Navigation – Plan du site

The language of justice : when the colonial past is invited into the courtroom

Natalie Tarr
p. 155-172

Résumé

Dans les tribunaux au Burkina Faso seule la langue française est admise, tel un héritage du colonialisme. Comme les justiciables, dans leur grande majorité, ne parlent pas cette langue officielle, ils ont besoin d’un interprète. L’interprétariat a une longue histoire en Afrique, mais le rôle de l’interprète n’a jamais été aussi mal défini qu’aujourd’hui. L’emploi du français, qui « s’invite » dans les tribunaux du Burkina, est analysé ici comme une continuation du passé colonial et le retour étonnant d’une célèbre figure littéraire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

A day in court – Prologue
Introduction
1. Colonial justice – a walk with Wangrin, Samba Diallo and Meka
2. Wangrin, Tiekoro and Patrick
Epilogue in lieu of a conclusion

Aperçu du texte

Être la bouche de quelqu’un, c’est être son auxiliaire le plus précieux et le plus indispensable.

[…] [T]ranslation is a process, never a completed accomplishment and it may […] fail.

A day in court – Prologue

The courtroom at the tribunal de grande instance in Bobo-Dioulasso, Burkina Faso, looks like a stage. The members of the court perform a well-rehearsed choreography here at the criminal court. This feeling arises because the procedure is exactly the same every time I come to observe a day of trials. First, a clerk moves busily back and forth between offices and the courtroom, bringing in an impressive pile of files – les dossiers – and a huge, black ledger for today’s court session. He places the ledger on the prosecutor’s desk. Later I realize that this is the court’s calendar, where prosecutors note when whose trial will take place and what the accusation is. Once this task has been accomplished, the clerk turns on the air conditioner and fans, pushes chairs into position and r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Tarr, « The language of justice : when the colonial past is invited into the courtroom », Études de lettres, 3-4 | 2017, 155-172.

Référence électronique

Natalie Tarr, « The language of justice : when the colonial past is invited into the courtroom », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1048 ; DOI : 10.4000/edl.1048

Haut de page

Auteur

Natalie Tarr

Center for African Studies, University of Basel

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals