Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25La crise de l’enseignement supéri...

La crise de l’enseignement supérieur agricole court : quelle prise en compte de la place des filles dans les orientations politiques ?

Michèle Bargeot, Jean-Michel Drouet et Carine Rossand
p. 73-93

Texte intégral

1L’Enseignement agricole, sous tutelle du ministère de l’agriculture et de la pêche, constitue un élément original du système éducatif français à côté de l’Éducation nationale. À la rentrée 2006, 173 855 élèves étaient inscrits en lycée agricole, chiffre équivalent à celui d’une académie moyenne. Malgré sa petite taille, c’est un système de formation général, technologique et professionnel complet, dont l’architecture est identique à celle de l’Éducation nationale : le cycle secondaire prépare à quatre diplômes de niveau IV ; le cycle supérieur est essentiellement constitué des sections de préparation au Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) et des écoles d’ingénieurs, auxquelles s’ajoutent depuis 1999 des licences professionnelles en partenariat avec les universités et les établissements d’Enseignement agricole.

  • 1 Elle est affichée dans les 4 Schémas Prévisionnels Nationaux de Formation qui se succèdent à partir (...)

2Conséquence de la volonté politique constante de faire des formations générales, technologiques et professionnelles de l’Enseignement agricole un vivier pour l’Enseignement agricole supérieur1, les effectifs au niveau IV et dans les sections de préparation au BTSA n’ont cessé de progresser concomitamment au cours des années 1990. Cette croissance a été favorisée par les réformes du niveau IV et par le développement du niveau III. La clarification des voies de formation et l’articulation plus étroite entre les deux niveaux qui en a résulté ont amené une augmentation des effectifs d’abord dans le secondaire, puis dans le supérieur. Or si depuis 1990, les diplômés de niveau IV sont effectivement et significativement de plus en plus nombreux, leur essor ne semble pas avoir profité au niveau supérieur autant que prévu et ne s’est pas traduit par un surcroît d’orientations en BTSA. Au contraire, alors que le recrutement dans les différents diplômes du niveau IV demeure relativement stable depuis 2000, celui des BTSA accuse une baisse.

3Ces évolutions se produisent alors que le public accueilli dans l’Enseignement agricole change. En premier lieu, la population féminine augmente davantage que celle des garçons depuis le début des années 1990 : elle atteint 49,8 % de l’effectif total à la rentrée 2006. Par ailleurs, la diminution du nombre des exploitations agricoles, liée à la modernisation structurelle, fait que les fils d’agriculteurs, considérés comme le public cible de l’Enseignement agricole, deviennent dans le même temps très minoritaires. Leur part baisse dans tous les secteurs, y compris dans les formations « traditionnelles » du secteur de la production. En corrélation avec ces changements, le système de formation agricole se transforme et ne ressemble plus aujourd’hui à ce qu’il était à la fin des années 1980. S’il attire un public renouvelé, et en particulier des filles, c’est aussi parce que des formations plus diversifiées sont ouvertes.

4Dans ce contexte mouvant, les orientations des élèves diplômés de niveau IV dans l’Enseignement agricole supérieur se modifient, tant quantitativement que qualitativement. C’est le lien entre les évolutions du recrutement de l’Enseignement agricole au niveau IV, principalement sa féminisation, et les changements dans les poursuites d’études supérieures qui est étudié dans cet article. À partir de 2000, une crise de recrutement s’amorce au niveau III : le réservoir que constituait jusqu’ici le niveau IV pour les BTSA, alors même que ses effectifs se maintiennent, semble ne plus alimenter aussi bien qu’auparavant ces formations. Cette rupture interroge d’autant plus que les choix politiques concernant l’appareil de formation agricole ont cherché à favoriser la continuité des cursus entre secondaire et supérieur. Il semblerait que la féminisation de l’Enseignement agricole contrarie, au moins en partie, ces ambitions : les orientations vers l’enseignement supérieur entre les filles et les garçons ne sont pas identiques, la mixité dans les filières et voies de formations étant loin d’être réalisée.

5La description des évolutions des inscrits aux niveaux IV et III de l’Enseignement agricole sous l’effet des réformes met en évidence l’ouverture, croissante mais inégalitaire, des formations aux filles et la rupture tendancielle qui affecte les recrutements à partir de 2000. L’analyse différenciée des poursuites d’études des diplômés de niveau IV selon leurs voies, spécialités de formation et sexe permet d’expliquer cette rupture et de montrer comment les filles y participent.

6Si la croissance des effectifs de l’Enseignement agricole aux niveaux IV et III de formation, interrompue à partir de 2000, est portée par les filles, les filières de formation demeurent très sexuées.

7Depuis sa création, l’Enseignement agricole n’a cessé d’évoluer pour s’adapter aux mutations de l’agriculture, du monde rural et, plus globalement, de la société. Son objectif traditionnel de formation des agriculteurs reste aujourd’hui une priorité. Les spécialités concernant la production agricole demeurent majoritaires. Cependant, le développement d’emplois en amont et en aval de celle-ci a amené l’Enseignement agricole à étendre son offre de formation aux domaines de la transformation et de la commercialisation des produits issus de l’agriculture. Il propose par ailleurs des formations aux métiers de l’aménagement forestier et paysager et, pour répondre à la demande de valorisation des espaces ruraux et aux préoccupations d’ordre écologique, des spécialités orientées plus spécifiquement vers l’aménagement des espaces naturels, la protection de l’environnement et la gestion de l’eau. Enfin, la mutation profonde de l’espace rural, qui ne se superpose plus à l’espace agricole, ainsi que le vieillissement de la population nationale ont conduit à renforcer les formations des services aux entreprises d’une part, aux collectivités et aux personnes d’autre part.

La constitution progressive de trois voies de formation dans le secondaire

8Dans la dernière décennie, l’appareil de formation agricole s’est aussi transformé pour répondre à une demande d’élévation du niveau de qualification par les professionnels et les familles. La désaffection des formations de niveau V prépondérantes dans l’Enseignement agricole privé a entraîné une stagnation des effectifs globaux entre 1985 et 1992. Pour offrir à son public des poursuites d’études attractives, l’Enseignement agricole décide de rénover et diversifier ses formations au niveau IV : il souhaite clarifier et rendre plus lisibles ses voies de formation générale, technologique et professionnelle en les harmonisant à celles de l’Éducation nationale (Droyer, 2001) et en les articulant avec les formations de niveau III pour faciliter les orientations vers l’enseignement supérieur.

9En 1992, le baccalauréat D’« sciences agronomiques et techniques » créé par l’Éducation nationale pour l’Enseignement agricole, est remplacé par le baccalauréat scientifique. Après cette transformation, les effectifs des élèves en année terminale de ce diplôme diminuent de façon régulière : de 2495 élèves en 1993, dernière année de l’option D’, à 1761 en 2006.

10En 1993 sont créés les premiers baccalauréats technologiques agricoles dans les spécialités Sciences et Technologies de l’Agronomie et de l’Environnement (STAE) et Sciences et Technologies du Produit Alimentaire (STPA). C’est un véritable succès, sans doute remporté en partie au détriment de la filière scientifique, puisque les effectifs des inscrits en année terminale doublent entre 1995 et 2006 (cf. tableau 1 page suivante).

11À partir de 1996, les baccalauréats professionnels sont mis en place, les premiers dans le secteur de la production, le dernier créé en 2005 étant celui de la spécialité Service en Milieu Rural (SMR). Les inscrits en cycle terminal du baccalauréat professionnel augmentent de 55 % entre 1998 et 2006 (cf. tableau 1 page ci-contre).

12Le Brevet de Technicien Agricole (BTA) ne subsiste plus aujourd’hui que dans de rares spécialités qui n’ont pas encore été transformées en baccalauréats technologique ou professionnel. Alors que la majorité de ses effectifs est fournie par le secteur de la production jusqu’en 1996, elle l’est ensuite par celui de « distribution, commercialisation, services ». En effet, depuis 1992, des classes de BTA SMR sont ouvertes afin de permettre aux nombreux diplômés du Brevet d’Études Professionnelles Agricole (BEPA) Services aux personnes de poursuivre des études de niveau IV. Entre 1991 et 2005, le nombre d’élèves inscrits en année terminale de BTA tertiaires double.

Tableau 1 — Évolution des effectifs d’inscrits en année terminale dans les différents diplômes de niveau IV de l’Enseignement agricole

Tableau 1 — Évolution des effectifs d’inscrits en année terminale dans les différents diplômes de niveau IV de l’Enseignement agricole

Les filles de plus en plus nombreuses mais inégalement présentes dans les voies et spécialités de formation

13La diversification de l’offre de formation et les transformations de la dernière décennie ont progressivement attiré de plus en plus de filles dans l’Enseignement agricole. Historiquement, dès la fin du xixe siècle, les écoles ménagères agricoles les accueillent pour les préparer à remplir leur rôle de maîtresse de maison et à participer aux travaux de la ferme. Après la seconde guerre mondiale, lorsqu’il devient évident que le nombre d’agriculteurs ne peut que diminuer, l’Enseignement agricole offre des formations tertiaires aux jeunes filles pour leur permettre de trouver du travail en ville (Charmasson, 1999). Pendant les Trente Glorieuses, le développement d’un modèle agricole productiviste fait que l’Enseignement agricole s’affirme comme largement masculin. Les carrières agricoles ne tentent pas les filles d’agriculteurs qui préfèrent l’enseignement général (Duru-Bellat, Kieffer, Marry, 2001). À partir des années 1980, souvent par le biais des établissements privés, le public féminin réinvestit de manière privilégiée la filière des services et les formations commerciales (Bargeot, 2003).

14Les transformations du niveau IV amplifient la féminisation de l’Enseignement agricole. Les filles, qui ne représentaient que 27,4 % des terminales D’en 1993, constituent 51 % des terminales scientifiques en 2006. Dans les classes de baccalauréat technologique, leur nombre progresse plus fortement que celui des garçons, de sorte qu’elles représentent 36,2 % de la population de cette voie de formation en 2006, contre 25,6 % en 1995. Dans les baccalauréats professionnels les plus anciens de la production agricole et de l’aménagement, la part des filles augmente mais elles restent minoritaires (20 % en 1998, 24 % en 2006). Elles deviennent majoritaires dans la voie professionnelle en 2006 (52,8 %), lorsque le BTA SMR est transformé en baccalauréat professionnel.

15Au total, la transformation des diplômes au niveau IV de l’Enseignement agricole entraîne une progression de 57 % des effectifs globaux accueillis entre 1991 et 2006. Cette croissance générale est portée par la seule population féminine qui triple presque pendant que celle des garçons stagne. Cette féminisation n’est pour autant pas homogène dans tous les diplômes. L’accès des filles au niveau IV est dû d’abord à l’ouverture de classes de BTA, puis de baccalauréat professionnel SMR (+ 3 700), ensuite à la création du baccalauréat technologique (+ 1570) et, dans une moindre mesure, à celle du baccalauréat scientifique (+ 350). La majorité d’entre elles s’oriente dans des spécialités péri agricoles du secteur des services. Les garçons privilégient pour leur part les secteurs historiques de la production et de l’aménagement et tendent à désinvestir les voies scientifique et technologique. Les progrès de la mixité globale dans l’Enseignement agricole et le rééquilibrage du ratio fille/garçon ne s’accompagnent pas d’une parité dans les voies et filières de formation.

La baisse des effectifs dans l'enseignement supérieur court depuis 2000

  • 2 Cette analyse de l’évolution de l’orientation des élèves de l’enseignement agricole dans le supérie (...)

16Pour favoriser l’élévation des niveaux de formation et de qualification et assurer la promotion sociale des jeunes, la volonté politique de proposer à tous les diplômés de niveau IV qui le demandent un accès aux poursuites d’études supérieures est affichée dès le début des années 1990 et réaffirmée tout au long de la décennie. Elle se traduit par le développement des capacités d’accueil dans l’enseignement supérieur : de nouvelles spécialités sont proposées, qui diversifient l’offre de formation au niveau du Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) et permettent aux élèves de poursuivre une formation supérieure professionnelle dans leur filière ; des classes supplémentaires sont ouvertes pour accueillir davantage d’étudiants2.

17Conséquence de ces orientations politiques, les inscriptions totales en première année de préparation d’un BTSA augmentent d’abord constamment entre 1990 et 2000 (+38 %), mais diminuent entre 2000 et 2006 (-18 %). Les effectifs connaissent cependant des évolutions différenciées selon les secteurs de formation. Celui de la production reste le premier secteur d’accueil des étudiants durant toute la période, mais son poids relatif diminue (64,3 % en 1990, 43,2 % en 2006). Le recrutement global du secteur de la transformation augmente de manière régulière jusqu’en 1997 et recule ensuite : deuxième secteur de formation en 1990 (15,5 % des étudiants), il est le dernier en 2006 (12,9 %). L’apparente similitude des effectifs du secteur de la commercialisation en 1990 et 2006 masque de fortes irrégularités : deux pics de recrutement sont observés, liés à de nombreuses ouvertures de classes, le premier en 2001 dans les options du commerce, le second en 2000 dans la spécialité « services en espace rural ». L’aménagement explose et devient le deuxième secteur de formation dès 1996 : ses effectifs sont multipliés par treize entre 1990 et 2006.

18L’évolution des effectifs féminins suit celle de l’ensemble de la population en première année de BTSA, de manière amplifiée entre 1990 et 2000 (+92,8 %) et plus atténuée ensuite (-14,7 %). L’accroissement et la diversification de l’offre de formation en BTSA ont incontestablement attiré les filles dans l’enseignement supérieur court agricole. Sur l’ensemble de la période, même si elles restent minoritaires, leur part progresse (de 25,5 à 37,4 %) et ce dans tous les secteurs : en 2006, elles représentent 32 % des effectifs de première année en production (18,9 % en 1990), 61,8 % de ceux de la transformation (46,3 % en 1990), 477 % de ceux de la commercialisation (33 % en 1990) et 30 % de ceux de l’aménagement (16,2 % en 1990). Plus que les garçons, et même si leurs effectifs connaissent un tassement à partir de 2000, elles profitent de « l’appel d’air » vers l’enseignement supérieur court engendré par l’ouverture de nombreuses classes. À ce niveau de formation, la féminisation du public recruté s’effectue de manière plus paritaire qu’au niveau inférieur.

19L’amélioration de l’articulation entre les niveaux IV et III de formation est la conséquence des réformes et stratégies politiques de l’Enseignement agricole à ces deux niveaux dans la décennie 90. L’assurance d’un meilleur accès aux études supérieures donnée à ses élèves diplômés de niveau IV lui permet de consolider son recrutement. Cette double dynamique d’élévation des niveaux de qualification et de promotion des jeunes participe du succès et de l’attractivité de l’Enseignement agricole durant cette période, en particulier auprès des filles. La vitalité du niveau IV se répercute au niveau III ; les voies générale et technologique de niveau IV constituent un vivier pour l’enseignement supérieur agricole court. Or cette dynamique semble s’essouffler à partir de 2000 : bien que les effectifs en année terminale du niveau IV continuent à croître, les inscrits en première année de BTSA baissent. On peut dès lors s’interroger sur cette divergence : comment les évolutions du public recruté au niveau IV de l’Enseignement agricole — en particulier sa féminisation — influencent les poursuites d’études dans le supérieur court ?

Tableau 2 — Évolution des flux d’entrée en première année de BTSA selon les secteurs de formation

Tableau 2 — Évolution des flux d’entrée en première année de BTSA selon les secteurs de formation

20Les divergences de comportement en matière de poursuites d’études supérieures entre filles et garçons diplômés de l’Enseignement agricole sont plus ou moins fortes selon la spécialité de formation.

21L’analyse suivante s’appuie sur des données issues des enquêtes sur le devenir des élèves, apprentis et étudiants de l’Enseignement agricole public et privé commandées par le Ministère de l’agriculture à l’ENESAD. La dernière série statistique réalisée concerne les diplômés sortis en 2001. Il n’est possible d’observer l’évolution des poursuites d’études que pendant la période d’expansion des effectifs du BTSA (1991-99) et au début de leur fléchissement (2000-01).

22Les enquêtes de l’ENESAD confirment l’augmentation des orientations dans l’enseignement supérieur : les jeunes diplômés du niveau IV de l’Enseignement agricole qui poursuivent des études sont deux fois plus nombreux en 2001 qu’en 1991. Pourtant, le tableau 3 page suivante montre que leur part baisse régulièrement dans la même période (-10 points). Les orientations en BTSA diminuent de façon très sensible (-18,1 points), celles vers les classes préparatoires aux grandes écoles restent marginales (0,2 % en 1991, 0,9 % en 2001). En revanche, les poursuites d’études universitaires (DEUG, DUT, BTS) augmentent (de 4,7 % à 9,7 %).

23Sur toute la période étudiée, les filles poursuivent moins souvent des études supérieures que les garçons et cet écart augmente (de 6,7 points à 8 points). Elles restent encore moins souvent dans l’enseignement supérieur agricole que leurs homologues masculins (-17,3 points et -13,7) et se dirigent plus volontiers qu’eux vers des études universitaires ou de la santé et du social (+ 7,1 points et + 4,7). En 2001, un tiers d’entre elles, contre plus de la moitié des garçons, s’inscrit en BTSA. Elles sont deux fois plus nombreuses à choisir l’université et constituent la quasi-totalité des effectifs qui s’oriente vers les écoles de la santé et du social. Au final, la diminution des poursuites d’études supérieures des jeunes diplômés de niveau IV formés dans l’Enseignement agricole se double d’une réorientation. Cette tendance est encore plus nette chez les filles que chez les garçons. La déperdition d’effectif qui en résulte pour l’Enseignement agricole supérieur affecte en premier lieu les BTSA.

Tableau 3 — Évolution des orientations dans l’enseignement supérieur des élèves de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 3 — Évolution des orientations dans l’enseignement supérieur des élèves de l’Enseignement agricole (en %)

24Une analyse plus fine des poursuites d’études après chaque diplôme peut nous permettre de mieux comprendre cette diminution des orientations vers l’enseignement supérieur ainsi que leur changement de nature et d’éclairer le rôle des filles dans ces évolutions.

Les bacheliers technologiques : le principal vivier des BTSA

25Entre les première et dernière promotions interrogées, le nombre de bacheliers technologiques a plus que doublé. Leurs poursuites d’études se maintiennent autour de 90 %, la quasi-totalité d’entre elles se déroule dans l’Enseignement agricole, essentiellement en BTSA, d’abord dans le secteur de la production (62,4 % des poursuites d’études en BTSA en 2001), ensuite dans celui de l’aménagement (25,8 %). Le pourcentage d’études en dehors de l’Enseignement agricole (DEUG, DUT, BTS et études de la santé et du social) reste marginal, inférieur à 10 %.

26Les garçons privilégient plus souvent que les filles un BTSA en production ou en aménagement (59,6 % contre 46 % pour le premier, 28,2 % contre 26,2 % pour le second). À l’inverse, ces dernières sont plus nombreuses à s’orienter vers les spécialités des secteurs de la transformation ou du commerce et des services. Elles choisissent presque deux fois plus souvent de continuer leur formation en dehors de l’Enseignement agricole.

27Au total, si le baccalauréat technologique demeure le vivier principal des BTSA, sa féminisation entraîne une diversification des poursuites d’études, puisque les filles se dirigent moins souvent que les garçons vers les BTSA traditionnels de la production. Ces spécialités sont celles qui enregistrent une forte baisse des inscriptions.

Les bacheliers scientifiques : les filles se dirigent davantage vers l’Éducation nationale

28Le baccalauréat scientifique concerne un petit nombre d’élèves (1774 en 2001). Son objectif est de permettre la poursuite d’études longues. Si la quasi-totalité des bacheliers s’oriente vers l’enseignement supérieur, ces derniers désinvestissent les formations agricoles essentiellement au profit des cursus universitaires. Alors qu’en 1995, 51,8 % choisissent de préparer un BTSA, ils ne sont plus que 38,7 % dans ce cas en 2001. Inversement, dans la même période, les études universitaires progressent nettement, passant de 31 % à 42,8 %.

29Les filles participent plus fortement à cette désaffection des études supérieures agricoles : encore 42,6 % à préparer un BTSA en 1995 (55,7 % des garçons), elles ne sont plus que 27,5 % en 2001 (45 % des garçons). Cette année-là, 61,5 % d’entre elles choisissent des formations supérieures hors Enseignement agricole (contre 39,3 % des garçons). La féminisation de ce diplôme modifie radicalement les orientations dans l’enseignement supérieur : en 1995, ces jeunes diplômés se dirigeaient vers des études supérieures de courte durée, en 2001, ils s’engagent dans des études longues.

Tableau 4 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers technologiques de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 4 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers technologiques de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 5 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers scientifiques de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 5 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers scientifiques de l’Enseignement agricole (en %)

Les Bacheliers professionnels : vivier potentiel des BTSA du secteur de la production

30Si la finalité première du baccalauréat professionnel demeure l’insertion professionnelle, une orientation vers l’enseignement supérieur court peut être envisagée pour les bons élèves. Parmi la première promotion de bacheliers professionnels sortis en 1995, 34,6 % poursuivent des études dans l’enseignement supérieur. En 2001, 37,5 % sont dans ce cas. Ces études supérieures s’effectuent presque exclusivement dans l’Enseignement agricole, puisque 33 % correspondent à un BTSA en 1999 et 34,7 % en 2001. Ces bacheliers professionnels s’orientent en majorité vers les BTSA du secteur de la production (66,2 % pour les garçons, 62 % pour les filles), ensuite vers ceux du commerce (respectivement 11,8 % et 20,2 %) et enfin en aménagement (18 % et 9,6 %). Dans ces promotions, les filles demeurent encore peu nombreuses (25,6 % des inscrits). Elles prolongent plus souvent leur formation que les garçons et choisissent davantage de préparer un diplôme universitaire ou un BTS de l’Éducation nationale. Jusqu’en 2001 la part des titulaires d’un baccalauréat professionnel dans les effectifs de BTSA reste minoritaire (12,6 %). Elle progresse cependant régulièrement. On peut imaginer que si la féminisation du baccalauréat professionnel s’accroît, elle s’accompagnera d’une progression des poursuites d’études, d’une part, de la diversification de ces dernières d’autre part.

Tableau 6 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers professionnels de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 6 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers professionnels de l’Enseignement agricole (en %)

Les Techniciens agricoles : les filles s’orientent dans les formations sanitaires et sociales

31Les transformations du BTA en baccalauréats technologique et professionnel entraînent une diminution des effectifs durant toute cette période : le BTA compte 12340 inscrits, dont 72 % de garçons, en 1991 ; il n’en a plus que 6 544, dont 75,5 % de filles, en 2001. À elle seule, la spécialité « Services en milieu en rural » regroupe 4 639 inscrits, presque exclusivement des filles.

32Pour les diplômes précédents, la principale orientation dans l’enseignement supérieur répond à une logique de filière : elle s’effectue à l’intérieur du système de formation agricole, puisqu’à chaque spécialité de diplôme correspond un BTSA. Cela reste vrai en BTA, à l’exception notable de la spécialité SMR dont les titulaires se voient proposer une offre de formation supérieure agricole réduite : soit un BTSA du secteur commercial avec des spécialités très orientées vers l’agrofourniture et l’agroalimentaire, soit un BTSA « service en espace rural », longtemps maintenu comme BTSA expérimental et pour lequel les ouvertures de classes restent limitées par le ministère. Conséquence de ce « manque », les titulaires de plus en plus nombreux du BTA SMR poursuivent de moins en moins leurs études : ils sont 70,2 % en 1991 et seulement 42 % en 2001. Leur orientation en BTSA chute particulièrement (-44,9 points entre 1991 et 2001).

  • 3 De niveau IV, le Diplôme Professionnel d’Aide-Soignante (DPAS), a remplacé le CAFAS (niveau V) en 2 (...)

33De plus en plus, les diplômés du BTA s’engagent dans des cursus sanitaires et sociaux : dans notre échantillon, ces derniers représentent 1,7 % des poursuites d’études en 1991, 29,8 % en 2001 (18,2 % en 1991, 45,9 % en 2001 pour les filles de BTA SMR). Les meilleurs préparent des concours pour intégrer des écoles qui délivrent des diplômes de niveau III comme infirmière, kinésithérapeute, éducateur ou assistante de vie sociale : 0,8 % en 1991, 9,1 % en 2001 (8,5 % et 14,2 % pour les filles de SMR). Le plus grand nombre préfère tenter le concours d’aide-soignante, plus accessible3. Un petit volant de diplômés se tourne vers les formations de l’Éducation nationale et de l’Université : ils sont 4,7 % à faire ce choix en 1991,13 % en 2001 à s’orienter vers des BTS de l’Éducation nationale (en économie sociale et familiale par exemple) ou en première année de DEUG (en psychologie et sociologie).

Tableau 7 — Orientation dans l’enseignement supérieur des brevets de technicien agricole de l’Enseignement agricole (en %)

Tableau 7 — Orientation dans l’enseignement supérieur des brevets de technicien agricole de l’Enseignement agricole (en %)

34Le BTA, désormais concentré sur le secteur des services, n’alimente plus les poursuites d’études dans l’enseignement supérieur agricole. Les diplômés, lorsqu’ils continuent leurs études le font le plus souvent en dehors de l’Enseignement agricole. Les filles de BTA SMR sont nombreuses à préparer des diplômes de niveau équivalent, voire inférieur.

35En conclusion, la vitalité de l’Enseignement agricole durant les années 1990, fondée sur la conjugaison de l’expansion de son offre de formation et l’accroissement de ses effectifs, doit essentiellement aux filles. La diversification des formations proposées ne pouvait pas se réaliser sans la modification de la composition du public recruté. Pour autant, il ne s’agit pas ici d’affirmer que les difficultés de recrutement dont souffre aujourd’hui le BTSA sont l’unique fait de cette féminisation. Elles résultent de la conjonction complexe de causes internes et externes au système de formation agricole. Parmi les premières, on peut citer la forte diminution des fils d’agriculteurs remplacés par des enfants issus des catégories socioprofessionnelles d’employés et ouvriers dont les choix d’orientation diffèrent. Au rang des secondes, l’arrivée dans le secondaire puis dans le supérieur des classes démographiques creuses avive la concurrence inter formations post-niveau IV. Elle se traduit par une moindre circulation des élèves entre l’Éducation nationale et l’Enseignement agricole, au détriment de ce dernier : la part des bacheliers de l’Éducation nationale, candidats en BTSA a reculé de 36,8 % entre 2000 et 2006.

36Cependant, force est de constater que les orientations vers le supérieur des filles et des garçons diplômés de niveau IV de l’Enseignement agricole sont différentes parce qu’ils ne se trouvent pas dans les mêmes voies/secteurs de formation. Les réformes visant à clarifier les voies de formation semblent avoir eu pour effets pervers d’abord de renforcer la forte ségrégation due au sexe existant dans le système de formation agricole, ensuite de diminuer les poursuites d’études supérieures. Treize ans après le début de ces réformes, parmi les filles inscrites dans une formation agricole de niveau IV, près de quatre sur dix (39,6 %) prépare un seul et unique diplôme : le baccalauréat professionnel « Services en milieu rural ». À l’inverse, près d’un garçon sur quatre (39,7 %) au niveau IV prépare un baccalauréat professionnel des secteurs de la production et de l’aménagement.

37Il a été montré que les premières, toujours plus nombreuses, s’orientent bien moins souvent vers l’enseignement supérieur que les seconds.

38Dans les filières de formation qui tendent vers la mixité, les écarts entre les poursuites d’études des filles et des garçons sont moins évidents, même si des divergences dans le choix de la spécialité apparaissent. Par exemple, les filles diplômées du baccalauréat technologique préparent moins fréquemment que les garçons un BTSA du secteur de la production. Or, celles-ci sont de plus en plus nombreuses.

39À l’aune de ces constats, la question à laquelle le système de formation agricole est confronté est celle de son recrutement pour ses formations supérieures, en premier lieu pour ses BTSA. Dans un contexte d’élévation du niveau général de formation, les différentes politiques structurelles engagées à l’intérieur même de l’Enseignement agricole interrogent :

  • La constitution d’un vivier pour l’enseignement supérieur agricole passe par l’accroissement du nombre des bacheliers technologiques, dont les effectifs, de garçons notamment, tendent pourtant à baisser sur la dernière période. La récente rénovation du baccalauréat technologique, réduit en une unique spécialité, produira-t-elle un accroissement de la demande ?

  • À la rentrée 2006, les bacheliers professionnels forment à eux seuls un peu plus de la moitié des diplômés de niveaux IV de l’Enseignement agricole. Il paraît difficile de chercher à augmenter le recrutement en BTSA sans que la poursuite d’études leur soit favorisée. Le projet de réduire d’une année le cursus menant au baccalauréat professionnel, de ce point de vue, va-t-il dans le bon sens ?

  • Le secteur professionnel des services ne semble pas porté par une politique structurelle forte alors même qu’il concentre 53 % des effectifs des filles au niveau IV, surtout dans le privé. La réflexion sur la spécificité des métiers tertiaires du rural et des formations de l’Enseignement agricole y conduisant, qui permettrait notamment de repenser l’articulation entre les niveaux IV et III et d’attirer un nouveau public, a été engagée avec la transformation du BTA SMR en baccalauréat professionnel, mais n’a pas été prolongée. Toute augmentation de recrutement au niveau III paraissant pour l’heure compromise, une réflexion sur une formation alternative post-bac — notamment pour préparer les concours de la santé et du social — ne devrait-elle pas être menée ?

40Nous avions déjà relevé le risque pour l’Enseignement agricole de se constituer en un système de plusieurs voies hiérarchisées et ségrégatives de formation (Bargeot, Drouet, Fizaine, 2005). La nouvelle architecture de formation a été pensée et développée à partir des filières traditionnelles et longtemps dominantes, investies par les garçons, de la production et de l’aménagement et a contribué à leur essor. Elle semble moins adaptée aux filières péri agricoles très féminines, peu valorisées et dont le poids a été jusqu’à présent sous-estimé. L’Enseignement agricole ne peut faire l’économie d’une réflexion globale sur l’articulation des niveaux IV et III s’il veut maintenir un recrutement pour ses formations supérieures. C’est un système ouvert et diversifié qu’il doit construire, sinon les filles, dorénavant majoritaires, pourraient bien se détourner définitivement des cursus qu’il propose.

Haut de page

Bibliographie

Bargeot M. (2004). Les emplois des femmes et des hommes dans le secteur agricole : à formation égale, des carrières différentes. In A. Degenne, J. E Giret, C. Guegnard, J. J. Paul, & P. Werquin (Dir.), Genre et données longitudinales : XIes journées d’analyse longitudinale du marché du travail (p. 179-188). Centre d’études et de recherches sur les qualifications.

Bargeot M., Drouet J. M. & Fizaine M., (2005). Le devenir des élèves de l’Enseignement agricole : Les élèves diplômés du bac professionnel, du BTA, du bac technologique et du bac S en 1999. Educagri Éditions.

Charmasson T., Duvigneau M., Lelorrain A. M. & Le Naou H. (1999). L’Enseignement agricole, 150 ans d’histoire, évolution historique et atlas contemporain. Educagri Éditions.

Droyer N. (2001). La transformation du brevet de technicien agricole en baccalauréat technologique dépendant du ministère de l’agriculture et le cheminement scolaire des élèves. Thèse de doctorat de l’université de Bourgogne non publiée, Dijon.

Duru-Bellat M., Kieffer A., & Marry C. (avril-juin 2001). La dynamique des scolarités des filles : le double handicap questionné. Revue française de sociologie, 42-2, pp 251-280.

Haut de page

Notes

1 Elle est affichée dans les 4 Schémas Prévisionnels Nationaux de Formation qui se succèdent à partir de 1991. Outils stratégiques de développement et de pilotage de l’enseignement technique agricole, ces documents fixent les orientations générales qui servent de références aux projets régionaux comme aux projets d’établissement.

2 Cette analyse de l’évolution de l’orientation des élèves de l’enseignement agricole dans le supérieur se borne aux poursuites d’étude en BTSA. Les jeunes issus de l’enseignement technique agricole restent très minoritaires dans les écoles d’ingénieurs agronomes, même s’ils peuvent y accéder après une classe préparatoire post-BTSA. Faute de statistiques existantes, les licences professionnelles ne sont pas non plus étudiées.

3 De niveau IV, le Diplôme Professionnel d’Aide-Soignante (DPAS), a remplacé le CAFAS (niveau V) en 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 — Évolution des effectifs d’inscrits en année terminale dans les différents diplômes de niveau IV de l’Enseignement agricole
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Tableau 2 — Évolution des flux d’entrée en première année de BTSA selon les secteurs de formation
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Tableau 3 — Évolution des orientations dans l’enseignement supérieur des élèves de l’Enseignement agricole (en %)
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Tableau 4 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers technologiques de l’Enseignement agricole (en %)
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 5 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers scientifiques de l’Enseignement agricole (en %)
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Tableau 6 — Orientation dans l’enseignement supérieur des bacheliers professionnels de l’Enseignement agricole (en %)
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau 7 — Orientation dans l’enseignement supérieur des brevets de technicien agricole de l’Enseignement agricole (en %)
URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/16012/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Bargeot, Jean-Michel Drouet et Carine Rossand, « La crise de l’enseignement supérieur agricole court : quelle prise en compte de la place des filles dans les orientations politiques ? »Éducation et socialisation, 25 | 2008, 73-93.

Référence électronique

Michèle Bargeot, Jean-Michel Drouet et Carine Rossand, « La crise de l’enseignement supérieur agricole court : quelle prise en compte de la place des filles dans les orientations politiques ? »Éducation et socialisation [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 16 janvier 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/edso/16012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.16012

Haut de page

Auteurs

Michèle Bargeot

Jean-Michel Drouet

Carine Rossand

ENESAD, Eduter Ingénierie, Dijon

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search