Navigation – Plan du site

Photographies d’Afrique : déjouer les clichés. Entretien avec Flurina Rothenberger

Jehanne Denogent et Flurina Rothenberger
p. 115-128

Résumé

Photographe suisse ayant grandi en Côte d’Ivoire, Flurina Rothenberger (*1977) a suivi sa formation à la Haute École d’arts de Zurich et, depuis 2004, travaille en tant qu’indépendante sur des sujets liés au continent africain. En 2004, son premier livre I don’t know where I am going, but I’m on the way, publié aux Éditions Patrick Frey, documente la vie quotidienne de plusieurs Africains établis à Zurich. Sa deuxième publication, I love to dress like I am coming from somewhere and I have a place to go, a été conçue par le bureau de graphisme Hammer et publié par le même éditeur en 2015. Le livre regroupe des photographies prises sur le continent africain entre 2004 et 2014. En 2015, Flurina Rothenberger et sa collègue Franziska Kristensen fondent l’association KLAYM qui propose des formations à des photographes et graphistes de pays africains. Chaque workshop donne lieu à un numéro de NICE, magazine réalisé par les jeunes photographes, écrivains et artistes du lieu de production. F. Rothenberger est lauréate de plusieurs prix, notamment le Swiss Design Award ; elle expose régulièrement en Suisse et à l’étranger.
Propos recueillis par Jehanne
Denogent, Lausanne, mai 2017.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Aperçu du texte

JD : D’origine suisse, vous avez grandi en Côte d’Ivoire, étudié à Zurich et maintenant vous photographiez l’Afrique. Comment a commencé votre aventure de photographe entre ces deux continents ?

FR : Pendant mon enfance, la Suisse n’était pas du tout présente mis à part le fait que je parlais la langue et que mes parents venaient de ce pays. Mais je n’avais pas vraiment de liens avec cet endroit. La relation entre ces deux continents a vraiment commencé quand je suis retournée en Suisse. Au début, ce n’était pas une relation partagée de façon égale. La Suisse a toujours été attachée pour moi à des sentiments très difficiles. À l’âge de 14 ans, ce n’était pas très cool de revenir en Europe. Cette expérience m’a un peu traumatisée. J’essaie toujours de dire, lorsque je suis critique envers la Suisse, que je ne suis pas très neutre. En même temps, je pense que c’est une partie essentielle de mon identité d’être entre ces deux continents.

JD : En 2015, vous avez publié un magnifique livre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jehanne Denogent et Flurina Rothenberger, « Photographies d’Afrique : déjouer les clichés. Entretien avec Flurina Rothenberger », Études de lettres, 3-4 | 2017, 115-128.

Référence électronique

Jehanne Denogent et Flurina Rothenberger, « Photographies d’Afrique : déjouer les clichés. Entretien avec Flurina Rothenberger », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1043 ; DOI : 10.4000/edl.1043

Haut de page

Auteurs

Jehanne Denogent

Université de Lausanne

Flurina Rothenberger

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals