Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53DossierLégitimer et disqualifier : les F...

Dossier

Légitimer et disqualifier : les Fake News saisies comme opportunité de normalisation du champ journalistique

Fake News and the Standardization of the Journalistic Field
Marie-Noëlle Doutreix et Lionel Barbe
p. 49-66

Résumés

Cet article s’intéresse à la manière dont l’actualité autour des fake news est saisie par une diversité d’acteurs traditionnels du champ médiatique (ici Le Monde, l’Agence France Presse et Reporters Sans Frontières) pour revaloriser les pratiques professionnelles à l’aide d’outils normatifs qui identifieraient les médias fiables. La médiatisation des fake news comme phénomène massif et disruptif leur permet de proposer un réagencement du champ journalistique. En effet, dans un contexte concurrentiel difficile, les divers partenariats entrepris autour des fake news, avec Google et Facebook principalement, leur réattribuent une place centrale dans la production et la diffusion de l’information. Nous montrerons que cette reconfiguration s’opère aussi à travers une disqualification des litteraties informationnelles des internautes dont la participation est tantôt sollicitée, tantôt décriée, en fonction des intérêts en présence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terme générique que nous emploierons pour désigner ici les journaux quotidiens français imprimés (...)

1Notre recherche part du constat que certains médias traditionnels1 présentent les fake news comme un problème lié à l’internet et, en particulier, à la circulation de l’information sur les réseaux sociaux numériques à laquelle participeraient les publics. Les internautes, s’ils ne sont pas producteurs de fake news, n’en seraient pas moins les acteurs de leur propagation. Comme nous l’observerons, ce parti pris s’avère guidé par des enjeux de reconnaissance et de place dans le champ de l’information. Les réponses que ces médias traditionnels proposent aux fake news – qu’ils contribuent largement à faire émerger comme problème public – relèvent d’une conception verticale de la fiabilité de l’information et de dispositifs « top-down » classiques. Nous étudierons deux dispositifs représentatifs de cette manière de se saisir des fake news dans une optique de (re)légitimation et de reprise en main de l’information par les médias traditionnels dans un contexte de défiance à leur égard : le Décodex lancé en 2017 et le projet Journalism Trust Initiative officialisé en 2018 et actuellement en cours de définition. Les deux dispositifs partagent la volonté de renseigner le public sur la fiabilité des médias en ligne.

2Nous montrerons, dans un premier temps, comment l’accent mis sur les fake news renouvelle les discours de disqualification des publics en analysant les discours d’accompagnement du lancement du Décodex par le journal Le Monde. Puis, nous étudierons la « réponse » qu’apporte le réseau de grands médias regroupés à travers Journalism Trust Initiative. Ce projet promeut la mise en place d’une norme internationale de production de contenus journalistiques et d’un système de confiance par labellisation ou certification. Nous mettrons en exergue que cette initiative reproduit, plutôt qu’elle ne résout, la fracture entre les médias prescripteurs de ce qui doit être considéré comme fiable et les lecteurs qui seraient en incapacité de discerner la fiabilité d’une source. Enfin, nous montrerons comment ces discours de disqualification, plus ou moins sous-tendus ou affichés, peuvent aussi évoluer en fonction des intérêts des acteurs en place et face à l’irruption ou à l’ascension de nouveaux acteurs. Le cas de Wikipédia illustrera ainsi les déplacements des discours de disqualification tout en montrant qu’un processus davantage ouvert, horizontal et décentralisé peut finalement être à même à la fois de gérer les fausses informations et de permettre la construction active par le lecteur/acteur d’une évaluation pertinente des contenus. On constatera que Wikipédia, initialement considérée comme peu fiable, a été convertie en outil majeur contre les fake news dans le cadre de son usage par Google – spécialement dans le cas de YouTube – et Facebook. Afin de traiter au mieux ces questions, nous procéderons par l’analyse qualitative de discours et par la mise en perspective socio-économique des projets et acteurs étudiés.

1. Les discours sur les fake news, une réitération de la disqualification des publics dans la circulation de l’information : le cas du Décodex

3Les discours sur les fake news renvoient à l’antagonisme, réitéré sous de multiples formes dans la vie politique, entre savants et ignorants. Les savants, qui s’inquiètent de l’influence des fake news sur le comportement des individus, sauraient distinguer le vrai du faux ou tout au moins faire preuve d’esprit critique, tandis que les ignorants en seraient peu pourvus, croiraient les informations mensongères et agiraient sous leur influence. Ces types de discours relèvent de ce que Sandra Laugier et Albert Ogien (2017) ont qualifié d’antidémocratie, où ceux qui gouvernent dénient à ceux qui sont gouvernés la capacité de prendre des décisions qui les concernent. Nous souhaitons identifier la manière dont cette distinction se retrouve dans le champ de l’information sous diverses formes.

4Le Décodex, créé à destination des internautes par l’équipe des Décodeurs du journal Le Monde, a été lancé en janvier 2017, en pleine période de prolifération des discours de mise en garde contre les fake news. Nous commencerons par discuter de ce cas en raison de la position de référence qu’occupe le journal Le Monde, position qui lui permet de jouer un rôle prescripteur en matière d’information. Les discours présentant et entourant le Décodex sur sa page internet discréditent de manière symptomatique le rôle de l’internaute dans la circulation de l’information. Le premier sujet proposé à l’utilisateur sur la page du moteur de recherche interne du Décodex s’intitule « pourquoi il est important de vérifier une information avant de la partager ». La responsabilité des usagers de l’information dans la circulation des fake news y est directement pointée, notamment avec l’intertitre « responsables de ce que nous propageons » qui, bien qu’utilisant la première personne du pluriel, n’inclut pas les pratiques journalistiques du Monde.

5Cette distinction entre les professionnels du Monde et les internautes profanes s’explicite dès le troisième paragraphe « c’est pour vous aider dans cette démarche que nous avons développé toute une série d’outils et de guides pratiques ». Elle se renforce dans la suite du paragraphe « L’idée n’étant pas d’imposer les contraintes des journalistes à tous les internautes [...] » qui souligne le sérieux des journalistes et l’écart nécessaire entre leurs pratiques et celles que pourrait acquérir tout un chacun. Le « nous » inclusif est évacué dans la bande dessinée concluant le texte où est mis en scène un internaute en colère, que l’on comprend indigné par une information qu’il croit vraie bien qu’elle soit fausse. La bande dessinée utilise l’interpellation par le « vous » et des injonctions sous les titres « attention ! » et « Bon réflexe ! » clarifiant les bonnes et les mauvaises pratiques. Il ressort ainsi qu’à travers le Décodex, Le Monde se redessine une position de savoir, d’autorité et de garant des bonnes pratiques informationnelles. Conjointement à cette position de savoir, le service proposé par le Décodex repose sur l’idée que les publics n’ont pas les capacités de juger par eux-mêmes de la fiabilité d’un site internet.

6Dans les propos du Décodex, le profane n’est pas seulement décrié pour sa contribution à l’encyclopédisme en ligne ou au journalisme participatif – comme ça a pu être le cas concernant Wikipédia, Rue89 ou Agoravox – mais pour sa simple activité de transmission. Cette tension tout à la fois rappelle la disqualification de la foule, source de propagation de rumeurs, et met en exergue que, par la diffusion d’informations à grande échelle, les internautes prennent part (Rancière, 2004) à un processus auquel, visiblement, ils ne sont pas pleinement autorisés.

7Pourtant, les usagers des réseaux sociaux numériques, et en particulier de Twitter, partagent aussi pour beaucoup des informations provenant de grands médias, issus de l’imprimé ou télévisuels. Et certaines des fausses informations qui circulent sur Twitter proviennent de ces médias-ci (Alloing et Vanderbiest, 2018). Certes, ces informations ne sont pas intentionnellement fausses, mais « cette distinction fondée sur l’intentionnalité, souvent difficile à déterminer, de la personne qui produit l’information, permet surtout d’immuniser par avance le journalisme professionnel qui pourrait ainsi être à l’origine de mauvais articles, mais jamais ou très rarement de « fake news» » (Michel, 2017). Par son contexte de création et les objectifs qu’il se fixe, le cas du Décodex permet d’observer comment la contribution d’un média à l’émergence des fake news en tant que problème public et l’adoption d’une posture d’autorité s’articulent à des enjeux professionnels de consolidation et de fidélisation d’un lectorat en ligne souvent considéré comme volatil.

8Or, symétrique au processus de valorisation du journalisme traditionnel dans l’espace public (Bigot, 2017), la disqualification de l’internaute en situation de partage d’informations s’avère problématique parce qu’elle va dans le sens d’une mise en cause de la capacité du citoyen à participer aux débats publics. Si cette exclusion du lecteur de la réflexion sur la qualité de l’information est ancienne (Ouakrat, 2019), elle se réitère dans le cadre du projet journalistique contre la désinformation et les fake news intitulé Journalism Trust Initiative.

2. Journalism Trust Initiative, la certification comme outil de distinction et de récompense des bonnes pratiques informationnelles

9Nous faisons l’hypothèse que la mise en exergue du problème des fausses informations par la dénomination « fake news » – et par le vocable qui leur est rattaché « prolifération », « explosion », « propagation » – a été saisie par certains acteurs traditionnels du champ journalistique pour tenter de retrouver une place centrale dans la diffusion de l’information. La médiatisation des fake news sert à revaloriser par contraste les pratiques professionnelles, en particulier par la mise en avant de rubriques de fact-checking. L’idée généralement portée par les journalistes serait que si le faux peut aussi être du côté des médias, le faux intentionnel associé au concept de fake news se situerait du côté des personnalités politiques et des internautes (Sauvé, 2019).

  • 2 Scherer É., Yeh A. (2018, 3 avril). « Contre la désinformation, Reporters sans frontières lance l (...)
  • 3 « L’exercice ne porte donc pas sur la qualité des contenus en eux-mêmes, mais les méthodes condui (...)

10Comme nous l’avons décrit avec le cas du Décodex, la partition entre médias de référence et habitudes des internautes se double de celle entre les médias dignes de confiance et ceux qui ne seraient pas fiables. C’est cette dernière distinction que propose de formaliser Journalism Trust Initiative en élaborant un modèle de certification des acteurs de l’information. Ce projet, à l’initiative de Reporters sans frontières et pensé à l’échelle européenne, rassemble des acteurs divers : journalistes mais aussi annonceurs, organismes de normalisation, spécialistes des plateformes et des algorithmes ou encore associations de professionnels et d’industriels des secteurs des médias, de l’internet ou de la publicité. La certification reposerait sur le respect de quatre standards jouant le rôle d’indicateurs : la transparence des médias, l’indépendance éditoriale, la mise en œuvre de méthodes journalistiques et le respect des règles déontologiques2. Les règles et critères précis sont en cours d’élaboration et seraient présentés fin 2019. Ils devraient porter sur les procédés de production de l’information et non sur la qualité finale des contenus3.

11Le développement des fake news et de la désinformation sur l’internet est présenté comme le point de départ de l’initiative. Le terme est employé dès le premier paragraphe du document Approved Project Plan, qui constitue la feuille de route de Journalism Trust Initiative :

  • 4 « À l’ère numérique, il est devenu de plus en plus difficile de distinguer les informations façon (...)

In our digital age, it has become increasingly difficult to distinguish information shaped by vested interests from that produced by independent and fair news professionals. An open and honest public debate, aimed at informing the general public, is more and more difficult to sustain, especially when propaganda and “fake news” seem on the rise and trust in institutions and the media is declining4.

  • 5 « Apporter des solutions face à la crise de confiance que connaît la presse, dont la légitimité à (...)

12Le projet s’inscrit ainsi dans les initiatives actuelles contre les fake news auxquelles il propose de fournir un cadre favorisant leur coordination et leur synchronisation. Journalism Trust Initiative déclare vouloir s’attaquer aux causes des fake news, en intervenant avant la publication de celles-ci et non en les rectifiant a posteriori5.

  • 6 Reporters sans Frontières. (2018, 3 avril). RSF et ses partenaires dévoilent la « Journalism Trus (...)
  • 7 Scherer É., Yeh A. (2018, 3 avril). « Contre la désinformation, Reporters sans frontières lance l (...)

13S’il se présente comme visant à encourager la rigueur des pratiques professionnelles, d’autres finalités se dessinent au sein du document Approved Project Plan. Premièrement, se démarquer d’une partie de la concurrence amenée par l’internet en augmentant la visibilité des membres du projet au sein des algorithmes, des réseaux sociaux numériques et d’autres plateformes numériques. En effet, de l’idée qu’il faut regagner la confiance du public arrive rapidement celle qu’il faut désormais récompenser les médias qui respectent les standards journalistiques. L’idée est de donner « des avantages concrets »6, notamment en termes de visibilité, à ceux qui les mettent en œuvre, sachant que les standards de référence seront ceux élaborés par le consortium réuni au sein de Journalism Trust Initiative. Deuxièmement, renforcer la légitimité des médias membres auprès du public en valorisant les normes professionnelles distinguant les sites journalistiques vertueux des autres producteurs d’information. Troisièmement, améliorer la situation économique des médias certifiés. D’une part, en attirant les annonceurs qui veulent associer leur marque à des médias « propres » et espèrent ainsi obtenir une « liste blanche » de médias dans lesquels investir de la publicité sans prise de risque7. D’autre part, en demandant à ce que, à terme, des subventions publiques d’aide aux médias se fondent sur ce label.

14Enfin, une autre motivation semble résider dans la volonté de prévenir par l’autorégulation les régulations que les pouvoirs publics se montrent tentés d’imposer par la loi. Il s’agit alors pour les médias de faire la preuve de leur capacité à s’auto-organiser en proposant des solutions à la circulation de fausses informations. Alors que le recours au législatif constitue une voie envisagée par le gouvernement français, risquant ainsi de contraindre les médias, Journalism Trust Initiative transforme les fake news en une opportunité pour ces derniers. Notons que plusieurs des membres du projet ont déjà reconfiguré leur activité (ou les discours autour de leur activité) comme constituant une riposte aux fake news. Ainsi, l’AFP, membre central de Journalism Trust Initiative, a redessiné ces dernières années ses missions autour de la lutte contre les fake news, revendiquant de placer « le combat contre la prolifération des manipulations et fausses informations au cœur de sa mission »8. Pourtant, la question de la vérité, si elle est posée par le fact-checking à propos des informations à vérifier, n’est finalement pas centrale dans les discours de Journalism Trust Initiative sur les fake news. La garantie qu’est censée apporter la certification ne repose pas sur la vérité des contenus mais sur la fiabilité du processus de production prenant en compte la transparence et l’indépendance journalistiques.

15Alors même que Journalism Trust Initiative dit vouloir s’appliquer à divers types de producteurs d’information, y compris les blogs, ce projet valide les acteurs en position de force au détriment des acteurs plus modestes (Ouakrat, 2019). De surcroît, se pose la question du prix de la certification pour ceux qui souhaitent en être membres, en particulier pour les médias isolés et indépendants. Enfin, si les médias certifiés montent en visibilité dans les algorithmes comme le projet le souhaite, et comme Google et Facebook paraissent s’y engager, cela n’aura pas seulement l’effet de rendre invisibles les producteurs de fake news mais aussi tous les médias qui, pour des raisons diverses, ne bénéficieront pas de la certification.

3. Les fake news comme levier de négociation avec les plateformes numériques

  • 9 Comité européen de normalisation (2018, 29 mars). Project Plan for the CEN Workshop on Journalism (...)

16De nombreux différends ont divisé les médias traditionnels et Google qui trouvent à présent dans les fake news un intérêt commun. Les Décodeurs ont ainsi réussi à obtenir un partenariat privilégié avec le moteur de recherche et également avec le réseau social Facebook (Badouard, 2019). Concernant Journalism Trust Initiative, la question des algorithmes s’avère consubstantielle au projet au-delà de la répartition de la visibilité entre les médias. En effet, les actions de Google visent, d’une manière ou d’une autre, à nourrir le développement de son « intelligence artificielle ». Journalism Trust Initiative a conscience de cette contrepartie et souhaite y contribuer9 alors même que ce type de partenariat ne représente pas une solution transparente et inclusive vis-à-vis des internautes.

  • 10 Silicon (2019, 24 avril). « Fake news : l’UE met la pression sur Google, Facebook et Twitter ». I (...)
  • 11 Le HuffPost avec AFP (2018, 20 mars). « Google va investir 300 millions de dollars pour lutter co (...)

17L’irruption de la question des fake news dans le débat public constitue pour Google également une opportunité. En effet, le moteur de recherche est accusé depuis plusieurs années d’une baisse de qualité des résultats de recherche, soit en faveur de sites commerciaux, soit parce que la viralité des réseaux fait souvent remonter les résultats les plus sensationnalistes concernant l’actualité10 et donc les fake news. Google a significativement investi, à grand renfort d’annonces, pour lutter contre le phénomène11. Les partenariats avec des médias de référence comme Le Monde ou ceux de Journalism Trust Initiative lui permettent d’intégrer un système basé sur les labels, qui rompt avec son fonctionnement traditionnel, sans assumer directement la responsabilité du choix des informations à favoriser. Cette mise en avant de certains médias en raison de leur activité de fact-checking favoriserait un meilleur contrôle du comportement des internautes dans une logique de silos informationnels toujours plus rémunérateurs en matière de publicité ciblée. Ce renforcement « qualitatif », dont la conséquence première serait la réduction de la diversité des sources médiatiques accessibles dans les premiers résultats, permettrait également à Google, ou à Facebook, une meilleure maîtrise de leur image vis-à-vis des pouvoirs publics.

18Pour comprendre les dynamiques en cours en France, il faut également prendre en compte le contexte socio-économique dans lequel évoluent aujourd’hui les médias traditionnels issus de l’imprimé. Confrontés historiquement à une érosion des tirages papiers, ceux-ci ont vu la crise s’accélérer avec l’internet, victimes jusqu’au début des années 2000 d’un effet ciseau : recul constant des revenus du papier d’un côté, incapacité à monétiser correctement une audience internet en forte croissance de l’autre. Dans un contexte concurrentiel fort, le virage forcé vers le numérique a aussi mis les rédactions sous pression et considérablement modifié le rythme et les formats de traitement de l’information. Les médias issus de l’imprimé ont dû s’adapter à ce nouveau contexte, encouragés par les groupes financiers entrés massivement dans leurs capitaux au cours de la dernière décennie. En France, Libération a par exemple vu ses tirages papier baisser de moitié en dix ans seulement, ne vendant plus en 2018 (diffusion payée) que 67 000 exemplaires en moyenne12, en baisse de 10 % sur seulement un an. Pour tous les médias traditionnels, la transition numérique est en cours avec des revenus papier qui s’effondrent mais des revenus numériques en forte croissance pour ceux qui savent s’adapter comme Le Monde, avec par exemple une hausse des abonnements internet de 44 % en 201713.

  • 14 Foatelli A. (2017, 3 février). « Les médias face à une crise de confiance généralisée ». In La re (...)

19À ce contexte s’ajoute une crise de confiance vis-à-vis de la presse considérée par beaucoup d’internautes comme étant à la solde des grands groupes et des politiques14. Même si les médias alternatifs ne bénéficient pas toujours d’une meilleure réputation, pour d’autres motifs, la défiance vis-à-vis de ce qui est considéré comme institutionnel leur a permis de récupérer une audience souhaitant un plus grand pluralisme dans l’information.

4. Déplacements et reconfigurations des discours de disqualification

  • 15 Wikipédia (2019). « Wikipédia : réponses aux objections habituelles ». In Wikipédia, l’encyclopéd (...)

20Nos recherches tendent à observer que les discours de disqualification ou de valorisation se déplacent en fonction des partenariats réalisés entre les acteurs de l’information numérique. Avant que la question des internautes propagateurs de fake news sur les réseaux sociaux ne s’installe sur le devant de la scène, celle des internautes rédacteurs d’informations fausses ou approximatives sur Wikipédia a fortement occupé l’arène médiatique. Les discours actuels sur les fake news relèvent d’une même position normative que les critiques qui ont accompagné les débuts de Wikipédia, qualifiée de « soupe d’opinions » et de « fast-science »15. Peut-on pour autant effectuer des parallèles entre les critiques initiales, et parfois persistantes, envers Wikipédia, et celles actuelles touchant les fake news ? Ces diverses critiques se rejoignent en cela qu’elles remettent en cause plus globalement les internautes dans leur capacité de discernement.

  • 16 Schneidermann D. (2005, 14 octobre). « Wikipedia, ses espoirs, ses menaces ». In Libération. Disp (...)
  • 17 Bolz N. (2006, 31 août). « Le nouveau royaume des idiots ? ». In Courrier International. Dossier (...)

21Concernant Wikipédia, Alexandre Moatti montre comment certains milieux intellectuels, dans une posture assimilable à celle de « gardiens du temple », ont essayé de façon récurrente de porter atteinte à l’image de l’encyclopédie libre (Moatti, 2015). Ces critiques mettaient en doute la fiabilité de son processus de construction des contenus, basé sur les internautes, quitte à intervenir directement sur les articles pour piéger le dispositif. Ainsi, dès 2007, Pierre Assouline fait introduire par ses étudiants une modification sur sa page le sacrant « champion de France du jeu de Paume », qui lui servira ensuite dans un ouvrage dénonçant les failles de Wikipédia. Plus tard, en 2012, Jean-Noël Jeanneney a repris les mêmes arguments anti-wikipédiens. Moatti note que la plupart des critiques de Wikipédia émanent de milieux littéraires et indique « Leur prégnance en milieu littéraire, leur prolongement dans diverses controverses sur les méthodes éducatives, mais aussi leurs dérives occasionnelles vers la théorie du complot » (Moatti, 2015). Ainsi, parce que le modèle de Wikipédia questionne la distinction ordinaire entre savants et ignorants, en réalisant une forme d’expertise qui repose non pas sur la connaissance scientifique préalable mais sur l’expérience éditoriale au sein de la communauté (Willaime, 2015), l’encyclopédie collaborative a été dénigrée dans des lieux de transmission du savoir légitime (Sahut, 2014). On retrouve dans certains médias un ton critique16, voire hostile, jusqu’en 2007, Norbert Bolz allant jusqu’à parler du « royaume des idiots » dans Der Spiegel17. Ces critiques se sont raréfiées par la suite car l’encyclopédie est devenue un acteur incontournable dans la diffusion des informations et a renforcé la présence des médias dans les sources de ses articles, médias qu’elle contribue ainsi à visibiliser.

22Nous constatons que, dans le cas de Wikipédia comme dans celui des fake news, ces discours nourrissent un discrédit d’ordre général envers le rôle que peuvent tenir les internautes dans la production et la circulation de l’information. La représentation initiale du contributeur de Wikipédia dans la presse généraliste et celle actuelle, dans le cadre des fake news, de l’internaute partageant de l’information sur les réseaux sociaux numériques déclinent toutes deux les figures de l’ignorant ou du crédule, sujets à la manipulation voire vecteurs de celle-ci.

23Les discours sur la vérité qui circulent dans l’espace public relèvent ainsi en partie d’un certain opportunisme et des stratégies des acteurs visant à valoriser leur propre légitimité. Il en est de même concernant la capacité des internautes à participer à la circulation de l’information. Ces déplacements s’illustrent d’une autre façon dans la valorisation puis la mise au ban du journalisme participatif. En effet, après une période où plusieurs médias se sont montrés favorables au journalisme participatif ou citoyen, ouvrant même des blogs ou autres espaces dédiés sur leur propre site internet, la tendance suggère plutôt un (re)verrouillage de l’information. Or, la valorisation du journalisme participatif et citoyen par les médias s’inscrivait aussi dans des enjeux de légitimité envers leur public. « En effet, la référence au peuple n’est souvent qu’un prétexte bien commode, un moyen de relégitimation d’une profession en crise » (Pélissier et Chaudy, 2009). Cet exemple illustre que les discours autour des publics et leur capacité informationnelle, supposée ou effective, s’intègrent dans des enjeux de reconnaissance des médias eux-mêmes (Tredan, 2007).

5. Limites des modèles de prescription de l’information centralisés et verticaux

24Nous venons de noter que les discours de disqualification, dans le cas de Wikipédia ou concernant les fake news, sont issus d’experts historiques des domaines concernés qui remettent en cause des nouvelles formes de médiation de l’information ou des savoirs. Ils s’inscrivent dans des logiques fortement verticalisées dites top-down, alors que ces médiations en réseaux s’organisent de façon réticulaire. De par son mode de construction, le fonctionnement de ces modèles collaboratifs s’avère beaucoup plus difficile à contrôler, à cerner, et à rentabiliser commercialement.

  • 18 Clark L. (2014, 6 février). “Tim Berners-Lee: we need to re-decentralise the web”. In Wired. Disp (...)
  • 19 « Le web a échoué au lieu de servir l’humanité » (Clark, 2014, 6 février).
  • 20 Ertzscheid O. (2014, 10 avril). « Lutter contre les enclosure de demain ». In Affordance.info. Le (...)

25Dans un entretien pour Wired en 2014, Tim Berners Lee indiquait « we need to re-decentralise the web »18. Le co-inventeur du web alertait sur les risques que feraient peser Facebook et Google sur la vision fondatrice d’un web libre et ouvert « the web had failed instead of served humanity »19. Il ajoute qu’avec les géants du web, le réseau s’est progressivement refermé et qu’il est maintenant sujet à tous les types de manipulations qu’il qualifie d’« anti-humains ». En France, plusieurs chercheurs en sciences de l’information et de la communication dénoncent régulièrement l’apparition d’enclosures, de mise en silos de l’information par les GAFA qui produisent des bulles closes, soumises à la toute-puissance des algorithmes de classement (Cardon, 2015a)20. Inspirés par la théorie des communs, dont notamment les travaux d’Elinor Ostrom, ces chercheurs dénoncent une réappropriation de l’information par des acteurs économiques qui remettent en question le principe de neutralité du net (Schafer et al., 2011).

26Le modèle de prescription, vers lequel semblent s’orienter les grands médias en s’associant avec Google, avance dans cette direction. Il s’agit d’un modèle pyramidal traditionnel du sachant vers le profane, incapable de procéder par lui-même à une évaluation des contenus qu’il consomme. Or, ce modèle s’oppose intrinsèquement au modèle collaboratif et réticulaire induit par la structure même de l’internet. En effet, le réseau étant construit sur des technologies libres (TCP/IP, HTTP, HTML), les dynamiques collaboratives y sont depuis le départ encouragées, non seulement dans leur développement, à travers les communautés d’informaticiens partout sur la planète, mais aussi dans la façon dont les internautes échangent et produisent de l’information. À ce titre, le modèle d’organisation collaborative de Wikipédia, basé sur le Wiki, est un exemple probant de co-construction à grande échelle d’un édifice informationnel, sans qu’il soit nécessaire de centraliser les prises de décisions (Cardon, 2015b).

27Le renforcement de dispositifs verticalisés pose la question des modes de contrôle du net et de la pertinence de leur justification, au niveau discursif, par les « dérives » liées aux fake news. Nous observons que, depuis son lancement en février 2017, le Décodex est sujet à un double échec. D’abord un échec d’audience, comme le montrent les statistiques des tendances de recherche de Google21, avec des occurrences extrêmement faibles qui montrent le désintérêt global des internautes vis-à-vis de l’outil depuis son lancement pourtant très médiatisé. Mais aussi échec dans la constitution et l’évaluation du corpus médiatique traité par l’équipe du Décodex du Monde qui a pourtant changé les classifications utilisées pour catégoriser les sites d’information. Nos tests concernant huit sites spécialisés dans l’actualité liée à l’environnement22 montrent par exemple que le Décodex évalue peu de sites alternatifs d’information. Le Décodex tend à consacrer les médias classiques et à dénoncer des sites perçus comme politiquement extrêmes et dont les publications sont considérées de ce fait comme douteuses.

  • 23 Martin C. (2018, 21 avril). « Trois témoins racontent comment un occupant de Tolbiac aurait été b (...)
  • 24 Magazine Marianne (2018, 20 avril). « Tolbiac : “Aucun blessé grave n’a été hospitalisé”, réassur (...)

28Les fake news diffusées par certains médias traditionnels seront considérées comme des erreurs alors que les mêmes fake news, relayées par des sites alternatifs, seront portées à leur discrédit. Ainsi, le site Révolution permanente est classé orange car il est accusé de relayer des informations inexactes mais l’exemple d’information inexacte qui est donné par le Décodex pour justifier ce choix avait été également relayé, et conforté avec des témoignages, par Reporterre23 et Marianne24 alors que ces deux médias sont classés comme fiables. Si Marianne s’inscrit dans la lignée des médias traditionnels, Reporterre pourrait être considéré comme un site d’information alternatif dans le sens où il transmet davantage que les autres médias les arguments et idées des militants environnementaux. Néanmoins, il est possible que son rédacteur en chef, issu du Monde, soit perçu comme une caution de fiabilité pour les journalistes du Décodex. Ainsi, une même information diffusée par des médias différents sera considérée par le Décodex comme plus ou moins à charge en fonction des énonciateurs respectifs.

  • 25 Phélip O. (2012, 29 novembre). « Presse contre Google : la guerre est déclarée... et les lecteurs (...)

29Enfin, on peut s’interroger sur cette alliance de circonstance entre Google et les grands médias alors même qu’il y a quelques années, ce sont les médias et les agences de presse qui accusaient Google de piller leur contenu25. Certains ont demandé le déréférencement de leurs articles par le moteur de recherche. L’injonction à cliquer, qui participe du fonctionnement des algorithmes de Google, s’avère peu compatible avec une information de qualité nécessitant une démarche analytique des évènements et donc un rythme plus lent de publication. Le risque est donc que les médias accentuent leur course à l’audience, déjà effrénée, au détriment du traitement journalistique de fond des évènements. Et de perdre un peu plus leur indépendance en se plaçant sous les coupes de Google et de Facebook qui ne manqueront pas ensuite de leur indiquer comment procéder à leur manière s’ils veulent rester dans la course.

Conclusion

30Cet article visait à mettre en exergue que la prolifération des discours et initiatives contre les fake news met en jeu de nombreux autres paramètres que le souci de vérité qu’expriment certains médias traditionnels, nouveaux spécialistes du fact-checking a posteriori ou partisans d’une standardisation a priori. Notre étude souligne que ces deux positions peuvent d’ailleurs également se recouper, comme c’est le cas pour l’AFP qui multiplie son implication dans les projets anti-fake news, notamment à travers Factuel, CrossCheck et Journalism Trust Initiative. En contrepoint de la dimension disruptive souvent prêtée au « phénomène » des fake news et qui, comme nous l’avons montré, sert à justifier des « solutions » permettant à certains acteurs de recentrer leur place dans le champ journalistique, nous voulions inscrire les fake news dans la continuité des discours de disqualification de ce qui paraît amateur et moins normé. Ainsi, dans les différents cas étudiés, ces discours proposent « des contrats relationnels permettant, implicitement ou explicitement, une sacralisation du représentant et une construction, fictionnelle et néanmoins généralisée, du représenté selon la figure du ”profane” » (cf. appel à contribution du présent dossier).

  • 26 Dans le cadre de sa lutte contre les fake news, Youtube a ainsi récupéré les contenus des article (...)

31Parmi les reconfigurations notables, la révision du jugement du Décodex à propos de Wikipédia, peu de temps après le lancement de celui-ci, semble significative. La typologie du classement du Décodex a été modifiée de sorte que Wikipédia est passée de la mise en garde initiale « attention, ce site n’est pas une source à proprement parler ou sa fiabilité est trop variable pour entrer dans nos critères » à l’approbation générique pour tous les sites considérés comme fiables. Alors que la capacité de Wikipédia à garantir la véracité des informations publiées a souvent été mise en cause, les grandes plateformes d’information comme Facebook et Youtube26 se tournent vers elle pour lutter contre les fake news qu’elles-mêmes diffusent. Il semblerait qu’au sein du web participatif Wikipédia soit désormais placée dans un rôle inattendu de soutien à la vérité, témoignant ainsi d’un déplacement de la critique des pratiques collaboratives informationnelles de Wikipédia vers celles portant sur le partage d’informations sur les réseaux sociaux numériques, qu’il s’agirait maintenant d’encadrer. Si la revalorisation de Wikipédia par les médias peut aussi se fonder sur l’amélioration de sa fiabilité, ces médias semblent s’attacher à des pratiques surplombantes, coupées des lecteurs et verrouillant le champ de l’information, à l’opposé de son fonctionnement.

Haut de page

Bibliographie

Alloing C., Vanderbiest N. (2018). « La Fabrique des rumeurs numériques. Comment la fausse information circule sur Twitter ? », Le Temps des Médias, n° 30, p. 105-123.

Badouard R. (2019). « Les controverses comme objet d’étude en SIC : le cas des “fake news” ». In Colloque Vers une nouvelle culture de la communication politique ?, Paris, 15 et 16 mai.

Bigot L. (2017). « Le fact-checking ou la réinvention d’une pratique de vérification ». In Communication & langages, vol. 192, n° 2, p. 131-156.

Cardon D. (2015a). À quoi rêvent les algorithmes : Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil.

Cardon D. (2015b). « Surveiller sans punir : La gouvernance de Wikipédia ». In Barbe L., Merzeau L., Schafer V. (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses Universitaires de Paris X, p. 15-39.

Laugier S., Ogien A. (2017). Antidémocratie, Paris, La Découverte.

Moatti A. (2015). « Postures d’opposition à Wikipédia en milieu intellectuel en France ». In Barbe L., Merzeau L., Schafer V. (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses Universitaires de Paris X, p. 15-39.

Ouakrat A. (2019). « La qualité de l’information en ligne : entre transformation du champ et tentative de stabilisation normative ». In Journées de l’ANR PIL, Paris, 20 et 21 mai.

Pélissier N., Chaudy S. (2009). « Le journalisme participatif et citoyen sur internet : un populisme dans l’air du temps ? ». In Quaderni, n° 70, p. 89-102.

Rancière J. (2004). Le Maître ignorant, Paris, 10/18.

Sahut G. (2014). « Les Jeunes, leurs enseignants et Wikipédia : représentations en tension autour d’un objet documentaire singulier ». In Documentaliste – Sciences de l’Information, vol. 51, n° 2, p. 70-79.

Sauvé M.-R. (2019). « Les fake news (“infausses”) dans les médias québécois : perceptions des journalistes ». In Colloque Fake news médium et médias au service d’imaginaires communautaires, Bordeaux, 15 avril.

Schafer V., Le Crosnier H., Musiani F. (2011). La neutralité de l’internet : Un enjeu de communication, Paris, CNRS Editions (Collection Les essentiels d’Hermès).

Tredan O. (2007). « Le “journalisme citoyen” en ligne : un public réifié ? ». In Hermès, La Revue, n° 47, p. 115-122.

Willaime P. (2015). « Une Analyse épistémologique de l’expertise dans Wikipédia ». In Barbe L., Merzeau L., Schafer V. (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses Universitaires de Paris X, p. 105-120.

Sources journalistiques

Bolz N. (2006, 31 août). « Le nouveau royaume des idiots ? ». In Courrier International. Dossier « La révolution web 2.0 : Quand le Net devient une communauté » (source : Der Spiegel). Disponible sur https://www.courrierinternational.com/article/2006/08/31/le-nouveau-royaume-des-idiots (page consultée le 31 décembre 2019).

Clark L. (2014, 6 février). “Tim Berners-Lee: we need to re-decentralise the web”. In Wired. Disponible sur https://www.wired.co.uk/article/tim-berners-lee-reclaim-the-web (page consultee le 31 décembre 2019).

Fenoglio J., Dreyfus L. (2018, 12 avril). « 2017, une année de croissance pour le groupe Le Monde ». In Le Monde. Disponible sur https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/04/12/2017-une-annee-de-croissance-pour-le-groupe-le-monde_5284379_3236.html (page consultée le 31 décembre 2019).

Foatelli A. (2017, 3 février). « Les médias face à une crise de confiance généralisée ». In La revue des médias. Disponible sur https://larevuedesmedias.ina.fr/les-medias-face-une-crise-de-confiance-generalisee (page consultée le 31 décembre 2019).

Le HuffPost avec AFP (2018, 20 mars). « Google va investir 300 millions de dollars pour lutter contre les fake news ». In Huffpost. Disponible sur https://www.huffingtonpost.fr/entry/google-va-investir-300-millions-de-dollars-pour-lutter-contre-les-fakes-news_a_23390915/ (page consultée le 31 décembre 2019).

Magazine Marianne (2018, 20 avril). « Tolbiac : “Aucun blessé grave n’a été hospitalisé”, réassure la police ». In Marianne. Disponible sur https://www.marianne.net/societe/tolbiac-aucun-blesse-grave-n-ete-hospitalise-reassure-la-police (page consultée le 31 décembre 2019).

Martin C. (2018, 21 avril). « Trois témoins racontent comment un occupant de Tolbiac aurait été blessé à la tête ». In Reporterre. Disponible sur https://reporterre.net/Trois-temoins-racontent-comment-un-occupant-de-Tolbiac-aurait-ete-blesse-a-la (page consultee le 31 décembre 2019).

Oremus W. (2018, 23 mars). « Fake news : YouTube sort du déni, mais est encore loin d’avoir résolu le problème » (trad. Champion Y.). In Slate. Disponible sur http://www.slate.fr/story/159256/youtube-fake-news-probleme-twitter-facebook-desinformation-medias (page consultée le 31 décembre 2019).

Phélip O. (2012, 29 novembre). « Presse contre Google : la guerre est déclarée... et les lecteurs oubliés ! ». In Huffpost. Disponible sur https://www.huffingtonpost.fr/olivia-phelip/conflit-europe-presse-google_b_2209662.html (page consultée le 31 décembre 2019).

Reporters sans Frontières. (2018, 3 avril). RSF et ses partenaires dévoilent la “Journalism Trust Initiative (JTI)”, un dispositif innovant contre la désinformation. Disponible sur https://rsf.org/fr/actualites/rsf-et-ses-partenaires-devoilent-la-journalism-trust-initiative-jti-un-dispositif-innovant-contre-la (page consultée le 31 décembre 2019).

Scherer É., Yeh A. (2018, 3 avril). « Contre la désinformation, Reporters sans frontières lance la Journalism Trust Initiative ». In Méta-Media. Disponible sur https://www.meta-media.fr/2018/04/03/contre-la-desinformation-reporters-sans-frontieres-lance-la-journalism-trust-initiative.html (page consultée le 31 décembre 2019).

Schneidermann D. (2005, 14 octobre). « Wikipedia, ses espoirs, ses menaces ». In Libération. Disponible sur https://www.liberation.fr/tribune/2005/10/14/wikipedia-ses-espoirs-ses-menaces_535686 (page consultée le 31 décembre 2019).

Silicon (2019, 24 avril). « Fake news : l’UE met la pression sur Google, Facebook et Twitter ». In Silicon.fr. Disponible sur https://www.silicon.fr/fake-news-lue-met-la-pression-sur-google-facebook-et-twitter-239313.html (page consultée le 31 décembre 2019).

Sitographie

ACPM (2019). Libération. Disponible sur https://www.acpm.fr/Support/liberation (page consultée le 31 décembre 2019).

AFNOR (2018, 3 avril). Journalism Trust Initiative : AFNOR accompagne RSF et ses partenaires. Disponible sur https://normalisation.afnor.org/actualites/journalism-trust-initiative-afnor-compagne-rsf-partenaires/ (page consultée le 31 décembre 2019).

AFP (2019). À propos. Disponible sur https://factuel.afp.com/apropos (page consultée le 31 décembre 2019).

Comité européen de normalisation (2018, 29 mars). Project Plan for the CEN Workshop on Journalism Trust Indicators. Disponible sur ftp://ftp.cencenelec.eu/EN/News/WS/2018/JTI/CWA-JTI_CEN-Project-plan.pdf (page consultée le 31 décembre 2019).

Ertzscheid O. (2014, 10 avril). « Lutter contre les enclosure de demain ». In Affordance.info. Le blog d’un maître de conférences en Sciences de l’information. Disponible sur https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2014/04/lutter-contre-les-enclosures-de-demain.html (page consultée le 31 décembre 2019).

Google Trends (2019). Décodex. Découvrir. Disponible sur https://trends.google.fr/trends/explore?date=today%205-y&q=d%C3%A9codex (page consultée le 31 décembre 2019).

Wikipédia (2019). « Wikipédia : réponses aux objections habituelles ». In Wikipédia, l’encyclopédie libre. Disponible sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:R%C3%A9ponses_aux_objections_habituelles (page consultée le 31 décembre 2019).

Haut de page

Notes

1 Terme générique que nous emploierons pour désigner ici les journaux quotidiens français imprimés d’actualité de dimension nationale ou internationale et à grand tirage qui préexistaient au développement des pure players d’information.

2 Scherer É., Yeh A. (2018, 3 avril). « Contre la désinformation, Reporters sans frontières lance la Journalism Trust Initiative ». In Méta-Media. Disponible sur https://www.meta-media.fr/2018/04/03/contre-la-desinformation-reporters-sans-frontieres-lance-la-journalism-trust-initiative.html (page consultée le 31 décembre 2019).

3 « L’exercice ne porte donc pas sur la qualité des contenus en eux-mêmes, mais les méthodes conduisant à les obtenir », AFNOR (2018, 3 avril). Journalism Trust Initiative : AFNOR accompagne RSF et ses partenaires. Disponible sur https://normalisation.afnor.org/actualites/journalism-trust-initiative-afnor-compagne-rsf-partenaires/ (page consultée le 31 décembre 2019).

4 « À l’ère numérique, il est devenu de plus en plus difficile de distinguer les informations façonnées par des intérêts particuliers de celles produites par des professionnels de l’information indépendants et justes. Un débat public ouvert et honnête, visant à informer le grand public, est de plus en plus difficile à mettre en œuvre, en particulier lorsque la propagande et les “fausses informations” se multiplient et que la confiance dans les institutions et les médias diminue », Comité européen de normalisation (2018, 29 mars). Project Plan for the CEN Workshop on Journalism Trust Indicators. Disponible sur ftp://ftp.cencenelec.eu/EN/News/WS/2018/JTI/CWA-JTI_CEN-Project-plan.pdf (page consultée le 31 décembre 2019).

5 « Apporter des solutions face à la crise de confiance que connaît la presse, dont la légitimité à informer subit aujourd’hui la concurrence d’internet, avec des méthodes conduisant parfois à biaiser l’information : voilà un des enjeux partagé par Reporters sans frontières (RSF) en 2017 auprès d’AFNOR, l’organisme de normalisation français », AFNOR (2018, 3 avril). Journalism Trust Initiative : AFNOR accompagne RSF et ses partenaires. Disponible sur https://normalisation.afnor.org/actualites/journalism-trust-initiative-afnor-compagne-rsf-partenaires/ (page consultée le 31 décembre 2019).

6 Reporters sans Frontières. (2018, 3 avril). RSF et ses partenaires dévoilent la « Journalism Trust Initiative (JTI) », un dispositif innovant contre la désinformation. Disponible sur https://rsf.org/fr/actualites/rsf-et-ses-partenaires- devoilent-la-journalism-trust-initiative-jti-un-dispositif-innovant-contre-la (page consultée le 31 décembre 2019).

7 Scherer É., Yeh A. (2018, 3 avril). « Contre la désinformation, Reporters sans frontières lance la Journalism Trust Initiative ». In Méta-Media. Disponible sur https://www.meta-media.fr/2018/04/03/contre-la-desinformation-reporters-sans-frontieres-lance-la-journalism-trust-initiative.html (page consultée le 31 décembre 2019).

8 AFP (2019). À propos. Disponible sur https://factuel.afp.com/apropos (page consultée le 31 décembre 2019).

9 Comité européen de normalisation (2018, 29 mars). Project Plan for the CEN Workshop on Journalism Trust Indicators, p. 13. Disponible sur ftp://ftp.cencenelec.eu/EN/News/WS/2018/JTI/CWA-JTI_CEN-Project-plan.pdf (page consultée le 31 décembre 2019).

10 Silicon (2019, 24 avril). « Fake news : l’UE met la pression sur Google, Facebook et Twitter ». In Silicon.fr. Disponible sur https://www.silicon.fr/fake-news-lue-met-la-pression-sur-google-facebook-et-twitter-239313.html (page consultée le 31 décembre 2019).

11 Le HuffPost avec AFP (2018, 20 mars). « Google va investir 300 millions de dollars pour lutter contre les fake news ». In Huffpost. Disponible sur https://www.huffingtonpost.fr/entry/google-va-investir-300-millions-de-dollars-pour-lutter-contre-les-fakes-news_a_23390915/ (page consultée le 31 décembre 2019).

12 ACPM (2019). Libération. Disponible sur https://www.acpm.fr/Support/liberation (page consultée le 31 décembre 2019).

13 Fenoglio J., Dreyfus L. (2018, 12 avril). « 2017, une année de croissance pour le groupe Le Monde ». In Le Monde. Disponible sur https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2018/04/12/2017-une-annee-de-croissance-pour-le-groupe-le-monde_5284379_3236.html (page consultée le 31 décembre 2019).

14 Foatelli A. (2017, 3 février). « Les médias face à une crise de confiance généralisée ». In La revue des médias. Disponible sur https://larevuedesmedias.ina.fr/les-medias-face-une-crise-de-confiance-generalisee (page consultée le 31 décembre 2019).

15 Wikipédia (2019). « Wikipédia : réponses aux objections habituelles ». In Wikipédia, l’encyclopédie libre. Disponible sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:R%C3%A9ponses_aux_objections_habituelles (page consultée le 31 décembre 2019).

16 Schneidermann D. (2005, 14 octobre). « Wikipedia, ses espoirs, ses menaces ». In Libération. Disponible sur https://www.liberation.fr/tribune/2005/10/14/wikipedia-ses-espoirs-ses-menaces_535686 (page consultée le 31 décembre 2019).

17 Bolz N. (2006, 31 août). « Le nouveau royaume des idiots ? ». In Courrier International. Dossier « La révolution web 2.0 : Quand le Net devient une communauté » (source : Der Spiegel). Disponible sur https://www.courrierinternational.com/article/2006/08/31/le-nouveau-royaume-des-idiots (page consultée le 31 décembre 2019).

18 Clark L. (2014, 6 février). “Tim Berners-Lee: we need to re-decentralise the web”. In Wired. Disponible sur https://www.wired.co.uk/article/tim-berners-lee-reclaim-the-web (page consultee le 31 décembre 2019).

19 « Le web a échoué au lieu de servir l’humanité » (Clark, 2014, 6 février).

20 Ertzscheid O. (2014, 10 avril). « Lutter contre les enclosure de demain ». In Affordance.info. Le blog d’un maître de conférences en Sciences de l’information. Disponible sur https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2014/04/lutter-contre-les-enclosures-de-demain.html (page consultée le 31 décembre 2019).

21 Google Trends (2019). Décodex. Découvrir. Disponible sur https://trends.google.fr/trends/explore?date=today%205-y&q=d%C3%A9codex (page consultée le 31 décembre 2019).

22 Sur les huit sites testés dans le Décodex – reporterre.net ; goodplanet.info ; novethic.fr ; femininbio.com ; wedemain.fr ; kaizen-magazine.com ; geo.fr ; larevolutiondestortues.fr – seul le plus connu, reporterre.net, est évalué.

23 Martin C. (2018, 21 avril). « Trois témoins racontent comment un occupant de Tolbiac aurait été blessé à la tête ». In Reporterre. Disponible sur https://reporterre.net/Trois-temoins-racontent-comment-un-occupant-de-Tolbiac-aurait-ete-blesse-a-la (page consultee le 31 décembre 2019).

24 Magazine Marianne (2018, 20 avril). « Tolbiac : “Aucun blessé grave n’a été hospitalisé”, réassure la police ». In Marianne. Disponible sur https://www.marianne.net/societe/tolbiac-aucun-blesse-grave-n-ete-hospitalise-reassure-la-police (page consultée le 31 décembre 2019).

25 Phélip O. (2012, 29 novembre). « Presse contre Google : la guerre est déclarée... et les lecteurs oubliés ! ». In Huffpost. Disponible sur https://www.huffingtonpost.fr/olivia-phelip/conflit-europe-presse-google_b_2209662.html (page consultée le 31 décembre 2019).

26 Dans le cadre de sa lutte contre les fake news, Youtube a ainsi récupéré les contenus des articles de Wikipédia pour les afficher sous les vidéos considérées comme étant à tendance complotiste. Oremus W. (2018, 23 mars). « Fake news : YouTube sort du déni, mais est encore loin d’avoir résolu le problème » (trad. Champion Y.). In Slate. Disponible sur http://www.slate.fr/story/159256/youtube-fake-news-probleme-twitter-facebook-desinformation-medias (page consultée le 31 décembre 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noëlle Doutreix et Lionel Barbe, « Légitimer et disqualifier : les Fake News saisies comme opportunité de normalisation du champ journalistique »Études de communication, 53 | 2019, 49-66.

Référence électronique

Marie-Noëlle Doutreix et Lionel Barbe, « Légitimer et disqualifier : les Fake News saisies comme opportunité de normalisation du champ journalistique »Études de communication [En ligne], 53 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/edc/9242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.9242

Haut de page

Auteurs

Marie-Noëlle Doutreix

Université de Lorraine, CREM / Université Paris 3 CIM
mn.doutreix@gmail.com

Lionel Barbe

Université Paris Nanterre, Dicen-IDF
lionel.barbe@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Groupe d’études et de recherche interdisciplinaires en information et communication
  • Logo Université Lille - Sciences Humaines et Sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search