Navigation – Plan du site

AccueilNuméros56DossierUn entre-deux entre laïcité et re...

Dossier

Un entre-deux entre laïcité et religions pour penser la spiritualité en éducation

Muriel Briançon, Florent Pasquier, Jean-Marc Lamarre et Hélène Hagège

Résumés

Cet effort collaboratif et exploratoire a pour intention de donner une vue d’ensemble de la spiritualité en éducation et formation en posant les termes d’un débat : dans quelle mesure la spiritualité peut-elle et/ou doit-elle faire partie des références pour une éducation laïque ? En effet, la spiritualité, victime collatérale du principe de laïcité, s’est vue - en même temps que les religions - rejetée de l’École publique. Or, cette notion controversée est encore très insuffisamment conceptualisée en éducation. Nous montrerons que la spiritualité, étroitement délimitée par ses frontières laïque et religieuse, peut se concevoir justement comme une marge, un entre-deux, que différents modèles théoriques (philosophiques, psychologiques, transdisciplinaires ou comparatifs) cherchent à appréhender désormais directement en éducation et formation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Société Francophone de Philosophie de l’Education.

1Le colloque de la Sofphied1 de mai 2018 à Porto a été l’occasion d’un effort collaboratif et exploratoire pour proposer une vue d’ensemble de la spiritualité en éducation et formation en posant les termes d’un débat : dans quelle(s) mesure(s) la spiritualité peut-elle et/ou doit-elle faire partie des références pour une éducation laïque ? Alors que d’aucuns pronostiquent en France le déclin des religions, d’autres constatent un retour du religieux qui met en difficulté une certaine interprétation du principe de laïcité. Une question marginale, à la fois parallèle et différente, se pose désormais : celle de la place et de l’utilité de la spiritualité dans le champ social comme dans le champ éducatif. Des acteurs du système éducatif l’ont bien exprimé en 2015 dans l’éditorial d’un numéro de la revue de l’Association Française des Acteurs de l’Education consacré à « laïcité, école et religions », écrivant que « notre société, qui a connu un désenchantement du monde, peine à définir la place de la spiritualité » et que le risque d’un enseignement historique et objectif du fait religieux consiste à « laisser échapper la dimension du religieux, du spirituel, qui est précisément ce qui nous questionne aujourd’hui » (AFAE, 2015, p. 4 et 7).

2La spiritualité peut être considérée comme un phénomène éminemment personnel, autant que comme un phénomène social ayant des répercussions éducatives. L’éducation française publique tient, pour l’instant fermement, la spiritualité en dehors de son système en invoquant la frontière laïque : victime collatérale du principe de laïcité, la spiritualité s’est vue en effet rejetée de l’École publique en même temps que les religions. Or, cette notion controversée, devenue relativement récemment une question socialement vive en éducation, est d’autant plus controversée qu’elle est encore très insuffisamment située et conceptualisée en éducation et formation : quelles sont les frontières de la spiritualité ? Quelles sont les marges de manœuvre pour pouvoir la penser en éducation ? Délimitée par ses frontières laïque et religieuse, peut-elle se concevoir justement comme un entre-deux ? Quels modèles théoriques seraient alors mobilisables pour appréhender cet espace spirituel en éducation ?

3Dans une première partie, nous verrons que l’héritage laïque porteur de tensions idéologiques se heurte sans cesse à la question spirituelle. Parallèlement, un religieux existentiel s’efforçant de s’émanciper des trois grands monothéismes pose chaque fois la question d’un cœur spirituel commun. Dans une seconde partie, nous penserons directement cette marge qui se dessine entre le laïque et le religieux. La spiritualité pourrait finalement être l’objet de plusieurs approches conceptuelles complémentaires (philosophiques, psychologiques, comparatives, transdisciplinaires), chacune proposant des éléments pour comprendre ce qui se joue dans la conscience individuelle comme dans la pensée collective.

Les frontières de la spiritualité

  • 2 Du latin spiritualitas, de "spir- " signifiant le "souffle " ("spiritualis" signifie  "relatif au s (...)

4Pour concevoir la spiritualité, il s’agit d’abord d’en cerner les limites. Encadrée par les frontières du laïque et du religieux, elle pourrait justement apparaître comme un entre-deux, une marge, un espace de liberté, pour penser ce qui a trait à l’esprit en éducation. Souvent assimilée aux religions et donc rejetée comme elles de l’École publique par le principe français de laïcité, la notion de spiritualité reste indéfinie, floue, ambiguë, plurielle et subjective, donc une source d’incompréhensions et de préjugés susceptibles de mener à la violence interindividuelle dans la société comme à l’école. Sa double étymologie latine et grecque2 renvoyant au souffle et à l’esprit, elle mérite pourtant qu’on en examine les frontières théoriques qui s’avèrent débattues, imprécises et mouvantes : a-t-on aujourd’hui une marge pour penser la spiritualité en éducation ? Des approches philosophiques, de la frontière laïque d’abord, de la frontière religieuse ensuite, révèlent la marge de questionnement que constitue la spiritualité.

D’une frontière laïque débattue à une marge pour penser la spiritualité

5Premièrement, une frontière qui sépare la spiritualité de l’Ecole publique semble constituée par l’héritage laïque. N’est-il pas devenu en effet une évidence trop familière ? Dans les trois approches philosophiques suivantes, la laïcité apparaît aujourd’hui débattue, paradoxale, réflexive, autorisant chaque fois un espace - certes étroit mais bien réel - pour penser la spiritualité.

Un débat idéologique qui questionne la spiritualité

  • 3 Les relations complexes entre pouvoirs temporel et spirituel, la dimension identitaire, la lutte co (...)

6Les multiples sens et usages du terme laïcité (Fabre, 2017) en font une frontière débattue et fort diversement interprétée. Notion polysémique, elle est devenue “ouverte“, “positive“, “intransigeante“, “de confrontation“, “d’intelligence“, “d’incompétence“… Non spécifique à la France mais solution historiquement trouvée à trois problématiques nationales3, la laïcité présente pourtant une spécificité bien française « dans laquelle la laïcisation prime la sécularisation » (Fabre, 2017, p. 2). Évidence familière mais héritage problématique, la laïcité est porteuse de tensions (démocratie/république, laïcité/culture) non résolues sur le plan idéologique.

7D’après le même auteur, elle renverrait au débat philosophique entre la raison pure (Kant) et la raison historique (Hegel) : d’un côté, la laïcité d’inspiration kantienne (la pertinence d’un concept s’évalue à sa pureté théorique) sous-tend les conceptions intransigeantes de la laïcité dont la finalité reste le projet d’émancipation et la conquête de l’autonomie du sujet rationnel ; d’un autre côté, chez Hegel, la lente maturation historique, contextualisée et circonstanciée explique que la laïcité soit devenue « un point de stabilisation provisoire des relations complexes entre une nation […] et son esprit […] » et fasse quelques « accommodements raisonnables » (Fabre, 2017, p. 5).

8Quelle laïcité adopter alors dans le champ de l’éducation et de la formation publiques entre l’intransigeance kantienne et le compromis hégélien, face à la diversité des mouvances culturelles, religieuses et spirituelles qui éclosent ou se développent en France ? Ce débat social soulève « la question de la spiritualité » (Fabre, 2017, p. 8) et d’un « vide spirituel » (Ibid., p. 9), évoquée par l’auteur dans sa conclusion. Développons tout d’abord un exemple d’héritage kantien, avant de suivre une piste contemporaine hégélienne.

Un concept philosophique créant un espace paradoxal pour penser le lien

9C. Kintzler (2004) propose une approche philosophique radicale et critique de type kantien. Ni contrat, ni courant de pensée, ni exception culturelle française, la laïcité ne serait rien moins qu’un concept philosophique qui aurait comme objectif de construire un espace qui soit la condition de possibilité d’une coexistence des libertés dans une société donnée. L’adhésion religieuse restant le modèle du lien social, l’incroyance poserait problème parce que la proposition “personne n’est tenu d’avoir une religion plutôt qu’aucune“ créerait un vide expérimental, un espace aveugle fécond et a priori qui serait la condition de possibilité de coexistence des libertés. Cette approche aboutit à une série de conséquences paradoxales : la laïcité permettrait ainsi une liaison sociale dont le seul but serait de permettre une déliaison maximale de chacun de ses membres, assurant l’espace de liberté nécessaire pour que chacun ait le droit de ne pas être comme les autres.

10L’auteure en tire un concept de laïcité scolaire, mais appliquer aux élèves ce « devoir d’abstention, de silence, d’aveuglement ou de réserve, en matière religieuse ou d’incroyance » reviendrait à nier leur liberté de sujet (Kintzler, 2004, p. 6). De plus, l’effet religieux piègerait désormais la pensée scolaire : « pensez ce que vous voulez, faites ce que vous voulez, pourvu que cela fasse lien ou du moins pourvu que cela ne soit pas moralement contraire au lien » (Ibid., p. 11), ce qui contredit ouvertement le principe de laïcité : il est maintenant exclu qu’on échappe à la forme du religieux, c’est-à-dire qu’on soit incroyant sur la question du lien et de sa nécessité. Cette croyance en la sacralité du lien s’affirmerait concrètement à l’école avec l’enseignement du fait religieux présenté comme un fait social habitant toute collectivité, au risque de “déspiritualiser“ le lien social par une indifférenciation des contenus enseignés et une conformisation des individus.

Un effort réflexif entre émancipation rationnelle et ouverture à l’Autre religieux

11Au contraire, R. Monjo (2015) choisit une approche hégélienne. L’auteur rappelle le double enjeu, politique et épistémologique, de la laïcité à travers d’une part la question de l’altérité comme lien social à l’autre différent (sphère privée/sphère publique), d’autre part le rapport entre raison séculière et croyance religieuse (foi/religion). Il fait l’hypothèse d’un nouveau seuil de post-sécularisation de notre société ébranlée par le retour et la vitalité du religieux. Dans un tel contexte, la laïcité ne se réduirait pas à la séparation de l’Eglise et de l’Etat, mais impliquerait l’adhésion à un projet politique et scolaire : vivre ensemble dans un monde commun (reconnaissance du pluralisme religieux) et développer la liberté de penser par soi-même (défense de l’autonomie individuelle).

12Pour R. Monjo, le passage à l’état post-séculier supposerait un apprentissage qu’Habermas inscrit dans le temps et qui concerne autant les croyants (traduire en termes séculiers des arguments religieux) que les non-croyants (renoncer à la disparition des religions et à leur propre croyance en la science). Ce double effort réciproque d’apprentissage reposant sur la réflexion et la discussion aboutirait sinon à un véritable accord du moins à un consensus, constituant un projet éthique de longue durée. Cette perspective d’une cohabitation entre des points de vue irréconciliables pourrait-elle aller jusqu’à une religion réflexive universelle, hypothèse certes particulièrement audacieuse d’après l’auteur mais qui révèlerait « ce qu’il y a d’irréductible, une sorte d’invariant anthropologique et moral, dans l’expérience religieuse comme partie intégrante de l’expérience humaine » (Monjo, 2015, p. 48) ?

13Ainsi, notion polysémique, sujet de débats idéologiques, concept philosophique pouvant se renverser jusqu’à constituer « l’inversion exacte de sa philosophie initiale » (Torrès, 2016, p. 35), espace de liberté paradoxal pris au piège de l’effet religieux, consensus éthique à réaliser historiquement au prix d’un effort réflexif pour trouver un Autre universel, la laïcité pourrait donc autoriser une marge pour penser la spiritualité.

14A condition toutefois que cette dernière puisse se distinguer de la ou des religion(s).

Des frontières confuses et mouvantes autour du religieux jusqu’à un cœur spirituel

15Une deuxième frontière est celle qui sépare la spiritualité des religions. Quelle(s) différence(s) entre des religions établies, parfois dogmatiques et figées, et des spiritualités mal connues, vivantes et parfois complètement athées ? Les frontières de la spiritualité avec la ou les religion(s) sont très floues, rendant difficile sa distinction d’avec un religieux qui cherche aussi paradoxalement à s’émanciper des religions traditionnelles.

Une spiritualité commune à (re)trouver au cœur des religions ?

16Des philosophes des religions réinterprètent les trois grandes religions monothéistes prophétiques pour tenter d’en dégager un noyau spirituel.

17Du côté du judaïsme, Emmanuel Lévinas se positionne Au carrefour de la foi et de la raison (Egéa-Kuehne, 2008), avec bien sûr une corrélation entre philosophie et judaïsme (Banon, 2000). Pour M. Briançon (2018), l’intention lévinassienne, ambitieuse et visionnaire, consisterait pourtant en l’explicitation véritablement philosophique, métaéthique et phénoménologique, de l’idée cartésienne de l’Infini, transcendance non religieuse et non idolâtrique surgissant de la relation humaine et pouvant mener à une utopique sainteté. Cette quête de l’extrême conscience, proche d’une spiritualité athée universelle réalisée dans un judaïsme repensé, conduit Lévinas à redéfinir toutes les catégories et à proposer un renversement paradigmatique entre philosophie et religion.

18En effet, dès 1955, trouvant Dieu dans son absence, Lévinas développe une pensée qui relève d’une expérience moins religieuse que spirituelle : « le spirituel ne se donne pas comme une substance sensible mais par l’absence » (Lévinas, 1963, p. 222). Dans Totalité et Infini, son éthique s’affirme comme « optique spirituelle » (Lévinas, 1961, p. 76). Plus tard, Lévinas confirme la priorité et l’antériorité de la spiritualité : « l’éthique et aussi probablement la spiritualité même de l’âme […]. Philosophie première »(Lévinas, 1992, p. 104). Il propose un noyau commun universel : « Il n’y a pas une seule chose dans une grande spiritualité qui soit absente d’une autre grande spiritualité » (Lévinas, 1982, p. 148). La spiritualité serait un rapport d’absence et de séparation absolue d’avec l’inconnu inconnaissable, un rapport pleinement vécu dans le judaïsme, cette « religion d’adultes » (Lévinas, 1963, p. 27), philosophie de l’amour libérée de toute position dogmatique et religiosité, qui ne cherche pas Dieu au Ciel mais dans le questionnement des textes.

19Du côté du christianisme et d’après J.-M. Lamarre, J.-L. Nancy effectue « une déconstruction du christianisme » dont l’enjeu est de penser « une façon, une allure de l’esprit pour notre temps où le “spirituel“ semble devenu si absent, si sec, ou si frelaté » (Nancy, 2010, 4ème de couverture). Cette déconstruction n’est ni une démolition du christianisme ni un retour à lui. Prenant acte de « la mort de Dieu » (Nietzsche) et de l’épuisement de la religion, la thèse de Nancy est qu’il y aurait, enfouie sous les trois monothéismes, et en particulier sous le christianisme, « une ressource » (Nancy, 2005, p. 54) à mettre au jour, qui ouvrirait la raison à l’infini qui la transcende. La déconstruction philosophique pousse à sa limite la déconstruction que le christianisme opère sur lui-même. Nancy souscrit à l’analyse de M. Gauchet sur le christianisme comme « religion de la sortie de la religion » (ibid., p. 207) : le christianisme serait, dès son commencement, engagé dans « une auto-déconstruction » (ibid., p. 55), « un autodépassement » (ibid., p. 59), ne cessant de se désacraliser, se démythologiser et « s’athéiser » lui-même (ibid., p. 55).

20Il résulterait de la déconstruction du christianisme une spiritualité de l’ouverture à un dehors, ouverture, non pas à un être transcendant extérieur au monde, mais à « un ailleurs, un dehors qui s’ouvre dans le monde » (Nancy, 2010, p. 47). L’important ne serait pas d’être croyant ou non, mais de comprendre ce qui est en jeu dans le christianisme, c’est-à-dire l’ouverture et l’impossibilité de la colmater : « Dans le nom de dieu […] il y a au moins ceci, l’indication de la possibilité, peut-être de la nécessité, d’être fidèle à […] l’ouverture, sans laquelle nous ne serions même pas des hommes, mais simplement des choses parmi les choses, à l’intérieur du monde fermé lui-même » (Ibid., p. 39). « Cela s’ouvre, cela s’ouvre infiniment à autre chose que les choses du monde » (Nancy, 2004, p. 53).

21Du côté de l’islam enfin, A. Bidar réinterprète le Coran pour y rechercher un « humanisme partageable » (Bidar, 2015, p. 103). Il conduit « une exégèse philosophique et théologique du Coran », un examen attentif des versets « à la manière phénoménologique » (Bidar, 2008, p. 49 et 92). Il en ressort un existentialisme musulman débarrassé du poids de la soumission et nommé self-islam. Interprétant l’homme comme successeur héritier de Dieu plutôt que serviteur, l’auteur retrouve le sens d’un islam ésotérique soufi et invite à développer enfin une « maturité spirituelle » (Ibid., p. 195) qui consisterait à prendre « conscience de tout » (idem), à « élaborer une éthique réglant et orientant notre nouvelle puissance d’agir » (Ibid., p. 196) et à « spiritualiser cette nouvelle puissance d’agir » (idem). L’auteur ne propose pas moins qu’une « république spirituelle sans frontières » (Ibid., p. 197), comptant sur une responsabilité éthique et politique pour « légiférer » « entre des puissances spirituelles infinies » (idem). Ainsi, la souveraineté retrouvée dans la notion de khalîf aurait « une portée essentiellement éthico-spirituelle » (Ibid., p. 201).

22Alors le Coran serait « un texte de pédagogie spirituelle qui fait de la réalisation complète de la nature humaine une question de responsabilité, personnelle et collective » (Ibid., p. 205). La finalité de cette réalisation de soi passant par des actes de piété (dons, prière, aumône, engagements, patience…) serait l’immortalité de la conscience devenue extrêmement lucide d’elle-même par la réalisation du Bien et l’intensification maximale de sa puissance d’agir. Face à l’impasse voire la « dépression spirituelle » occidentale (Ibid., p. 259), l’islam ainsi réformé apporterait à l’individu l’espérance, la confiance, la félicité voire l’euphorie, par la compréhension que désormais loge en lui-même toute la puissance spirituelle possible, héritage d’un Dieu qui se serait retiré en donnant tout.

23Mais quel serait alors le noyau commun spirituel aux trois monothéismes ainsi revisités ? La conscience extrême ? La réalisation de soi ? Le comportement éthique ? Les textes ? Les pratiques ? Le spirituel n’est-il pas distinct de ce religieux encore masqué par les religions ?

Un religieux sans religions ou sans dieu ?

24Rappelons avec M. Fabre et al. (2019) les acceptions courantes de ces embarrassants termes “religion” versus “religieux” : « croyance dans le surnaturel, avec des dogmes, des rites, une communauté structurée par des institutions plus ou moins définies, dotées éventuellement d’un clergé spécifique » à comparer avec les quatre sens issus de l’analyse étymologique « relier, recueillir, réélire et régénérer » (p. 14). L’hétérogénéité des manifestations du phénomène “religions“ appartient à un processus historique caractérisé par la baisse progressive des croyances et le développement de la conscience morale.

25Alors, sortir des religions traditionnelles implique-t-il de renoncer au religieux ?

26Pour les penseurs et fondateurs de l’école républicaine, en particulier Quinet, Buisson et Jaurès, la laïcité avait une dimension religieuse. La « religion laïque » selon l’expression de Buisson (Lamarre, 2011) n’était pas une nouvelle religion, mais plutôt un religieux sans les religions, un religieux sans dogmes et sans Églises (mais pas sans Dieu). On peut, en ce sens, parler d’une spiritualité laïque. La séparation des Églises et de l’État ne devait pas être seulement juridique et administrative, elle n’était pas possible sans un élan religieux, sans, comme dit Quinet, « un nouvel esprit religieux » (Lamarre, 2019). La laïcité émancipait de la tutelle des religions particulières la spiritualité, qui résidait essentiellement dans le sentiment de l’infini. Alors, « toute l’éducation doit tendre à donner un contour à cet infini qui est dans nos âmes » (Jaurès, 2012, p. 156), ce que détaille l’article de J. M. Lamarre “Une spiritualité pour l’école laïque : donner forme au sentiment de l’infini” publié dans ce numéro.

27Poussant plus loin, M. Fabre (2019) distingue avec le Feuerbach américain J. Dewey, l’adjectif “religieux“ (besoin naturel de l’homme) du substantif “religions“ (expressions hypostasiées du religieux) (Ibid., p. 165). Et tandis que de nombreux théologiens contemporains cherchent à retrouver un christianisme authentique et épuré, Dewey invente un humanisme religieux (où “religieux“ désignerait tout ce qui est vraiment significatif dans la vie humaine) et définirait « une troisième voie entre christianisme et athéisme agressif, celle d’un religieux sans dieu » (Ibid. p. 166). Sur un plan existentiel, l’essence du religieux serait alors à trouver « dans le religare, le lien éthico-politique avec les autres et la relation poético-cosmique avec le Tout » (Ibid., p. 171).

28Ainsi, aux frontières de la laïcité et des religions, la spiritualité nous apparaît maintenant comme une marge pour penser, un entre-deux à questionner, un espace de respiration, qui mériterait d’être conceptualisé à nouveaux frais et plus directement en sciences de l’éducation et de la formation.

L’entre-deux spirituel : quelle spiritualité pour l’école laïque ?

  • 4 Colloque interdisciplinaire organisé par l’Université de Rennes 2 (octobre 2017).

29Une fois ses frontières laïque et religieuse revisitées, un entre-deux spirituel se dessine et se concrétise. Comment le conceptualiser ? Le colloque « le spirituel, concept opératoire en sciences humaines »4 montrait bien la quête actuelle d’une conceptualisation de la spiritualité en sciences humaines et sociales. Dans cette attente d’un concept, les sciences de l’éducation et de la formation ne sont pas en reste. Notre présente contribution propose maintenant une vue d’ensemble d’approches théoriques susceptibles d’être utilisées dans ce champ pour appréhender de façon plus directe le phénomène spirituel que ce soit au niveau individuel ou social.

Approches philosophiques

… venant de l’Antiquité grecque

30Selon P. Hadot, le spirituel est une pratique philosophique très ancienne et l’essence de la vraie philosophie. Même si le mot “spirituel“ n’était dans les années 1970 « plus de très bon ton » (Hadot, 1974, p. 25), l’auteur se résignait à l’utiliser parce que tous les autres qualificatifs possibles (psychique, moral, éthique, intellectuel, de pensée, de l’âme) ne représentaient pas suffisamment bien la réalité de la notion grecque d’askesis, cette ascèse qui existait dans l’Antiquité gréco-latine et dont la finalité était d’apprendre à vivre, à dialoguer, à mourir. Ces exercices correspondaient « à une transformation de la vision du monde et à une métamorphose de la personnalité », l’élevant à l’Esprit objectif dans la perspective du Tout (Ibid., p. 26).

31La philosophie de l’époque était un art de vivre et une attitude concrète qui engageait toute l’existence, non une théorie abstraite ou une exégèse. L’acte philosophique visait un progrès de l’être, une conversion existentielle faisant « passer d’un état de vie inauthentique, obscurci par l’inconscience, rongé par le souci, à un état de vie authentique, dans lequel l’homme atteint la conscience de soi, la vision exacte du monde, la paix et la liberté intérieures » (Hadot, 1974, p. 28). Les exercices spirituels étaient alors bien connus, quotidiens, transmis oralement, et avaient pour but d’éloigner la souffrance en maîtrisant les passions, en transformant la manière de voir et d’être de l’individu. Les listes de Philon d’Alexandrie donnent un panorama assez complet d’une thérapeutique philosophique d’inspiration stoïco-platonicienne avec :

- en premier, des exercices intérieurs comme l’attention (prosochè), les méditations (meletai) et les souvenirs de ce qui est bien ;

- en second, des exercices plus intellectuels comme la lecture, l’écoute, la recherche (zetesis) et l’examen approfondi (skepsis) ;

- en troisième, des exercices plus actifs tels que la maîtrise de soi (enkrateia), l’accomplissement des devoirs et l’indifférence envers les choses pour ou contre lesquelles on ne peut rien.

  • 5 Un principe central en était que nous pouvons agir sur certaines choses car elles dépendent de nous (...)

32Il s’agissait de s’imprégner de la règle de vie5 (kanon) pour l’avoir toujours à disposition, « sous la main » (procheiron), pour l’appliquer par la pensée aux diverses situations rencontrées. C’était moins un savoir qu’une transformation de la personne (pensée, imagination, affectivité). Par divers exercices (mémorisation de maximes, méditation de la règle de vie, examen anticipé ou rétroactif des actions, examen des rêves, dialogue avec soi-même ou avec d’autres, écriture, lecture de textes, réflexion philosophique, exercices pratiques en situation, etc.) le pratiquant s’efforçait de maîtriser et de rendre cohérent son discours intérieur, de transformer sa représentation du monde et son comportement extérieur. Stoïciens (tension de l’esprit et vigilance continuelle) et Épicuriens (détente, détachement et plaisir) se rejoignaient dans cette pratique spirituelle visant la conversion de l’âme et consistant à passer d’une vision individuelle et passionnelle à une vision universelle et objective, à découvrir la pensée pure et « la grandeur d’âme » (Ibid., p. 54), à réussir à « co-respirer » et à « co-penser avec la pensée qui englobe toutes choses » (Ibid., p. 56), à s’ouvrir au Tout cosmique.

33Les dialogues socratiques et platoniciens étaient de véritables exercices spirituels conduisant l’interlocuteur à la conversion grâce au Logos, une conversion dont la mort de Socrate serait le parfait témoignage. P. Hadot souligne la richesse, la variété, la diversité, mais aussi l’unité profonde autant dans les moyens employés (techniques rhétoriques et dialectiques de persuasion, maîtrise du langage intérieur, concentration mentale) que dans la fin recherchée (amélioration, réalisation et formation de soi) de ces pratiques spirituelles antiques. Ainsi conclut P. Hadot « la vraie philosophie est donc, dans l’Antiquité, exercice spirituel » (1993, p. 65), et ce ne serait qu’au Moyen-âge que « la philosophie, vidée des exercices spirituels qui faisaient désormais partie de la mystique et de la morale chrétiennes, a été réduite au rang de servante de la théologie, fournissant un matériel conceptuel, donc purement théorique à la théologie » (Ibid., p. 69). 

…. d’inspiration hindouiste

  • 6 Du sanscrit "adhy âtma" signifiant "concernant le Soi" ou "en direction du Soi". L'Adhyâtma Yoga dé (...)

34C’est dans la tradition de l’Advaïta Védânta (philosophie indienne non-dualiste) que A. Comte-Sponville a été initié à l’Adyatma yoga6 par A. Desjardins (1979), lui-même disciple du sage indien Swâmi Prajnânpad (2003). Le philosophe français propose un « esprit de l’athéisme » pour « une spiritualité sans Dieu » (Comte-Sponville, 2006, p. 143). Pour lui, la spiritualité n’est rien d’autre et rien de moins que « la vie de l’esprit » (Ibid., p. 144), c’est-à-dire la vie d’une chose qui pense, qui veut, qui imagine, qui aime etc. Mais le spirituel est-il l’équivalent du psychisme ou du mental ? Non, « lorsqu’on parle de spiritualité, aujourd’hui, c’est le plus souvent pour désigner une partie somme toute restreinte – quoique peut-être ouverte sur l’illimité – de notre vie intérieure : celle qui a rapport à l’absolu, l’infini ou l’éternité. C’est comme la pointe extrême de l’esprit, qui serait son amplitude la plus grande » (Ibid., p. 145).

  • 7 Le « sentiment océanique » est une notion formulée en Occident par l’écrivain Romain Roland (dans s (...)

35Alors « quelle spiritualité pour les athées ? » se demande Comte-Sponville (Ibid., p. 149). Celle qu’il préconise tourne autour de trois piliers (fidélité, action et amour) et serait presque synonyme d’éthique ou de sagesse si elle ne tenait compte du mystère, du silence, de l’indicible, de l’être. Définissant avant tout la spiritualité comme une expérience au cœur du mystère de l’être, sa spécificité résiderait dans un ressenti d’immanensité (immanence-immensité), dans un sentiment océanique7, dans une expérience de l’unité avec le Tout infini, n’ayant rien de religieux. Évidence, plénitude, simplicité, unité, silence, éternité, sérénité, acceptation, indépendance, ouverture seraient alors les maîtres-mots de l’expérience spirituelle.

36Ainsi, bien en amont des grandes religions monothéistes, les philosophies grecque et hindouiste cherchaient déjà à expliquer le fonctionnement de l’esprit humain, mais sont-elles transférables et utilisables concrètement à l’École ?

Approche pédagogique comparée

37En sciences de l’éducation et de la formation justement, un pionnier dans la recherche d’un modèle définissant la spiritualité est P. Filliot (2011). Cherchant un lien entre éducation et spiritualité, ce chercheur et enseignant de yoga s’inscrit dans une perspective foucaldienne (Foucault reprenant lui-même l’approche philosophique antique de P. Hadot), détachant la spiritualité du champ religieux, universalisant cette structure de pensée spécifique, et mettant l’accent sur l’identité du sujet, son rapport à la connaissance, le travail réflexif. Reprenant donc les apports de M. Foucault (2001), l’auteur en tire sept traits caractéristiques de la spiritualité : 1) une transformation du sujet 2) un travail de soi sur soi 3) une certaine qualité de l’être 4) une orientation vers l’intérieur 5) un dépassement de l’ego 6) une connaissance holistique et 7) une pratique quotidienne.

38Mais, surtout, dans le but d’« inquiéter » l’éducation « du dehors » et avec le souci pédagogique de « démocratiser la spiritualité en la rendant accessible à tous » (Filliot, 2011, p. 37), l’auteur compare quatre traditions (la spiritualité chrétienne, le taoïsme chinois, le bouddhisme zen et la mystique juive) pour construire un modèle théorique de l’éducation spirituelle (Ibid., p. 20) en retrouvant les « savoirs de la spiritualité » (Ibid., p. 38). L’enseignement spirituel se caractériserait alors, selon lui, par les dimensions suivantes :

  1. l’absence de paroles et le silence pour transmettre un intransmissible indicible ;

  2. l’absence de contenus et de savoirs au profit d’un rien, d’un vide ou d’un savoir-être ;

  3. la remise en question du moi et la mise à l’écart de l’ego qui fait obstacle ;

  4. l’absence de médiation entre le maître et l’élève dont les esprits se relient directement ;

  5. l’inachèvement, l’impermanence, l’absence de finalité, une vacuité – plénitude ;

  6. le recours à l’expérience, la métamorphose intérieure, l’altération, la disponibilité au réel ;

  7. le rôle du corps, instrument d’une connaissance sensible et moyen d’accès à la sagesse ;

  8. la dimension holistique, l’entièreté de l’expérience vécue, la réunification dans le Tout ;

  9. le retour à l’élémentaire, au plus proche, à l’activité quotidienne, à la respiration ;

  10. un désapprentissage, une docte ignorance, un non-savoir, un savoir pauvre ;

  11. l’agir paradoxal du maître spirituel par la répétition, la déstabilisation, le non-agir, l’effort / le non-effort, la persévérance.

39Cette démarche comparative, que F. Filliot explicite lui-même dans son article “ L’éducation spirituelle ou l’Autre de la pédagogie ?” publié dans ce numéro, présente selon nous l’intérêt de chercher le plus grand dénominateur commun aux quatre éducations spirituelles étudiées, et dont tout ou partie pourrait être transférable à l’École publique. Ainsi, l’auteur en appelle à une “pédagogie de l’intériorité” avec trois “stratégies pour une spiritualisation de la pédagogie” (Filliot, 2011, p. 212 et 209) : partir 1) des œuvres du patrimoine spirituel de l’humanité, 2) des pratiques contribuant à la transformation intérieure et 3) de soi-même car l’on éduque avec ce que l’on est et ce que l’on fait.

40Mais cette recherche pose autant de questions qu’elle n'apporte de réponses :

- n’y a-t-il pas autant de voies spirituelles qu’il y a de maîtres ou de disciples ?

- pour qu’elle soit scientifique, la comparaison ne devrait-elle pas tenir compte d’un plus grand nombre de courants spirituels ? Mais alors comment les recenser et lesquels retenir ?

- de plus, faut-il viser l’objectivité par une approche comparative distanciée ou y renoncer en réalisant une ethnométhodologie impliquée ?

Modèle psycho-spirituel

41D’autres chercheurs en sciences de l’éducation et de la formation se sont engagés dans la brèche. En quête d’un modèle de l’esprit du sujet pour proposer une éducation à la responsabilité, H. Hagège (2014) cherche à « comprendre la nature du décalage entre l’expérience subjective ordinaire et l’expérience effective du sujet » (p. 4). L’auteure s’appuie sur les sciences cognitives selon lesquelles « le sujet fonctionne selon deux modalités distinctes : une modalité inconsciente, automatique et rapide et une modalité consciente, réfléchie et qui interviendrait plus rarement » (Ibid., p. 3-4). Selon le modèle spontané du sujet correspondant à la phénoménologie ordinaire, les sujets-individus croient qu’ils fonctionnent en contrôlant leurs pensées qui causeraient ensuite leurs actions. Utilisant la psychologie sociale et la phénoménologie, l’auteure dénonce cette illusion, ainsi que les limites et le non-sens du contrôle volontaire : son modèle élaboré et contre-intuitif dissocie d’une part un sujet « composite » (« tas de sensations, perceptions et pensées empilées les unes sur les autres » selon Hood, 2012, p. 12 cité par Hagège, 2014, p. 8) dont les fonctions émergent dans l’interaction entre le biologique et l’environnement et, d’autre part, l’individu qui se croit séparé de l’environnement et auteur de ses fonctions. Ainsi, ce que nous appelons un « soi » est plus une construction donnant lieu à une illusion de séparation (soi-autre) qu’une entité tangible.

42Partant de ce modèle du sujet et prenant comme acception de la démarche spirituelle celle qui vise à se départir d’une vision subjective (d’un ego, de la saisie d’un soi), les transformations du fonctionnement de l’esprit pourraient alors être qualifiées de spirituelles ou d’éthiques et décrites sur le plan psychologique (Hagège, 2015, 2018). Il s’agirait de passer d’un esprit fermé (sur les croyances, le passé, les émotions et les attentes du sujet) à un esprit ouvert (pleinement conscient de l’instant présent). Dans son article “Une conception laïque de la spiritualité pour l’École publique : éducation à la responsabilité, aux valeurs et vulnérabilité du sujet” publié dans ce numéro, H. Hagège fait donc une hypothèse gnoséologique selon laquelle la spiritualité est une transformation de l’esprit et du rapport conscience – monde et que les valeurs de la République pourraient être favorisées via l’inclusion curriculaire d’une éducation laïque à la spiritualité et des modalités pédagogiques conjuguant la méditation laïque et différentes formes de réflexivité.

43Quel impact ces nouvelles pratiques auraient-elles alors sur l’attention, le bien-être et le comportement des élèves ?

Approches transdisciplinaires

44Pour finir ce panorama non exhaustif, l’approche méthodologique mise en avant par le Réseau International Theorias8 pour cerner la notion de spiritualité est la transdisciplinarité. Lors de son colloque interdisciplinaire de 20179, de nombreuses disciplines10 avaient été encouragées à définir cette notion pour en élaborer une définition commune et univoque, dont le sens rejoindrait la question épistémologique de « ce qui déborde les positivités de l’existence »11. Ainsi les recherches contemporaines tant en sciences fondamentales qu'en sciences humaines et sociales s'orientent-elles désormais vers le paradigme de la pensée complexe morinienne, comme le font déjà l'approche transdisciplinaire (Nicolescu, 2014) et la psychologie transpersonnelle (Descamps, 1993).

45Le groupe de recherche indépendant « Spiritualité et Éducation »12 présente le transdisciplinaire et le transpersonnel comme des approches méthodologiques pouvant participer à conceptualiser la spiritualité. En Sciences de l'éducation et de la formation, certains chercheurs en ont fait une synthèse, avec la recherche-action existentielle (Barbier, 1996), l'approche transversale (Barbier, 1997), la multiréférentialité (Ardoino, 2000) ou encore la pédagogie intégrative et implicative (Pasquier, 2017a).

46En effet, pour ce dernier (Pasquier, 2017b), la transdisciplinarité et le transpersonnel s'intéressent à ce qui est entre, traverse et se situe au delà des disciplines et des personnes. Ces deux approches apparaissent comme les deux faces d’une même médaille, qui pourrait symboliser « l’éducance » : côté face, la transdisciplinarité tendrait à une fusion/dépassement intégratif des sections disciplinaires représentées sous forme de « quartiers poreux » ; côté pile, le transpersonnel assurerait une dynamique de circulation entre les parties prenantes. Les sciences de l’éducation et de la formation seraient alors la méta-structure de l’ensemble, maintenant unis les « objets » de connaissance et les « sujets » impliqués, de façon cohérente et évolutive. Une conception holistique et complexe de la nature et de l'être humain découle de ces approches. Un changement de paradigme éducatif deviendrait nécessaire pour grandir sans restriction en connaissances et en humanité. La mise en œuvre d'une pédagogie intégrative et implicative (P2i) va dans ce sens, en articulant une variété de méthodes pédagogiques et en rendant l'apprenant pleinement acteur de sa formation. Cette P2i permet d'inclure les questions non-notionnelles (soft skills) et transversales, d'aborder et de travailler des domaines en lien avec le champ de la spiritualité (par exemple celle des valeurs de civisme, solidarité, beauté...), en nommant explicitement cette dernière ou non.

47Cette pédagogie mènerait-elle vers une méta-science de l'éducation et de la formation ?

48Ces quelques pistes théoriques proposées pour approcher la spiritualité en éducation sont bien entendu non exhaustives et non exclusives les unes des autres. Le champ de la spiritualité et le chantier de sa conceptualisation en éducation demeurent ouverts.

Conclusion

49La spiritualité, « bricolage individuel souvent très éclectique » (Fabre et al., 2019, p. 7), tape à la porte de l’École laïque, nécessitant d’être méthodiquement, soigneusement et sans tabou, questionnée, pensée et conceptualisée en sciences de l’éducation et de la formation. Dans ce domaine, l’objet de recherche « spiritualité » que nous avons tenté de définir dans cette contribution, d’abord indirectement par ses deux frontières laïque et religieuse, puis comme un entre-deux à appréhender directement, attend encore une conceptualisation propre (aux deux sens du terme). Sans viser l’exhaustivité, diverses approches théoriques et méthodologiques ont été proposées, chacune ayant son intérêt, chacune apportant son lot de questionnements.

Haut de page

Bibliographie

Ardoino, J. (2000). Les avatars de l’éducation. Problématiques et notions en devenir. Paris : PUF.

Association Française des Acteurs de l’Éducation (2015). Laïcité, école et religions. Éditorial de la revue Administration et Éducation, 148, 3-7.

Banon, D. (2000). Levinas, penseur juif ou juif qui pense. Noesis [en ligne], 3 : URL : http://noesis.revues.org/7

Barbier, R. (1996). La Recherche Action. Paris : Economica.

Barbier, R. (1997). L'approche transversale. L'écoute sensible en sciences humaines. Paris : Economica.

Bidar, A. (2015). Islam et valeurs de la République. Administration et Education, AFAE, 4, 95-104.

Bidar, A. (2008). L’islam sans soumission. Pour un existentialisme musulman. Paris : Albin Michel.

Briançon, M. (2018). Le sens du projet lévinassien : une spiritualité athée universelle pour un nouveau paradigme ? Philosophiques, 45(2), 365-390.

Comte-Sponville, A. (2006). L’esprit de l’athéisme. Introduction à une spiritualité sans dieu. Paris : Albin Michel.

Descamps M.-A. (1993). L’éducation transpersonnelle. Paris : éditions Trismégiste.

Desjardins, A. (1979). À la recherche du Soi (tomes I à IV). Paris : La Table ronde.

Egéa-Kuehne, D. (2008). Introduction. Lévinas and Education. At the intersection of Faith and Reason. New York: Ed. Egéa-Kuehne, p. 1-12.

Fabre, M., Clavier, L., Billouet, P. (2019). Présentation. Dans M. Fabre et L. Clavier (dir.). Le religieux sans la religion : vivre et éduquer sans absolu ? Rouen : PURH, p. 7-21.

Fabre, M. (2019). John Dewey (1859-1952) : un Feuerbach américain ? Dans M. Fabre et L. Clavier (dir.). Le religieux sans la religion : vivre et éduquer sans absolu ? Rouen : PURH, p. 159-172.

Fabre, M. (2017). Sens et usages contemporains de la laïcité. Éducation et socialisation, les Cahiers du CERFEE [en ligne], 46.

Ferry, L. (2010). La révolution de l’amour : pour une spiritualité laïque. Paris : Plon.

Filliot, P. (2011). L’éducation au risque du spirituel. Paris : Desclée de Brouwer.

Foucault, M. (2001). L’herméneutique du sujet, cours au Collège de France, 1981-1982, Hautes études. Paris : Gallimard/Le Seuil.

Hadot, P. (1993/2002). Exercices spirituels et philosophie antique. Paris : Albin Michel.

Hadot, P. (1974). Exercices spirituels. École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire, tome 84, 1975-1976, 25-70.

Hagège, H. (2018). De l’égo à la responsabilité. London: International Science and Technology Editions.

Hagège, H. (2015). Des compétences spirituelles au cœur de l’éducation à la responsabilité. Des compétences attentionnelles, relationnelles, épistémiques et émotionnelles pour l’éducation à la responsabilité, note de synthèse en vue de l’Habilitation à Diriger les Recherches. Université Montpellier 3 - Paul Valéry, Montpellier, France.

Hagège, H. (2014). Des modèles du sujet pour éduquer à la responsabilité. Rôles de la conscience et de la méditation. Éducation et socialisation, les Cahiers du CERFEE [En ligne], 36.

Hood, B. (2012). The Self Illusion : Why There is No 'You' Inside Your Head. Londres: Constable.

Jaurès J. (2012). De l’éducation. Paris : Points.

Kintzler, C. (2004). Laïcité et philosophie, Archives de philosophie du droit, 2004, 48 ("La laïcité"), 43-56.

Lamarre, J.-M. (2019). À la source théologico-politique de la laïcité française : religion, politique et éducation chez Edgar Quinet. Dans M. Fabre et L. Clavier (dir.). Le religieux sans la religion : vivre et éduquer sans absolu ? Rouen : PURH, p. 111-125.

Lamarre, J.-M. (2011). Ferdinand Buisson : la foi laïque d’un pédagogue républicain. Dans M. Soëtard et G. Le Bouëdec (dir.). La foi du pédagogue, Paris : Editions Don Bosco.

Lévinas, E. (1961/1971). Totalité et infini. Essai sur l’extériorité. La Haye : Martinus Nijhoff.

Lévinas, E. (1963/1984). Difficile liberté. Essais sur le judaïsme. Paris : LGF.

Lévinas, E. (1982). De dieu qui vient à l’idée. Paris : Vrin.

Lévinas, E. (1992/1998). Éthique comme philosophie première. Paris : Payot.

Monjo, R. (2015). Le défi de la foi : la raison étrangère à elle-même ? Le Télémaque, 48, 35-50.

Nancy, J.-L. (2004). Au ciel et sur la terre. Petite conférence sur Dieu. Paris : Bayard.

Nancy, J.-L. (2005). La Déclosion (Déconstruction du christianisme 1). Paris : Galilée.

Nancy, J.-L. (2010). L’Adoration (Déconstruction du christianisme, 2). Paris : Galilée.

Nicolescu B. (2014). From modernity to cosmodernity: science, culture, and spirituality. Suny series in western esoteric traditions. Albany : State Un.of New York Press.

Pasquier, F. (2017a). Espiritualidad y educación. Dans D. Soto González et A. Buciega Arévalo (dir.). Ser cambio educativo / Las sociedades necesitan una ciudadanía global. Valencia, España : Ediciones La Florida, p. 186-193.

Pasquier, F. (2017b). La transdisciplinarité, combien de divisions ? Année de la recherche en sciences de l’éducation (Arse). Paris : L'Harmattan.

Swâmi Prajnânpad (2003). Les formules de Swâmi Prajnânpad, commentées par Arnaud Desjardins. Paris : La table ronde.

Torrès, J.-C. (2016). Laïcité et éducation. La trahison des valeurs. Paris : Editions du Cygne.

Haut de page

Notes

1 Société Francophone de Philosophie de l’Education.

2 Du latin spiritualitas, de "spir- " signifiant le "souffle " ("spiritualis" signifie  "relatif au souffle", mais aussi "relatif à l'esprit", et "spiritualitas" désigne  la vie  de l'âme,  l'immatérialité). Traduction latine du grec "Pneumatikos" : 1) Relatif à l'esprit humain ou âme rationnelle 2) Ce qui possède la nature de l'âme rationnelle 3) Appartenant à un esprit, ou un être plus élevé que l'homme mais inférieur à Dieu 4) Appartenant à l'Esprit Divin 5) Appartenant au vent ou au souffle ; venteux, exposé au vent, coup de vent.

3 Les relations complexes entre pouvoirs temporel et spirituel, la dimension identitaire, la lutte contre le cléricalisme et le fanatisme catholique (Fabre, 2017).

4 Colloque interdisciplinaire organisé par l’Université de Rennes 2 (octobre 2017).

5 Un principe central en était que nous pouvons agir sur certaines choses car elles dépendent de nous, tandis que d’autres doivent être acceptées car elles nous échappent totalement.

6 Du sanscrit "adhy âtma" signifiant "concernant le Soi" ou "en direction du Soi". L'Adhyâtma Yoga désigne la partie du Yoga qui vise explicitement le travail sur soi pour libérer et réaliser la pure conscience d'être (âtman).

7 Le « sentiment océanique » est une notion formulée en Occident par l’écrivain Romain Roland (dans sa lettre à Freud du 5 décembre 1927) et qui est ensuite discutée par Freud dans son ouvrage Malaise dans la civilisation de 1929. Mais les philosophies indienne (le Vedanta) et bouddhiste (le Zen japonais par exemple) faisaient déjà référence depuis des siècles à la métaphore de l’océan et de la vague.

8 Theorias – Réseau international de chercheurs pour la Théorisation Transdisciplinaire de la Spiritualité :

https://www.lsrs.lu/organisation-organisation/theorias-reseau-international-de-chercheurs-pour-la-theorisation-transdisciplinaire-de-la-spiritualite/ (consulté le 03/02/2020)

9 Colloque Theorias d’octobre 2017 à l’Université de Rennes 2

10 Disciplines telles que : santé, études indigènes, environnement, philosophie, sociologie, théologie, littérature, arts…

11  https://www.fabula.org/actualites/le-spirituel-concept-operatoire-en-sciences-humaines-debat-interdisciplinaire_76933.php (consulté le 03/02/2020)

12 http://spiritualiteducation.blogspot.com/ (consulté le 03/02/2020)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Briançon, Florent Pasquier, Jean-Marc Lamarre et Hélène Hagège, « Un entre-deux entre laïcité et religions pour penser la spiritualité en éducation  »Éducation et socialisation [En ligne], 56 | 2020, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/edso/11988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.11988

Haut de page

Auteurs

Muriel Briançon

Maîtresse de conférences HDR en sciences de l’éducation et de la formation à l’UCO La Réunion - PESSOA / LISEC

Articles du même auteur

Florent Pasquier

Maître de Conférences en sciences de l'éducation en sciences de l’éducation et de la formation à l’Université de la Sorbonne - COSTECH

Articles du même auteur

Jean-Marc Lamarre

Maître de conférences honoraire en sciences de l'éducation et de la formation à l’Université de Nantes - CREN

Articles du même auteur

Hélène Hagège

Professeure des universités en sciences de l’éducation et de la formation à l’Université de Limoges - FrED

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search