Navigation – Plan du site

La formation affective à l’école brechtienne

Vincent Laughery
p. 129-144

Résumé

La pensée philosophique pose des défis intéressants au jeu théâtral lorsqu’on en vient à sa dimension affective. Dans cette étude, nous retraçons d’abord les grandes lignes de la discussion autour du concept d’affect, notamment chez Spinoza et Deleuze, après quoi nous nous tournons vers un texte canonique de la pensée du théâtre, le Petit organon pour le théâtre de Bertolt Brecht, qui accorde une importance majeure à une problématique affective peu commentée et difficile à saisir, mais dont nous pouvons, c’est là le pari, mieux comprendre l’enjeu grâce à la notion spinozienne d’affect. Lu ainsi, Brecht offre un ressort dramatique intéressant et pertinent pour la critique et la pratique du théâtre aujourd’hui.

Haut de page

Note de l’auteur

Cette étude, paraissant ici dans une forme abrégée, est issue de considérations rétrospectives par rapport à la mise en scène de La Vie de Galilée de B. Brecht que j’ai eu l’honneur d’élaborer en 2012 à l’Université de Lausanne, dans le cadre du projet Le Savant et la Société de l’association universitaire des Maîtres de la Caverne. Il fait partie d’une recherche critique et scénique sur la notion d’affect (principalement chez G. Deleuze et F. Guattari) employé comme outil de lecture et d’expérimentation dans la mise en scène.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2020.

Plan

1. Contexte et définitions
2. La notion d’affect chez Spinoza
3. Ré/jouissance et plaisir chez Brecht
4. Conclusion et pistes à suivre

Aperçu du texte

1. Contexte et définitions

Le récent gain d’intérêt pour les sciences affectives qui a suscité un « tournant affectif » à la fin du siècle dernier est né de la réévaluation du rôle que jouent l’émotion et l’affect dans les processus cognitifs. Dans ce contexte, une attention croissante a été accordée aux travaux qui se sont développés à partir de la conceptualisation de l’affect par Gilles Deleuze et Félix Guattari. Dans ce qui suit, nous présenterons d’abord les définitions fonctionnelles des termes « émotion » et « affect » qu’offre le critique culturel Eric Shouse, influencé par le philosophe Brian Massumi, traducteur anglophone de G. Deleuze et F. Guattari. Nous approfondirons alors la notion d’affect afin d’en démontrer l’utilité pour une lecture du Petit organon pour le théâtre de Bertolt Brecht. Pour ce faire, nous nous appuierons sur l’Ethique de Baruch Spinoza ainsi que sur le cours sur Spinoza que G. Deleuze a donné à Vincennes entre 1978 et 1981. Il y commente et cadre en ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Laughery, « La formation affective à l’école brechtienne », Études de lettres, 1 | 2018, 129-144.

Référence électronique

Vincent Laughery, « La formation affective à l’école brechtienne », Études de lettres [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 15 mars 2020, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1090 ; DOI : 10.4000/edl.1090

Haut de page

Auteur

Vincent Laughery

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals