car pour Wiener « vivre efficacement » c’est vivre avec une degré d’information fiable et suffisant pour garantir la rationalité de ses choix. Ce rôle fondateur qu’assigne Wiener à l’information pour penser une société meilleure (loin du chaos entropique) ne peut s’expliquer que par la dualité naturelle de celle-ci. En d’autres termes, c’est parce que l’information allie à la fois la rationalité machinique à la raison humaine qu’elle peut être au fondement d’une nouvelle forme de société d’après guerre plus rationnelle, moins encline aux passions, et en même temps « plus humaine », porteuse de valeurs pacifiques d’ouverture communicationnelle et de mesure. D’ailleurs dans l’Utopie de la communication, Philippe Breton nous rappelle que la prise de conscience du fait que le projet de Wiener est post-traumatique permet d’en saisir la pleine mesure (Breton, 1997).

Bien plus qu’un discours, une éthique

20Certes, l’affirmation de l’éthique de l’information, qui nourrit substantiellement le projet de Wiener, semble se retrouver dans les déclarations du Sommet Mondial sur la Société de l’Information. En effet, ces textes fondateurs sont présentés comme un « engagement », des « déclarations de principes ». De là même manière que dans l’approche cybernétique de l’information, le souci de l’homme est présenté comme étant à la base de la fondation actuelle de la société de l’information. En effet, depuis la Déclaration de Genève de 2003, sont proclamées la « volonté » et la « détermination » « d’édifier une société de l’information à dimension humaine ». Sont réaffirmées régulièrement aussi « l’universalité et l’indépendance de tous les droits de l’homme » (ITU, 2003, 2005). D’autre part, on notera également la focalisation du discours sur l’exigence d’une action qui permette d’améliorer la « vie » des individus. Là encore, cette constante du thème de la « vie », que l’on retrouve chez Wiener, paraît lier les discours d’hier et d’aujourd’hui dans une relation de filiation. Seulement, les termes de l’éthique cybernétique de l’information ne sont pas les mêmes que ceux qui se déploient dans les discours du SMSI. Car si le lien entre le texte de Wiener et les discours du SMSI réside bien dans cette démarche apologétique de l’ère informationnelle, la différence tient à la nature même des deux entreprises.

21Nous avons vu que chez Wiener, le concept d’information, envisagé dans sa complexité, est au fondement d’une éthique de la responsabilité. L’information cybernétique trouve donc son sens dans un effort, une réflexion sur le progrès, une interrogation non seulement sur l’usage que l’on fait des machines mais aussi sur l’instrumentalisation des hommes. Parce que parmi les machines dont parle Wiener « il en est sans cerveau de cuivre ni muscle de fer », il importe d’être vigilant au fait que « ce qu’on utilise comme élément d’une machine est en fait un élément de la machine » (Wiener, 1962 : 234). Connu pour être le père de l’automation, Wiener a conceptualisé l’information pour en faire une norme rationnelle censée prévenir les conduites dangereuses, l’assurance contre tout pilotage automatique des hommes ou des machines. Bref, il aurait voulu qu’elle soit une pensée en action vigilante à « un usage humain des êtres humains » (Wiener, 1962).

22Aujourd’hui, la dimension morale de la société de l’information est abordée différemment. Nous pouvons remarquer qu’elle est axée surtout sur le principe d’égalité des individus. La mise en avant du principe d’égalité s’explique par la volonté d’atténuer les orientations économiques faisant planer un doute sur la sincérité des principes avancés. Il faut dire que depuis l’avènement de l’Internet, considéré comme « l’élément pivot » de la société de l’information, la dimension éthique du projet (réaffirmée dans de nombreux discours comme celui d’Al Gore (Gore, 1994)) est troublée par une pragmatique promotionnelle du « capitalisme informationnel » louant la performance de l’économie globalisée. Ce phénomène renvoie non seulement, comme le dit Manuel Castells (Castells, 1998), à une certaine organisation de la société, mais aussi, nous explique Serge Proulx (Proulx, 2014), à la « marchandisation des liens sociaux ». Aussi, par la voix de la Société civile « des sections significatives » ont été ajoutées à l’Engagement et à l’Agenda de Tunis pour « équilibrer l’orientation fondée sur le marché de la plupart des textes sur le financement ». Au détriment de la rentabilité, l’égalité d’accès au progrès est prônée. La société de l’information est donc définie surtout dans sa dimension « inclusive ». L’enjeu principal étant de faire de l’information et des machines informationnelles « des moyens », des « outils » puissants « accroissant la productivité, stimulant la croissance économique, favorisant la création d’emplois et d’employabilité et améliorant la qualité de vie de tous » (ITU, 2003, 2005). Ici le progrès informationnel est abordé comme un « moyen » pouvant servir à une meilleure égalité de développement. Dans l’optique cybernétique, le progrès informationnel est une finalité en cela qu’il est essentiellement un effort de réflexion sur l’usage des machines (vivantes ou non). Ce n’est pas tant la prospérité qui est visée mais la responsabilité. D’un côté, la dimension morale est au fondement d’une politique de l’information ; de l’autre, il s’agit d’une éthique de l’information.

23Il convient de rappeler que la cybernétique est à envisager dans sa particularité, en tant que paradigme informationnel. Certes, elle a permis de nombreuses avancées techniques mais elle est aussi une manière de concevoir le monde. Et si la résurgence de la cybernétique se fait régulièrement par la reconnaissance du travail des cybernéticiens d’avoir été les artisans de machines intelligentes ayant permis de développer bien des pans de l’activité humaine, leur apport philosophique au concept d’« information » semble avoir été, quant à lui, oublié.

Conclusion

24Ainsi donc, les développements qui précèdent sur l’approche philosophiques de la société de l’information nous invitent à retenir et à creuser plusieurs points principaux. Il nous est apparu d’abord que cette première mise en mots de la société de l’information par Norbert Wiener est bien plus qu’un discours. Il faudrait davantage l’envisager comme une éthique de la responsabilité. Si l’on se souvient régulièrement que techniquement l’information aura servi l’automation, on semble oublier systématiquement que, d’un point de vue philosophique, l’information est une responsabilisation. « Mesure » et « organisation » sont les fondements cybernétiques du concept d’information envisagé dans sa normativité pour penser ensemble l’homme, la société et le progrès. Seulement, telle que nous l’expérimentons aujourd’hui, la « société de l’information » est caractérisée par sa démesure. Car de plus en plus, « société de l’information » signifie « société de l’abondance informationnelle ». La société de l’information d’aujourd’hui n’est « informationnelle » que par l’abondance des réseaux et des flux qui circulent. Or, l’abondance informationnelle ne suffit pas à donner un sens à la société qui la prodigue. L’idée d’une préservation d’une éthique de l’information tend à s’imposer avec force, notamment dans les différentes déclarations du SMSI.

25Il nous est apparu aussi, que telle que nous l’ambitionnons depuis 2003 (date de la première phase du SMSI à Genève), la société de l’information se veut garante de l’ensemble des droits humains afin que chaque individu puisse bénéficier des bienfaits des TIC. Envisagée comme outil de progrès, l’information est reconnue comme un bien spécifique essentiel au développement. Cette posture militante qui transparaît des déclarations officielles entend contrer les versants idéologiques du projet pour « rééquilibrer » des discours souvent trop marqués par la rhétorique du marché. Si certaines initiatives encourageantes sont lancées pour sensibiliser l’opinion mondiale aux enjeux de cette nouvelle organisation de la société (comme l’instauration d’une Journée mondiale de la société de l’information), bien souvent les problématiques du développement économique et d’accès aux TIC priment sur l’exigence d’une pensée critique qui permette sans cesse d’interroger les usages et les évolutions. La considération technicienne de l’information comme « un moyen » de développement est certes louable et légitime. Il convient néanmoins de se souvenir qu’originellement la cybernétique a fait de l’information aussi « une finalité », à comprendre comme l’exigence d’une interrogation vigilante du progrès. Car la réflexivité philosophique sert à recentrer la société de l’information sur ses enjeux humains d’abord.

Haut de page

Bibliographie

Baltz C., (2012), « Cyber, informationnelle, numérique... à nouvelle économie nouvelles cultures ? », e-dossier de l’audiovisuel, INA-SUP, http://www.inasup.com/print/2683, date de la dernière visite : 15 juillet 2014.

Belleau A., (1967), « Wiener, McLuhan et la montée des automates », in Liberté, vol. 9, n° 5 (53), pp. 38-50.

Breton Ph., (1997), L’utopie de la communication. Le mythe du « village planétaire », Paris, La Découverte, 171 p.

Castells M., (1998), La Société en réseaux, Paris, Fayard, 671 p.

Guchet X., (2010), Pour un humanisme technologique, Paris, PUF, 288 p.

Gore A., (21 mars 1994), Buenos Aires Declaration on Global Telecommunication Development for the 21st, ITU.

Jeanneret Y., (2005), « ‘La Société de l’Information’ comme figure imposée. Sur un usage particulier des mots en politique », pp. 66-76, in : Mathien M. (dir.), La « Société de l’Information » entre mythes er réalités, Bruxelles, Bruylant.

Mattelart A., (1996), La Mondialisation de la communication, Paris, PUF, 360 p.

Miège B., (2008), « L’imposition d’un syntagme : la Société de l’information », TIC&Société, vol. 2, n° 2.

Proulx S., (2014), « Pratiques participatives paradoxales à l’ère du capitalisme informationnel », actes du colloque « Le changement entre stratégies médiatiques et pratiques communicatives citoyennes », Agadir 22-25 avril 2014.

Sefiane I., (2012), L’apologie de l’ère informationnelle. Etude généalogique des principes essentiels d’une philosophie idéaliste de l’information pour le progrès humain, Thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Segal J., (2003), Le Zéro et le Un. Histoire de la notion scientifique de l’information, Paris, Editions Syllepse, 906 p.

Sommet Mondial sur la Société de l’information Genève 2003-Tunis 2005, Déclaration de principes de Genève (2003), Plan d’action de Genève (2003), Engagement de Tunis (2005), Agenda de Tunis pour la société de l’information (2005), Déclaration de la Société civile (2005), International Telecommunication Union, http://www.itu.int/, 15 juin 2014.

Triclot M., (2008), Le moment cybernétique : la constitution de la notion d’information, Seyssel, Editions Champ Vallon, 422 p.

Wiener N., (1962), Cybernétique et société. L’usage humain des êtres humains, trad. de l’anglais par P. Y. Mistoulon, Paris, UGE, 250 p.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes focalisée sur les déclarations officielles du Sommet Mondial sur la Société de l’Information 2003-2005. Déclaration de principes de Genève (2003), Plan d’action de Genève (2003), Engagement de Tunis (2005), Agenda de Tunis pour la société de l’information (2005), Déclaration de la Société civile (2005), International Telecommunication Union, (ITU, 2003, 2005).

2 En référence au titre du mémoire de thèse que nous avons consacré à la question (Sefiane, 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Imane Sefiane, « La « société de l’information » : entre résurgence et oubli d’un concept cybernétique »Études de communication, 44 | 2015, 151-164.

Référence électronique

Imane Sefiane, « La « société de l’information » : entre résurgence et oubli d’un concept cybernétique »Études de communication [En ligne], 44 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/edc/6326 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.6326

Haut de page

Auteur

Imane Sefiane

Groupe de recherche Industries Culturelles, Laboratoire Histoire des Arts et des Représentations – Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Sefiane Imane, Laboratoire : Histoire des Arts et des Représentations, Groupe de recherche Industries Culturelles, Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Publications : « De Neuromancien à Matrix, les particularités de l’esthétique cybernétique », in Web-revue Paris Ouest Nanterre : http://www.industrie-culturelle.fr (janvier 2014). « La reconfiguration de l’espace public scientifique à l’ère des T.I.C. », in Actes du Colloque International avec comité scientifique – Le changement entre stratégies médiatiques et pratiques communicatives citoyennes (avril 2014) – Coorganisateurs Université de Poitiers et La S.F.S.I.C (avril 2014). Adresse électronique : imasef75@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search