Navigation – Plan du site

AccueilNuméros317FonctionsLe plaisir de l’Autre. Identités ...

Fonctions

Le plaisir de l’Autre. Identités nationales au miroir d’une fête francophone des Habsbourg à Tyrnau

Veronika Studer-Kovacs
p. 143-168

Résumé

En 1765, le Collège académique jésuite de Tyrnau (aujourd’hui Trnava en Slovaquie, en hongrois, Nagyszombat) célébra une fête pour le mariage du futur Joseph II. À cette occasion, la comédie-ballet Le Plaisir de l’Abbé Marchadier (1747) fut retravaillée et mise en scène par le directeur du collège, Matthias Geiger. Le théâtre de Geiger et de ses élèves aristocrates, qui transpose la comédie dans un contexte politique austro-hongrois en gardant la langue originale, balance entre l’espace privé et l’espace public. L’article attire l’attention sur la complexité de la forme théâtrale qui est liée d’une part au mélange des discours exhibé par le texte adapté et, de l’autre, à l’hybridité de l’espace socio-culturel du collège de Tyrnau et du Royaume de Hongrie, état multiethnique et multilingue.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2023.

Plan

1. La façon d’adapter de Matthias Geiger
2. La question du type de théâtre: la fête à Tyrnau
3. L’enjeu dans Le Plaisir de Marchadier
4. Le Plaisir de Matthias Geiger

Aperçu du texte

«Nouveau Caméleon, quand je change de terre,/Je sais me transformer, et changer de couleur». Le Plaisir se présente ainsi dans le monologue qui conclut la comédie-ballet en un acte du même titre de l’Abbé Marchadier. La pièce connut six représentations à la Comédie-Française au cours des années 1747 et 1748.

La capacité de se transformer selon le «climat», que le personnage du Plaisir présente comme le trait principal de son caractère, se révèle être une capacité importante de la pièce elle-même. L’exemple de l’adaptation d’un jésuite hongrois, Matthias Geiger (en hongrois Geiger Mátyás), en est un témoignage. Geiger adapta la pièce en 1765, une vingtaine d’années après sa première à la Comédie-Française, à l’occasion du mariage de Joseph II, en ce temps-là empereur des Romains et prince héritier de la couronne hongroise. La comédie retravaillée fut donc représentée dans le cadre d’une fête royale par les étudiants du Collège académique jésuite de Tyrnau, dont Geiger était le directe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veronika Studer-Kovacs, « Le plaisir de l’Autre. Identités nationales au miroir d’une fête francophone des Habsbourg à Tyrnau »Études de lettres, 317 | 2022, 143-168.

Référence électronique

Veronika Studer-Kovacs, « Le plaisir de l’Autre. Identités nationales au miroir d’une fête francophone des Habsbourg à Tyrnau »Études de lettres [En ligne], 317 | 2022, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/edl/3818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3818

Haut de page

Auteur

Veronika Studer-Kovacs

Universität Luzern

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search