Navigation – Plan du site

Beaumarchais et ses musiciens : Paisiello, Rossini, Mozart1

Pierre Michot
p. 17-32

Résumé

Nombreux sont les compositeurs qui ont mis en opéra Le barbier de Séville de Beaumarchais. Seuls Paisiello (1782) et plus encore Rossini (1816) ont survécu. Les comparer au gré de quelques moments choisis fera certes couronner la verve du second, mais rendra aussi justice à quelques belles trouvailles du premier. Quant à Mozart, il est le seul à s’être affronté au Mariage de Figaro (1786). Le personnage de Rosine prend des couleurs très contrastées, tendrement mélancolique chez Paisiello, mutine et déterminée chez Rossini, blessée et déchirante chez Mozart.

Haut de page

Note de l’auteur

1 A l’origine de cet article, une conférence de présentation du Barbier de Séville de Rossini pour l’Association genevoise des amis de l’opéra et du ballet, en 1983, et une introduction aux Noces de Figaro (« De Beaumarchais à Mozart ») à l’Université de Lausanne (Grange de Dorigny), en 2013.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Le barbier de Séville de Beaumarchais
Le barbier à l’opéra : Paisiello et Rossini
Le personnage de Rosine
Conclusion : chacun à sa place

Aperçu du texte

Pierre Augustin Caron de Beaumarchais fait représenter son Barbier de Séville en 1775. Chute à la première, mais vif succès par la suite et triomphe dans toute l’Europe, jusqu’à Saint-Pétersbourg. C’est là-bas que pour complaire à Catherine II qui avait apprécié la pièce française, le compositeur italien Giovanni Paisiello en fait un opéra, en 1782, sept ans après la création de la comédie de Beaumarchais. En 1784, c’est la suite du Barbier, Le mariage de Figaro, que Beaumarchais fait jouer à la Comédie française. Deux ans après seulement, alors que la pièce est encore interdite sur les scènes impériales autrichiennes, Da Ponte et Mozart donnent Le nozze di Figaro au théâtre de Vienne.

En 1816, alors que l’opéra de Paisiello est encore joué partout avec succès, Rossini ose reprendre le même sujet et donne son propre Barbiere di Siviglia sur la scène du Teatro Argentina de Rome. Comme à la création de la pièce de Beaumarchais, chute à la première (une cabale orchestrée par les admirat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Michot, « Beaumarchais et ses musiciens : Paisiello, Rossini, Mozart1 », Études de lettres, 4 | 2016, 17-32.

Référence électronique

Pierre Michot, « Beaumarchais et ses musiciens : Paisiello, Rossini, Mozart1 », Études de lettres [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/edl/986 ; DOI : 10.4000/edl.986

Haut de page

Auteur

Pierre Michot

Professeur honoraire d’histoire de la musique au Conservatoire de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

© Études de lettres

Haut de page
  • Logo Université de Lausanne
  • OpenEdition Journals