Navigation – Plan du site

AccueilNuméros317Images de la société«J’ai mis en manière de comédies ...

Images de la société

«J’ai mis en manière de comédies moi-même, presque toutes mes idées»: la (petite) société des comédies d’Isabelle de Charrière (1793-1794)

Paola Perazzolo
p. 217-230

Résumé

Isabelle de Charrière, aristocrate hollandaise résidant près de Neuchâtel, consacre à l’actualité historico-politique plusieurs ouvrages de nature différente – romans, pamphlets, textes dramatiques. Parmi ceux-ci figurent L’Émigré, L’Inconsolable et La Parfaite Liberté ou les vous et les toi, trois comédies composées entre l’automne 1793 et le printemps 1794. Aucune d’entre elles n’a joui d’une représentation publique ou privée, l’auteur ne disposant pas des moyens financiers nécessaires à une pratique, celle du théâtre de société, à l’égard de laquelle elle se montrait par ailleurs fort critique. Les deux premières pièces, axées sur la peinture d’une cohabitation heureuse sur le sol helvétique entre émigrés et autochtones, offrent pourtant à un public-cible de lecteurs-personnages une représentation purement réflexive des dynamiques de son milieu, auquel la dame du Pontet propose en même temps un modèle de conduite. Cette proposition acquiert une valeur d’autant plus politique qu’elle s’oppose au modèle de la propagande montagnarde, dont la violence idéologique lui apparaît comme dangereuse en termes de dissolution du tissu social, et que la valeur performative de la (re)présentation de cette (petite) société suisse idéale est accrue par l’assimilation partielle entre personnages et destinataires-cible.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2023.

Aperçu du texte

Aristocrate hollandaise résidant après son mariage dans la principauté prussienne de Neuchâtel, Isabelle de Charrière doit à sa condition d’étrangère une ouverture d’esprit qui, alliée à son intérêt pour l’actualité historico-politique, fait d’elle une critique attentive des bouleversements d’une Révolution dont elle observe en premier lieu les retombées sur le tissu social. Depuis 1789, cette «aristocrate révolutionnaire»consacre à ce sujet de nombreux ouvrages de nature différente – romans, pamphlets, textes dramatiques –, parmi lesquels figurent L’Émigré, L’Inconsolable, La Parfaite Liberté ou les vous et les toi, trois comédies toutes composées entre l’hiver 1793 et le printemps 1794. Dans celles-là, que Laurence Vanoflen qualifie de rare exemple de transposition dramatique de la figure de l’exilé, l’auteur revient sur la peinture de la condition des émigrés déjà abordée dans sa production narrative tout en se focalisant sur la description de leur existence sur le seul sol helvé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paola Perazzolo, « «J’ai mis en manière de comédies moi-même, presque toutes mes idées»: la (petite) société des comédies d’Isabelle de Charrière (1793-1794) »Études de lettres, 317 | 2022, 217-230.

Référence électronique

Paola Perazzolo, « «J’ai mis en manière de comédies moi-même, presque toutes mes idées»: la (petite) société des comédies d’Isabelle de Charrière (1793-1794) »Études de lettres [En ligne], 317 | 2022, mis en ligne le 15 mai 2023, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/edl/3839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.3839

Haut de page

Auteur

Paola Perazzolo

Université de Vérone

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search