Navigation – Plan du site

AccueilNuméros314Giotto & Cie. Stratégies entrepre...

Giotto & Cie. Stratégies entrepreneuriales et coûts décoratifs de chapelles funéraires dans la Florence des années 1330

Damien Cerutti
p. 43-72

Résumé

À la fin de sa carrière, Giotto déléguait à des collaborateurs qualifiés de son atelier florentin l’exécution de fresques, dans certains chantiers dont il avait la responsabilité. Cette stratégie entrepreneuriale permettait à Giotto de garder – grâce à l’autonomie relative de son atelier – une forme de contrôle sur le segment supérieur du marché artistique florentin, à une époque où ses nombreuses activités à l’extérieur de la Toscane ne lui permettaient plus de s’impliquer directement dans la réalisation de fresques. La démonstration est en partie basée sur des calculs de prix des différents éléments décoratifs des chapelles funéraires de l’époque.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

Les fresques de Taddeo Gaddi dans les chapelles Bardi et Baroncelli: des décorations de Giotto & Cie?
Les statuts juridiques des ateliers de peintres florentins: le maître, l’élève et les collaborateurs
Coûts des éléments décoratifs d’une chapelle funéraire: quelques chiffres
Giotto & Cie: des stratégies entrepreneuriales diversifiées pour garantir qualité et productivité

Aperçu du texte

L’étude conjointe de deux chapelles funéraires situées de part et d’autre du transept de S. Croce – la chapelle Baroncelli dédiée à la Vierge de l’Annonciation et la chapelle Bardi dédiée à Saint-Louis (fig. 1: C, D) – permet d’apprécier les stratégies entrepreneuriales menées par le vieux Giotto, à la fin de sa carrière. Alors que de très nombreuses activités à l’extérieur de la ville ne lui permettaient plus de s’impliquer personnellement dans l’exécution directe de fresques, Giotto déléguait au meilleur collaborateur de sa bottega – Taddeo Gaddi – certains chantiers décoratifs, afin de garder au sein de son atelier certaines des commandes les plus prestigieuses du marché florentin de la fresque.

<Image en attente de droits>

Fig. 1 — Florence, S. Croce, plan du transept (d’après R. Bartalini, Scultura gotica in Toscana. Maestri, monumenti, cantieri del Due e Trecento, p. 180).

Si les derniers polyptyques portant la signature de Giotto ont parfois été dédaignés par la critique pour de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Cerutti, « Giotto & Cie. Stratégies entrepreneuriales et coûts décoratifs de chapelles funéraires dans la Florence des années 1330 »Études de lettres, 314 | 2020, 43-72.

Référence électronique

Damien Cerutti, « Giotto & Cie. Stratégies entrepreneuriales et coûts décoratifs de chapelles funéraires dans la Florence des années 1330 »Études de lettres [En ligne], 314 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/edl/3327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3327

Haut de page

Auteur

Damien Cerutti

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search