Navigation – Plan du site

Sagesse proverbiale à l’usage d’une cour : le cheval de Jeunesse, le rocher de Fortune

Jean-Claude Mühlethaler
p. 151-174

Résumé

Dans la salle dite « des conférences » du château Saint-Maire se trouve une peinture qui n’a guère retenu l’attention des spécialistes. On y voit une femme nue, les cheveux au vent, assise sur un cheval fou en train de galoper vers le rocher de Fortune, ainsi que le précise le quatrain qui accompagne la représentation. Or, un dessin du magnifique recueil (BnF, fr. 24461) commandité par la puissante famille des Robertet, dont les membres ont servi les ducs de Bourbon et le roi de France, offre le pendant exact de la peinture voulue par Aymon de Montfalcon. Une lecture croisée des deux témoins permet d’en dégager les enjeux idéologiques convergents et d’établir, en élargissant l’enquête, des liens que le prince-évêque de Lausanne entretenait avec d’autres foyers culturels. Un esprit d’époque, celui d’une élite entre Moyen Âge et Renaissance, flotte au château Saint-Maire de Lausanne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

Ainsy dont qu’en Jeunesse estoye
Sans tenir rigle ne compas
.

Prince-évêque, ambassadeur, mécène, Aymon de Montfalcon fut aussi « poète amateur en sa jeunesse ». à elles seules, les peintures du corridor central du château Saint-Maire à Lausanne fournissent une preuve éclatante de sa curiosité intellectuelle : le Breviaire des nobles, dû à la plume d’Alain Chartier, secrétaire du futur roi Charles VII, et qui fut le livre de chevet des nobles aux XVe et XVIe siècles, y fait face aux « Enseignes » des Douze Dames de Rhétorique, œuvre de George Chastelain, grand indiciaire de la cour de Bourgogne et figure de proue de ceux qu’on a appelés les « grands rhétoriqueurs ». L’évêque fait dialoguer, dans son « corridor-codex », les textes phares des deux cours rivales dont il dépasse l’antagonisme en suivant la démarche de Chastelain qui n’a cessé de s’inspirer (mais sans jamais l’avouer !) de l’œuvre de Chartier. Dans un geste d’appropriation, il les place sous sa devise personnelle, d’origine...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Mühlethaler, « Sagesse proverbiale à l’usage d’une cour : le cheval de Jeunesse, le rocher de Fortune », Études de lettres, 3-4 | 2018, 151-174.

Référence électronique

Jean-Claude Mühlethaler, « Sagesse proverbiale à l’usage d’une cour : le cheval de Jeunesse, le rocher de Fortune », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1380

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mühlethaler

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals