Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Stassin Bérengère : La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Étude des dynamiques sociales, socio-thématiques et discursives d’un réseau de blogueurs experts

Kaouther Azouz
p. 165-170
Référence(s) :

Stassin B. (2016). La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Étude des dynamiques sociales, socio-thématiques et discursives d’un réseau de blogueurs experts, Toulouse, Cépaduès Éditions.

Texte intégral

1La circulation réticulaire des savoirs dans la blogosphère info-doc est la question clé de cet ouvrage. En articulant la notion du réseau, l’auteure démontre deux objectifs. D’une part, l’importance du réseau dans la construction d’une communauté de savoir en ligne. D’autre part, sa contribution dans le processus de visibilité du blog et son émergence comme dispositif de médiation documentaire et identitaire.

2Dans cet ouvrage, Bérengère Stassin montre l’importance de la visibilité à la survie du blog. Pour y parvenir, certains critères doivent s’associer. D’abord, le réseau. Il permet la mise en relation de plusieurs blogueurs autour d’une problématique commune : la recherche d’information et la documentation. Le second critère est l’échange et l’interaction avec les pairs. Le troisième concerne l’enrichissement du blog par une production documentaire permanente comme les commentaires et les citations (blogroll). Cet échange de connaissances entre les membres de la blogosphère génère un partage de savoirs et de savoir-faire, d’où la notion de « communauté de savoir » développée par l’auteure. Cette communauté est l’axe pivot du blog. Via une dynamique participative de ses membres, elle assure la survie du blog au sein du réseau. Il existe différents types de communautés : les communautés en ligne, les communautés pratiques, les communautés épistémiques. La nature de la blogosphère est ainsi liée à l’activité, au profil des contributeurs et à la documentation qu’ils produisent. Bérengère Stassin donne également à voir que la documentation d’un blog est variée. Elle se subdivise en deux grandes catégories. La première concerne les documents originaux et primaires produits par le blogueur. Ce sont les commentaires et les billets créés et postés autour d’une thématique. La seconde se construit via un processus de réification documentaire. Le blogueur et son réseau « redocumentarisent » les documents primaires en les transformant en documents secondaires. Ils interviennent sur des ressources qui ne sont pas les leurs, car produites par d’autres personnes, pour les citer ou les transformer. Ils procèdent à la curation de contenus dispersés sur le web. La production documentaire n’est pas le seul dessein du blog. Ce dispositif permet la circulation et la transmission d’informations via des pratiques de diffusion participative (signalement, tagging, tweets), d’où la notion utilisée par l’auteure de « dispositif de médiation ». Il permet la valorisation d’une production documentaire partagée, échangée et diffusée. C’est un canal de construction d’une identité numérique et de préservation de l’e-réputation sur le web. Il facilite le repérage des activités et des traces de navigation volontaires ou involontaires que laissent les blogueurs lors de leur passage sur internet.

3Dans le premier chapitre, l’auteure souligne l’historique du blog et son évolution grâce aux configurations sociotechniques des acteurs. De la page web personnelle, le blog s’affiche comme un dispositif d’échange, d’énonciation, de contribution et de marchandisation. Fondé sur l’interdépendance des acteurs, il représente l’aboutissement d’une interaction entre les techniques du web et les pratiques des utilisateurs. Ce cadre sociotechnique crée une nouvelle catégorie d’acteurs et de pratiques : les amateurs. L’amateurisme est la résultante de la propagation du blog. Comme le met en avant Bérengère Stassin, ce dispositif s’ancre davantage avec sa « [...] facilité d’utilisation, la gratuité des plateformes, la démocratisation de l’équipement informatique et de la connexion internet mais aussi les différents événements qui ont marqué l’actualité internationale... après les attentats du 11 septembre » (p. 36). Ce contexte participe au développement de pratiques inédites comme le journalisme citoyen, qui cherche à repérer, à transmettre et à publier une information analogue à celle diffusée par les médias officiels. La marchandisation des blogs et leur intégration dans l’économie du web reflètent l’évolution de leur cadre de fonctionnement et leur réadaptation au cadre d’usage. Fondé sur la notion d’hyperlien et du graphe, ce cadre d’usage introduit une dynamique de communication et d’échanges entre les acteurs de la blogosphère. Cette dynamique est à l’origine d’inégalités relationnelles et communicationnelles entre les blogs. On relève l’émergence de blogs centraux qui attirent par leur production ou degré de citation d’autres blogs. Cette centralité ne concerne qu’un nombre restreint de blogs qui apparaissent comme des référents de leurs réseaux. Cependant, comme le montre Bérengère Stassin, la majeure partie des blogs est à la périphérie de la blogosphère. Cette centralité attire les entreprises et leur offre la possibilité d’améliorer leur visibilité, leur e-réputation et la promotion de leurs produits et services auprès des membres du blog à travers la publicité. L’auteure donne également à voir que les configurations de la blogosphère contiennent plusieurs typologies d’énonciation. Chaque énoncé est un contenu à part entière. Il reflète les centres d’intérêt, les activités, les expériences, les recherches du blogueur et de son réseau. Les thématiques abordées sont en relation avec l’énoncé. En moyenne, un blogueur est en mesure de traiter simultanément trois thématiques différentes. La structure thématique des blogs info-doc révèle que les sujets abordés par les experts et praticiens sont en relation avec le cœur de leur activité documentaire ou expertise (pour les thématiques générales). Les thématiques les plus récurrentes et nombreuses sont l’objet d’étude des blogs centraux (c’est-à-dire qui se trouvent au centre de la blogosphère). Les blogs périphériques sont ceux qui abordent les thématiques généralistes et les moins représentées statistiquement sur la blogosphère.

  • 1 Tönnies F. (1977). Communautés et société : catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, (...)
  • 2 Weber M. (1995). Economie et société. I., Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket.
  • 3 Esposito R. (2000). Communitas : origine et destin de la communauté, Paris, Presses universitaires (...)

4Le second chapitre s’intéresse à la notion de communauté de savoir en ligne. L’auteure définit le concept de communauté en mobilisant les approches de Ferdinand Tönnis1, Max Weber2 et Roberto Esposito3. Elle relie le développement d’internet à l’émergence de la communauté en ligne, du savoir et de la connaissance. Bérengère Stassin dégage ainsi les principales caractéristiques des communautés en ligne, leurs typologies et définit la notion de pratique, et ce en mettant l’accent sur les communautés épistémiques et les communautés de pratiques. La distribution du savoir en ligne est l’une des principales thématiques du second chapitre. Elle reflète l’interdépendance des producteurs et acquéreurs de l’information. Cette interdépendance se fait au sein d’une même communauté. Elle distribue le savoir de façon horizontale (inscription des membres à une thématique ou sujet spécifique) et verticale (lorsque les membres sollicitent les connaissances expertes des anciens membres de la communauté) et fait apparaître de nouvelles sous entités sociales : les sous-communautés qui, selon l’auteure, « forment des réseaux socio-sémantiques dont les nœuds sont bien des entités sociales (membres humains) que des entités sémantiques (concepts, thèmes, sujets abordés par les humains) » (p. 410). Ce sont ces réseaux socio-sémantiques qui déterminent le profil des blogueurs, leurs centres d’intérêt et capital culturel.

5Bérengère Stassin consacre dès lors son troisième chapitre à l’analyse de ces réseaux socio-sémantiques. Pour ce faire, il est indispensable, selon elle, d’étudier la documentation du blog et son processus de médiation. À l’issue de cette étude, l’auteure relève une mosaïque de documents qui peuvent avoir plusieurs fonctions. Par exemple, un billet servant à argumenter est un document « véhicule ». C’est aussi une œuvre puisqu’il est considéré comme une production intellectuelle d’un auteur. La chercheuse met en avant que la documentation de la blogosphère info-doc est non institutionnelle. Elle est le résultat d’initiatives individuelles produisant des genres discursifs assez proches de ceux diffusés par les médias traditionnels. Les billets constituent ainsi le fondement de la documentation numérique des blogs. La production de cette documentation alloue au blogueur le statut d’auteur et d’autoritativité. Le blogueur n’est plus un simple utilisateur du web : c’est un producteur, contributeur et auteur de contenu. Son autorité informationnelle lui permet d’apparenter des pratiques proches de celles des bibliothécaires et documentalistes. Contrairement à l’autorité classique d’un auteur, qui est liée à la reconnaissance de la qualité et pertinence de son œuvre par une institution, l’autoritativité est le résultat des autopublications des blogueurs. Durant ce processus, le blogueur procède, lui-même, à la diffusion, à la circulation, à la mise en ligne et à l’indexation de son contenu. Curation et éditorialisation du contenu sont les aspects d’une médiation informationnelle. Elles sont le résultat d’un travail de sourcing, de surveillance de collecte, de choix et d’analyse d’une information jugée pertinente par le blogueur pour ses lecteurs. Cette transmission d’informations favorise la création d’une identité numérique du blogueur. L’auteur relève dès lors trois types d’identités : « l’identité déclarative » reflète l’identité professionnelle, le nom, le prénom, les idées et les opinions du blogueur ; « l’identité agissante » concerne la visibilité des actions du blogueur lorsqu’il est en mode « hors ligne » ou « en ligne » ; « l’identité calculée » concerne le comptage du nombre de « followers » pour les tweets et autres partages sociaux du contenu des billets.

6Pour conclure, cette recherche confirme l’hypothèse que la blogosphère info-doc est une communauté en ligne, une mosaïque de médiations documentaires et identitaires. L’analyse de la blogosphère effectuée par Bérengère Stassin démontre l’émergence de nouvelles formes de médiation des savoirs, de connaissances, de pratiques et d’information sur le web. L’ouvrage a ainsi une double valeur ajoutée. Premièrement, il vient combler une lacune théorique relevée par l’auteure dans la littérature scientifique sur la blogosphère info-doc française. L’originalité du sujet et la rigueur scientifique de cette recherche nous amènent ainsi à la considérer comme une référence en la matière. Deuxièmement, cet ouvrage ne se retreint pas à un public spécifique mais demeure accessible à toute personne intéressée par les problématiques de l’information, de la communication, de la documentation, du web et du numérique.

Haut de page

Notes

1 Tönnies F. (1977). Communautés et société : catégories fondamentales de la sociologie pure, Paris, Retz.

2 Weber M. (1995). Economie et société. I., Les catégories de la sociologie, Paris, Pocket.

3 Esposito R. (2000). Communitas : origine et destin de la communauté, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kaouther Azouz, « Stassin Bérengère : La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Étude des dynamiques sociales, socio-thématiques et discursives d’un réseau de blogueurs experts », Études de communication, 49 | 2017, 165-170.

Référence électronique

Kaouther Azouz, « Stassin Bérengère : La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Étude des dynamiques sociales, socio-thématiques et discursives d’un réseau de blogueurs experts », Études de communication [En ligne], 49 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edc/7323

Haut de page

Auteur

Kaouther Azouz

Univ. Lille, EA 4073 - GERiiCO - Groupement d‘Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication, F-59000 Lille, France
kaoutherazouz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page