Navigation – Plan du site

Entre situations convenues et richesse comique : Les mousquetaires au couvent de Louis Varney

Delphine Vincent
p. 49-66

Résumé

Louis Varney fut un auteur à succès d’opérettes, qui est tombé de nos jours dans l’oubli. Cet article étudie les procédés de comique musical employés dans son chef-d’œuvre, Les mousquetaires au couvent (1880). En s’appuyant sur les écrits théoriques de Baudelaire et de Bergson, cet essai souligne la variété du comique dans cette opérette : verbal, gestuel, mécanique, hypertrophie musicale, détournement musical, jeu avec des situations musicales topiques, superposition de niveaux de lecture. La richesse des réponses musicales proposées par Varney est remarquable et rappelle la valeur d’un artiste qui souffre de la mauvaise réputation de l’opérette française – dépolitisée et passant pour un pur divertissement – des années 1880.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Une intrigue conventionnelle
2. Style musical
3. Comique verbal et gestuel
4. Situations topiques du comique musical
5. Perte du sens et mécanicité
6. Hypertrophie et détournements musicaux
7. Superposition comique de niveaux de lecture
8. Conclusion

Aperçu du texte

Si les opérettes de Jacques Offenbach sont très connues et jouées, il n’en va plus de même des œuvres légères écrites en France par la génération suivante de compositeurs. En effet, il est difficile de citer des titres encore montés de nos jours, et ce malgré l’immense succès rencontré par nombre de ces pièces lors de leur création. C’est le cas des opérettes de Louis Varney, tombées dans un oubli injustifié au vu de leur qualité.

Né en 1844 à La Nouvelle-Orléans, Louis Varney est le fils du compositeur et chef d’orchestre Alphonse Varney (1811-1879), qui avait été le directeur du théâtre des Bouffes-Parisiens lorsqu’Offenbach y était actif (1857-1865). Louis vient au monde alors que son père dirige la saison d’opéra français à La Nouvelle-Orléans. Ce dernier assure sa formation, le prédestinant à une carrière dans les genres légers. Il débute, en effet, comme chef au Théâtre de l’Athénée-Comique à Paris (1876), pour lequel il compose la même année une opérette en un acte, Il signor ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Vincent, « Entre situations convenues et richesse comique : Les mousquetaires au couvent de Louis Varney », Études de lettres, 4 | 2016, 49-66.

Référence électronique

Delphine Vincent, « Entre situations convenues et richesse comique : Les mousquetaires au couvent de Louis Varney », Études de lettres [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1151 ; DOI : 10.4000/edl.1151

Haut de page

Auteur

Delphine Vincent

Université de Fribourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals