Navigation – Plan du site

Entre orientalisme et art orientalisant. L’Inde de Lakmé

Philippe Bornet
p. 67-92

Résumé

La contribution étudie les racines de la représentation de l’Inde dans l’opéra Lakmé (1883) de Léo Delibes (1836-1891). Nuançant une approche qui ne relèverait que l’aspect superficiel et stéréotypé de cette représentation, l’analyse examine en premier lieu le rôle d’une « tradition opératique » relative à l’Inde dans le contexte français. En second lieu, l’attention est portée sur la contribution de spécialistes érudits de l’Inde – en particulier Théodore Pavie – à la composition du livret. Enfin, nous évoquons l’impact de la découverte progressive des instruments et du système musical indiens dans le courant du XIXe siècle, depuis les orientalistes de Calcutta au musicologue belge Joseph-François Fétis (1784-1871). Il apparaît que Delibes, bien que s’inscrivant dans un genre orientalisant convenu, fait à l’occasion preuve d’une originalité musicale certaine, très probablement stimulée par la conscience de formes musicales radicalement différentes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

1. Introduction : l’opéra entre orientalisme et art orientalisant
2. L’Inde dans l’opéra : quelques précédents
3. Lakmé de Léo Delibes (1883)
3. 1. Rappel de l’intrigue
3. 2. Inspirations littéraires
4. Eléments d’analyse
4. 1. L’Orient et l’Occident
4. 2. Une autre altérité : les Britanniques
4. 3. La musique
5. Conclusion : orientalisme et art orientalisant

Aperçu du texte

1. Introduction : l’opéra entre orientalisme et art orientalisant

Depuis Edward Saïd et son ouvrage pionnier, L’orientalisme : la création de l’Orient par l’Occident (1978), il est difficile d’échapper à la problématique de l’orientalisme dans l’analyse de productions artistiques, picturales, ou musicales faisant référence à des contextes « orientaux ». Définissant l’orientalisme comme un « style occidental de domination, de restructuration et d’autorité sur l’Orient », Saïd note que les productions orientalistes tendent à dissimuler (consciemment ou non) des intérêts d’ordre politique sous les atours de la science ou de l’art. De manière générale, les épigones de Saïd ont poursuivi une analyse critique, parfois même hypercritique, des œuvres d’art faisant appel au répertoire de l’exotisme oriental. Déconnectées des réalités de l’histoire asiatique, ces œuvres auraient contribué à renforcer le discours colonial dans les contextes métropolitains en présentant une vision réifiée d’un o...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bornet, « Entre orientalisme et art orientalisant. L’Inde de Lakmé », Études de lettres, 4 | 2016, 67-92.

Référence électronique

Philippe Bornet, « Entre orientalisme et art orientalisant. L’Inde de Lakmé », Études de lettres [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1153 ; DOI : 10.4000/edl.1153

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals