Navigation – Plan du site

Mémoire de la cité et mémoire de la tragédie

David Bouvier
p. 81-98

Résumé

Comment expliquer que les textes de la tragédie grecque antique si profondément liés aux institutions de l’Athènes du Ve siècle av. J.-C. soient aujourd’hui si joués et représentés partout à travers le monde ? A défaut d’apporter une réponse immédiate à cette question, cette étude veut remettre en question deux illusions : celle d’une universalité de la tragédie grecque et celle d’une mémoire héritée des Anciens. Un texte de Borges, ici relu, raconte parfaitement la difficulté de comprendre les formes artistiques des autres cultures. Mais il faut aller plus loin pour dire que c’est le fonctionnement même de la mémoire qui s’est transformé. Au spectacle d’une tragédie grecque, le spectateur contemporain se plaît à penser qu’il retrouve un mythe antique, voire une mémoire mythique. Sauf que les tragédies renvoyaient les Athéniens du Ve siècle à des drames qui n’étaient pas pour eux une pure fiction. Ils ne considéraient pas les figures d’Œdipe, d’Agamemnon ou d’Antigone comme des figures légendaires ou inventées. La tragédie grecque apparaît alors, dans le contexte politique, culturel et religieux de la cité, comme une institution de réappropriation et de reformulation du passé, comme une manière de faire de l’histoire ancienne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

Actualité de la tragédie grecque ?
Le constat de Borges : le théâtre comme genre non-universel
Émergence d’une nouvelle forme de mémoire
Un traumatisme fondateur

Aperçu du texte

A la mémoire d’Adel Hakim, en souvenir de ses mises en scènes d’Antigone et de François d’Assise.

Actualité de la tragédie grecque ?

Faut-il, dans le cadre d’un colloque qui veut penser les enjeux actuels du théâtre, remonter une fois encore et après tant d’autres, jusqu’aux poètes tragiques et comiques grecs pour rappeler qu’il y a deux millénaires et demi, au Ve siècle avant notre ère, la tragédie et la comédie furent d’abord une invention et une institution athéniennes ? Faut-il rappeler que cette manifestation musicale et chorégraphique, tout à la fois politique et religieuse, cultuelle et culturelle, était radicalement différente de nos pratiques théâtrales ? Pour creuser la distance et l’écart, on peut souligner cette spécificité athénienne du théâtre grec et rappeler quelques chiffres révélateurs. En ville d’Athènes, sur l’agora d’abord, puis au théâtre de Dionysos qui pouvait accueillir plus de 15’000 personnes, chaque année lors des Grandes Dionysies, au printemps, trois aute...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Bouvier, « Mémoire de la cité et mémoire de la tragédie », Études de lettres, 1 | 2018, 81-98.

Référence électronique

David Bouvier, « Mémoire de la cité et mémoire de la tragédie », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1085 ; DOI : 10.4000/edl.1085

Haut de page

Auteur

David Bouvier

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals