Navigation – Plan du site

Alchimie de la scène et précipitation des temps (à propos de Forêts de Wajdi Mouawad)

Eric Eigenmann
p. 99-112

Résumé

Deux tableaux de Forêts, pièce de Wajdi Mouawad (2009), sont interrogés ici sous l’angle proposé par le colloque « Le penser de la scène ». Après avoir montré comment, à transgresser les conventions théâtrales traditionnelles, ces tableaux déjouent les attentes en déstabilisant notamment la perception de la temporalité diégétique, cet article dégage l’exceptionnalité d’instants de théâtre qui précipitent, au sens temporel et moléculaire, des fragments de vies distinctes dans le temps et l’espace, et qui ouvrent la perspective d’une communion sensorielle paradoxalement partagée entre personnages, comédiens et spectateurs. Ces observations seront finalement liées au jeu collectif avec la contingence et la finitude de la vie humaine que constitue l’événement théâtral.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

Troubles dans la temporalité
La représentation démultipliée, l’accommodation déstabilisée
Forêts, ou la théâtralité d’une furtive interpénétration des âges
L’expérience partagée d’une résurrection laïque

Aperçu du texte

Tous les vrais alchimistes savent que le symbole alchimique est un mirage comme le théâtre est un mirage. Et cette perpétuelle allusion aux choses et au principe du théâtre que l’on trouve dans à peu près tous les livres alchimiques, doit être entendue comme le sentiment (dont les alchimistes avaient la plus extrême conscience) de l’identité qui existe entre le plan sur lequel évoluent les personnages, les objets, les images, et d’une manière générale tout ce qui constitue la réalité virtuelle du théâtre et le plan purement supposé et illusoire sur lequel évoluent les symboles de l’alchimie.

Troubles dans la temporalité

Dans Forêts, troisième texte de la tétralogie publiée par Wajdi Mouawad en 2009 sous le titre Le Sang des promesses, on lit le passage suivant :

ODETTE. Edmond ? Qu’est-ce que tu fais ici, tout seul, entre les pattes de la girafe ?
EDMOND. La girafe et moi nous attendons la pluie. Edgar et Hélène m’ont dit que quand il pleut, la girafe est heureuse et moi, j’aime quand...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Eigenmann, « Alchimie de la scène et précipitation des temps (à propos de Forêts de Wajdi Mouawad) », Études de lettres, 1 | 2018, 99-112.

Référence électronique

Eric Eigenmann, « Alchimie de la scène et précipitation des temps (à propos de Forêts de Wajdi Mouawad) », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1086 ; DOI : 10.4000/edl.1086

Haut de page

Auteur

Eric Eigenmann

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals