Navigation – Plan du site

Crise culturelle et figures postcoloniales du religieux dans le cinéma africain

Bi Kacou Parfait Diandué
p. 219-234

Résumé

Cet article montrera l’instabilité de la figure du religieux dans l’Afrique postcoloniale. Le film Au nom du Christ du réalisateur ivoirien Roger Gnoan M’Bala est le lieu de proclamation d’un faux prophète noir, caricature d’une société en perdition religieuse que l’on dirait abandonnée de ses dieux ancestraux. Lauréat de l’Étalon de Yennenga, Grand Prix du Fespaco en 1993, Au nom du Christ raconte les dérives du colonialisme dans l’exploitation pervertie du christianisme et dans l’implosion des croyances traditionnelles africaines. De là, le religieux postcolonial figure une hétérogénéité étrange, origine d’interprétations loufoques qui créent réinterprétation et surenchère des religions coloniales importées. Le cinéma comme la littérature abordent le syncrétisme culturel des pays dominés comme une forme de résistance à l’invasion totale du colonial. Autant les transformations syncrétiques du culturel sont perceptibles comme une profanation du sacré africain, autant elles se déclinent comme la robustesse des structures anthropologiques des civilisations conquises, plusieurs fois millénaires.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

La théo-conquête coloniale : la croisade au-delà des tropiques
Au nom du Christ, une réception du christianisme
Une société syncrétique
Conclusion

Aperçu du texte

Au nom du Christ est un long métrage du réalisateur ivoirien Roger Gnoan M’Bala qui a remporté l’édition du Fespaco en 1993. Couronné de ce succès du cinéma africain, le film a eu une belle aventure lors de sa sortie en salle. L’intrigue qui s’y déploie prend corps à Bali-Ahuékro, village africain imaginaire où un prophète noir s’autoproclame et se présente comme le cousin du Christ, donc comme le neveu de Dieu. De miracles en démonstration de foi, Gnamien Atto, le cousin, prend pour nom sacerdotal « Magloire 1er ». Ses deux désignations nominatives sont des programmes, Gnamien Atto signifiant littéralement en langue baoulé « Dieu-Mensonge » ou littérairement « Faux-Dieu » et Magloire 1er renvoyant, bien entendu, au syntagme « ma gloire » expression de louange à son autosatisfaction. Le public est ainsi face à un prophète égocentrique dont le parcours de porcher à celui de neveu de Dieu est édifiant. En effet, sa fonction et son statut d’analphabète font de Gnamien Atto la risée du ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bi Kacou Parfait Diandué, « Crise culturelle et figures postcoloniales du religieux dans le cinéma africain », Études de lettres, 3-4 | 2017, 219-234.

Référence électronique

Bi Kacou Parfait Diandué, « Crise culturelle et figures postcoloniales du religieux dans le cinéma africain », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1055 ; DOI : 10.4000/edl.1055

Haut de page

Auteur

Bi Kacou Parfait Diandué

Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals