Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27-28Présentation

Texte intégral

1Depuis leur naissance, les sciences de l’éducation ont suscité des interrogations de la part du monde universitaire, qui parle de « discipline aux contours épistémologiques incertains ». Pourquoi un tel scepticisme, alors que cette discipline est née de la volonté d’une formation pédagogique du corps professoral ? C’est Henri Marion, professeur de philosophie, qui va assurer le premier à la Sorbonne, un cours de science de l’éducation, à la demande de Jules Ferry, dès l’année 1883. Ce cours sera transformé en chaire en 1887 et les titulaires seront successivement Ferdinand Buisson en 1896 et Émile Durkheim en 1902. Plusieurs facultés de Lettres vont elles, jusqu’en 1910, organiser un cours de science de l’éducation (pédagogie, psychologie ou morale appliquée à l’éducation). Dans les années 1960, la science de l’éducation fait place aux sciences de l’éducation. Ce pluriel rend leur scientificité problématique en raison de leur pluridisciplinarité, qui n’est pas prise en compte comme une richesse, mais comme une faiblesse et les esprits critiques insistent sur leur fragilité épistémologique. Des liens complexes se tissent entre les sciences de l’éducation et la formation des maîtres. Les relations entre sciences de l’éducation et pratiques éducatives sont qualifiées de « relations ambivalentes » par Patricia Champy-Remoussard, dans sa conférence inaugurale lors du colloque de 2009.

2Ce nouveau numéro des Cahiers du CERFEE (Chercheurs Et Recherches en Formation, Éducation et Enseignement) propose d’analyser les : « Enjeux scientifiques et politiques des sciences de l’éducation. Quelles implications des acteurs ? » pour reprendre le titre du Colloque organisé conjointement par le CERFEE et le LIRDEF, les 4 et 5 septembre 2009 à l’IUFM de Montpellier.

3Ce volume s’articule à partir de trois axes complémentaires qui s’enrichissent mutuellement :

4La première partie est consacrée à la synthèse de la conférence inaugurale de Patricia Champy-Remoussard, qui interroge, sous tous leurs aspects, « les relations ambivalentes » entre les sciences de l’éducation et les pratiques éducatives.

5Jean-François Marcel propose une analyse réflexive approfondie des « tensions entre le « sur » et le « pour » dans la recherche, question(s) de posture(s), à partir d’un cas concret, sur le quotidien du chercheur en éducation.

6Dominique Groux, enfin, nous fait part du regard, bienveillant et scrupuleux, qu’elle a porté, comme Grand Témoin, sur ces deux journées.

7La seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux interventions, pendant ce Colloque, au cours des symposiums. Ce sont des regards croisés sur cette discipline à partir d’approches multiples : didactique, formation des maîtres (entre engagement et distanciation), implication des acteurs dans l’analyse des pratiques, relations entre sciences de l’éducation et monde de l’entreprise…

8Nous retrouvons l’implication des différents acteurs dans tous ses états, à partir de l’analyse des pratiques et leurs incidences à la fois au niveau théorique et pratique, dans un jeu d’interdépendance fonctionnelle, pour reprendre le vocabulaire de Norbert Elias.

9La troisième partie propose des contributions d’enseignants-chercheurs sollicités, dont les travaux font référence dans le contexte des sciences de l’éducation, en France et au niveau international. Ces articles interrogent plusieurs champs disciplinaires : de la psychologie sociale, au capital humain et émotionnel, de « l’inclusion et intégration vers une équité sociopédagogique », à la « modélisation d’un processus de professionnalisation : l’implication professionnelle », ou à la sociologie de l’éducation en prenant en compte la variable du « genre ».

10Devenir praticien-réflexif exige des éclairages académiques pluridisciplinaires. L’analyse de la pratique professionnelle a une incidence sur la théorie qui elle-même, à son tour, influence la pratique. La recherche fondamentale à finalité heuristique et la recherche appliquée à visée praxéologique, peuvent-elles se dissocier, en prenant en compte l’implication, dans toute l’acception du terme, des acteurs ? Désormais, en France, quel est l’avenir des sciences de l’éducation ? Question qui est au cœur du témoignage qui clôt cet ouvrage. Ceci pourrait être une nouvelle piste de réflexion pour un prochain colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Fontaine, « Présentation »Éducation et socialisation, 27-28 | 2010, 15-17.

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Présentation »Éducation et socialisation [En ligne], 27-28 | 2010, mis en ligne le 04 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/edso/16172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.16172

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

Enseignante-chercheuse, CERFEE, Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search