Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierÉducation(s) et spiritualité(s) :...

Dossier

Éducation(s) et spiritualité(s) : un entrelacs à tisser

Muriel Briançon, Florent Pasquier et Hélène Hagège

Texte intégral

  • 1 Comme celui de 2015 : « Approches transdisciplinaires du spirituel dans les lettres et les arts occ (...)
  • 2 Colloque Theorias 2017 : « Le spirituel : concept opératoire en sciences humaines ? » à l’Universit (...)

1Depuis plusieurs années, le monde occidental de la recherche porte un intérêt certain à l’incidence du spirituel dans les arts, les lettres et les sciences. Il en va ainsi des colloques organisés par le réseau transdisciplinaire et international de théorisation de la spiritualité Theorias1, dont le dernier en date a notamment questionné la possibilité d’utiliser le spirituel comme "concept opératoire en sciences humaines"2.

  • 3 Colloque “Le développement spirituel en éducation” organisé par le Comité sur les Affaires Religieu (...)
  • 4 LERARS Laboratoire d'expertise et de recherche en anthropologie rituelle et symbolique
  • 5 ACFAS Association francophone pour le savoir.
  • 6 Colloque intitulé «L’éducation à la religion, le développement spirituel et les fondamentalismes à (...)

2Dans le domaine des Sciences de l'Éducation et de la Formation, le Québec est, nous le verrons, pionnier sur cette question : le Comité sur les Affaires Religieuses qui conseille le Ministre de l’Éducation québécois a ainsi porté sur le devant de la scène dès 2003 la question du “développement spirituel en éducation”3. Cette province a créé depuis plusieurs années dans les établissements scolaires du primaire et du secondaire des postes intitulés "Animateurs de Vie Spirituelle et d'Engagement Communautaire" (Avsec). De son côté, le laboratoire québécois Lerars4 organisait en 2018 dans le cadre du 86ème Congrès de l’Acfas5 un colloque6 qui accordait une grande place au « développement spirituel » des élèves en questionnant la finalité scolaire, la laïcité, la neutralité et les pratiques des enseignants.

3En France, ce n’est qu’en 2013 que la Revue internationale en Sciences de l’éducation et de la formation de l’Université Paris 8 publiait un numéro intitulé « Pratiques spirituelles, autoformation et interculturalité », faisant ainsi figure de pionnière. Son éditorial déclarait :

Voici un numéro de revue de sciences de l’éducation qui traite des pratiques spirituelles. À notre connaissance c’est une première dans l’univers français. La spiritualité continue à sentir le soufre dans l’éducation et les recherches en éducation, tout comme le religieux. Pourtant que ce soit en anthropologie ou en sociologie c’est là un objet de connaissance légitime, banal, traversant l’histoire et les cultures. Autrement dit il s’agit d’un invariant anthropologique (Le Grand, 2013, p. 5).

  • 7 Le groupe SpEd (Spiritualité et Éducation) est né à la suite de la journée d'études dédiée à la pré (...)

4L’objectif affiché de ce numéro spécial était de « lever le tabou de la dimension spirituelle des pratiques de formation » (Ibid., p. 15). Immédiatement, le groupe de recherche "Spiritualité et Éducation" (SpEd)7 se constituait pour regrouper les enseignants, chercheurs et praticiens ayant choisi la spiritualité comme objet de recherche en sciences de l’éducation et de la formation (Pasquier, 2016).

5La revue Éducation et Socialisation (Les Cahiers du Cerfee) contribue à son tour à faire la lumière sur cet objet de recherche encore trop peu étudié en France : la spiritualité en éducation. Cette thématique est en effet traversée par une tension chère à la revue située entre le sujet et la société. La quête de spiritualité répond-elle davantage à des besoins individuels ou collectifs ? Le besoin de spiritualité du sujet complète-t-il ou s'oppose-t-il au but collectif de la société ? Certains pourraient penser que le développement spirituel de la personne n'apporte rien de très utile à la collectivité, mais le bien-être que l'individu cherche dans sa quête spirituelle n'est-il pas une des conditions possibles sinon nécessaires à la paix sociale ? En effet, la quête spirituelle pourrait permettre de se sentir comme étant une partie d'un tout infini, c’est-à-dire de trouver une place dans le monde et donc dans la société ? Alors, la tension apparente sujet et société posée par la spiritualité se résoudrait-elle en considérant que la spiritualité donnerait au sujet des outils psychiques pour trouver sa place dans les collectifs ? D’ailleurs, il est à noter que les recherches en psychologie mettent désormais en avant la spiritualité comme une dimension du bien-être personnel (Shankland, 2014) et de la moralité (Jensen, 2008). La spiritualité serait-elle alors une affaire strictement privée ou mériterait-elle au contraire d’être abordée publiquement, y compris dans des cadres éducatifs ? Cette dernière question en soulève une autre, particulièrement prégnante en France : une spiritualité laïque est-elle possible ? Et si oui, à quoi pourrait-elle correspondre ?

6À l’heure où certains pronostiquent encore le déclin des religions, force est de constater aussi le retour d’un religieux parfois agressif qui met en difficulté le principe de laïcité, le lien social et les enseignants. Ainsi une question, à la fois parallèle et différente, se pose désormais : celle de la légitimité, de l’utilité et des modalités de la spiritualité dans le champ éducatif public. Comment le spirituel peut-il se concilier avec la laïcité à la française et quelle est la place de la spiritualité dans les établissements publics et en formation continue ? Des acteurs du système éducatif se sont inquiétés de ces questions en constatant en 2015, dans l’éditorial du numéro spécial de la revue de l’Association Française des Acteurs de l’Éducation (AFAE) consacré à « laïcité, école et religions », que « notre société [...] peine à définir la place de la spiritualité » (AFAE, 2015, p. 4). Cinq années après, où en sommes-nous ? Concrètement, la spiritualité pourrait-elle tenir aujourd’hui un rôle et une place dans les établissements d’enseignement laïque ? Et si oui, dans quelle(s) mesure(s), à quelle(s) condition(s) et sous quelle(s) forme(s) ?

  • 8 Par exemple, le Guide 2010 du Conseil de l’Europe pour "le développement et la mise en œuvre de cur (...)
  • 9 Par exemple, https://sites.google.com/site/wakeupschoolsfrance/home
  • 10 Sur le site internet Eduscol, dans Expérithèque la Bibliothèque des expérimentations pédagogiques, (...)
  • 11 https://meditation-enseignement.com

7S’il est maintenant observé que des curricula8 et des établissements, même non confessionnels9, accordent de l'importance à certaines dimensions pouvant relever du spirituel, quels sont donc ses rôles, ses finalités, ses fonctions ? Par quels dispositifs, enseignements, attitudes (Marsollier, 2011) et procédés la spiritualité pourrait-elle s’institutionnaliser ? De nouvelles pratiques issues de traditions spirituelles sont apparues et s’introduisent aujourd’hui, timidement et silencieusement mais concrètement, dans les établissements d’enseignement laïque, à tous les niveaux du système éducatif et universitaire. Certains enseignants intègrent, de manière de moins en moins isolée10, dans leurs pratiques professionnelles, de nouveaux outils et routines rattachés dans leur origine à une forme de spiritualité (yoga, méditation, taï chi, relaxation, respiration etc.), avec même l’encouragement des corps d'inspection, comme celui de l’académie de Nantes et en collaboration avec l'Association pour la Méditation en Enseignement (Ame11). Autre exemple emprunté à l’école primaire, le livre-CD Calme et attentif comme une grenouille d’Eline Snel (2012), permet d’initier les élèves à la méditation selon une méthode inspirée de la pratique de la pleine conscience (Pasquier et Barbry, 2018). Les enseignants qui utilisent ce support ont-ils réfléchi aux implications éthiques de cette nouvelle pratique ? Cela transgresse-t-il le principe de laïcité et la volonté politique d’enseigner le fait religieux comme un pur fait social (Kintzler, 2004) ? Ou bien sommes-nous à l’aube d’une nouvelle « éducation à », une éducation à la spiritualité ou au spirituel, qui respecterait ce principe ? Quelles en seraient ses conditions d’exercice et ses limites ? Quelles seraient les valeurs attachées à cette potentielle « éducation à » ? S’adresserait-elle uniquement aux enfants/élèves/ et/ou également aux adultes ?

8Des chercheurs en sciences de l’éducation et de la formation s’interrogent déjà sur l’universalité et la compatibilité des spiritualités avec la laïcité (Briançon, 2018), sur le concept de l’égo et de son rapport à un développement spirituel laïque (Hagège, 2018), tandis que d’autres encore accordent une place à la dimension spirituelle dans une conception intégrale de l'éducation (Pasquier, 2017). D’ailleurs, les pratiques spirituelles qui sont à la mode aujourd’hui ne sont-elles pas à rapprocher des anciens « exercices spirituels » qui se pratiquaient il y a 2500 ans dans les écoles philosophiques antiques (Hadot, 1974) ? L’éducation n’aurait-elle pas alors quelque chose à apprendre de ces pratiques éducatives plurimillénaires, quasiment oubliées en Occident mais toujours pratiquées en Orient et dans certains systèmes éducatifs comme en Grande-Bretagne où des inspecteurs sont en charge depuis 1998 de Promoting and Evaluating Pupils’ Spiritual, Moral, Social and Cultural Development selon les recommandations du Office For Standards In Éducation, mais aussi de façon plus large comme dans certains mouvements du scoutisme ? Notons que ces pratiques sont encore préservées et vivantes dans certains endroits dédiés comme les lieux saints, les temples bouddhistes, les ashrams indiens, les centres spirituels et au sein de regroupements spirituels tels les associations de yoga, les communautés de croyants, les groupes de développement personnel et cætera. Une éducation spirituelle se réalise ainsi dans ces espaces et ces rassemblements variés où se transmet un "indicible" selon des caractéristiques très différentes voire, parfois et apparemment, opposées au système éducatif massifié dominant : l’éducation spirituelle ne serait-elle pas alors l’Autre de la pédagogie (Filliot, 2011) ?

9Un premier objectif de ce numéro est de conceptualiser la spiritualité pour et dans les sciences de l’éducation et de la formation : peut-on et par quelle méthodologie définir la spiritualité en éducation ? Quelles sont les différences entre religions, religieux, spirituel et spiritualité ? Quels sont les liens, questionnements, compatibilités ou tensions, entre ces termes et le principe français de laïcité ? Alors, quelle(s) légitimité(s), quel(s) rôle(s), quelle(s) fonction(s) et quelle(s) valeur(s) pour la spiritualité en contexte d'éducation laïque ?

10Les trois premières contributions ont pour point commun de concevoir la spiritualité en la situant par rapport à la laïcité. Muriel Briançon et al. cherchent à donner une vue d’ensemble et à introduire les termes du débat : dans quelle mesure la spiritualité peut-elle et/ou doit-elle faire partie des références pour une école laïque ? Les auteurs montrent que la spiritualité, étroitement délimitée par ses frontières laïque et religieuse, peut justement se concevoir comme une marge, un entre-deux, un interstice que différents modèles théoriques cherchent à appréhender désormais directement en éducation et formation. Dans la même logique, Hélène Hagège définit la spiritualité comme une transformation de l’esprit et du rapport de la conscience du sujet au monde et la relie ensuite à une éducation à la responsabilité, aux valeurs et à la vulnérabilité, ce qui permettrait de promouvoir concrètement les valeurs de la République. Puisant à la source théologico-politique de Quinet, Buisson et Jaurès, Jean-Marc Lamarre montre qu’à l’origine l’école républicaine était une école sans religion mais pas sans spiritualité. Il différencie les termes de religion, religieux, spirituel et spiritualité et relie la spiritualité au sentiment de l’infini, auquel l’école laïque pourrait aujourd’hui redonner forme par la médiation des savoirs et des œuvres d’art. Ces trois contributions portent une approche à dominante philosophique pour théoriser la spiritualité en éducation. Ce qui les différencie réside dans le fait que M. Briançon et al. délimitent un nouvel espace à investir en questionnant ses frontières et dressent un large panorama de références et de méthodes possibles pour appréhender le cœur de cet espace spirituel. Au contraire, H. Hagège et J. M. Lamarre entrent plus directement dans cet entre-deux et saisissent le sens du spirituel en éducation en l’inscrivant dans une finalité explicite, respectivement le développement de la responsabilité et celui d’un sentiment de l’infini.

11Un second objectif de ce numéro est de problématiser les tensions existantes entre éducation(s) et spiritualité(s) : peuvent-elles s’opposer et s’exclure l’une et l’autre ? Quelles sont les oppositions et problématiques sous-jacentes ? Qu’est-ce que la spiritualité peut apporter à l’éducation ? Inversement, qu’est-ce qui est éducatif dans les courants spirituels ? Finalement, en quoi l’éducation serait-elle spirituelle et/ou qu’est-ce qui dans la spiritualité relèverait de l’éducation ?

12Les trois contributions suivantes problématisent donc la spiritualité en éducation. Camille Roelens révèle les tensions entre individualisme et socialisation, Yoann Daumet entre nature et culture et Philippe Filliot entre spiritualité éducative et pédagogie scolaire. Pour ce faire, ces auteurs se réfèrent chacun à des philosophes occidentaux, successivement Marcel Gauchet, Nicolas Grimaldi et Michel Foucault. Ainsi, à partir de la lecture systématique de l’œuvre de Marcel Gauchet, un des penseur de la sortie de la religion, C. Roelens envisage, du point de vue de la philosophie politique de l’éducation, ce que les religions peuvent apporter à la dimension spirituelle dans une société démocratique caractérisée par l’individualisme et la quête de l’autonomie. Avec un point de vue plus phénoménologique, Y. Daumet cherche à retrouver la spiritualité essentielle de l’école, une dimension centrale de la pensée républicaine classique qui relevait d’une foi humaniste, puis à la refonder en faisant appel à l’ontologie de la vie. Enfin, Philippe Filliot prend d’abord appui sur les travaux foucaldiens, la philosophie antique et l’herméneutique du sujet, puis poursuit avec des références moins habituelles pour comprendre, dans une approche comparative, ce qui relève d’une véritable pensée éducative dans quatre voies spirituelles : le yoga, les sagesses chinoises, le bouddhisme zen et la mystique chrétienne. Alors, ce qui caractérise la relation triangulaire maître-élève-savoir dans ces traditions spirituelles pourrait représenter une pédagogie totalement différente, finalement un Autre de la pédagogie scolaire. Alors, tandis que les deux premiers auteurs se caractérisent par une réflexion plutôt centripète - nourrir l’école d’une pensée spirituelle extérieure -, le troisième déploie une réflexion centrifuge - entrer dans diverses spiritualités du monde pour y trouver une philosophie de l’éducation -.

13Enfin, troisième moment de ce numéro, quelles sont les applications possibles du spirituel en terrains éducatifs ? Quels endroits pour une approche spirituelle dans les curricula ? Quels obstacles et leviers - institutionnels, épistémologiques, psychosociologiques etc. - pour son éventuelle mise en œuvre ? Quels dispositifs, pratiques, outils, gestes professionnels, la spiritualité pourrait-elle apporter ou nécessiterait-elle de façon concrète en situation, relation et contexte éducatifs ?

14Les quatre dernières contributions relatent alors des dispositifs et des expériences d'intégration de la dimension spirituelle dans les systèmes éducatifs de trois pays : le Brésil, la France et le Québec. Ils apportent des réponses historiques, culturelles et locales sur les représentations que les acteurs de l’éducation, mais aussi les élèves, ont de la spiritualité et de sa place au sein de l’éducation scolaire : à quels endroits s’inscrit-elle dans les curricula ? Avec quels modes opératoires, dans quelles conditions et avec quelles limites ? Quelles sont la place et la finalité des techniques déjà mises en œuvre dans ou hors de l’école comme la méditation, le yoga, l'accompagnement etc. articulant éducation et spiritualité ? Gabriela Valente propose de mener une comparaison franco-brésilienne portant sur la compréhension vernaculaire des notions de religions et de spiritualité et sur l'ampleur de leurs rôles dans la vie de plusieurs collèges publics de ces deux pays, dans un environnement laïc de par la Loi. Au Québec, pour Jacques Cherblanc et Marie-Anne Risdon, la prise en compte de la vie spirituelle des élèves relève d’un impératif ministériel. Les auteurs précisent qu'elle se situe dans la continuité des pratiques d'enseignement du catéchisme des anciennes institutions religieuses. Être inclus dans l'institution scolaire tout en restant séparé des contenus des programmes, tel est l'enjeu actuel des services d’animation spirituelle et d’engagement communautaire qui assurent cette mission québécoise. Toujours dans la Belle Province, Raymond Laprée et Suzanne Blouin relatent une expérience d'accompagnement utilisant la méthode de la psychagogie pour faire émerger le symbolique, les valeurs et les représentations spirituelles de jeunes enfants. Enfin, Virginie Boelen nous explique comment s'est passée historiquement la prise en compte du cheminement spirituel des jeunes et comment elle peut s'accomplir de nos jours dans le rapport entretenu avec la nature.

15Alors que nous finalisons notre travail de coordination, trois points nous paraissent particulièrement importants à signaler.

16Premièrement nous notons que ce numéro fait la part belle à des contributions venant de la philosophie de l’éducation, peut-être parce que l’étape de conceptualisation de la spiritualité était essentielle et que la philosophie était la première mobilisée pour distinguer spiritualité et religion et la première concernée pour la situer par rapport à la laïcité. Il n’en reste pas moins que d’autres approches – de type artistique, anthropologique, théologique, sociologique, psychologique, neuroscientifique, linguistique, didactique, pédagogique, naturaliste, écologique, juridique, historique, communicationnelle, technique etc. - devront être sollicitées par la suite pour renforcer cette première ébauche de conceptualisation en sciences de l’éducation et de la formation.

17Deuxièmement, les trois dernières contributions de ce numéro reflètent une avance de presque 20 ans du Québec sur la France dans la réflexion sur la spiritualité en éducation et dans la mise en œuvre d’un accompagnement spirituel à l’école laïque. Peut-être la France pourrait-elle s’inspirer des expériences québécoises et/ou, tout en s’appuyant sur les retours d’expériences de nos confrères, développer une approche qui lui soit spécifique ? Une éducation comparée à l’international sur cette question de la prise en compte de la spiritualité en éducation serait la bienvenue. On peut aussi envisager que résident en France des obstacles spécifiques liés par exemple à son épistémologie institutionnelle ou à des croyances et des conceptions particulières concernant les formes que pourraient ou devraient revêtir la spiritualité et la laïcité. Aussi conviendrait-il sans doute de mener des recherches sur les forces et les freins à cette articulation entre éducation et spiritualité en France, en s’appuyant sur ce qui se fait dans les autres pays.

  • 12 Soit selon les estimations plus de la moitié de la population mondiale au début d’avril 2020. https (...)
  • 13 A l’exception de ceux transformés en lieux de garderie pour les personnels hospitaliers.

18Enfin, nous ne pouvons tout simplement pas terminer cet éditorial sans évoquer la pandémie du virus corona actuellement en cours, qui redistribue toutes les cartes sanitaires, sociales, économiques, financières, éducatives et spirituelles de la planète. En effet, le confinement brutal et drastique des citoyens dans la quasi-totalité des pays touchés12 s’accompagne de la fermeture pour une durée encore indéterminée de tous les sites scolaires13 et universitaires, d’un basculement sans délais de parcours d’études et de formations de 100 % en présentiel en parcours à 100 % à distance, de l’instauration générale de l’école à la maison et de la promotion d’émissions scolaires radiophoniques et télévisées. Au-delà de la question de la pertinence et de la légitimité des continuités éducative et pédagogique, qu’en est-il de la spiritualité en éducation en période de pandémie ? La fermeture des établissements d’enseignement suscite des réactions, des résistances, des questions : l’éducation présentielle sera-t-elle un service essentiel à maintenir dans le futur ? L’éducation se réduit-elle aux enseignements scolaires disciplinaires ? Et sinon, l’éducation ne doit-elle pas s’intéresser consciemment à la formation de l’esprit et à l’accompagnement des consciences des apprenants ? En effet, la spiritualité ne pourrait-elle pas être un rempart essentiel protégeant du stress, de l’incivilité et de l’angoisse de mort qui émergent chez certains en raison des changements terribles de nos modes de consommation et de vie ? Au Québec également, les écoles ont fermé et toute activité pédagogique en présentiel est suspendue. Ne faisant pas partie d’un Ordre professionnel, les Animateurs de Vie Spirituelle et d'Engagement Communautaire (Avsec), dont le travail est présenté à plusieurs reprises dans ce numéro, ne sont pas autorisés à agir en dehors du cadre scolaire. Certains ont cependant basculé dans le télétravail mais sans rapport direct avec leurs missions d’encadrement (rédaction de rapports ou travaux de recherche ou de documentation sur le Covid-19). Ce contexte de crise, qui s’ajoute à un bouleversement structurel très récent de l’éducation québécoise, les ébranle profondément et ils s’interrogent sur leur identité professionnelle et sur l’avenir de leur mission d’accompagnement spirituel et d’engagement communautaire en milieu scolaire.

19À l’heure du bouclage de ce numéro, notre problématique Éducation(s) et Spiritualité(s) pourrait sembler, pour certains, devoir être reléguée au second plan derrière l’urgence des risques sanitaires et économiques encourus et se retrouver occultée par l’importance première de l’instruction des savoirs de base. Mais a contrario, ne pourrait-elle aussi être envisagée comme nécessaire en vertu de ses capacités attendues de régulation individuelle et collective ? Comme le montrent les articles retenus et présentés ici, les pratiques et les questionnements spirituels se confirmeraient comme des orientations de formation essentielles en tant que domaines sensibles qui favorisent les processus d’éducation et de socialisation. La poursuite de la mise en œuvre de ces approches, leur évaluation et le cas échéant leur déploiement ne seraient-ils pas alors d’autant plus indispensables que pertinents à entreprendre, à l’heure où nos consciences contemporaines se heurtent à d’immenses difficultés et incertitudes quant à l’avenir du genre humain ?

Haut de page

Bibliographie

Association Française des Acteurs de l’Éducation (2015). Laïcité, école et religions. Éditorial de la revue Administration & Éducation, 148, 3-7. http://www.cahiers-pedagogiques.com/Pratiques-de-pleine-attention-et-effets-de-la-meditation

Briançon, M. (2018). Le sens du projet lévinassien : une spiritualité athée universelle pour un nouveau paradigme ? Philosophiques, 45/2, 365-390. http://retro.erudit.org/revue/philoso/2018/v45/n2/1055268ar.pdf

Filliot, P. (2011). L’éducation au risque du spirituel. Paris : Desclée de Brouwer.

Hadot, P. (1974). Exercices spirituels. Dans École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire, tome 84, 1975-1976, 25-70.

Hagège, H. (2018). De l’égo à la responsabilité. London : ISTE.

Jensen, L. A. (2008). Through two lenses: A cultural–developmental approach to moral psychology. Developmental Review, (3), 289‑315. https://doi.org/10.1016/j.dr.2007.11.001

Kintzler, C. (2004). Laïcité et philosophie. Archives de philosophie du droit, 48, 43-56.

Le Grand, J.-L. (2013). Éditorial. Pratiques spirituelles, autoformation et interculturalité, dossier coordonné par P. Galvani et A. Moisan, Revue internationale en Sciences de l’éducation et de la formation, 64-65, 5-8.

Marsollier, C. (2011). Enseigne avec ton cœur : 90 + 1 propositions pour une relation pédagogique humaniste. Lyon : Chronique sociale.

Pasquier, F. (2016). Quelle place pour le(s) domaine(s) de « la spiritualité » dans les curricula et comme objet de recherche en sciences de l’éducation (SE) ? Communication au colloque AREF, Belgique, Mons, juillet 2016.

Pasquier, F. (2017). Espiritualidad y educación. Dans D. Soto González et A. Buciega Arévalo (dir.). Ser cambio educativo / Las sociedades necesitan una ciudadanía global. Valencia, Espagne : Edicions Florida, p. 186-193.

Pasquier, F., Barbry, R. (2018). Pratiques de pleine attention et effets de la méditation. Les Cahiers Pédagogiques, 547.

Shankland, R. (2014). La psychologie positive. Paris : Dunod.

Snel, E. (2012). Calme et attentif comme une grenouille, livre-CD. Paris : éditions Les Arènes.

Haut de page

Notes

1 Comme celui de 2015 : « Approches transdisciplinaires du spirituel dans les lettres et les arts occidentaux contemporains : analyses et théorisations » à l’Université du Québec à Rimouski, les 26 et 27 mai 2015.

2 Colloque Theorias 2017 : « Le spirituel : concept opératoire en sciences humaines ? » à l’Université Rennes 2 les 19 et 20 octobre 2017.

3 Colloque “Le développement spirituel en éducation” organisé par le Comité sur les Affaires Religieuses du gouvernement du Québec les 11 et 12 novembre 2003. Actes du colloque tenu à Québec sont en ligne : http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/aff_religieuses/Actes_Developpementspirituel.pdf

4 LERARS Laboratoire d'expertise et de recherche en anthropologie rituelle et symbolique

5 ACFAS Association francophone pour le savoir.

6 Colloque intitulé «L’éducation à la religion, le développement spirituel et les fondamentalismes à l’école laïque », tenu à l’université du Québec le 8 mai 2018, https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/86/500/503/c.

7 Le groupe SpEd (Spiritualité et Éducation) est né à la suite de la journée d'études dédiée à la présentation du numéro 64-65 de "Pratiques de Formation/Analyses" consacré au thème "Pratiques spirituelles, autoformation et altérité", organisée par le laboratoire Expérice de Paris 8 et l'A-Graf au Cnam de Paris le 13 février 2014. http://spiritualiteducation.blogspot.com

8 Par exemple, le Guide 2010 du Conseil de l’Europe pour "le développement et la mise en œuvre de curriculums pour une éducation plurilingue et interculturelle" établit que, dans le cadre européen commun de référence pour les langues (Cecr), le curriculum éducationnel est conçu comme faisant partie d'un « curriculum "expérientiel" et "existentiel" ». https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=09000016806ae64a (p.9,16).

9 Par exemple, https://sites.google.com/site/wakeupschoolsfrance/home

10 Sur le site internet Eduscol, dans Expérithèque la Bibliothèque des expérimentations pédagogiques, on peut consulter des fiches visant à développer le bien-être en classe grâce à la méditation. Certains établissements ont également choisi la méditation comme projet d'établissement (Pasquier, F. et Barbry, R., 2018).

11 https://meditation-enseignement.com

12 Soit selon les estimations plus de la moitié de la population mondiale au début d’avril 2020. https://www.worldometers.info/coronavirus/

13 A l’exception de ceux transformés en lieux de garderie pour les personnels hospitaliers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Briançon, Florent Pasquier et Hélène Hagège, « Éducation(s) et spiritualité(s) : un entrelacs à tisser »Éducation et socialisation [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edso/11986

Haut de page

Auteurs

Muriel Briançon

Maîtresse de Conférences HDR en sciences de l’éducation et de la formation - Université Catholique de l’Ouest à La Réunion - PESSOA / LISEC (ex-EA2310)

Articles du même auteur

Florent Pasquier

Maître de Conférences en sciences de l'éducation et de la formation - Sorbonne Université Lettres, Inspé de l'Académie de Paris - Laboratoire Costech (ex-EA2223), UTC

Articles du même auteur

Hélène Hagège

Professeure des Universités en sciences de l’éducation et de la formation - Université de Limoges - Directrice de l’Unité de Recherche « Éducation et diversité en espaces francophones » (FrEd, ex-EA6311)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search