Navigation – Plan du site

Penser l’espace dramatique (tout contre Gérard Genette)

Danielle Chaperon
p. 47-62

Résumé

La théorie du théâtre, contrairement à la théorie du cinéma ou celle de la bande dessinée, ne s’est guère inspirée de la narratologie classique (celle de Tzvetan Todorov et de Gérard Genette). Sans doute pourrait-on incriminer une longue antériorité de la réflexion poétique des auteurs dramatiques. On devrait cependant surtout rappeler que, dans les années 1960, la volonté du théâtre de se distancier de la littérature et des théories littéraires fut l’un des obstacles principaux à l’influence de la narratologie. Il y aurait aujourd’hui un grand profit à rattraper le temps perdu. Intégrer l’analyse du théâtre dans le champ d’une narratologie postclassique faciliterait les recherches intermédiales. La présente contribution s’inscrit dans ce projet en s’attachant à définir – préalable nécessaire à toute application des outils narratologiques à la description du texte dramatique – une catégorie analytique de l’Espace destinée à entrer en résonance systémique avec les catégories du Temps, du Mode et de la Voix proposées dans le fameux « Discours du récit » de G. Genette.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

1. Misère du drame en narratologie
2. Espace perdu
3. Espace (re)trouvé

Aperçu du texte

1. Misère du drame en narratologie

De nombreuses raisons peuvent expliquer le rendez-vous manqué entre la théâtrologie et la narratologie « classique ». L’une d’entre elles est sans doute que Gérard Genette a systématiquement dégradé le genre dramatique dans ses ouvrages fondateurs de la discipline. Il faut dire que G. Genette expulse le mode dramatique du champ poétique et mimétique, le plus loin possible des « frontières du récit ». Ce bannissement est motivé explicitement par le fait que le texte dramatique n’étant que la reproduction, transcription ou citation de discours réels ou fictifs, « le travail de la représentation [se trouve] nul dans les deux cas ». G.   Genette précise qu’à proprement parler « [l]e récit ne “ représente ” pas une histoire (réelle ou fictive), il la raconte, c’est-à-dire qu’il la signifie par le moyen du langage – exception faite pour les éléments déjà verbaux de cette histoire (dialogues, monologues) […] ». Ainsi le narratologue rompt-il avec une long...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Chaperon, « Penser l’espace dramatique (tout contre Gérard Genette) », Études de lettres, 1 | 2018, 47-62.

Référence électronique

Danielle Chaperon, « Penser l’espace dramatique (tout contre Gérard Genette) », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1082 ; DOI : 10.4000/edl.1082

Haut de page

Auteur

Danielle Chaperon

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals