Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58DossierL’égalité des chances à l’épreuve...

Dossier

L’égalité des chances à l’épreuve de la massification à l’université Omar Bongo de Libreville. Du discours politique à la réalité de l’offre universitaire

Dany Daniel Bekale

Résumés

La présente contribution entend mettre à l’épreuve la rhétorique de l’égalité des chances à l’université Omar Bongo de Libreville au regard des conditions d’études et de vie des étudiants. Dans cette perspective, la question qui sert de fil d’Ariane au présent projet de connaissance est celle de savoir comment parler d’égalité des chances dans un contexte marqué par différentes formes de précarité. Pour y répondre, l’approche méthodologique s’articule autour d’une analyse de contenu des discours politiques croisée à un examen des statistiques officielles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 INSG : Institut National des Sciences de Gestion.
  • 2 IST : Institut Supérieur de Technologie.
  • 3 UOB : Université Omar Bongo.
  • 4 USTM : Université des Sciences et Techniques de Masuku.
  • 5 USS : Université des Sciences de la Santé.

1Parler de l’égalité des chances à l’université peut relever d’une évidence tant l’accès à ce niveau d’enseignement est rendu aujourd’hui universel au sens où toutes les couches sociales de la population peuvent y accéder à la seule condition d’obtenir le baccalauréat dont les pourcentages de réussite oscillent pour l’année scolaire 2018-2019 autour de 70 % au Gabon (DGEC, 2019). C’est le lieu de distinguer université et grande école pour qui la sélection à l’entrée, par voie de concours, reste de mise. On retrouve ici une cartographie classique de l’enseignement supérieur qui s’appuie sur la distinction entre filières sélectives et filières ouvertes. Les grandes écoles (INSG1, IST2, Ecole Polytechnique, etc.) accueilleraient des publics choisis, tandis que les universités (UOB3, USTM4, USS5) recevraient par défaut des étudiants non choisis (Bodin et Orange, 2013). Cette absence de sélection à l’entrée de l’université occulte cependant la qualité de la formation offerte aux étudiants, leurs performances et les taux de réussite/d’échec enregistrés. De même, elle ne renseigne pas non plus sur les conditions d’études et de vie estudiantine en général.

2Le principe de l’égalité des chances à l’école sous-entend une égalisation des chances de réussite scolaire sans relation étroite avec l’origine sociale, le sexe, l’ethnie, l’établissement fréquenté, etc. (Merle, 2009). C’est pourquoi dans les sociétés démocratiques, le système d’enseignement doit apparaître juste et équitable en œuvrant pour l’égalité de tous face aux études et à l’obtention des biens symboliques que sont les diplômes (Felouzis, 2000). Autrement dit, « le parcours et la réussite scolaires ne devraient pas dépendre des ressources familiales dont les élèves ont hérité et le rôle de l’école est précisément d’offrir à chacun des chances égales d’émancipation » (Dupriez et Dumay, 2005, p. 6). Dans ce contexte, l’État-éducateur est invité à neutraliser au mieux les effets pervers des processus de massification en limitant entre autres, les phénomènes de ségrégation, voir d’apartheid scolaire (Felouzis et al., 2005). Car, l’égalité des chances n’est effective que si elle permet d’aboutir à une égalité de traitement susceptible de réduire les « discriminations négatives » auxquelles certains apprenants peuvent être confrontés (Felouzis, 2014). Il s’agit donc de passer d’une égalité des chances « proclamée » à une égalité réelle des chances de réussite pour tous.

3Au fondement de ce processus d’égalisation des chances, il y a le principe de justice sociale soutenu selon Rawls (1987) par celui de réparation. Le philosophe souligne que : « pour traiter toutes les personnes de manière égale, pour offrir une véritable égalité des chances, la société doit consacrer plus d’attention aux plus démunis quant à leurs dons naturels et aux plus défavorisés socialement par la naissance. L’idée est de corriger l’influence des contingences dans le sens de plus d’égalité » (Rawls, 1987, p. 12). Ainsi, dans une société démocratique la recherche de la justice précède la volonté d’égalité. Dans cette perspective, « une école juste doit offrir un bien commun, une culture commune indépendante des logiques sélectives » (Dubet, 2004 :8).

4Dans les pays du Sud, « il faudra attendre 2009 et 2010 pour que des rapports de suivi de l’Education pour tous (EPT) soient consacrés respectivement aux inégalités et aux populations marginalisées » (Henaff et Lange, 2011, p. 3). Ainsi, dans ces contextes où l’école s’est progressivement imposée comme instance principale d’éducation et d’instruction, l’accès aux savoirs scolaires apparait comme la clef de voûte de la participation à la vie économique, sociale et politique (Henaff et Lange, op.cit.). Dans ce sens, la question de l’accès aux savoirs apparaît décisive dans la mesure où elle classe et hiérarchise les individus dans la société.

5Au Gabon, comme dans bien de contextes, la sélection sociale s’opère généralement à partir des titres scolaires dont la valeur sociale et symbolique varie en fonction de divers paramètres. Pour prendre quelques exemples, un diplôme de Master n’a pas la même valeur marchande qu’une Licence dans la hiérarchie sociale. Il en est de même pour le prestige accordé aux filières sélectives comparativement aux filières ouvertes. La sélection sociale peut ainsi se faire au sein des groupes de bacheliers qui ne disposent pas de mêmes alternatives dans le choix des filières d’études et de fait qui ne bénéficient pas des mêmes chances de réussite (Aschieri, 2013). Les disparités des offres de formation éducatives au Gabon invitent à défendre l’hypothèse d’un État contre l’école et d’une école productrice d’inégalités bien plus que d’égalité (Soumaho Mavioga et Bekale, 2017).

6Pourtant, dès les premières heures du Gabon indépendant et influencées par le processus de démocratisation de l’enseignement en cours en France, les nouvelles autorités politiques affichent l’ambition de bâtir un système éducatif égalitaire et ouvert à tous. Pour cela, la loi 16/66 du 9 août 1966 rend l’accès à l’école gratuit et obligatoire. Ce principe a été réaffirmé dans la loi 21/2011 portant orientation générale de l’éducation, de la formation et de la recherche et promulguée le 14 février 2012 soit deux ans après la tenue des États généraux de l’éducation et de la formation organisés en mai 2010 sur instruction du président de la République. Ce texte stipule que : « l’égal accès à l’éducation, à l’instruction, à la culture et à la formation, est garanti à tous, sans distinction de croyance, de religion, de race, de sexe, d’appartenance politique ou de toute autre distinction sociale » (Loi 21/2011, art. 3). Il confère à l’université, dans son article 53, la mission de : « diffuser le savoir, le savoir-faire et le savoir-être et d’assurer à travers ses laboratoires, la production du savoir et de la technologie dans les facultés ou les grandes écoles ».

7Ce cadre législatif défini, le président Ali Bongo Ondimba lance en février 2016 le programme national de l’égalité des chances sur la base duquel il sollicitera le suffrage universel des gabonais quelques mois plus tard. Ce programme, qui ambitionne de bâtir une société juste et prospère, est articulé autour de 5 éléments clés dont le premier porte sur le système d’enseignement et de formation. La volonté du Chef de l’État est de : « offrir une éducation de qualité et une formation qualifiante, adaptée aux besoins de l’économie, pour tous nos jeunes » (Bongo Ondimba, 2016, 4). Or, comment disposer d’une éducation de qualité à l’université dans un environnement socio-éducatif sujet à toutes formes de précarité ? Pour le dire autrement, comment être égaux à l’université sans une égalité distributive des chances, c’est-à-dire sans une équité de l’offre universitaire ?

8Le présent projet de connaissance entend mettre en perspective analytique le principe de l’égalité des chances prôné par l’élite politique dirigeante en le situant dans le contexte de l’université Omar Bongo de Libreville qui fait face depuis une vingtaine d’années à une explosion de ses effectifs et à une déliquescence continue de ses capacités d’accueil. Cette contribution se donne l’ambition d’apporter des éclairages au débat sur la démocratisation de l’enseignement au Gabon en privilégiant l’hypothèse que la rhétorique politique de l’égalité des chances, au lieu de donner à voir la mise en place d’un système égalitaire, participe plutôt à occulter la réalité d’une offre universitaire en proie à divers déséquilibres.

Éléments méthodologiques

9L’ancrage méthodologique retenu est double. D’une part, la recherche s’appuie sur une analyse de contenu des discours politiques en faveur de l’égalité des chances qui ont pour fondements empiriques les recommandations de états généraux de l’éducation et de la formation organisés en 2010 à Libreville et qui se traduisent par le discours du chef de l’État prononcé le 23 février 2016 et les conclusions du séminaire gouvernemental tenu en juillet 2017 autour de cette thématique. D’autre part, le travail se propose de confronter ces énoncés à une analyse des données statistiques officielles produites par l’annuaire de statistiques du ministère de l’enseignement supérieur et les services de la scolarité centrale de l’université Omar Bongo de Libreville. Ce, dans la perspective de mettre en lumière les contradictions et les écarts éventuels entre ce qui est dit et ce qui est fait. Il s’agit donc de procéder à une analyse de contenu thématique (Bardin, 2009) complétée par un examen des statistiques officielles. Toute chose qui permet sans doute d’éclairer l’expérience de la massification à l’université Omar Bongo de Libreville. Ce premier travail permet d’apprécier à court terme les effets d’une politique mise en place il y a quelques années et appelle sans doute à une analyse plus distancée dans un temps plus long. Pour l’heure, il s’agit de pointer quelques indicateurs pertinents qui signalent les premières tendances.

Résultats

Discours officiels sur l’égalité des chances

10Dans les sociétés démocratiques, la nécessité de l’égalité des chances est constamment affirmée. Elle s’appuie sur le postulat selon lequel tous les citoyens naissent libres et égaux en principe et que le destin social d’un individu ne doit pas être déterminé par son origine sociale, ethnique, géographique, religieuse, etc. D’où l’émergence du concept de méritocratie qui reste la figure cardinale de la justice sociale. En effet, il apparait comme le modèle par excellence permettant à chaque citoyen de participer à une compétition dont le succès n’est pas déterminé d’avance par la fortune de naissance. Il s’agit donc d’un ensemble de dispositions visant à évacuer toutes les inégalités de départ.

11Au Gabon, la préoccupation égalitaire est quasiment consubstantielle à l’obtention de la souveraineté du pays en 1960 après avoir été pendant longtemps une colonie française. C’est ainsi que la Constitution du Gabon indépendant (21 février 1961) proclame en préambule que le peuple gabonais est animé par les principes de justice sociale. Dans ce sens, elle stipule en son article 12 que : « l’État garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture » (Gabon, 1961). La première loi d’orientation générale de l’éducation du 09 août 1966 réaffirmera ce principe d’égalité face à l’accès à l’instruction en consacrant notamment le principe d’obligation scolaire et de gratuité. La loi en vigueur portant orientations générales de l’éducation, de la formation et de la recherche (21/2011 du 14 février 2012) ne déroge pas à ce principe qui se trouve renforcé par l’âge de la scolarité obligatoire ramené de 6-16ans à 3-16ans.

12De façon constante la préoccupation égalitaire inspire les orientations politiques en matière d’instruction et d’accès au savoir. Il importe donc de souligner que les textes officiels du pays font, à priori, de la question de la justice et de l’égalité des chances une thématique centrale. Dans ce contexte, le président Ali Bongo Ondimba décide de lancer, le 23 février 2016, le programme national de l’égalité des chances. Il justifie cette démarche en ces termes :

Le Gabon est un grand pays. C’est la terre de nos ancêtres. C’est notre héritage que nous devons préserver et enrichir. C’est notre culture, diverse mais unifiée autour de notre identité nationale. (…). A ceux qui sont venus des neuf provinces, je dis : prenez place mes sœurs, mes frères dans l’espace que nous ont légué nos pères et mettons-nous à l’ouvrage, travaillons avec ardeur pour bâtir une société juste et prospère. (Bongo Ondimba, 2016)

13Le programme de l’égalité des chances présenté par le chef de l’État souhaite s’enraciner dans l’idée que le Gabon est un héritage commun qu’il convient de fructifier et dont les richesses méritent d’être réparties de manière plus équitable, gage de la prospérité du pays, pour ne pas dire de l’émergence promise aux gabonais pour l’horizon 2025 dès sa première mandature en 2009. Ali Bongo Ondimba soutient que pour lui l’égalité des chances est une absolue priorité de son action politique. Il dit à ce sujet :

Comme tout grand pays, le Gabon doit avoir de grandes ambitions. Et je nourris une grande ambition pour mon pays. L’ambition que chaque gabonais ait la même opportunité d’exprimer son talent, de subvenir à ses besoins, sans considération de sa naissance, de ses relations, de sa richesse. Chaque gabonais doit être jugé sur son savoir-faire, sa volonté et son mérite. L’égalité des chances : c’est l’ambition que je nourris pour mon pays et que je veux vous présenter en détail aujourd’hui. (ibid.)

14L’égalité des chances apparait comme une grande ambition du chef de l’exécutif gabonais parce qu’il considère que chaque gabonais doit disposer des mêmes opportunités afin d’être jugé que sur le mérite, sur le savoir-faire. En d’autres termes, les inégalités de naissance ne doivent plus déterminer la position et le statut social d’un individu. Car :

Il n’est pas tolérable que dans notre pays, l’accès à l’éducation et à la formation, aux soins de santé, aux emplois et aux logements, repose le plus souvent sur les privilèges d’ordre familiaux ou politiques. Cela signifie que certains individus non-qualifiés sont placés à des postes importants, aux dépens des personnes méritantes, exclus du système. Cette injustice est immorale et pénalise notre économie. (ibid.)

15Cette vision politique ainsi définie doit s’inscrire dans la lutte contre l’exclusion sociale et l’injustice liée aux privilèges de naissance ou d’appartenance politique. Ali Bongo Ondimba considère que le pays a déjà trop souffert d’un système de privilèges. C’est pourquoi :

(…), je m’efforce à mettre notre pays sur la voie du changement avec l’annonce d’un programme accéléré de promotion de l’égalité des chances. Mon engagement est irréversible. L’égalité des chances sera aussi un changement irréversible de notre société pour le meilleur. Le Gabon de l’égalité des chances sera un Gabon plus juste, plus prospère et plus efficace. (ibid.)

16Le discours du président de la république gabonaise laisse entrevoir des changements radicaux dans l’organisation et le fonctionnement du pays. Pour ce faire, il propose aux gabonais un programme de l’égalité des chances articulé autour de cinq éléments clés. Le premier axe du programme s’appuie sur le système d’éducation et de formation. Le deuxième fait référence à l’accès au système de soins et à la prise en charge des patients. Le troisième repose sur l’emploi, le quatrième sur l’autonomisation des femmes et le cinquième porte sur le combat contre les injustices et les privilèges indus.

17S’agissant de l’axe 1, objet de notre analyse, Ali Bongo Ondimba souligne que :

Le premier axe du programme, qui constitue le socle de l’égalité des chances, est d’offrir une éducation de qualité et une formation qualifiante, adaptée aux besoins de l’économie, pour tous nos jeunes. Leur permettre d’accéder au savoir et à l’expertise technique est la meilleure garantie de notre réussite collective. En effet, notre plus grande richesse est notre jeunesse. Nous devons lui donner les moyens de se réaliser et de transformer les opportunités du Gabon Émergent. (ibid.)

18Le chef de l’exécutif gabonais affirme vouloir donner aux jeunes une éducation de qualité et une formation qualifiante susceptible de répondre convenablement aux besoins de l’économie nationale. En considérant la jeunesse comme la plus grande richesse du pays, le président de la république s’engage à mettre tout en œuvre pour que les jeunes disposent d’une offre éducative de qualité, qualifiante et accessible à tous. C’est pourquoi son premier ministre rappellera l’année suivant le lancement du programme que :

Le programme de l’égalité des chances n’est pas un slogan politique/campagne mais plutôt un levier essentiel de nos politiques publiques (…). La matérialisation du refus, par le gouvernement, que le statut social du gabonais, soit prédéterminé par son origine familiale, ethnique, géographique ou encore religieuse. (Issozet Ngondet, 2017).

19L’on est donc en droit d’ouvrir le débat et d’interroger l’université gabonaise pour saisir par quels mécanismes cette institution éducative et de formation s’est-elle appropriée la volonté des autorités politiques. Pour le dire autrement, comment cette volonté politique ici impulsée s’est-elle matérialisée dans l’université gabonaise : le programme de l’égalité des chances a-t-il pris forme au sein de l’université Omar Bongo afin de parvenir à cette réussite collective souhaitée par l’élite politique dirigeante ?

L’université Omar Bongo : entre données historiques et démographiques

20Créée en 1970, l’Université Nationale du Gabon (UNG), rebaptisée en 1978 Université Omar Bongo de Libreville (UOB), célèbre cette année ses 50 ans d’existence. Elle est née de l’éclatement de la Fondation pour l’Enseignement Supérieur en Afrique Centrale (FESAC). A l’ouverture, elle compte 162 étudiants répartis en trois établissements : 29 pour le centre d’enseignement supérieur des lettres et sciences humaines, 80 pour le centre d’enseignement supérieur de droit et sciences économiques et 53 pour le centre d’enseignement supérieur des sciences (Annuaire statistiques, 2002). Ces centres, devenus entre temps facultés, seront complétés par la création de l’Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs de Libreville (ENSIL), de l’Institut National des Sciences de Gestion (INSG), de l’Ecole Normale Supérieure (ENS), de l’Ecole Normale Supérieure pour l’Enseignement Technique (ENSET)…

21Au cours de son évolution, l’université Omar Bongo va connaître plusieurs mutations structurelles et organisationnelles. Ainsi, en 1986 un premier démembrement sera enregistré avec la création à Franceville (ville du sud-est du pays) de l’Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM) qui prendra désormais en charge la faculté des sciences et l’ENSIL qui deviendra l’Ecole Polytechnique. Au début des années 2000, les grandes écoles et la faculté de médecine s’autonomisent de l’UOB. Aujourd’hui, plus que deux facultés composent l’université Omar Bongo : la faculté de droit et de sciences économiques (FDSE) et la faculté des lettres et sciences humaines (FLSH).

22Les capacités d’accueil de l’UOB sont estimées à 7000-8000 étudiants. Or, depuis le début des années 2000, elle connait une massification de ses effectifs passant de 6128 en 2003 (Annuaire statistiques, 2003) à plus de 12000 en 2010 (Mintsa M’Obiang, 2014) pour atteindre près de 35000 étudiants en 2020 (UOB, 2020). Cette augmentation des effectifs des étudiants ne se fait pas sans poser de problèmes notamment au niveau des structures d’accueil et d’encadrement restées pour l’essentiel en l’état depuis plusieurs années.

23Aussi, il n’est pas rare de constater que des amphithéâtres sensés accueillir 400 étudiants reçoivent aujourd’hui plus de 2000 étudiants. Pour ne prendre qu’un exemple, l’amphithéâtre « Léopold Sédar Senghor » affecté au département de sociologie d’une capacité de 400 places accueille aujourd’hui près de 2500 étudiants en licence 1 (UOB, 2020). Cette explosion démographique met à rude épreuve l’inventivité de l’administration du département qui se voit obliger d’utiliser dans la gestion des flux, comme dans les lycées et collèges, le mécanisme du « double-flux ». Celui-ci consiste à scinder la licence 1 en plusieurs groupes classe d’environ 500 étudiants et de proposer un emploi du temps plus flexible prolongeant la journée universitaire jusqu’à 18h. Le déficit de salle de cours a contraint l’administration du département de sociologie à supprimer de l’offre de formation les travaux dirigés (TD). Les étudiants ne peuvent bénéficier que de cours magistraux dispensés dans des amphis insonorisés sans système d’aération efficient et parfois insalubres faute de personnel d’entretien.

24En termes d’encadrement ou de ratio enseignant/étudiants, la situation s’est considérablement dégradée en dix ans. En effet, en 2010 à la faculté de droit et sciences économiques on enregistre un ratio enseignant/étudiants de 54 en droit et de 24 en économie (Mintsa M’Obiang, op.cit.). Aujourd’hui, ce ratio est passé à 111 en droit et à 72 en économie (UOB, 2020). Cette situation pose donc des problèmes d’encadrement et de suivi des étudiants. Ce d’autant plus que plusieurs enseignants de la FDSE notamment ceux de droit sont happés par les cabinets d’avocats et les fonctions administratives. Cette question qui fait débat auprès des autorités ministérielles et rectorales pose en filigrane le problème de un « effet-enseignant » dans la réussite ou l’échec des étudiants.

Une université pour échouer 

25Inspiré de l’ouvrage du sociologue Gilbert Nguema Endamne (2011), le présent axe entend analyser les résultats académiques des étudiants. Il vise à démontrer que majoritairement les étudiants de l’université Omar Bongo sont en situation d’échec et/ou d’abandon scolaire. De façon globale, le taux de redoublement au premier cycle de l’université se situe à plus de 75 % pour les trois universités que compte le pays (Ogowet, 2016). Quelle est la situation singulière de l’UOB ?

26Dans les années 2000, les résultats académiques de l’UOB présentent des taux de réussite très faibles (moins de 20 %) pour des taux d’échec très élevés dépassant dans certains départements les 90 % en première année (Annuaire statistiques, op. cit.). Les départements qui enregistrent les taux d’échec les plus importants sont les départements de la faculté de droit et de sciences économiques. En effet, pour le département de droit le taux d’échec en première année est de 92,43 %. Il est sensiblement le même que celui du département de sciences économiques pour lequel le taux est de 93,52 % (le plus élevé de l’UOB). Au niveau de la faculté des lettres et sciences humaines, c’est le département des sciences du langage qui a le taux d’échec le moins important en première année : 64,96 %. Sur les autres niveaux d’études, les taux d’échec baissent significativement par rapport à la première année avant de remonter en quatrième année (année de soutenance du mémoire de maîtrise). Pour ne prendre qu’un exemple, en quatrième année de philosophie il est de 80,59 % selon les données de l’annuaire statistiques de l’enseignement supérieur.

27Actuellement, la courbe de l’échec à l’UOB ne semble pas connaître une véritable inversion. Le tableau ci-dessous en donne une illustration.

28Tableau 1 : Taux de redoublement en FDSE

Année académique

Département de droit

Département de sciences économiques

2009-2010

68,36 %

61,52 %

2010-2011

93,09 %

96,07 %

2011-2012

79,27 %

79,82 %

2012-2013

62,10 %

58 %

2013-2014

58 %

69 %

Taux moyen = 72,18 %

Taux moyen = 72,88 %

Source : Scolarité centrale UOB, 2014

29Le tableau 1 indique les pourcentages d’échec en première année de la faculté de droit et sciences économiques sur cinq ans. Ces chiffres permettent d’observer que les tendances enregistrées au début des années 2000 se confirment. En effet, pour les deux départements concernés le taux d’échec en première année se situe sans discontinuer au dessus de 50 %. Le taux moyen d’échec est cependant en recul par rapport au début des années 2000 même s’il reste très élevé, car il se situe au dessus de 70 %. Les deux départements ont quasiment le même taux d’échec en première année : 72,18 % pour le département de droit contre 72,88 % pour le département de sciences économiques. La problématique de l’échec apparaît, dans une perspective diachronique, comme une permanence dans les résultats académiques de l’UOB. Les résultats académiques suivent la même courbe même si les proportions diffèrent.

La généralisation de la bourse : un voile sur la précarité étudiante

30En septembre 2012, les autorités politiques décident de généraliser la bourse d’études à tous les bacheliers. Le décret 404/PR/MENESTFPRSCJS, article 7 alinéa 3 stipule que : « peuvent prétendre aux bourses d’études dans l’enseignement supérieur, les candidats remplissant les conditions suivantes : justifier de l’obtention du baccalauréat ou d’un titre équivalent, effectuer des études régulières et à plein temps conduisant à l’obtention du diplôme sanctionnant normalement les études considérées » (Décret 404, 2012). Cette décision saluée par les bénéficiaires va s’avérer être « l’arbre qui cache la forêt » : la précarité matérielle des étudiants notamment ceux de l’UOB.

31En regardant les données disponibles (Bekale et Maroundou, 2016 ; Mouandah Migan, 2006) on se rend compte de la situation matérielle des étudiants de l’UOB. On constate ainsi que la majorité des étudiants inscrits à l’UOB sont dans une grande fragilité économique. Deux raisons principales peuvent l’expliquer. Il y a d’une part, l’origine sociale modeste et d’autre part, la fermeture du campus universitaire arrivé à saturation. Pour rappel, le nombre d’étudiants de l’UOB avoisine les 35000 étudiants. Or, le campus universitaire ne dispose que de 600 chambres pour une capacité litière de 1200 lits.

32En dépit de quelques progrès, les taux de bourses varient entre 83000 FCFA (127 €) pour le cycle licence, 98000 FCFA (150 €) pour le Master et 130000 FCFA (198 €) pour le cycle doctoral par mois sur 10 mois. Ces montants apparaissent largement insuffisants pour vivre et méritent d’être complétés. D’autant plus que la carte d’étudiant qui « conférait aux étudiants gabonais le droit à une réduction de 10 % sur tous les tarifs normaux de vente de fournitures et matériels scolaires […] n’est plus en vigueur » (Soumaho et Moussavou, 2007, p. 178). De plus, en raison de la fermeture du campus et de l’origine sociale (plusieurs viennent de l’intérieur du pays), les étudiants sont obligés de s’engager dans la location de logements de fortune situés aux alentours de l’université. Sans soutien familial, ils sont amenés à exercer des petites activités commerciales et de chercher des « jobs étudiants ». Car, si l’on considère que le coût moyen mensuel d’un logement étudiant est de l’ordre de 50000 FCFA (76 €), un étudiant qui bénéficie d’une bourse et qui doit se loger se trouve dans une situation de précarité économique. Comme le soulignent Soumaho et Moussavou (op. cit., p. 178) « les conditions d’existence et d’études de l’étudiant gabonais se sont précarisées… ». Une situation qui n’est pas singulière aux étudiants gabonais. Dans divers contextes, les étudiants vivent des réalités semblables (Trannoy, 2006 ; Galland, 2011 ; Aschieri, 2013).

33Exercer un travail étudiant ou activité de petit commerce n’est pas fondamentalement incompatible avec la poursuite des études à condition que le nombre d’heures de travail ne rentre pas en tension avec le temps d’études ou universitaire. Voici l’un des dilemmes auxquels sont confrontés les étudiants en général et ceux de l’UOB en particulier. Cette question est cruciale dans la mesure où de la réussite de cette conciliation entre travail salarié et activités pédagogiques dépend la réussite universitaire et la poursuite des études.

34Aujourd’hui, l’un des défis majeurs de l’UOB est de faire réussir les étudiants qu’elle accueille et qui sont pour l’instant majoritairement en situation d’échec notamment en première année de licence. Il faut dire que pour les étudiants les plus fragiles économiquement et qui font partie de la première génération dans leur famille à accéder à l’université (Bekale et Maroundou, op. cit.) le risque de renonciation ou de détournement est relativement élevé. Ce, d’autant plus qu’ils n’ont pas été préparés aux codes et pratiques de l’université. C’est en cela que le discours sur l’égalité des chances aurait pu rentrer en résonnance avec les attentes de cette frange de la population déjà fragilisée économiquement et culturellement. Il va s’en dire que les conséquences de cette précarité économique ont comme manifestations premières la limitation des ambitions universitaires et progressivement le décrochage. Dans ce contexte de grande fragilité, le programme de l’égalité des chances aurait trouvé un terreau particulièrement fertile.

Discussion : l’égalité des chances entre allusion et illusion

35S’il est admis que l’égalité des chances parfaite est irréaliste, il reste cependant nécessaire de chercher à réduire au mieux les inégalités de naissance. C’est pourquoi l’égalité des chances apparaît comme une « fiction nécessaire » permettant de combattre les injustices sociales. Comme le souligne Dubet : « l’égalité des chances est consubstantielle au principe de liberté individuelle qui donne à chacun le droit et le pouvoir de mesurer sa valeur à celle des autres » (Dubet, 2004 :36). C’est en tout cas l’objectif affiché par les autorités politiques gabonaises avec le lancement du programme de l’égalité des chances en 2016. A ce stade, les premiers indicateurs donnent à voir que la confrontation de cette rhétorique institutionnelle avec la réalité universitaire laisse transparaître quelques contradictions. En effet, l’allusion faite à la construction d’un système éducatif de qualité peine pour l’instant à se matérialiser dans les faits. Les prochains travaux qui seront entrepris permettront de s’en faire une idée plus précise sur le long terme.

36Aujourd’hui, les malheurs des étudiants de l’UOB, notamment les taux d’échec en première année universitaire (pour rappel, environ 75 %), tendent à démontrer que le passage du discours à la pratique reste problématique et illusoire en contexte universitaire gabonais. Issus essentiellement des milieux défavorisés, les étudiants de l’UOB dont la démographie est galopante n’évoluent pas dans un environnement susceptible des les aider à contrecarrer leurs handicaps socioculturels. Car, si l’accès au diplôme du baccalauréat est aujourd’hui démocratisé, il reste que l’accès à une éducation de qualité favorisant la réussite du plus grand nombre, pour des étudiants dont les parents ne disposent pas de ressources culturelles pouvant les préparer au monde universitaire, n’est pas encore atteint. Or, il n’y aura pas d’amélioration de la réussite sans qualité de la formation et sans égalisation de traitement des étudiants déjà très fragiles économiquement.

37Le processus de l’égalité des chances dans le monde de l’éducation prend appui sur une égalité de l’offre éducative. D’autant plus que la sociologie de l’éducation a montré qu’il y existe une relation entre réussite et effets de contexte. Dans cette perspective, l’environnement et les conditions d’études, qui sont à l’UOB en déliquescence progressive (surpeuplement des amphis, absence de matériels pédagogiques, absence de connexion à Internet, fermeture de la résidence et du restaurant universitaire…), s’avèrent défavorables pour la réussite des étudiants. Ainsi, malgré un recrutement social homogène, l’UOB peine à faire progresser ses étudiants. Les politiques de l’égalité des chances seraient plus pertinentes si elles se construisaient autour de l’égalité de résultats notamment pour les étudiants les plus fragiles socialement. Car, la question de l’égalité de l’offre universitaire mérite de s’adosser au principe de justice sociale.

38D’un point de vue critique, le programme de l’égalité des chances ne s’est pas accompagné au niveau de l’UOB par la mise en place de moyens susceptibles d’améliorer le cadre d’études et de vie des étudiants dont le nombre est proche de 35000 aujourd’hui. Dans ce contexte, il semble illusoire d’espérer à une suppression des inégalités d’origine dès lors que les réformes structurelles de l’offre universitaire s’énoncent en pointillés. Le discours sur l’égalité des chances trouve ici ses limites en milieu universitaire gabonais en ce que les problèmes soulevés par la massification des effectifs ne trouvent pas de solutions durables. Sans une éducation de qualité, c’est-à-dire respectueuse des normes académiques et disposant de moyens conséquents, la construction d’une société juste et prospère est quasiment vouée à l’échec. De ce point de vue, le discours sur l’égalité des chances apparaît comme un discours idéologique au sens althussérien du terme.

Conclusion

39En définitive, la mise en perspective analytique de la problématique de l’égalité des chances à l’épreuve de la massification à l’UOB permet d’observer une distance entre discours et réalité empirique. Cette analyse démontre que la volonté de bâtir une société gabonaise juste et prospère ne s’accompagne pas de la mise à disposition de moyens permettant de réaliser les réformes structurelles indispensables pour parvenir à une égalisation des chances de réussite pour un public issu majoritairement des milieux populaires. Ainsi, on assiste à la permanence d’un taux d’échec en première année important qui se situe au-dessus de 75 % sur l’ensemble des trois universités du pays.

40La rhétorique développée autour de l’égalité des chances ne se limite pas à véhiculer une image déformée de la réalité. Elle constitue surtout un discours idéologique qui détourne l’attention sur les véritables enjeux liés aux missions assignées à l’université, sur les confusions actuelles du marché du travail et plus encore sur le désengagement progressif et constant de l’État. Une situation qui met au goût du jour les difficultés plus générales que rencontre le système d’enseignement supérieur au Gabon.

Haut de page

Bibliographie

Aschieri, G. (2013). Les inégalités dans l’enseignement supérieur. Le français aujourd’hui, 183(4), 51-59.

Bardin, L. (2009). L’analyse de contenu. Paris : PUF.

Bekale, D. D., Maroundou, M. (2016). L’orientation post-baccalauréat dans le système LMD au Gabon : pour une lecture sociologique des déterminants sociaux et scolaires. Akeng Revue gabonaise de recherche en éducation, 4, 35-66.

Bodin, R., Orange, S. (2013). L’université n’est pas en crise. Paris : éditions du Croquant.

Bongo Ondimba, A. (2016). Allocution de lancement du programme de l’égalité des chances. Présidence de la République.

Dubet, F. (2004). L’école des chances. Qu’est-ce qu’une école juste ? Paris : Seuil.

Dupriez, V., Dumay, X (2005). L’égalité des chances à l’école : analyse d’un effet spécifique de la structure scolaire. Revue française de pédagogie, 150, 5-17.

Felouzis, G. (2000). Repenser les inégalités à l’université. Des inégalités sociales aux inégalités locales dans trois disciplines universitaires. Sociétés contemporaines, 38, 67-97.

Felouzis, G. et al. (2005). L’apartheid scolaire. Enquête sur la ségrégation ethnique dans les collèges. Paris : Seuil.

Felouzis, G. (2014). Les inégalités scolaires. Paris : PUF, Que sais-je ?

Gabon (1966). Loi 16/66 du 9 août 1966 portant orientations générales de l’enseignement. Présidence de la république.

Gabon (2012). Loi 21/2011 du 14 février 2012 portant orientations générales de l’éducation, de la formation et de la recherche. Présidence de la république.

Gabon (2012). Décret 404/PR/MENESTFPRSCJS du 26 septembre 2012 fixant les conditions d’attribution, de transfert, de suppression de bourse, d’orientation, de réorientation, ainsi que les modalités de prise en charge par l’État des élèves et étudiants boursiers au Gabon et à l’étranger. Présidence de la république.

Galland, O. (dir.) (2011). Les mondes étudiants : enquête conditions de vie 2010. Paris : Observatoire la vie étudiante : La documentation française.

Henaff, N et Lange, M.-F. (2011). Inégalités scolaires au Sud : transformation et reproduction. Autrepart, 3/59, 3-18.

Issoze Ngondet, E. (2017). Allocution au séminaire sur le renforcement des capacités : « L’égalité des chances pour un développement social inclusif ». Primature, 26-27 juillet.

Merle, P. (2009). La démocratisation de l’enseignement. Paris : La découverte.

Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation technologique (2004). Annuaire statistiques de l’enseignement supérieur. MESRIT, 1-44.

Mintsa M’Obiang, D. (2014). Évaluation des universités gabonaises depuis leur création : le cas de l’université Omar Bongo à Libreville. Thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université de Limoges.

Mouandah Migan, W. (2006). D’un double réseau universitaire. Pour une problématique de la reproduction de la formation sociale gabonaise. Mémoire de maîtrise en sociologie, FLSH/UOB.

Nguema Endame, G. (2011). L’école pour échouer. Une école en danger. Crise du système d’enseignement gabonais. Paris : Publibook.

Ogowet, L. (2016). Orientation imposée et redoublement des étudiants en 1ère année de l’enseignement supérieur au Gabon. Akeng, revue gabonaise de recherche en éducation, 4, 67-83.

Soumaho, M.-N., Moussavou, G. (2007). En quête d’une construction identitaire de l’étudiant gabonais. Revue Palabres actuelles. Identité, Identités, 1, 171-192.

Soumaho Mavioga, O.M., Bekale, D.D. (2017). Offre scolaire au Gabon et problématique de l’égalité des chances dans l’enseignement primaire. Dans Q. De Mongaryas et al. (dir.). Refonder l’école gabonaise. Enjeux et perspectives. Paris : Publibook.

Rawls, J. (1987). La théorie de la justice. Paris : Seuil.

Trannoy, A. (2006). Financement des universités, financement des études. Revue d’économie politique, 116(6), 745-782.

Haut de page

Notes

1 INSG : Institut National des Sciences de Gestion.

2 IST : Institut Supérieur de Technologie.

3 UOB : Université Omar Bongo.

4 USTM : Université des Sciences et Techniques de Masuku.

5 USS : Université des Sciences de la Santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dany Daniel Bekale, « L’égalité des chances à l’épreuve de la massification à l’université Omar Bongo de Libreville. Du discours politique à la réalité de l’offre universitaire »Éducation et socialisation [En ligne], 58 | 2020, mis en ligne le 30 décembre 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/edso/13463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.13463

Haut de page

Auteur

Dany Daniel Bekale

Université Omar Bongo de Libreville, Département de sociologie/LabSoc/GRESS, E-mail : danybekelay@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search