Navigation – Plan du site

Le Gesamtkunstwerk et l’homme entier. Essai sur l’actualité de l’art total

Michael Groneberg
p. 27-46

Résumé

Afin de capter une éventuelle actualité de l’art total, le présent essai présentera d’abord les composantes de cette idée allemande conçue au XVIIIe siècle, mais véritablement née au XIXe siècle à la suite de révolutions échouées. Hautement politique, elle a été nourrie, de Schiller à Wagner, par un désir nostalgique de la totalité de l’homme, prenant comme grande référence la scène athénienne de l’époque classique fantasmée. La pensée utopiste d’une évolution de l’humain qui retrouvera, à un niveau supérieur, l’unité perdue depuis Sophocle, fait partie intégrante de cette idée idéaliste de l’art total. À l’aune de productions actuelles, cette notion s’avère inadéquate avec notre temps et exige un concept d’art total plus universel, et plus frais. On distinguera ainsi un art global – ou un art total réaliste – qui prend sa source dans les actuelles réalités globales, de l’art total idéaliste qui appartient désormais au passé.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

Quelques exemples (des années 2010)
Marquard : une typologie de l’art total (1983)
Richard Wagner (1849-1852)
Schiller (1792-1794)
Point de retour
Nietzsche et Foucault
Omar Porras, par exemple
Conclusion

Aperçu du texte

L’art total est mort, vive l’art global.

Un spectre hante le monde théâtral, ou plutôt un revenant – le revenant de l’art total. Ressenti comme dangereux, associé à des tendances totalitaires ou à un ésotérisme et un mythisme, les forces de la gauche et de la droite s’unissent pour chasser ce perturbateur de la frontière entre l’art et la vie, mais sans succès. Puisque le phénomène réapparaît avec persistance, la question doit être posée de savoir si son nom et sa conception – qui déclenchent, eux, ces réactions – sont encore appropriés. C’est ce défi que poursuit le texte suivant en remontant d’abord dans le passé, aux sources de l’idée de l’art total, pour ensuite retourner au temps présent, infusant du sang nouveau à la conception de l’art entier.

Quelques exemples (des années 2010)

Deux créations datées de 2013 peuvent montrer, à titre d’exemple, la présence toujours actuelle de l’idée de l’art total, s’articulant tout d’abord – à la surface – autour de la combinaison de différent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Groneberg, « Le Gesamtkunstwerk et l’homme entier. Essai sur l’actualité de l’art total », Études de lettres, 1 | 2018, 27-46.

Référence électronique

Michael Groneberg, « Le Gesamtkunstwerk et l’homme entier. Essai sur l’actualité de l’art total », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1081 ; DOI : 10.4000/edl.1081

Haut de page

Auteur

Michael Groneberg

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals