Navigation – Plan du site

AccueilNuméros310Translation, Illustration, Transc...

Translation, Illustration, Transcreation. From the Fairy Tales of Charles Perrault to Classic Fairy Tales Retold

Martine Hennard Dutheil de la Rochère
p. 59-80

Résumés

L’article émet l’hypothèse que les contes se transmettent selon un processus collectif et dynamique de transcréation entre les langues, les textes et les images. Il met en lumière le rôle des traducteurs, illustrateurs et éditeurs dont les collaborations ont donné naissance à des versions renouvelées des histoires familières et à des projets novateurs pour les enfants et les adultes. À titre d’exemple, je retrace l’histoire éditoriale de la traduction anglaise des contes de Perrault par Angela Carter, illustrée par Martin Ware, dans The Fairy Tales of Charles Perrault (1977), à partir de laquelle la traductrice a élaboré en contrepoint son propre recueil de réécritures The Bloody Chamber and Other Stories (1979). La traduction de Carter a été rééditée dans Sleeping Beauty and Other Favourite Fairy Tales (1982) avec des illustrations de Michael Foreman, aussi chez Gollancz, qui a à son tour inspiré Classic Fairy Tales Retold and Illustrated by Michael Foreman (2005).

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

1. The Fairy Tales of Charles Perrault (1977) or translation as rejuvenation : Perrault’s “ politics of experience ” for young readers
2. Back to childhood, or the fairy tale as bedtime story : Sleeping Beauty and Other Favourite Fairy Tales (1982)
3. The generative power of translation and illustration

Aperçu du texte

As they are passed on from one generation to the next, fairy tales owe their “ eternal youth ” to various forms of translation, transposition and transmediation in the endless play of repetition, reinterpretation, and transformation across languages, art forms, and media. The present essay exemplifies this phenomenon through the editorial history of Angela Carter’s translation of Charles Perrault’s Histoires ou contes du temps passé (1697) and its remarkably productive reception. This translation, first published as The Fairy Tales of Charles Perrault (1977) with artwork by Martin Ware, gave rise to different editorial projects under the aegis of the progressive publisher Victor Gollancz (then headed by his daughter Livia), owing to the young and adventurous editor Liz Calder recommending Carter’s The Passion of New Eve (1977). These collaborations shed light on the transcreative dynamics at the heart of the genre as involving authors, translators, illustrators and editors alike. A ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « Translation, Illustration, Transcreation. From the Fairy Tales of Charles Perrault to Classic Fairy Tales Retold »Études de lettres, 310 | 2019, 59-80.

Référence électronique

Martine Hennard Dutheil de la Rochère, « Translation, Illustration, Transcreation. From the Fairy Tales of Charles Perrault to Classic Fairy Tales Retold »Études de lettres [En ligne], 310 | 2019, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edl/1578; DOI: https://doi.org/10.4000/edl.1578

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search