Navigation – Plan du site

« La magie des voix dans la nuit » : « transcréation » des contes de Perrault chez Angela Carter

Martine Hennard Dutheil de la Rochère
p. 87-108

Résumé

Cet article propose une lecture comparative des enjeux de l’oralité dans les contes de Perrault et leurs « reformulations » radiophoniques par Angela Carter (1940-1992) dans le but d’éclairer la démarche de « transcréation » propre à l’auteure féministe britannique qui endosse avec humour le rôle d’une nouvelle « ma mère l’Oye ». A partir de sa traduction des contes de Perrault pour les enfants dans The Fairy Tales of Charles Perrault (1977), Carter a exploré la textualité et l’intertextualité des contes dans The Bloody Chamber (1979), un recueil de réécritures destinées à des lecteurs adultes. En contrepoint de ces nouvelles en prose, elle a mis en évidence la dimension orale des contes pour la radio, puis leur dimension visuelle au cinéma. Chez Carter, le conte devient un objet d’expérimentation poétique, générique et médiatique au service de l’émancipation des femmes et de leur contribution à l’histoire culturelle. L’exemple développé ici est celui de Vampirella (1976), un « radio play » qui inspirera aussi à l’auteure une nouvelle intitulée « The Lady of the House of Love ». Vampirella revisite « La Belle au Bois dormant » sur le mode gothico-parodique afin de recréer pour ses auditeurs l’expérience archaïque du conte raconté au coin du feu et « la magie des voix dans la nuit ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2019.

Plan

Charles Perrault et la parole feinte : le clin d’oeil à la tradition orale
L’oralité figurée dans « Peau d’Ane », « La Belle au bois dormant », « Le Petit chaperon rouge », « Les Souhaits ridicules » et « Le Chat botté »
Angela Carter, ou la radio au service de la tradition orale
Du corps du texte aux voix dans la nuit : Vampirella, ou comment échapper à la voix de son maître
Transmission, répétition, variation, subversion : « Can a bird sing only the song it knows, or can it learn a new song ? »

Aperçu du texte

Open any page and a full score rises from its word-notes, of winds howling, teardrops falling, diamond earrings tinkling, snapping teeth, sneezing, and wheezing. Storytelling for Angela Carter was an island full of noises and sweet airs, and like Caliban, who heard a thousand twangling instruments hum about his ears, she was tuned to an ethereal universe packed with sensations, to which she was alive with every organ.
M. Warner, « Marina Warner on why Angela Carter’s
The Bloody Chamber Still Bites ».

Le propre du conte est de se réinventer dans le jeu sans fin de la répétition et de la différence. Tout l’art de raconter une histoire consiste à raviver une mémoire collective au gré de l’inspiration, des circonstances et de l’auditoire : le sens du conte est donc inséparable de sa ré-énonciation et de sa performance, invitant aux improvisations, variations, détours voire détournements.

Les contes littéraires gardent la trace de leurs lointaines origines orales, même si l’histoire du gen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « « La magie des voix dans la nuit » : « transcréation » des contes de Perrault chez Angela Carter  », Études de lettres, 3 | 2016, 87-108.

Référence électronique

Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « « La magie des voix dans la nuit » : « transcréation » des contes de Perrault chez Angela Carter  », Études de lettres [En ligne], 3 | 2016, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1234 ; DOI : 10.4000/edl.1234

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals