Navigation – Plan du site

AccueilNuméros314Prix des œuvres et appréciation e...

Prix des œuvres et appréciation esthétique à la fin du XIVe siècle en France: quelques remarques à partir des chroniques de Jean Froissart et Michel Pintoin

Michele Tomasi
p. 155-176

Résumé

Alors qu’aujourd’hui il est souvent de bon ton de ne pas évoquer de «basses» questions d’argent au sujet de l’art, l’attitude est tout autre au Moyen Âge. Cet article veut en donner une preuve en s’attachant à montrer comment la question du prix des œuvres, somptuaires notamment, est abordée par deux chroniqueurs de la fin du Moyen Âge, Jean Froissart et Michel Pintoin. Ces deux auteurs permettent de restituer le regard porté sur les biens de luxe par l’aristocratie en France à la fin du XIVe siècle. La lecture de leurs textes permet d’apprécier à quel point la valeur monétaire de certains objets était indissociable non seulement de leur fonction sociale, mais aussi de leur appréciation esthétique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Aperçu du texte

Dans L’affaire Chelsea Deardon, Robert Redford et Debra Winger incarnent respectivement un assistant du procureur général de New York et une avocate enquêtant dans le milieu des galeries d’art. Le premier, investigateur chevronné, mais peu familier de cet univers aux codes si particuliers, interroge un grand galeriste auquel Terence Stamp prête ses traits, devant un tableau de Picasso: «Est-ce que c’est cher?». Alors que l’avocate lève les yeux au ciel, le galeriste lui répond: «Le prix est une question relative»… La scène est assez révélatrice de l’un des a priori majeurs qui affectent le jugement esthétique dans une large partie des sociétés contemporaines en Occident: alors que le système de production et de consommation des œuvres est largement structuré par le marché, ce même système nourrit une construction idéologique selon laquelle les créations artistiques, étant des produits de l’esprit, appartiendraient à une sphère plus noble et immatérielle, de telle sorte que leur vrai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michele Tomasi, « Prix des œuvres et appréciation esthétique à la fin du XIVe siècle en France: quelques remarques à partir des chroniques de Jean Froissart et Michel Pintoin »Études de lettres, 314 | 2020, 155-176.

Référence électronique

Michele Tomasi, « Prix des œuvres et appréciation esthétique à la fin du XIVe siècle en France: quelques remarques à partir des chroniques de Jean Froissart et Michel Pintoin »Études de lettres [En ligne], 314 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/edl/3372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3372

Haut de page

Auteur

Michele Tomasi

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search