Navigation – Plan du site

L’évêque Aymon de Montfalcon, un constructeur novateur

Marcel Grandjean
p. 259-290

Résumé

Le portail de la cathédrale de Lausanne et les cheminées des châteaux de l’évêque Aymon de Montfalcon, bien que fort différents de style, offrent le même problème de sources et de modèles. Leurs auteurs, ou mieux leurs « concepteurs », certainement étrangers, restent inconnus. Le premier dériverait apparemment d’une tradition venue du Val de Loire, comme nous l’avons rappelé récemment1, et les secondes paraissent un cas rare du décor flamboyant final. Nous aimerions, dans un cadre recentré sur l’étonnante personnalité d’Aymon de Montfalcon, essayer de mieux situer ces œuvres et de leur donner un contexte plus élargi, sans pouvoir malheureusement lever toutes les incertitudes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

1. Le portail des Montfalcon
1.1. Un survol d’une typologie de portails mal connue
1.2. Le cas du portail des évêques de Montfalcon
2. Les cheminées des résidences d’Aymon de Montfalcon
2.1. Les fenestrages aveugles
3. Conclusion

Aperçu du texte

1. Le portail des Montfalcon

Prévu, semble-t-il, dès le début du XVe siècle et commencé finalement par Aymon de Montfalcon vers 1515, en tout cas avant 1517, après bien des réticences qui entraînèrent le chapitre de Lausanne à demander l’intervention de Rome en 1513 (?), le portail, conçu dans sa position actuelle à l’extérieur de l’ancien porche, continué sous son neveu Sébastien de Montfalcon, n’était pas achevé lors de l’introduction de la Réforme en 1536, qui en interrompit le chantier (pl. IX et XI). Il a été reconstruit de 1889 à 1909 et cette rénovation a été restaurée elle-même tout récemment. Les éléments connus de son histoire ont déjà été publiés et nous n’y reviendrons pas : notons simplement que les acteurs de ce chantier étaient, selon les documents, de bons maîtres maçons-architectes d’origine genevoise, François Magyn et Jean Contoz, et que les sculpteurs, d’après les études stylistiques, seraient d’origine champenoise.

1.1. Un survol d’une typologie de portails mal c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Grandjean, « L’évêque Aymon de Montfalcon, un constructeur novateur », Études de lettres, 3-4 | 2018, 259-290.

Référence électronique

Marcel Grandjean, « L’évêque Aymon de Montfalcon, un constructeur novateur », Études de lettres [En ligne], 3-4 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/1440 ; DOI : 10.4000/edl.1440

Haut de page

Auteur

Marcel Grandjean

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals