Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52DossierPourquoi les données de recherche...

Dossier

Pourquoi les données de recherche ne sont-elles pas publiées ?

Why are Research Data not Published?
Ben Kaden
p. 137-146

Résumés

L’article décrit les raisons pour lesquelles des chercheurs ne partagent pas leurs données de recherche. À partir d’une session lors d’un BarCamp de la Communauté Scientifique Leibniz et des résultats du projet eDissPlus sur les données de recherche liées aux thèses de doctorat, l’auteur regroupe et commente les explications et arguments pour ne pas déposer et/ou ouvrir les données de recherche dans un entrepôt de données. Il s’agit de raisons techniques ou juridiques mais aussi d’attitudes personnelles ou d’absences de ressources appropriées. Trois enjeux sont identifiés : la disproportion entre l’effort et le bénéfice, une situation juridique peu claire et un manque d’infrastructures opérationnelles. Trouver des solutions nécessite une médiation active et un dialogue permanent entre les professionnels de l’information et les communautés scientifiques.

Haut de page

Texte intégral

1[Note préliminaire1 : Une première version de ce texte a été publiée le 13 mars 2018 dans le blog LIBREAS. Library Ideas2. Étant donné que la (non) publication des données de recherche paraît l’un des sujets d’actualité de la publication scientifique, ce texte est republié ici dans la rubrique « Documentation » de la revue LIBREAS sous une forme révisée. L’auteur travaille actuellement sur le thème de la publication des résultats scientifiques liés aux thèses de doctorat dans le cadre du projet eDissPlus de la DFG, qui constitue le contexte immédiat de ce texte].

2Une question majeure et probablement encore trop peu systématisée dans toutes les discussions sur la science ouverte, du moins pour les infrastructures actives dans ce domaine, est : « Qu’est-ce qui s’oppose réellement à la publication des données de la recherche ? ». En tout état de cause, l’expérience de l’Open Access et plus encore de l’Open Science ou de l’Open Scholarship montrent qu’il existe souvent un écart considérable entre les souhaits, les objectifs et les idées de l’infrastructure de recherche et les représentants scientifiques particulièrement engagés dans ce domaine et un autre groupe qu’on appellera ici par un raccourci mainstream de la science.

3Force est de constater que l’un des enseignements importants, quoique pas tout à fait surprenant, des années de débat sur la science ouverte est que la plupart des chercheurs veulent faire de la recherche et ceci avant tout dans une logique de culture de publication scientifique qui leur est familière. Les lacunes des systèmes de publication sont tout à fait reconnues, mais ne sont traitées plus en profondeur que si elles entraînent des obstacles notables à la recherche individuelle. Dans la plupart des cas, cependant, les chercheurs ne veulent pas devenir des innovateurs en matière de communication scientifique et de solutions d’infrastructure d’une manière qui conduirait à un report de l’attention de l’objet de recherche vers ces métastructures de communication scientifique. Ainsi, tant que la détresse des chercheurs due aux systèmes et pratiques existants n’est pas excessivement élevée et dans la mesure où les formes de publication traditionnelles jouent toujours en faveur de leur carrière, même des keynotes très engagés et sophistiqués en faveur de la science ouverte ne changeront pas grand-chose. Il est donc essentiel que les bibliothèques scientifiques et les autres acteurs de l’infrastructure scientifique connaissent les attentes, les défis et les objectifs des différentes communautés. Cela comprend également les raisons pour lesquelles les données et matériels de recherche sont rendus plus ou moins accessibles selon les différentes disciplines, mais d’une manière générale et par rapport à l’idéal de la science ouverte, finalement très peu.

4Lors de l’Open Science Bar-camp3 du réseau de recherche Leibniz Science 2.0 qui s’est tenu à Wikimedia le 12 mars 2018, il y a eu une session intitulée « Valid reasons for opting out of sharing openly4 ». Conforme aux principes de la science ouverte, certains points clés de cette session ont été mis à disposition dans un Etherpad pour tous ceux qui n’ont pas pu y participer5.

5J’ai pris la liberté de regrouper et de reformuler ces points clés. Suite à cette liste, j’ai ajouté quelques points clés du projet eDissPlus6, qui portait sur l’accessibilité des données de recherche liées aux thèses de doctorat. D’un point de vue général, il s’agit également de données qui, notamment en sciences humaines et sociales, seraient plutôt décrites comme des matériels de recherche, par exemple des textes sources ou des images.

Investissement

  • Les chercheurs préfèrent investir leur temps dans la recherche elle-même plutôt que dans l’organisation d’un processus d’échange de données de recherche.

  • La planification du projet ne comprend pas le temps ou les ressources humaines nécessaires à la préparation des données de recherche à des fins de partage ou de publication.

    • 7 Au sujet des plans de gestion des données de recherche, comparez en détail avec : Kaden B. (2018) (...)

    La publication ou l’accessibilité des données de recherche n’a pas été prise en compte lors de la planification du projet ou de la préparation du plan de gestion des données de recherche et est trop longue à mettre en œuvre par la suite7.

Loi sur la protection des données

  • La publication ou la mise à disposition de données de recherche est exclue pour des raisons de protection des données.

  • Il n’y a pas de consentement éclairé pour la divulgation ou la publication de données personnelles.

Équipements institutionnels / infrastructures

  • Sa propre institution n’offre pas un soutien suffisant en termes d’infrastructure et de conseils pour rendre les données de recherche disponibles ou les publier.

Conditions institutionnelles

  • Le règlement de l’épreuve interdit aux doctorants de publier des parties de leur thèse de doctorat avant la fin de la procédure de doctorat.

  • Il n’y a pas de critères de sélection formels pour déterminer quelles données de recherche devraient être rendues accessibles et comment.

Possibilités et compétences de partage / publication

  • Les scientifiques ne savent pas où ils peuvent déposer leurs données à des fins de divulgation.

  • Les scientifiques ne sont pas suffisamment formés pour rendre les données de recherche accessibles ou les publier conformément aux normes de publication scientifique.

  • Les publications de données de recherche devraient être soumises à une procédure d’évaluation par les pairs (peer review), qui n’existe peut-être pas encore. La publication de données de recherche sans peer review est rejetée.

Attitude personnelle / contrôle des données / éthique de la science

  • Les scientifiques ne sont pas intéressés par le thème de la science ouverte.

  • Les scientifiques aimeraient savoir qui utilise leurs données de recherche, c’est pourquoi ils ne les transmettent que sur demande personnelle ou se réservent le droit de refuser de les transmettre.

  • Les partenaires dans un projet de recherche s’opposent à la mise à disposition ou à la publication des données de recherche générées dans le cadre du projet.

  • La divulgation des données de recherche est délibérément refusée parce que de telles suggestions et spécifications sont interprétées comme une atteinte à la liberté académique personnelle.

  • Les données de recherche sont considérées comme n’étant pas suffisamment pertinentes pour être transmises.

  • Les scientifiques veulent empêcher que leurs données de recherche ne soient réutilisées à des fins qu’ils ne veulent pas.

  • Des doutes subsistent quant à la capacité de tiers d’utiliser les données de recherche ou les matériels de recherche conformément aux standards scientifiques.

  • On craint qu’en rendant les données de recherche accessibles, les faiblesses dans la collecte et l’analyse des données ne deviennent visibles.

  • Les données concrètes de la recherche sont manipulées d’une manière qui doit rester cachée.

Droits d’édition, d’auteur et d’utilisation

  • Les scientifiques ont transféré les droits d’utilisation et d’exploitation à un éditeur scientifique en vertu d’un contrat de droits d’éditeur et n’ont donc aucun moyen de partager et de publier des données de recherche.

  • Les doctorants dont les projets de recherche sont menés en collaboration avec des tiers n’ont que des droits de disposition limités sur leurs données de recherche. Cela vaut en particulier pour les collaborations avec des partenaires commerciaux.

  • On ne sait pas qui est le propriétaire légal des données de recherche respectives.

Autres domaines du droit / éthique des sciences

  • Le sujet de recherche est trop sensible pour que les documents et les données de recherche soient librement accessibles à l’échelle internationale.

  • On ne sait pas exactement qui assumera la responsabilité à long terme des données et des documents de recherche respectifs.

Sociologie de la science

  • Les données et les matériels de recherche sont considérés comme du capital scientifique et sont (encore) retenus pour une exploitation dans un projet futur.

  • Les données et les matériels de recherche doivent être cités comme un atout exclusif pour une demande de financement de projet. S’ils sont disponibles gratuitement, on a l’impression que les chances de financement diminuent.

  • Dans un premier temps, les données de recherche doivent faire l’objet de recherches plus approfondies sur une base exclusive, c’est pourquoi la publication ou la mise à disposition est au mieux possible après un embargo.

  • La publication ou le partage des données de recherche n’est pas suffisamment apprécié comme une performance scientifique.

Liberté académique

  • Le principe de la science ouverte ne devrait pas être perçu comme une contrainte – au sens de la liberté académique, les chercheurs devraient décider par eux-mêmes s’ils veulent rendre leurs données de recherche accessibles, comment et quand.

6Sur la base de l’expérience du projet eDissPlus, qui a examiné les attitudes des doctorants à l’égard de la publication des données de recherche, il est possible, comme annoncé, d’identifier un certain nombre d’autres obstacles et de différencier davantage les aspects mentionnés. Ce sont entre autres :

Investissement

  • Comme nous l’avons déjà mentionné dans la planification de la recherche, l’effort nécessaire à la publication des données de recherche accompagnant la thèse est très rarement pris en compte dans la planification de la thèse et – si disponible – dans les plans de gestion des données de recherche.

Conditions institutionnelles et disciplinaires

  • Dans de nombreux domaines, il y a un manque de normes pour la gestion des données de recherche et la publication de données de recherche qui pourraient fournir une orientation.

  • Les politiques en matière de données de recherche sont souvent perçues comme inadaptées dans des cas individuels, notamment parce qu’elles ne tiennent aucunement compte, par exemple, des lois sur la protection des données ou d’autres restrictions légales à une éventuelle publication des données de recherche.

  • Dans de nombreuses disciplines, il n’y a pas de débat approfondi et systématique sur l’importance et la forme de la publication des données de recherche dans le cadre de la communication scientifique.

  • En règle générale, les règlements d’épreuves ne font aucune déclaration sur la publication des données de recherche et ne fournissent donc aucune orientation.

  • Dans la plupart des cas, la publication des données de recherche ne sont pas requises pour l’obtention du doctorat.

Compétences et transfert de compétences

  • La gestion des données de recherche est peu présente dans l’enseignement et la formation méthodologique. La question de la publication des données de recherche n’est généralement pas abordée du tout.

  • Comme la publication des données de recherche n’est pas pratique courante dans de nombreuses disciplines, les doctorants n’entrent pas en contact avec ce genre de publications lorsqu’ils recherchent de la littérature. Ils ignorent donc souvent l’idée et la possibilité de publier des données de recherche.

Attitude personnelle / contrôle des données / éthique de la science

  • Dans le contexte des projets de doctorat, les données de recherche sont souvent considérées davantage comme un moyen d’atteindre une fin que comme une variable distincte qui mérite d’être publiée.

  • En raison du peu d’expérience avec la publication des données dans de nombreux domaines, les doctorants ne savent pas comment faire face et comment jouer le rôle de précurseur pour la culture de publication dans leur discipline, en plus de leur doctorat.

Aspects juridiques

  • Les étudiants en doctorat sont souvent incapables d’évaluer correctement la publication des données de recherche sous l’aspect du droit d’auteur. Par exemple, l’application des licences Creative Commons semble souvent peu évidente pour des cas concrets.

  • La loi sur la protection des données fait actuellement obstacle à la publication des données de recherche à caractère personnel liées à la thèse dans presque tous les cas de figure, notamment parce que la publication des données est rarement planifiée dès le départ et ne fait pas l’objet d’un consentement éclairé. L’obtention ultérieure d’une autorisation de publication n’est souvent pas possible ou est jugée trop fastidieuse.

Sociologie de la science / contrôle des données de recherche

  • Dans la plupart des cas, la publication des données de recherche ne promet aucun gain de réputation supplémentaire. Dans certains cas, les évaluateurs considèrent même qu’une publication des données de recherche accompagnant une thèse est potentiellement nuisible.

  • De nombreux doctorants considèrent les données de recherche comme un capital scientifique. S’il existe une volonté de communiquer les données de recherche, la mise à disposition sélective sur demande est clairement préférée à une diffusion globale sous forme d’une publication.

7Ces deux listes ne sont certes pas exhaustives. De nombreux aspects mériteraient une analyse plus approfondie. Cependant, un tel classement montre aussi que même si les attitudes individuelles jouent un rôle important et que le lobbying pour le libre accès et la science ouverte a certainement un sens, elles porteront des fruits à plus long terme uniquement si des conditions externes favorables sont réunies, tant en termes d’infrastructures que de culture professionnelle.

8Souvent, l’un des principaux obstacles est sans doute la disproportion entre l’effort et le bénéfice. En raison de l’absence de modèles de bonnes pratiques et de recommandations, la publication des données de recherche conforme aux normes scientifiques exige souvent une charge de travail supplémentaire relativement élevée, sans aucune récompense pour la carrière scientifique. Plus les infrastructures sont en mesure d’offrir des conseils et d’autres services facilement accessibles, mieux c’est. Bon nombre des doctorants interrogés dans le cadre du projet eDissPlus considéraient la bibliothèque universitaire comme un point de contact naturel pour toutes les questions relatives aux données de recherche, y compris pour les aspects qui relèvent davantage des structures de recherche et de la formation doctorale. Idéalement, la bibliothèque devrait offrir une gamme complète de services, allant des services de conseil et de cloud aux services d’archivage à long terme pour les structures de données complexes. Cependant, la question de savoir lequel de ces services peut être offert, et comment, est un autre débat. Pour les doctorants compétents en matière de données, Github est un benchmark. Pour les autres, c’est plutôt Dropbox. Résultat : le besoin exprimé va dans les deux sens en même temps, avec des services de consultation complets ; et, soit dit en passant, ce besoin surestime clairement les capacités de développement que le secteur public peut fournir à ce point et à court terme.

9Le deuxième grand défi réside dans une situation juridique peu claire en ce qui concerne les données de recherche. En janvier 2018, il y a eu un atelier sur ce sujet à l’Université européenne Viadrina de Francfort-sur-l’Oder8 qui, comme prévu, a apporté peu de réponses mais un aperçu encore plus approfondi de la complexité de la situation.

10Enfin, dans de nombreuses disciplines, il y a un manque d’infrastructures opérationnelles, y compris de la part d’éditeurs ou d’autres prestataires commerciaux, pour diffuser les données de recherche d’une manière appropriée et durable. Le paradigme du print, toujours présent dans le format PDF, ne fonctionne plus du tout pour les données de recherche. Si l’on veut qu’elles fassent partie intégrante de la communication scientifique, il faut souvent tout d’abord trouver des médias et formats adéquats de présentation – un débat, soit dit en passant, qui se déroule dans de nombreux domaines, au mieux en marge. Implicitement, les enquêtes eDissPlus révèlent un autre obstacle majeur à la publication des données de recherche : dans certains cas, les données ne peuvent simplement pas être représentées avec les possibilités existantes.

11Bien sûr, pour tous ces problèmes, un travail a été engagé pour trouver des solutions, même si la numérisation de la science, en particulier dans le secteur des infrastructures, pourrait être soutenue par les institutions et agences de financement de manière très différente de ce qui a été le cas jusqu’ici. Depuis cette année, par exemple, le serveur edoc a rendu possible la publication des données de recherche de la Humboldt-Universität de Berlin9. Zenodo peut également être considéré comme un exemple réussi de serveur de publication moderne pour une large gamme de résultats. Le fait que sur les serveurs de publication, les données de recherche soient indexées avec des métadonnées, qu’on leur attribue des DOI et qu’elles soient au moins partiellement cataloguées par les bibliothèques semble un premier pas vers la reconnaissance comme une véritable publication savante. Mais dans la plupart des cas, cela est déjà la limite de ce dont les bibliothèques et les infrastructures sont capables.

12L’auto-organisation de la science oblige les communautés disciplinaires à se mettre d’accord sur la signification et la forme que la publication des données de recherche et d’autres matériels de recherche peut et doit prendre pour elles. Elles doivent discuter, examiner et décider elles-mêmes si, par exemple, elles veulent du peer review, si la publication des données de recherche complexes est prise en compte pour le recrutement, quels formats elles préfèrent et de quelles métadonnées elles ont besoin. Les infrastructures de leur côté peuvent montrer ce qui est possible, transmettre des expériences, des idées et des connaissances générales. Pour cela, nous avons besoin d’événements, tels que l’Open Science Bar Camp, et d’études sur la science (science studies), comme le projet eDissPlus. Sécuriser un niveau de connaissances en phase avec les pratiques et les souhaits des communautés d’une part, et les possibilités techniques d’autre part constituent un énorme défi en soi et en même temps une condition minimale pour tout développement d’infrastructure ciblée. Pour ce faire, il faut déjà des intermédiaires (« Brückenakteure ») qui connaissent aussi bien les communautés et publications scientifiques que les objectifs, les possibilités et les limites de l’infrastructure et de l’organisation de la recherche, et qui sont capables de faire le lien. Mais ces acteurs sont encore plus nécessaires lorsqu’il s’agit de franchir le pas d’une science numérique, à savoir relier l’infrastructure à la communication scientifique et, en certains points, directement à la recherche. Lors des Bar Camps et des ateliers, nous pouvons discuter longuement des raisons pour lesquelles les chercheurs ne publient pas leurs données. Cependant, des solutions tangibles et praticables ne peuvent en découler que quand ces discussions seront également menées avec les scientifiques eux-mêmes. Pour ce faire, il est nécessaire non seulement de connaître les deux parties, mais aussi de maintenir un dialogue permanent. Au début, j’ai remarqué que les chercheurs veulent d’abord faire de la recherche et s’occuper le moins possible des questions d’infrastructure. Cela change bien sûr dans le domaine des sciences numériques lorsque l’infrastructure et la recherche coïncident. Un bon exemple des difficultés de ce développement est celui des humanités numériques.

13En tant que représentants de bibliothèques universitaires, par exemple, nous participons activement à des projets tels que eDissPlus pour comprendre la motivation et les objectifs des chercheurs comme groupe-cible. Cependant, à regarder de près, le concept même de groupe-cible pourrait devenir de plus en plus relatif pour se transformer progressivement en partenariat. Un premier desideratum serait dans l’immédiat un forum ou un cadre qui nous permettrait d’introduire des résultats tels que ceux présentés ci-dessus dans un dialogue global et constructif avec toutes les parties prenantes. Un autre souhait serait une structure stable et idéalement simple qui, après la fin de projets tels que eDissPlus, permettrait, au-delà de cette « anamnèse », de préciser où, comment et par quels moyens les verrous identifiés pourraient être levés. Cette situation est exemplaire de quelque chose de très général : les exigences d’une science numérique ouverte ne peuvent être réalisées qu’en tant que projet de l’ensemble du système scientifique.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la version traduite de Kaden B. (2018). « Warum Forschungsdaten nicht publiziert werden ». In LIBREAS. Library Ideas, vol. 33, s.p. Disponible sur https://libreas.eu/ausgabe33/kaden-daten/ (page consultée le 2 mars 2019).

2 https://libreas.wordpress.com/2018/03/13/forschungsdatenpublikationen/

3 http://www.open-science-conference.eu/barcamp/.

4 « Raisons valables de refuser de partager ouvertement » (traduction par la rédaction).

5 https://etherpad.wikimedia.org/p/oscibar2018_session13.

6 https://www2.hu-berlin.de/edissplus/.

7 Au sujet des plans de gestion des données de recherche, comparez en détail avec : Kaden B. (2018). « Forschungsdatenmanagementpläne sind eine Grundbedingung guter Wissenschaft. Meint Nature ». In LIBREAS.Tumblr, 21.03. Disponible sur http://libreas.tumblr.com/post/172103346561/ (page consultée le 2 mars 2019).

8 http://www.forschungsdaten.org/index.php/Rechtliche_Aspekte_bei_digitalen_Forschungsdaten.

9 https://www.hu-berlin.de/de/pr/nachrichten/maerz-2018/nr_180309_00.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ben Kaden, « Pourquoi les données de recherche ne sont-elles pas publiées ? »Études de communication, 52 | 2019, 137-146.

Référence électronique

Ben Kaden, « Pourquoi les données de recherche ne sont-elles pas publiées ? »Études de communication [En ligne], 52 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/edc/8783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.8783

Haut de page

Auteur

Ben Kaden

Humboldt-Universität zu Berlin
ben.kaden@ub.hu-berlin.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search