Navigation – Plan du site

Un complexe de Galilée ? Penser la scène avec la science-fiction

Colin Pahlisch
p. 113-128

Résumé

Hormis quelques rares exemples, l’étude des rapports entre théâtre et science-fiction peine encore à susciter des vocations, tant chez les chercheurs en philosophie que chez les critiques du théâtre et les dramaturges. Ce désintérêt est regrettable et cette contribution tente d’y remédier en proposant quelques approches croisées entre ce genre littéraire et l’art de la scène. À partir du concept brechtien de distanciation, il s’agira de mettre tout d’abord au jour le potentiel critique qui unit, dès l’origine, poétique de la science-fiction et théorie du théâtre. Dans un second temps, sera abordée la question de la réalisation scénique qui semble avoir souvent court-circuité la rencontre entre théâtre et science-fiction, à partir des remarques de Ralph Willingham sur diverses stratégies permettant de pallier l’impossibilité de représenter sur scène la totalité d’un monde autre, d’y faire adhérer l’imaginaire du spectateur. Enfin, le recours à la notion de sublime permettra d’embrasser d’un même regard la pensée du théâtre et la science-fiction, et, peut-être, de jeter les bases d’une approche philosophique commune.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

1. Une certaine lecture de Brecht
2. Le problème de la représentation
3. Reproduire le sublime ?
4. Semper exploro

Aperçu du texte

Origine de la philosophie, le sentiment d’étonnement, disait Platon, voilà la vraie marque du philosophe.

Peu de travaux ont abordé spécifiquement, sous un angle philosophique, la question des rapports entre théâtre et science-fiction. Cette lacune scientifique tient sans doute autant à l’indifférence des philosophes et des spécialistes de la scène pour un genre littéraire longtemps considéré comme « mineur », ou trop « populaire », qui ne les a guère incité à tresser des liens avec leur objet d’étude. De façon similaire, on ne trouve aucune considération sur le théâtre chez Guy Lardreau, l’un des premiers philosophes à s’être intéressé à la science-fiction. La scène ne semble pas avoir de place propre au sein de l’exploration intellectuelle que mène l’auteur, pourtant tracée au cordeau de la théorie leibnizienne des mondes possibles. À croire que les codes et le potentiel artistique propres au drame ne s’avèrent pas utiles à prendre en compte dans cet exercice spéculatif qui consis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colin Pahlisch, « Un complexe de Galilée ? Penser la scène avec la science-fiction », Études de lettres, 1 | 2018, 113-128.

Référence électronique

Colin Pahlisch, « Un complexe de Galilée ? Penser la scène avec la science-fiction », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1088 ; DOI : 10.4000/edl.1088

Haut de page

Auteur

Colin Pahlisch

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals