Navigation – Plan du site

AccueilNuméros320ImagesFaire voir, faire dire, faire écr...

Images

Faire voir, faire dire, faire écrire le travail dans le compagnonnage (France)

Nicolas Adell
p. 257-274

Résumés

Prenant le contre-pied des discours sur le travail comme mal nécessaire ou instrument d’aliénation, les compagnons du Tour de France cultivent depuis la fin du XVIIIe siècle une forme de distinction qui opère de deux façons. D’une part, ils ne parlent qu’avec beaucoup de retenue et de parcimonie de «travail». D’autre part, les valeurs et représentations associées à l’idée de travail passent chez eux principalement par les voies de l’iconographie, de l’autobiographie et du rituel. À partir de l’examen du cas singulier d’un atelier d’écriture contemporain qui force les discours, l’article décrit en premier lieu les formes et raisons du silence ordinaire qui entoure le travail chez les compagnons. Il s’attèle ensuite à présenter les ressorts des manières visuelle, rituelle et littéraire d’exprimer ou de montrer le travail au sein du compagnonnage en France, et s’emploie à en identifier les articulations.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2024.

Plan

Résistances, adhérences, silences
Un embrayeur visuel de représentation
Le travail du rituel et le travail dans le rituel
(D)écrire le travail

Aperçu du texte

Il est 8h30 du matin, nous sommes sur le chantier plus particulièrement sur le toit. Nous avons commencé par enlever toutes les tuiles et mis un coup de balai pour enlever le plus gros des saletés. Puis nous avons dévissé des plaques d’éverite et par une grande surprise nous avons découvert que nous étions en train de marcher sur des fermettes pas contreventées. Déjà que marcher sur de la cagette est compliqué, là, à chaque pas, elles se balançaient dans tous les sens. Donc, pour éviter de se retrouver dans le salon, nous avons fixé des bois qui relient les fermettes ensemble pour uniformiser l’ensemble. Après ça, nous nous sentions plus en confiance pour tirer le pare-pluie, les lattes, les contre-lattés et recouvrir (Tristan, charpentier, 20 ans).

Ce matin je posais du zinc avec mon tuteur sur un chantier; on avait l’envie de travailler mais on n’y arrivait pas. On avait oublié de prendre en compte un facteur, le climat. Il faisait froid ou chaud je ne sais pas, mes mains ne distin...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Adell, « Faire voir, faire dire, faire écrire le travail dans le compagnonnage (France) »Études de lettres, 320 | 2023, 257-274.

Référence électronique

Nicolas Adell, « Faire voir, faire dire, faire écrire le travail dans le compagnonnage (France) »Études de lettres [En ligne], 320 | 2023, mis en ligne le 15 mai 2024, consulté le 01 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/edl/4786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edl.4786

Haut de page

Auteur

Nicolas Adell

Université de Toulouse – Jean Jaurès et LISST – Centre d’anthropologie sociale

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search