Navigation – Plan du site

Le « pendule vernaculaire » ou faire parler Arvida

Marie-Hélène Larochelle et Samuel Archibald
p. 73-86

Résumé

Notre article propose d’interroger la représentation de la langue orale québécoise dans le recueil de nouvelles Arvida (Boréal compact, 2014/Quartanier, 2011) de Samuel Archibald. Chargée d’émotion, et porteuse d’une mémoire spécifique, la voix de Samuel Archibald est aujourd’hui considérée comme l’une des plus solides dans la littérature québécoise contemporaine. La présente étude se veut originale dans sa forme puisqu’elle fera directement dialoguer le critique avec l’écrivain, qui a eu la générosité de répondre à nos questions afin d’éclairer certains aspects de son écriture. Ces fragments servent ensuite de tremplins pour produire une analyse de l’oralité dans l’écriture des récits qui composent le recueil Arvida.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Aperçu du texte

Dans Le roman sans aventure, Isabelle Daunais déplore la portée limitée des romans québécois et considère que le premier problème serait l’« absence de rayonnement » de la littérature québécoise. Elle précise : « [...] aucune de ces œuvres n’a marqué durablement l’histoire générale du roman, aucune n’est devenue, pour les lecteurs du grand contexte de l’art romanesque, une œuvre éclairante pour la compréhension de l’aventure humaine ». Trop idylliques et trop étroits, les lieux narratifs de notre littérature ne permettraient pas « de révéler et d’explorer la façon dont nous habitons le monde, dont nous l’affrontons et le concevons, dont il nous emporte ».

La présente étude ne souhaite pas accorder trop d’importance au jugement d’Isabelle Daunais. Néanmoins, gardons en tête ses déclarations comme postulats avant de nous concentrer sur l’espace spécifique que constitue l’oralité, quand elle trouve sa place dans le littéraire. Il s’agira moins de s’appliquer à renverser ses hypothèses q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Larochelle et Samuel Archibald, « Le « pendule vernaculaire » ou faire parler Arvida », Études de lettres, 3 | 2016, 73-86.

Référence électronique

Marie-Hélène Larochelle et Samuel Archibald, « Le « pendule vernaculaire » ou faire parler Arvida », Études de lettres [En ligne], 3 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1218 ; DOI : 10.4000/edl.1218

Haut de page

Auteurs

Marie-Hélène Larochelle

Université York

Samuel Archibald

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals