Navigation – Plan du site

Destination paix du Nigérian Ola Balogun pour le CICR : un élargissement des perspectives sur la représentation de l’Afrique

Anaïs Clerc-Bedouet
p. 195-218

Résumé

Pionnier du cinéma nigérian, le réalisateur Ola Balogun est mandaté en 1988 par le Comité international de la Croix-Rouge pour tourner un documentaire qui prendra le titre Destination paix. Balogun se différencie des autres réalisateurs ayant œuvré pour le CICR depuis 1921 par ses origines : il n’est pas européen, mais africain, plus exactement nigérian. Destination paix présente les actions du CICR dans différents pays dont le Salvador, la Thaïlande, l’Éthiopie, la Somalie, le Zimbabwe et le Nigéria, son pays natal. À ce dernier, Ola Balogun consacre une séquence de six minutes dont la forme contraste fortement avec le reste du film. Cet article montrera que le réalisateur utilise ces six minutes pour représenter, de manière assez inattendue, tout du moins pour le CICR, une « Afrique telle qu’elle existe réellement », représentative de sa propre vision en tant qu’intellectuel.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Destination paix, un film réalisé par un Africain pour un public occidental
Destination paix, un film né dans un climat de transition institutionnelle
Le Nigéria d’Ola Balogun : une parenthèse de six minutes
Destination paix, une critique inattendue du CICR assumée par un cinéaste nigérian

Aperçu du texte

Le processus fondamental des Temps modernes, c’est la conquête du monde en tant qu’image.
M. Heidegger, « L’époque des conceptions du monde »

La réflexion proposée s’inscrit dans des recherches en cours explorant et questionnant – dans le cadre d’un doctorat en Histoire internationale – les archives filmiques du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). De fait, le CICR réalise des films depuis les années 1920 et force est de constater que, jusqu’en 1988, le service de la communication du CICR en charge de la production de films institutionnels a généralement fait appel à des réalisateurs blancs occidentaux de sexe masculin. À la fin des années 1980, Alain Modoux, chef de ce même service entre 1965 et 1989, finance cependant un film réalisé par un Africain, déjà célèbre : Ola Balogun, un Nigérian reconnu tant en Afrique que sur un plan international. Pour quelles raisons le CICR a-t-il mandaté un réalisateur africain pour la première fois en 1988 ? Qu’a apporté de différent le fi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Clerc-Bedouet, « Destination paix du Nigérian Ola Balogun pour le CICR : un élargissement des perspectives sur la représentation de l’Afrique », Études de lettres, 3-4 | 2017, 195-218.

Référence électronique

Anaïs Clerc-Bedouet, « Destination paix du Nigérian Ola Balogun pour le CICR : un élargissement des perspectives sur la représentation de l’Afrique », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1053 ; DOI : 10.4000/edl.1053

Haut de page

Auteur

Anaïs Clerc-Bedouet

Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals