Navigation – Plan du site

Anacondas et serpents de mer : paradoxes d’un « érotisme noir » chez Yambo Ouologuem et Abdoulaye Mamani

Elara Bertho et Ninon Chavoz
p. 31-56

Résumé

Partant des propositions formulées par Joseph Tonda, nous proposons d’examiner le devenir de l’érotisme noir dans les imaginaires médiatiques et littéraires contemporains. Nous interrogerons notamment deux jalons méconnus de la littérature érotique africaine, en revenant sur les textes contemporains de Yambo Ouologuem (Les mille et une bibles du sexe) et d’Abdoulaye Mamani (Shit et Les divagations d’un nègre hippy). L’examen de leur potentiel subversif conduira à suggérer la définition d’une « écriture contre », qui se définirait à la fois par l’opposition à l’horizon d’attente (post)colonial et par un dialogue suivi avec les bibliothèques occidentales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Étonnements et éblouissements de l’érotisme africain
Quelle leçon pour l’« érotisme noir » ?
« Écrire contre » : effleurements, engagements et emprunts

Aperçu du texte

« My Anaconda don’t want none unless you got buns, hun »

« Quand donc, après une semaine de séjour, Régis, Vive, Emmanuelle et Harry décidèrent leur départ, ils furent reçus par un Irlandais ayant à sa charge le zoo du président à Totota. Éleveur de vingt-six espèces de serpents, parmi lesquelles les cobras, les cassava snakes, les mambas étaient les plus venimeux. […] Les invités étaient en tenue légère et suggestive, mais rien ne se passa. »

Du célèbre clip de la chanteuse américano-trinidadienne Nicki Minaj aux préliminaires zoologiques d’un safari érotique, il est frappant de voir courir la même courbe serpentine, dont on pourrait retracer les sources et méandres jusqu’aux rêveries baudelairiennes autour de l’amante haïtienne, Jeanne Duval. Le corps noir de l’amante serait ainsi toujours – selon des modalités et des rythmes bien sûr idiosyncrasiques et divergents – « un serpent qui danse / au bout d’un bâton ». De Baudelaire à Nicki Minaj, en passant par le truchement musical de G...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elara Bertho et Ninon Chavoz, « Anacondas et serpents de mer : paradoxes d’un « érotisme noir » chez Yambo Ouologuem et Abdoulaye Mamani », Études de lettres, 3-4 | 2017, 31-56.

Référence électronique

Elara Bertho et Ninon Chavoz, « Anacondas et serpents de mer : paradoxes d’un « érotisme noir » chez Yambo Ouologuem et Abdoulaye Mamani », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1034 ; DOI : 10.4000/edl.1034

Haut de page

Auteurs

Elara Bertho

Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris

Ninon Chavoz

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals