Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Notes de lectureWallenhorst, N., Pierron, J.-P. (...

Notes de lecture

Wallenhorst, N., Pierron, J.-P. (2019). Éduquer en anthropocène. Lormont, France : Le bord de l’eau.

Maxime Bordes
Référence(s) :

Lormont, France : Le bord de l’eau, 202 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, dirigé par Nathanaël Wallenhorst et Jean-Philippe Pierron, interroge l'impact que pourraient avoir les changements anthropiques actuels du système Terre sur les manières que nous avons d'éduquer. Pour cela, ils font appel à une notion popularisée au début des années 2000 pour caractériser la période que nous traversons : l'Anthropocène.

2L'Anthropocène est un temps géologique (succédant à l'Holocène) qui se définit par l'influence des activités de l'espèce humaine sur les grands cycles bio-géochimiques, où l'humanité est comprise comme une nouvelle force géologique. Si cette nouvelle proposition fait encore débat au sein de la communauté des géologues, au sujet de sa pertinence, ainsi que de l’événement géologique et stratigraphique qui représenterait le basculement de l'Holocène à l'Anthropocène, le « clou d'or », ce concept est abondamment repris dans les travaux scientifiques depuis sa démocratisation, ainsi que dans les travaux en sciences sociales. En effet c'est un outil efficace pour penser le temps présent, nos rapport sociaux actuels et la crise environnementale, c'est un concept fécond en ce qu'il permet de « subsumer sous lui des réalités très diverses » (Federau, 2017, p.16).

3Ce phénomène global entraîne une modification des conditions d'habitabilité de la terre qui vont elles-mêmes avoir pour conséquence le bouleversement de nos modes de vie, et une complexification de notre manière de vivre ensemble en rapport avec notre environnement. Cela met nos sociétés face à des choix cruciaux et inédits, et remet en cause nos modèles de développement actuels. La question de l'éducation et de nos manières d'éduquer est par conséquent capitale, et nous nous trouvons face au choix d'y apporter ou non des changements radicaux. Le débat sur ce sujet d'actualité est au cœur des préoccupations des nouvelles générations et prend aussi place dans les écoles, notamment avec les grèves scolaires pour le climat initiées par Greta Thunberg en août 2018, le présent ouvrage s'ouvrant ainsi sur la lettre des lycéens et étudiants grévistes manifestant pour le climat.

4La question de l'éducation a toujours été centrale dans la pensée écologique, les problématiques environnementales font l'objet de pratiques éducatives depuis au moins les années 1960 en France, voire même avant à travers des pratiques comme le scoutisme. Celles-ci ont pu prendre plusieurs formes à travers les décennies : l'éducation à l'environnement en tant que ressource dans les années 1960, l'éducation à l'environnement-problème, au milieu naturel, dans les années 1970, qui se chargera d'une dimension socialement critique dans les années 1980, pour finalement être supplantée par l'éducation au développement durable, portant une vision instrumentaliste de l'environnement et encouragée par les grandes instances internationales depuis les années 1990, et aujourd'hui mis en place par la plupart des gouvernements occidentaux, y compris en France (Sauvé, 2000). L'éducation au développement durable fait référence aujourd'hui dans l'éducation, et jouit d'un monopole au niveau scolaire et parascolaire. Cependant celle-ci n'est pas exempte de critique, notamment de la part des auteurs de ce texte, soulignant les problèmes liés à l'équivocité de la notion de durabilité ainsi que la volonté de prolongement de notre modèle socio-économique portée par celle-ci.

5Les deux directeurs de ce recueil mettent en avant la nécessité de penser une éducation non plus « à l'environnement », « à l'Anthropocène », mais « en Anthropocène », non pas comme une nouvelle matière, mais comme une opportunité de repenser l'éducation à nouveaux frais, imaginer les transformations que doivent traverser l'école et nos institutions éducatives pour se replacer dans ce contexte d'influence globale des activités humaines sur notre milieu de vie. Ils appellent donc au dépassement de l'éducation au développement durable vers une refonte de l'éducation, un dépassement des paradigmes développés depuis les lumières, jusqu'à repenser l'anthropologie qui soutient l'éducation actuelle.

6Cet ouvrage comprend une contribution différente par chapitre, j'en ferai ici le résumé succinct :

7La première partie de cet ouvrage s'intitule « Repenser l'anthropologie éducative en Anthropocène ». Toute forme d'éducation repose sur une compréhension implicite de ce qu'est un être humain et de ses besoins pour croître et s'épanouir dans son environnement. Cette partie comprend des contributions tentant de comprendre ce que l'entrée en Anthropocène et la théorisation de cette notion appelle à y revoir. Dans un premier chapitre, le chercheur en sciences de l’éducation Nathanael Wallenhorst, et les psychologues Jean-Yves Robin et Jean-Pierre Boutinet se penchent sur la particularité de ce concept scientifique, sa genèse, les débats scientifiques qu'il engrange, son ambiguïté, et son usage militant. Les auteurs se penchent sur son utilité en tant que révélateur de la condition humaine, et sur la manière dont il remet en cause les acquis et valeurs de la modernité. Le second chapitre, par le philosophe Alexander Federau, est consacré aux différentes approches anthropologiques suscitées par le concept d'Anthropocène. L'auteur voit deux postures majeures face à celle-ci, il oppose le martien, celui qui veut régler le problème par une fuite en avant qui poursuivrait le projet moderne occidental et dont le rêve d'avenir prendrait la forme d'une colonisation spatiale, et le terrien, qui mise sur une nouvelle façon de penser notre manière d'habiter la terre. Dans un troisième chapitre l'anthropologue Yann Moreau propose une analyse linguistique du sujet de l'Anthropocène et des différentes manières d'exprimer le soi au sein du collectif, à travers l'usage des pronoms personnels « nous », « on » et « gent ». Le quatrième chapitre de cette première partie, écrit par le philosophe de l'éducation François Prouteau, mobilise l'anthropologie de Paul Ricoeur pour mettre en lumière la question de l'éducation à la responsabilité en Anthropocène.

8La deuxième partie de cet ouvrage s'intitule « Refonder les cultures et les institutions en Anthropocène ». Si l'Anthropocène nous pousse à repenser l'éducation, les cultures et institutions éducatives sont amenées à prendre en compte les bouleversements que nous vivons, en s'engageant dans des voies différentes, dans une posture relevant de l'éthique et du politique. La notion d'Anthropocène nous amène à questionner les modèles éducatifs dominants et à réévaluer et dépasser les « éducations à ». Dans un cinquième chapitre le philosophe Jean-Pierre Pierron souligne le rôle de l'Anthropocène, en tant que « fait anthropologique total », comme cadre interprétatif global au sein duquel éduquer. Le chapitre 6, par le chercheur en sciences de l'éducation Daniel Curnier, met en question les démarches mises en place au sein de l'école pour répondre aux enjeux de durabilité, ainsi que l'institution scolaire elle-même en tant que produit du paradigme de la modernité. Dans le septième chapitre de cet ouvrage, l'économiste Christian Arnsperger critique l'idée d'une « préparation de l'avenir », condamnée à la perdition et la reproduction, pour soutenir l'importance de renouer avec « ce que nous avons laissé se perdre », avec nos racines de l'indigénéité, faisant appel à la notion de permaculture comme « éducation des profondeurs ». L’anthropologue Christian Wulf, dans un huitième chapitre, se penche sur la question de l'apprentissage d'un comportement durable, la possibilité d'une mutation anthropologique, en soutenant que celle-ci doit se faire par le biais de processus mimétiques, de rituels et de gestes.

9La troisième partie de cet ouvrage, se nommant « Quelques préconisations éducatives en Anthropocène, Pédagogies, Expériences », réunit finalement des réflexions pratiques et appliquées, et des propositions éducatives concrètes. Le philosophe de l'éducation Renaud Hetier, dans le neuvième chapitre, tente de penser l'éducation en Anthropocène comme une éducation aux limites, non pas dans une optique autoritaire, mais en allant chercher, notamment chez Rousseau, une éducation de l'enfant se confrontant librement au monde et à ses limites, en expérimentant son propre pouvoir. Dans un dixième chapitre, le chercheur en sciences de l'éducation Nathanaël Wallenhorst explore la notion d'Anthropocène à la lumière de la pédagogie de la résonance, concept du sociologue Hartmut Rosa répondant à l'accélération de nos sociétés, cette lecture étant croisée avec celle du biologiste Andreas Weber rompant avec le paradigme de la modernité et dépassant la séparation entre un monde humain et un monde non-humain. Le onzième chapitre écrit par l'astrophysicien Pierre Léna, le spécialiste d'éducation au climat David Wilgenbus et la glaciologue Lydie Lescarmontier interroge le rôle de l'éducation scientifique dans le cadre d'une éducation en Anthropocène, notamment vis-à-vis du changement climatique. Dans le douzième chapitre, le philosophe Damien Delorme analyse la question des écotopies, des territoires engagés dans une transition culturelle en réponse à la crise écologique globale, et la question d'une éducation écotopique, en se penchant sur des exemples d'initiatives concrètes. Le treizième et dernier chapitre de cet ouvrage écrit par la philosophe Cécile Renouard porte sur une initiative en particulier, le « campus en transition » crée en 2017 et à laquelle l'auteur a pris part, proposant des formations dans une optique de transition écologique et sociale.

10Nous pouvons entrevoir à travers ces contributions en quoi le concept d'Anthropocène permet de repenser notre époque et nos modes de vies, et plus particulièrement en quoi celui-ci permet de remettre en cause et de repenser nos manières d'éduquer dans un monde dans lequel nos activités transforment notre environnement de manière systémique et incontrôlée, et où nos modèles de développement socio-économiques se heurtent aux limites du système Terre et de notre lieu de vie, allant jusqu'à menacer la pérennité même de « l'aventure humaine ».

11Cependant, si les auteurs s'engagent dans la troisième partie de cet ouvrage dans la démarche bienvenue d'ancrer dans le réel les problématiques qu'ils abordent, en menant leurs réflexions dans une optique pratique et appliquée, nous pouvons, dans une démarche similaire au pragmatisme d'Andrew Light en éthique environnementale, où celui-ci pointe le décalage entre le développement des éthiques biocentriques ou écocentriques par de nombreux philosophes et l'approche anthropocentrique de l'éthique qu'il dit être partagée par la majorité des individus (Light 2009), interroger les modalités d'une révision profonde de l'anthropologie éducative et de l'institution scolaire dans l'immédiat face à l'urgence écologique et dans un contexte d'hégémonie de l'éducation au développement durable telle qu'elle est portée et mise en avant par les institutions internationales et la plupart des états occidentaux. Les discours majoritaires, particulièrement chez les décideurs politiques, misent sur une réforme douce de nos modèles actuels, dont le système scolaire est le représentant, plutôt que sur un révision forte de notre manière d'habiter la terre, et des réformes scolaires sont déjà engagées dans ce sens.

12Nous pouvons nous demander quel pourrait être le point d'accroche, le point de départ qui permette d'engager une réforme allant dans le sens des thèses présentées dans le présent ouvrage, et nous interroger sur la manière dont des initiatives comme celle du campus en transition décrit au treizième chapitre pourraient inspirer l'école actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Federau, A., (2017). Pour une Philosophie de l'Anthropocène. Paris : PUF.

Light, A., « Pragmatisme méthodologique, pluralisme et éthique de l'environnement » in Afeissa, H.S., (2009). Écosophies, la philosophie à l'épreuve de l'écologie (p. 207-228), éditions MF

Sauvé, L., L'éducation relative à l'environnement entre modernité et post-modernité les propositions du développement durable et de l'avenir viable. in A. Jarnet, B. Jicklling, L. Sauvé, A. Wals, P. Clarkin (2000). The Future of Environmental Education in a Post Modern World ? (p. 57-71), Whithehorse : Canadian journal of environmental education.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Bordes, « Wallenhorst, N., Pierron, J.-P. (2019). Éduquer en anthropocène. Lormont, France : Le bord de l’eau. »Éducation et socialisation [En ligne], 57 | 2020, mis en ligne le 10 septembre 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/edso/12293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.12293

Haut de page

Auteur

Maxime Bordes

Doctorant en philosophie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search