Navigation – Plan du site

La « petite renaissance » d’Aymon de Montfalcon. Le goût de l’évêque et des milieux canoniaux pour l’italie et les monuments

Grégoire Oguey
p. 107-128

Résumé

En 1494, Aymon de Montfalcon s’émerveille devant les ruines d’Aventicum. Ce goût précoce pour l’Antiquité, il l’a cultivé bien avant de devenir évêque. Ses ambassades à Rome lui ont assurément fait voir les vestiges de nombreux monuments. Beaucoup de chanoines de la cathédrale entretiennent également des liens avec la capitale de la Chrétienté, dont l’attrait se mesure tout au long de l’épiscopat d’Aymon de Montfalcon. Ces contacts personnels ont favorisé le passage au nord des Alpes des idées et des goûts de l’humanisme, un rapport rénové au passé et de nouvelles lettres dans les inscriptions : les capitales romaines. Apposées sur des monuments gothiques, mêlées à d’autres graphies, elles se trouvent au carrefour d’une forme de syncrétisme caractéristique de l’épiscopat d’Aymon de Montfalcon.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Le goût des monuments
La Descendance des évêques de Lausanne
Le bibliophile et le Romain
Les chanoines, au cœur des liens avec Rome
Aymon de Montfalcon et Rome
De la paléographie à la sigillographie
Les sceaux des Montfalcon
Les sceaux des chanoines du chapitre
Les monnaies
Les inscriptions

Aperçu du texte

Début décembre 1494 : après s’être rendu en mission à Fribourg pour le duc de Savoie, l’évêque de Lausanne Aymon de Montfalcon arrive à Avenches, ville dont il est le seigneur temporel. Il vient y régler plusieurs affaires, trancher différentes causes et s’accorde un peu de temps pour visiter les vestiges d’Aventicum :

Depuis, [l’évêque Aymon de Montfalcon] passa temps en sa dicte ville, en oyant les quereles de ses subgectz, les pacifiant au mieulx qu’il peut, et en visitant les antiquitez dudict lieu, qui sont presque une merveille.

Alors que l’historiographie place essentiellement le développement de l’humanisme en Suisse occidentale au XVIe siècle, et souvent en lien avec la Réforme, l’émerveillement d’Aymon de Montfalcon pour la capitale des Helvètes à la fin du XVe siècle déjà doit interpeller. Si l’évêque apprécie ces ruines romaines, c’est donc qu’il entretient des rapports culturels assez étroits avec l’Antiquité et l’Italie. Du reste, de nombreux autres témoignages dressent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Oguey, « La « petite renaissance » d’Aymon de Montfalcon. Le goût de l’évêque et des milieux canoniaux pour l’italie et les monuments », Études de lettres, 3-4 | 2018, 107-128.

Référence électronique

Grégoire Oguey, « La « petite renaissance » d’Aymon de Montfalcon. Le goût de l’évêque et des milieux canoniaux pour l’italie et les monuments », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1353 ; DOI : 10.4000/edl.1353

Haut de page

Auteur

Grégoire Oguey

Université de Neuchâtel et Archives de l’État de Neuchâtel

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals