Navigation – Plan du site

AccueilNuméros313Sortir du jeu. Sur un paradoxe du...

Sortir du jeu. Sur un paradoxe du théâtre de Diderot

Marc Escola
p. 97-120

Résumé

La réduction de la «scène» au «salon» constitue le leitmotiv des Entretiens qui encadrent Le Fils naturel, premier drame de Diderot (1757). Comment comprendre cette insistance à dénier au théâtre son lieu propre? L’affirmation n’a pas d’autre fin que de permettre la théorisation d’une «déposition» du jeu théâtral, soit «l’exposition» du comédien à une dynamique interne à l’action représentée, qui fait émerger le jeu à l’intérieur des relations entre les personnages où il ne peut être que surpris par celui qui regarde. Ce jeu sans adresse ni direction, c’est celui dont le cinéma a besoin. Tel est le legs de Diderot, identifié par Eisenstein dans un article célèbre. Le jeu serait ainsi le seul domaine où le cinéma doit impérativement s’affranchir de sa filiation avec l’art dramatique, pour se revendiquer comme «fils naturel du théâtre».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2021.

Plan

1. «Et la pièce ne finit pas»
2. Venir sur le plateau
3. L’invention des Lumières
L’œil-caméra
Le mouvement de l’action
L’intuition du travelling
Théorie du cadre
Le principe du montage
Synchronisation
4. Sortir du jeu: conditions d’une déposition du jeu
Un jeu sans adresse: un spectacle sans spectateur
L’abandon de la frontalité
Au milieu du jeu
Abandonner le texte
5. Le legs du Fils naturel

Aperçu du texte

De tous les paradoxes que le théâtre de Diderot et ses réflexions sur la théorie dramatique nous offrent à méditer, le plus troublant n’est pas celui auquel l’auteur du Paradoxe sur le comédien a attaché son nom. La thèse de cet essai tardif (1769) fait couler l’encre aussi facilement qu’un acteur sublime laisse échapper des larmes, et peut-être pour les mêmes raisons – pas plus que le comédien dans l’exercice de son jeu, le philosophe n’adhère au propos qui veut que:

C’est l’extrême sensibilité qui fait les acteurs médiocres; c’est la sensibilité médiocre qui fait la multitude des mauvais acteurs; et c’est le manque absolu de sensibilité qui prépare les acteurs sublimes.

Les arguments du philosophe, à l’appui de ce que Diderot désigne lui-même comme un «beau paradoxe», pèsent ce que valent les larmes du vrai comédien, lequel:

[…] pleure comme un prêtre incrédule qui prêche la Passion; comme un séducteur aux genoux d’une femme qu’il n’aime pas, mais qu’il veut tromper; […] ou comme un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Escola, « Sortir du jeu. Sur un paradoxe du théâtre de Diderot »Études de lettres, 313 | 2020, 97-120.

Référence électronique

Marc Escola, « Sortir du jeu. Sur un paradoxe du théâtre de Diderot »Études de lettres [En ligne], 313 | 2020, mis en ligne le 24 septembre 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/edl/3171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3171

Haut de page

Auteur

Marc Escola

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search