Navigation – Plan du site

AccueilNuméros315Affirmations identitaires à trave...Quelle musique pour le théâtre du...

Affirmations identitaires à travers le théâtre

Quelle musique pour le théâtre du peuple? Henriette de René Morax et Gustave Doret, ou les débuts du Théâtre du Jorat

Delphine Vincent
p. 263-284

Résumé

Avec Henriette, René Morax et Gustave Doret inaugurent en 1908, à Mézières, le Théâtre du Jorat, conçu dans la lignée du Théâtre du peuple de Bussang et des théories de Romain Rolland. La musique tient une place importante dans les spectacles du Jorat. Cet article s’interroge sur ses fonctions et ses caractéristiques dans la pièce d’Henriette. Il s’intéresse aux solutions musicales adoptées par Doret afin de rendre sa partition abordable pour des amateurs, aux stratégies employées pour rendre les paroles compréhensibles et aux fonctions des chœurs. Bien que liée par sa thématique – l’alcoolisme dans les campagnes – au théâtre populaire, Henriette reflète également la dimension nationale du Théâtre du Jorat. Cet aspect est considéré sous l’angle de l’intégration de la couleur locale helvétique à la partition.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions chaleureusement toutes les personnes qui ont facilité nos recherches dans les archives: Verena Monnier (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne [ci-après: BCUL], Archives musicales), Ramona Fritschi et Chiara Gizzi (BCUL, Manuscrits) et Henri-Louis Guignard (Archives communales de Lutry), ainsi que la Fondation du Théâtre du Jorat et les éditions Frédy Henry qui nous ont généreusement accordé les droits de reproduction de certaines illustrations.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

Une partition simple qui exprime le texte
La musique, une composante essentielle au drame
Henriette et la couleur locale helvétique

Aperçu du texte

Le 7 mai 1908, le Théâtre du Jorat est inauguré avec la création d’Henriette, pièce de René Morax, accompagnée par une musique de scène de Gustave Doret. Cette institution a été conçue, notamment par les deux hommes, dans la lignée du Théâtre du peuple de Bussang et des théories sur le théâtre populaire de Romain Rolland, à qui Henriette est dédiée. L’écrivain français, avec qui Doret et Morax étaient amis, avait assisté avec un immense plaisir à leur Fête des Vignerons de 1905  et se rendit par la suite à plusieurs reprises à Mézières. En 1907, Morax, lorsqu’il présente son projet pour la Grange Sublime dans Un théâtre à la campagne, fait de Rolland la référence absolue et ne manque pas de mentionner Maurice Pottecher:

Il convenait à l’artiste exquis et à l’érudit, qui fit revivre l’âme des maîtres, dans l’émouvante figure de Jean-Christophe, à l’auteur du Quatorze Juillet, à M. Romain Rolland de fixer les règles essentielles du théâtre populaire. Son livre, le Théâtre populaire, re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Vincent, « Quelle musique pour le théâtre du peuple? Henriette de René Morax et Gustave Doret, ou les débuts du Théâtre du Jorat »Études de lettres, 315 | 2021, 263-284.

Référence électronique

Delphine Vincent, « Quelle musique pour le théâtre du peuple? Henriette de René Morax et Gustave Doret, ou les débuts du Théâtre du Jorat »Études de lettres [En ligne], 315 | 2021, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/edl/3605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3605

Haut de page

Auteur

Delphine Vincent

Université de Fribourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search