Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27-28Partie IRegards sur le colloque CERFEE 20...

Partie I

Regards sur le colloque CERFEE 2009 « Enjeux scientifiques et politiques des sciences de l’éducation : quelle implication des acteurs ? »

Dominique Groux
p. 65-70

Texte intégral

1Je vais vous proposer ma lecture de ce colloque. Richard Étienne m’a conféré l’autorité pour le faire et j’avoue que j’en suis un peu gênée car je sais très bien que je n’arriverai pas à en rendre toute la richesse et toute la diversité. Vous savez bien que comme toute lecture, ma lecture est partielle et partiale. Dans Lector in fabula, Umberto Eco notait qu’il y a autant de lectures d’un texte que de lecteurs. Donc, je vous demande de bien vouloir pardonner mon parti pris et tolérer mon regard réducteur.

  • 1 Schubauer-Leoni M.L., « Les outils de la comparaison en éducation », in Revue française déducation (...)

21. Les sciences de l’éducation sont bien apparues lors de ce colloque comme « un champ à part entière dans la mesure où elles posent des questions et découpent des domaines de réalité non traités et non traitables par les autres disciplines… L’idée de champ montre bien, à la suite de Bourdieu, qu’il y a débat, qu’il y a controverse possible1 ».

3On a pu identifier, lors de cette rencontre, certaines questions qui se posent dans ce champ, les débats qui animent la communauté des chercheurs en éducation, les controverses ou les difficultés épistémologiques, théoriques et méthodologiques rencontrées (cf. par exemple la communication sur l’évolution des sciences de l’éducation à travers l’analyse des Cahiers Pédagogiques).

  • 2 Cf. Groux D., « Penser la comparaison en éducation », in Revue française déducation comparée, n° 5 (...)

4On a pu repérer quelques objets spécifiques aux sciences de l’éducation2 :

  • Les systèmes éducatifs en relation avec leur contexte (historique, culturel, social…)

  • En quoi les systèmes éducatifs sont-ils le produit d’une histoire, d’une culture ? Quels sont leurs objectifs et leurs finalités ? Répondent-ils aux besoins et aux attentes de la société, en termes de réponse au marché du travail par exemple, ou en termes d’éducation à la civilité ? Sont-ils adaptés à ses besoins (paix sociale, économie, anticipation sur les nouveaux métiers…) ? Sont-ils des systèmes capables de s’adapter aux évolutions nationales, internationales, mondiales ? Bref, sont-ils évolutifs ? Adaptables ? Souples ou résistants ? Sont-ils performants ? (cf. enquêtes internationales)

  • On a pu étudier leurs fonctionnements, leurs dysfonctionnements, leur état d’équilibre, de déséquilibre. En quoi sont-ils soumis à des pressions intérieures et extérieures qui les déstabilisent ? Quelles sont ces pressions internes et externes ? En quoi sont-ils des systèmes justes, équitables, démocratiques ? Sont-ils influencés par la globalisation, l’européisation (processus de Bologne par exemple, échanges européens intégrés dans les cursus des élèves, dans la formation des enseignants…) ? Acceptent-ils la diversité et l’hétérogénéité en leur sein ?

  • Les programmes, les curricula, les méthodes, les modalités d’évaluation, les résultats

  • Les acteurs internes et externes, les relations qu’ils entretiennent entre eux, leurs attentes par rapport à l’école.

  • Les pratiques

  • Comment ces pratiques révèlent la philosophie d’un système et combien l’analyse de ces pratiques est féconde en formation.

52. On a montré combien les sciences de l’éducation sont à la croisée de disciplines multiples et s’enrichissent des regards que portent sur elles les immigrants venus de ces différentes disciplines en « vagues successives », pour reprendre l’expression de Patricia Remoussenard.

6Grâce à ce « métissage » (terme employé par Bernard Chariot), grâce à cet « arlequinage », comme dirait Michel Serres, on introduit de la reliance entre les disciplines (cf. Edgar Morin) et on aborde l’objet éducatif dans sa globalité.

73. On a pu comparer les sciences de l’éducation en France et dans d’autres aires culturelles. Jean Donnay évoquait les différentes cultures des sciences de l’éducation et les différentes communautés de chercheurs. Jean-Marie Van der Maren étudiait les rapports particuliers entre savants et politiques dans les pays nord-américains et il évoquait les contraintes qui pèsent sur les chercheurs (financières, hiérarchiques, politiques et idéologiques). La question de savoir si la liberté académique existe pour des agents supérieurs de l’État que sont les universitaires s’est alors posée.

8En comparant les différentes cultures scientifiques, on a pu s’apercevoir combien le détour peut fonctionner comme un outil théorique, combien le concept d’écart est opératoire. L’écart, c’est l’ailleurs, c’est l’hétérotopie. On évite ainsi de projeter sa grammaire, sa grille de compréhension des choses comme étant LA grammaire des choses. Cette notion d’écart est une véritable « ressource de la pensée » (François Jullien), qu’il s’agisse des écarts de langue pour étudier des différences culturelles, ou des écarts entre les identités professionnelles, entre les formations, entre les relations entre les enseignants en formation et leurs accompagnateurs, entre les implications des acteurs éducatifs. Nous avons pu voir que tout comme l’écart, la différence est une ressource. C’est un concept positif, à l’inverse du concept d’uniforme. C’est un concept de la production, et non de la répétition, de la répétition du semblable. « Les utopies », écrit Foucault, « rassurent, les hétérotopies inquiètent ». Les sciences de l’éducation sont souvent saisies comme paradoxales, si paradoxales que certains vont jusqu’à dire qu’elles ne sont pas légitimes et que, comme nous le rappelait Jean-François Marcel, certains chercheurs du champ vont même jusqu’à renier leur identité.

  • 3 Cf. Porcher L., « Rectification », in Dictionnaire déducation comparée, Groux D. (dir.), Perez S., (...)
  • 4 Cf. Groux D., « Penser la comparaison en éducation », in Revue française d’éducation comparée, n° 5 (...)

94. On a pu réfléchir sur les différents types de recherche en éducation, sur les relations entre « le Savant et le Politique » (Max Weber), sur les modalités de construction du savoir (par exemple, co-construction du savoir entre chercheurs et praticiens pour reprendre les termes proposés par Jean Donnay ou illustration du partenariat, de la « solidarité organique » qui s’est mise en place entre les acteurs locaux et les experts dans le cadre d’un projet mené au Burkina Faso et présenté par Marie Verspieren. Les difficultés épistémologiques, théoriques et méthodologiques que rencontre la recherche en éducation ont pu également être évoquées. Jean-Marie Van der Maren s’interroge : faut-il habiller de façon artificielle la recherche en éducation avec les concepts qui sont utilisés en sciences exactes ? La recherche qui produit des résultats intéressants, nous dit-il, est celle qui procède par « bricolage » au sens où l’entend Lévi-Strauss. Faut-il inventer des concepts nouveaux spécifiques à notre champ ? C’est par l’abstrait que l’on gouverne le concret, dit Bachelard3. Entité abstraite, un concept peut se transférer d’un contexte à un autre, à condition qu’il s’adapte à son nouveau contexte. On pourrait recourir à des concepts opératoires suffisamment généraux pour être communs à plusieurs cultures4 : je pense au concept d’universel-singulier, mis au jour dans le domaine de la philosophie et de la théologie par Hegel et Schleiermacher, repris par Sartre et Starobinski, et qui permet d’analyser les différents systèmes éducatifs dans ce qu’ils ont d’universel (objectifs, finalités, acteurs, programmes, philosophie, histoire, valeurs…) et dans ce qu’ils ont de particulier (comment se décline chacun de ces éléments dans un contexte particulier). On devine combien ce concept peut être opératoire pour étudier les phénomènes éducatifs dans une approche globalisation/localisation, internationalisation/patrimonialisation. Un exemple : ce concept fonctionne particulièrement bien pour étudier les valeurs qui innervent ces systèmes : universelles (éthique), singulières (morales).

10D’autres concepts peuvent être mobilisés comme celui de dialogisme- polyphonie (Bakhtine) pour étudier la pluralité des voix qui s’expriment dans notre champ, les relations entre les acteurs, la confrontation entre les systèmes éducatifs, les philosophies pédagogiques, mais il est surtout intéressant lorsque les recherches concernent les échanges éducatifs.

  • Le concept de variation sociale (Labov)

  • Utilisé par Labov en sociolinguistique, ce concept peut être utilisé en éducation. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’étudier la démocratisation du système éducatif (école élitiste, école démocratique…), on peut croiser ce concept avec celui de « reproduction » (Bourdieu). Si l’on étudie les écoles privées dans le monde, on peut croiser deux concepts, celui de variation sociale et celui d’universel-singulier. Que les élites aient recours dans le monde entier aux écoles privées pour former les enfants peut apparaître comme un universel ; comment cela se décline dans chaque pays est une réalité singulière. Le recours aux écoles privées permet souvent de constituer une élite, une classe sociale dominante à travers le monde, qui partage le plus souvent les mêmes références, les mêmes codes, les mêmes valeurs. Ces écoles présentent une grande homogénéité sociale.

  • Les concepts de reproduction, de capital, de violence symbolique (Bourdieu)

  • On peut analyser les différents systèmes éducatifs à la lumière de ces concepts. On peut les croiser avec ceux d’universel-singulier, de dialogisme, de variation sociale.

  • Les concepts d’altérité, d’alter, d’étranger, d’étrangeté (Ricœur, Derrida…)

  • Le recours à ce concept est particulièrement productif en éducation où l’on approche l’autre en permanence… où les élèves sont divers et où l’éducation est interculturelle.

  • Le concept d’idéal-type de Max Weber qui peut s’incarner et prendre différentes formes grâce à la comparaison.

115. Enfin, les qualités du chercheur en sciences de l'éducation ont pu être évoquées : de la connaissance de soi et de sa spécificité identitaire à la décentration, en passant par la modestie, l'humilité, l'écoute, le partage, le respect, la solidarité, la générosité, l'attention au contexte et au transfert, les compétences interculturelles, l'ouverture à la pluralité méthodologique.

  • 5 Cf. Avanzini G., « Le développement des sciences de l’éducation », in Histoire mondiale de léducat (...)

12Je m’arrêterai là. Encore une fois, j’ai fait l’impasse sur de nombreux aspects intéressants du colloque et ma vision n’est que partielle. Je vous demande de bien vouloir m’en excuser. Je remercie les organisateurs du colloque de m’avoir associée à ces réflexions passionnantes qui ont mis au jour le chemin parcouru par une discipline que Marc-Antoine Jullien de Paris, le père fondateur de l’éducation comparée, qui en souhaitait l’essor mondial, a été le premier à nommer, en 1817, « la science de l’éducation5 ».

Haut de page

Notes

1 Schubauer-Leoni M.L., « Les outils de la comparaison en éducation », in Revue française déducation comparée, Chnane-Davin E, Groux D. (dir.), n° 5, septembre 2009, L’Harmattan, p. 18.

2 Cf. Groux D., « Penser la comparaison en éducation », in Revue française déducation comparée, n° 5, septembre 2009, L’Harmattan, p. 65.

3 Cf. Porcher L., « Rectification », in Dictionnaire déducation comparée, Groux D. (dir.), Perez S., Porcher L., Rust V.D., Tasaki N., L’Harmattan, 2003, p. 389.

4 Cf. Groux D., « Penser la comparaison en éducation », in Revue française d’éducation comparée, n° 5, septembre 2009, L’Harmattan, p. 76-78.

5 Cf. Avanzini G., « Le développement des sciences de l’éducation », in Histoire mondiale de léducation, Mialaret G., Vial J., (dir.), tome 4, 1981, p. 510.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Groux, « Regards sur le colloque CERFEE 2009 « Enjeux scientifiques et politiques des sciences de l’éducation : quelle implication des acteurs ? » »Éducation et socialisation, 27-28 | 2010, 65-70.

Référence électronique

Dominique Groux, « Regards sur le colloque CERFEE 2009 « Enjeux scientifiques et politiques des sciences de l’éducation : quelle implication des acteurs ? » »Éducation et socialisation [En ligne], 27-28 | 2010, mis en ligne le 04 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/edso/16187 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.16187

Haut de page

Auteur

Dominique Groux

Professeure en sciences de l’éducation, université des Antilles-Guyane

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search