Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27-28Partie IIILes professions de l’Éducation na...

Partie III

Les professions de l’Éducation nationale : analyse sociohistorique et problématique de genre

Marlaine Cacouault-Bitaud
p. 225-238

Texte intégral

  • 1 En utilisant la notion de profession, jentends mettre l’accent sur le niveau élevé de qualificatio (...)

1Cette contribution vise à retracer brièvement le processus d’élaboration d’une perspective théorique qui a permis tout d’abord d’étudier le professorat du secondaire en se démarquant des travaux existant dans les années 1980. Il s’agissait de mettre en évidence à partir d’une approche en termes de rapports sociaux entre les sexes et de genre, des enjeux du choix professionnel et de l’exercice du métier longtemps négligés ou tenus pour secondaires. Au cours des décennies suivantes, j’ai poursuivi mes recherches en élargissant la réflexion aux professions de l’Éducation nationale, c’est la dénomination retenue1, dont les personnels de direction des collèges et des lycées publics et les médecins scolaires.

2Ces professions sont exercées par des femmes et par des hommes et, selon la fonction ou l’époque, par une majorité ou une minorité de femmes. Les fluctuations dans ce domaine ne sont pas sans significations pour les personnes recrutées, pour l’institution scolaire et la société dans son ensemble. La prise en compte de l’histoire de l’enseignement secondaire et de ses fonctionnaires depuis le xixe siècle a permis d’éclairer les objectifs de l’institution en matière de construction du genre et la manière dont les professionnel·le·s à la fois contribuent à la réalisation et à la remise en cause de ces objectifs.

3Une fois précisés ces différents points, je formulerai quelques réflexions sur les problèmes rencontrés par le/la chercheur·e qui souhaite établir des comparaisons entre femmes et hommes dans l’Éducation nationale à partir d’une problématique en termes de genre. Dans mes travaux, l’attention a été d’abord focalisée sur les femmes professeurs du secondaire, mais j’ai envisagé l’accès à la profession et les carrières des hommes en reconstituant, dans leur cas également, les modes d’articulation entre les traits de la vie familiale et ceux de la vie professionnelle (Cacouault, 2007). La même perspective a été adoptée pour expliquer la masculinisation des fonctions après la dernière guerre (Cacouault, 1999, 2008 ; Cacouault et Combaz, 2007). Les médecins scolaires représentent un autre cas de figure puisque les femmes occupent la plupart des postes. Outre la question de l’accès à la fonction qui a commencé d’être explorée en même temps que la conception des missions dévolues aux « médecins de l’Éducation nationale » (Cacouault et Picot, 2009), il est intéressant d’étudier le profil, les motivations et les stratégies des hommes, très minoritaires. Cette direction de recherche a donné lieu à des travaux récents sur les enseignants des maternelles par exemple (Jaboin, 2008) qui appréhendent la dynamique du genre et ses effets sur les comportements des unes et des autres ainsi que les phénomènes de concurrence. Des sociologues se sont engagé·e·s dans la voie de la comparaison (entre les groupes de sexes, entre les attitudes marquées au sceau du genre, entre les professions) qui, pour être difficile, apparaît comme particulièrement stimulante et féconde à l’heure actuelle.

La dimension de l’histoire

4Chaque groupe de sexe a une histoire singulière dans le cadre de l’institutionnalisation d’un enseignement privé ou public destiné aux filles ou aux garçons. Une comparaison qui tienne compte de l’histoire des professeurs femmes et des professeurs hommes affectés dans des établissements qui n’étaient pas mixtes jusqu’à une date récente, devrait s’appuyer sur des études qui traitent du professorat « masculin » dans une perspective de genre. Or, on manque jusqu’à maintenant de travaux ainsi orientés sur les personnels des lycées et des collèges de garçons.

  • 2 Dans le secondaire, les professeurs de philosophie sont des femmes pour 39 % dentre eux, les langu (...)

5Rebecca Rogers (1996) a néanmoins souligné le crédit dont bénéficient les hommes dans des pensionnats pour jeunes filles au xixe siècle avant la création du lycée féminin, et au cours des premières années de cette institution. Il y aurait une supériorité « masculine » dès qu’il s’agit de dispenser un savoir abstrait et des connaissances approfondies. Cette tradition a la vie dure puisqu’on relève dans les années 2000 des écarts importants du point de vue des taux de féminisation selon la spécialité dans l’enseignement secondaire et supérieur2.

  • 3 Je songe notamment aux portraits de professeurs brossés par Elias Canetti dans Histoire d’une jeune (...)

6Ainsi, le professorat exercé par des femmes, même s’il représente un progrès notable, est explicitement conçu comme différent de celui des établissements pour garçons (Mayeur, 1977 ; Cacouault, 1999). Les preuves de cette « féminisation » au sens qualitatif du terme sont nombreuses : outre la question des savoirs (le latin, nécessaire pour se présenter au baccalauréat, ne figure pas au programme, la philosophie est exclue et les sciences réduites pour ne pas fatiguer les élèves et les enseignantes, naturellement fragiles), celle des traitements (plus bas) et des services (plus lourds) contribuent à différencier les femmes des hommes. La polyvalence s’oppose à la spécialisation s’agissant des agrégations (Mosconi, 1994) ou de la direction d’établissement : la directrice n’est épaulée par une Dame censeur qu’après la seconde guerre mondiale, contrairement à son collègue proviseur (Cacouault, 1999 et 2008). Il serait donc opportun d’étudier les lycées et collèges de garçons ainsi que le personnel de l’enseignement et de l’administration en se posant la question des modalités de la construction du genre (masculin) dans la communauté scolaire et la société, au cours d’une période donnée. Tous les hommes n’adhèrent pas nécessairement à un modèle de virilité ou de masculinité traditionnel, comme le montrent d’ailleurs les portraits qui figurent dans les mémoires, les récits autobiographiques, les romans publiés dans la première moitié du xxe siècle3. Leur métier les place déjà dans un entre-deux (un genre mixte ?) puisqu’ils ont affaire à des enfants et à des adolescents.

7Leurs collègues femmes des lycées de filles connaissent elles aussi une situation singulière puisqu’elles ont accédé à des privilèges masculins (les études, l’exercice d’une profession qualifiée, une autonomie dans la vie quotidienne) tout en évoluant dans un milieu explicitement destiné aux femmes et à la construction d’une féminité correspondant aux attentes des milieux dans lesquels les élèves se marieront. Mais cette entreprise n’est pas exempte de contradictions puisque la majorité des enseignantes restent célibataires jusqu’à la dernière guerre et les élèves, avec leurs parents, font pression dès le début du xxe siècle pour obtenir un diplôme utile sur le marché de l’emploi. La préparation du baccalauréat est officialisée en 1924, mais des initiatives sont prises bien avant par les directrices.

8Pour expliquer le célibat des enseignantes d’origine bourgeoise qui commencent leur carrière dans l’entre-deux guerres, j’ai distingué les intérêts de sexe et les intérêts de classe en postulant que les premiers jouent indépendamment des seconds. En effet, elles auraient pu se marier et consolider par une alliance le statut de leur famille ; en tant que femmes, occupant une position dominée dans les rapports sociaux de sexe, elles ont privilégié des « intérêts de sexe » qui se manifestent par l’attachement au salaire et à la profession garantissant l’autonomie personnelle. En d’autres termes, elles ont manifesté une résistance à l’usage uniquement domestique et mondain de leur qualification. La crainte du déclassement au sens classique s’accompagne d’une méfiance vis-à-vis des attentes réelles ou supposées du mari et de la famille. En même temps, certaines ont été rattrapées par la dynamique du genre, elles ont fourni une aide « domestique » à leur famille d’origine, elles ont parfois remplacé une mère ou des parents absents.

9Ce retour sur le passé permet de montrer également que la condition de femme mariée n’est pas universelle : il existe depuis la création du professorat féminin jusqu’au seuil du xxie siècle des enseignantes qui vivent seules ou qui ne vivent pas dans un couple ou un « ménage » traditionnel. Certes, l’enquête sociologique rencontre des limites quand elle intègre la vie privée, mais j’ai été soucieuse de mettre l’accent sur cette diversité, quelle que soit la génération concernée. D’ailleurs, je n’ai pas considéré la généralisation du mariage à partir des années i960 comme un progrès unilatéral pour les femmes professeurs et comme le signe de l’avènement de la femme « complète » dont la figure mythique est toujours en vogue, avec un déplacement vers les positions professionnelles les plus élevées (Jacqueline Laufer évoque dans son ouvrage paru en 1982, ces femmes cadres dont on attend qu’elles fassent « tout » et qui font un peu peur aussi pour cette raison-là) (Huppert-Laufer, 1982).

L’élaboration d’une nouvelle perspective sur l’engagement professionnel et les carrières des enseignantes du secondaire

Les étudiantes et leurs études

10Les travaux de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron m’ont permis comme à beaucoup d’autres de relativiser mon expérience de l’École et de mieux percevoir les déterminants sociaux du rapport aux études et à la culture dans la période post-68. Cependant, les propos tenus sur les étudiantes dans les Héritiers me semblaient pour le moins excessifs : ou bien, affirment les auteurs, les étudiantes n’utiliseront pas leurs diplômes dans une profession, ou bien elles choisiront une profession dévalorisée comme celle d’enseignante après avoir fréquenté une filière « de relégation », c’est-à-dire une filière littéraire. Quand j’ai commencé à enseigner dans les années 1970, mes collègues plus âgées ne correspondaient pas à ce profil et je ne me reconnaissais pas non plus dans ce portrait quelque peu misérabiliste. De fait, en 1968 déjà, plus de 70 % des femmes qui possèdent un diplôme supérieur au baccalauréat travaillent. Margaret Maruani le rappelle opportunément dans ses ouvrages (Maruani, 2003). Beaucoup possèdent des diplômes littéraires, beaucoup deviendront enseignantes, mais pas toutes. Enfin, le métier d’institutrice, comme Christian Baudelot et Roger Establet le soulignent dans l’École capitaliste paru en 1971, n’est pas « dévalorisé » au regard de la faible proportion de la population qui possède alors un baccalauréat (5,3 % d’une génération en 1951, 12,6 % en 1966). A fortiori s’il est question du professorat de l’enseignement secondaire : en 1982, 1 % des femmes âgées de 55 ans et plus ont un diplôme au moins égal à la licence et 4 % des hommes ; à la même date, chez les 30-54 ans, la proportion est respectivement de 4 % pour les femmes et 7 % pour les hommes.

Les professeurs femmes du secondaire : un cas exemplaire pour une analyse des enjeux politiques d’un débouché professionnel et des itinéraires sexués

11Dans ce contexte à la fois personnel et collectif, les professeurs femmes me sont apparues comme un cas exemplaire qui permettait d’analyser tout à la fois

  • les aspirations de milieux sociaux divers en matière de promotion ou de résistance au déclassement social, les aspirations des mères et des pères dans ces milieux en matière d’études et d’activité pour les filles (et pour les garçons en contrepoint) à partir des décennies i960 et 1970 et ultérieurement,

  • les aspirations et les stratégies des femmes elles-mêmes (elles sont devenues enseignantes, mais elles ont peut-être envisagé ou exercé d’autres activités),

  • les conditions d’exercice d’une profession réunissant une majorité de célibataires ou de femmes mariées qui élèvent des enfants selon les époques et qui a connu des mutations profondes dans la deuxième moitié du xxe siècle,

  • les rapports entre les sexes et entre les milieux professionnels dans le cadre conjugal et familial.

12À l’époque de ma première enquête, entre 1979 et 1981, le phénomène de féminisation chez les professeurs, c’est-à-dire l’augmentation de la proportion des femmes par rapport à celle des hommes est perçue comme un signe et un facteur de décadence du secondaire, aussi bien par les chercheurs que par les journalistes. Or, c’est aussi la période où le second degré s’ouvre à tous les enfants. Les sociologues progressistes sont favorables à cette ouverture et laissent deviner qu’ils n’approuvent pas ceux qui formulent des réserves face à la suppression de toute sélection à l’entrée du premier cycle… Pourtant, ils reprennent à leur compte l’idée que le professorat « se dévalorise » à mesure que la proportion des enfants de milieu populaire et des femmes est plus importante dans les lycées et dans les collèges.

13Ces mêmes femmes montreraient une distance à l’égard des enseignés en raison d’une origine sociale plutôt élevée, elles travailleraient pour gagner un « salaire d’appoint » car elles sont mariées avec des cadres… Les mêmes propos ont été tenus en Italie, où ils ont provoqué de vives réactions de la part de militantes et de chercheuses (Cacouault, 2001). Non seulement on ne se donne pas les moyens d’objectiver le travail effectué par les enseignantes dans les collèges et les difficultés rencontrées, mais encore on ne se demande pas pourquoi le taux de féminisation y est plus élevé que dans les lycées. Si les hommes sont plus « démocrates » que les femmes, pourquoi ne souhaitent-ils pas plus souvent une affectation ou une mutation dans le premier cycle ? La question se pose toujours à l’heure actuelle (en 2005-2006, la proportion de femmes parmi les enseignants des collèges s’élève à 63,2 %, à 52,6 % chez les professeurs des lycées).

14Pourtant, quand Jean-Michel Chapoulie et Dominique Merllié étudient la participation des femmes et des hommes aux groupes de réflexion et d’innovation pédagogique, ils s’aperçoivent que la participation des enseignantes est plus importante que celle de leurs collègues (Chapoulie, 1987). Cette découverte ne les amène pas à remettre en cause une interprétation fondée sur l’idée que les différences de comportement entre femmes et hommes renvoient essentiellement à des différences de classes : l’investissement dans la formation continue et l’innovation est en quelque sorte un « luxe » pour des femmes bien nées et bien mariées, une façon de prolonger les études et de cultiver (gratuitement ?) des intérêts intellectuels. N’oublions tout de même pas qu’elles exercent un métier qui exige une qualification approfondie et sans cesse actualisée (Cacouault-Bitaud, 2007).

15En outre, la famille, si déterminante pour les hommes du point de vue de leur orientation, n’apparaît pas quand il est question de leurs comportements professionnels (heures supplémentaires, militantisme syndical, efforts de promotion) ; l’activité et le statut de la conjointe, les tâches qu’elle assume dans la vie domestique, ne sont gère pris en compte. En revanche, les professeurs femmes ont un conjoint et des enfants en fonction desquels seraient prises toutes les décisions concernant la carrière… Ainsi, le passage du collège au lycée, qui relève en général d’une stratégie de promotion, est présenté par les auteurs cités comme un lot de consolation (c’est tout ce qu’elles peuvent tenter, elles qui sont des épouses et des mères !) et non comme l’expression des préoccupations intellectuelles (présentées, nous l’avons vu, comme une caractéristique des femmes), et des projets de carrière individuels.

16Pour rompre avec cette vision réductrice qui fait l’impasse sur les enjeux du choix professionnel et des modalités d’exercice du métier dans une société structurée non seulement par les rapports de classes, mais encore par les rapports de sexes, il fallait utiliser de nouveaux concepts. Il va de soi que je ne parle pas de « conciliation » entre deux types de responsabilité, cette notion étant à mes yeux purement idéologique, mais d’articulation et de cumul. J’entends par « articulation » le fait qu’il existe une relation d’interdépendance entre plusieurs domaines. Tout projet, toute stratégie, qu’ils concernent la carrière ou la vie privée, s’élaborent au sein d’une configuration, la « situation de professeur femme » et contribuent à la ré-élaborer. La dimension de l’itinéraire est donc essentielle à prendre en compte ainsi que le contexte scolaire et social dont elles participent et qu’elles traversent, pourrait-on dire.

17La lecture de l’article de Charles Gadéa et Catherine Marry (2000) sur « Les pères qui gagnent », soit les ingénieurs nantis d’une nombreuse progéniture et… pour certains mariés avec des enseignantes, m’a confirmée dans l’idée que nous avons intérêt à établir des ponts entre les groupes professionnels qui se rencontrent, si je puis dire, dans l’espace privé. Étant donné la diversité des emplois occupés par les conjoints des enseignantes, j’ai pu observer les interactions entre les carrières féminines et masculines et leurs évolutions au cours d’une vingtaine d’années ; une deuxième enquête par questionnaire et entretien a été réalisée à partir de 1993 et jusqu’au seuil de l’an 2000.

18Des dispositions que des sociologues présentent comme fonctionnelles par rapport aux projets du mari ou à la carrière scolaire des enfants, par exemple la disponibilité ou le temps partiel, représentent une menace pour l’identité, une forme de déqualification, le signe d’une absence de reconnaissance de la part de l’entourage selon les témoignages recueillis auprès de professeurs femmes. Dans ce contexte, des négociations sont menées, des compromis sont trouvés, des ruptures sont effectuées. Certaines renoncent, c’est vrai, à maintenir une disposition comme le travail à temps plein, mais ce renoncement est en général provisoire. En outre, le travail à temps partiel est parfois une réponse aux situations d’enseignement : le temps « libre » est utilisé pour mieux faire face à des situations nouvelles ou difficiles, pour préparer un concours ou une thèse de doctorat.

Les personnels de direction du second degré et la masculinisation des fonctions

19Au cours d’une recherche sur les personnels de direction du second degré, j’ai été directement confrontée au problème de la comparaison puisqu’il s’agissait d’expliquer le phénomène de « masculinisation » des fonctions de direction, au sens où les hommes sont devenus beaucoup plus nombreux que les femmes après la deuxième guerre, en même temps que la mixité progressait. Il existe peu de cas de ce genre au sein des groupes professionnels. Francine Muel-Dreyfus (1983) a traité de la masculinisation chez les éducateurs spécialisés de la période post-68, elle a mis l’accent sur les évolutions de la profession et notamment sur les savoirs de référence. L’usage plus fréquent de notions et de principes explicatifs relevant de la psychanalyse attire les hommes et contribue à revaloriser le métier. Il se serait donc « masculinisé » à la fois au sens qualitatif (par l’introduction d’un savoir prestigieux) et quantitatif.

20L’histoire de la scolarisation des filles et des garçons est un facteur d’explication du phénomène de masculinisation puisque l’absence de mixité garantissait à des femmes un poste de directrice. À partir des années 1970, la concurrence est libre entre femmes et hommes et entre enseignants appartenant à tous les corps du second degré et même au premier degré étant donné les évolutions du système d’enseignement et la pénurie de chefs d’établissement.

21Je tiens à préciser que j’emploie les termes « hommes » et « femmes » quand il est important de souligner que l’on a affaire à des individus repérés et identifiés comme tels non seulement sur le lieu de travail, mais avant même d’être engagés dans la fonction. Un préjugé négatif peut se manifester au moment du recrutement ou à l’occasion d’une nouvelle affectation parce que « c’est une femme » (ou c’est un homme), au sens de l’état-civil, avant même qu’on ait pu observer la manière dont elle ou il exerce la fonction. Cette terminologie a une valeur heuristique dans un cadre où les idées dominantes ont un effet pratique. Certes, cette supériorité est la supériorité du « genre » masculin, de ce qui est qualifié de masculin dans un cadre social et qui peut concerner aussi des « femmes » ; mais le fait de cataloguer (je songe à l’emploi de ce verbe dans le vocabulaire courant : classer dans une catégorie défavorable) rassure. Cela permet en outre de présenter « les femmes » comme des usurpatrices et de se prémunir de la concurrence.

22En appliquant la même problématique que précédemment, je me suis donc penchée sur les évolutions de carrières de professeurs hommes et d’instituteurs devenus proviseur de lycée ou principal de collège. La première enquête, menée dans les années 1990, a montré que les carrières des hommes dépendent tout autant que celles des femmes de ce qui se passe dans la sphère privée, si ce n’est que les hommes bénéficient plus souvent du soutien de la famille. Cela explique la proportion importante des administratrices célibataires ou divorcées. Néanmoins, des couples à double carrière existent chez les plus jeunes, des couples qui ne réunissent pas deux fonctionnaires de l’Éducation nationale et qui adoptent un mode de vie propre à favoriser la mobilité géographique, condition de la mobilité professionnelle. Le taux de féminisation s’est quelque peu élevé dans les fonctions de direction (chefs et adjoints) au cours des dernières années (Cacouault et Combaz, 2007). Toutefois, il a augmenté davantage chez les principaux de collèges que chez les proviseurs de lycée (27,8 % en 2004 contre 21,2 % en 1995 chez les proviseurs, 38,9 % en 2004 contre 24,9 % en 1995 chez les principaux).

La comparaison entre les comportements et les itinéraires sexués dans les professions qui se « féminisent » ou se « masculinisent » : retour sur les notions et les concepts

23Claude Zaidman avait appelé à la vigilance en publiant en 1986 un article intitulé « La notion de féminisation : de la description statistique à l’analyse des comportements » in Le sexe du pouvoir). En effet, à partir d’un constat sur l’importance numérique des femmes, ou des hommes, on passe facilement à la notion de profession « féminine » (ou « masculine ») qui relève d’une construction sociale. Il faut se demander pourquoi et comment cette construction est élaborée, comment les femmes sont aussi partie prenante ; je pense notamment aux institutrices d’école maternelle qui n’étaient pas favorables jusqu’à une date récente, selon Yveline Jaboin, à l’arrivée des hommes dans un lieu où elles détiennent un quasi monopole. Il s’agit de voir enfin comment les individus utilisent des propriétés, des manières de faire répertoriées en termes de genre qui leur permettent de transgresser les limites fixées à leur groupe de sexe (les femmes/les hommes), de s’adapter à une fonction, à une situation qui ne leur est pas a priori réservée ou destinée.

24Je parle de la masculinisation de la fonction de direction au sens qualitatif dans la mesure où cette dernière a été redéfinie partiellement en s’inspirant du modèle du cadre ou du manager dans les entreprises. Un discours managérial s’est imposé, mais ses effets sur les pratiques exigent d’être étudiés finement. En effet, si l’autonomie des établissements et de l’équipe de direction est mise en avant, les directives nationales et les facteurs locaux contribuent à limiter la marge de manœuvre. En outre, les agents redoutent l’intensification de la concurrence entre les collèges ou les lycées qui sont susceptibles de ruiner les efforts des personnels auprès des élèves les plus en difficulté. Néanmoins, cette nouvelle image a attiré des hommes auxquels les fonctions de direction offrent des perspectives de promotion et un moyen de se démarquer des femmes dans un milieu où elles sont nombreuses. Le phénomène est observable également dans le primaire.

25Dans le même esprit, l’idée d’une « féminisation » des comportements chez les professeurs dans le milieu de travail étant donné les changements qui marquent l’exercice de l’autorité, la relation aux enfants et aux jeunes, qui concernerait les hommes comme les femmes, mérite d’être étayée grâce à des recherches empiriques. D’autre part, même si le phénomène touche tout le monde, certaines ou certains adhéreraient ou résisteraient plus que d’autres à la psychologisation des relations maîtres/élèves par exemple, à la tendance à déplacer le centre de gravité du métier (la transmission des savoirs) vers des tâches qui se rapprochent de celles des travailleurs sociaux ou du personnel de surveillance. L’idée selon laquelle des hommes seraient plus aptes à maintenir une discipline dans les collèges populaires chemine dans les esprits, mais elle se heurte aux idéaux d’égalité dont l’école se fait le relais et, comme nous l’avons souligné précédemment, à l’importance des effectifs de femmes dans le premier cycle. Du côté des chefs d’établissement, on pourrait parler de masculinisation imposée ou de styles de direction variés, analysables en termes de genre. Ici, le concept de genre est opératoire car des femmes, ainsi identifiées, peuvent opter pour une carrière et une manière de se rapporter aux collègues et aux élèves classées du côté du masculin. Il reste à s’interroger sur la liberté dont disposent les unes et les autres. Claudine Baudoux a émis l’hypothèse que les hommes qui se féminisent, au sens où ils adoptent des comportements de genre féminin, jouent en même temps sur la crédibilité qui leur est accordée en vertu de dispositions « naturelles » « masculines » Les femmes auraient plus de difficulté à faire feu de tout bois (Baudoux, 1994).

26Au cours des dix dernières années, des sociologues ont interrogé les variations concernant la part des femmes-ou des hommes- dans une profession, en relation avec des transformations qui concernent à la fois les représentations du métier, la façon de l’exercer et la manière de se rapporter aux partenaires de la vie personnelle. Nathalie Lapeyre a adopté cette perspective dans un ouvrage récent à propos de la féminisation chez les médecins et les avocats (Lapeyre, 2006). La féminisation au sens quantitatif est un enjeu au niveau collectif étant donné que les femmes sont porteuses de nouvelles aspirations que des hommes reprennent à leur compte (consacrer plus de temps à ses enfants, avoir des loisirs, faire face à l’absence d’aide de la part de la conjointe qui, à la différence de ce qui se passait dans les générations précédentes, ne joue plus le rôle de l’épouse du médecin). On voit très nettement ici comment l’évolution des rapports sociaux entre les sexes questionne les modes d’exercice des professions libérales. Les attentes et les comportements des femmes autoriseraient les hommes à prendre des distances par rapport à une conception « masculine » de la profession. La féminisation au sens quantitatif entraînerait une relative féminisation des pratiques, entendue dans un sens qualitatif.

27En guise de conclusion, je soulignerai que dans le domaine des professions de l’Éducation nationale, l’approche en termes de rapports sociaux entre les sexes et de relations en tant qu’ils sont structurés par le genre et l’ordre des genres doit être appliquée à tous les niveaux d’enseignement et à toutes les fonctions. À l’université et aux échelons supérieurs de la fonction publique, les femmes constituent un groupe restreint pour des raisons plus complexes que celles qui ont été mises en avant généralement On n’a pas pris suffisamment en considération leurs réticences à occuper certaines fonctions en raison des conditions de travail, d’une part, en raison, d’autre part, des processus de dé-légitimation (ou de l’insuffisance de légitimation) auxquels elles doivent faire face quotidiennement (TGS, 2005). En même temps, leur ambition et leurs souhaits de mener des carrières promotionnelles ont été largement sous-estimés. Le rajeunissement des personnels de direction et les informations recueillies par le biais d’entretiens effectués en 2009-2010 tendent à confirmer que le fait d’assumer de lourdes responsabilités et l’obligation de mobilité géographique ne sont plus considérés comme un obstacle par des femmes qui élèvent des enfants.

Haut de page

Bibliographie

Baudoux Claudine, (1994). La gestion en éducation : une affaire d’hommes ou de femmes ? Presses Inter Universitaires, Québec.

Baudelot Christian et Establet Roger, (1971). L’école capitaliste en France, Paris, Maspéro.

Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, (1964). Les héritiers, Paris, Minuit.

Chapoulie Jean-Michel, (1987). Les professeurs de l’enseignement secondaire, Paris, MSH.

Cacouault Marlaine, (1987). « Prof, c’est bien… pour une femme ? », Le Mouvement social, Métiers de femmes, sous la direction de Michelle Perrot, n° 140, juillet-septembre 1987.

Cacouault Marlaine, (1999). « Différenciation des carrières entre les hommes et les femmes dans l’enseignement du second degré. Les chefs d’établissement. Les professeurs de type lycée ». Centre Henri Aigueperse, Les Cahiers du Centre Fédéral, FEN-UNSA, 1999.

Cacouault-Bitaud Marlaine, (1999). « Professeur du secondaire : une profession féminine ? Éléments pour une approche socio-historique », Genèses n° 36, septembre 1999.

Cacouaul-Bitaud Marlaine (2001). « La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baisse de prestige ? », Travail, Genre et Sociétés, n° 5.

Cacouaul-Bitaud Marlaine (2003). « Les sociologues de l’éducation et les enseignants… cherchez la femme » in Le travail du genre, sous la direction de Jacqueline Ijvufer, Catherine Marry et Margaret Maruani, Paris, La Découverte, « Recherches », 2003.

Cacouault-Bitaud Marlaine (2007). Professeurs… mais femmes. Carrières et vies privées des enseignantes du secondaire au xxe siècle, Paris, La Découverte.

Cacouaul-Bitaud Marlaine (2008). La direction des collèges et des lycées : une affaire d’hommes ? Genre et inégalités dans l’Éducation nationale. Paris, L’Harmattan.

Cacouault-Bitaud Marlaine et Combaz Gilles, (2007). « Hommes et femmes dans les postes de direction des établissements secondaires : quels enjeux institutionnels et sociaux ? », Revue française de pédagogie, n° is8, janvier- février-mars 2007.

Cacouaul-Bitaud Marlaine et Picot Geneviève, (2009). « Les médecins scolaires : valorisation d’une expertise ou dévalorisation d’une profession « féminine » ? in Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, sous la direction de Didier Demazière et Charles Gadéa, Paris, La Découverte, « Recherches ».

Gadea Charles et Marry Catherine, (2000). « Les pères qui gagnent. Descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs », Travail, genre et sociétés n° 3.

Huppert-Laufer Jacqueline, (1982). La féminité neutralisée ? Les femmes cadres dans l’entreprise, Paris, Flammarion.

Jaboin Yveline, (2008). « Des hommes à l’école maternelle : renforcement des stéréotypes de genre ou perspectives de changement dans les assignations sexuées de rôles ? » in Actes du colloque « Ce que fait l’école aux individus », CENS, CREN, AFS.

Lapeyre Nathalie, (2006). Les professions face aux enjeux de la féminisation, Toulouse, Octarès.

Maruani Margaret, (2003). Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte « Repères ».

Mayeur Françoise, (1977). Renseignement secondaire des jeunes filles sous la 3e République, Paris, Presses de la Fondation des Sciences Politiques.

Mosconi Nicole, (1994). Femmes et savoir. La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan.

Muel-Dreyfus Francine, (1983). Le métier d’éducateur, Paris, Minuit.

Rogers Rebecca, (1996). « Le professeur a-t-il un sexe ? Les débats autour de la présence d’hommes dans l’enseignement secondaire féminin, 1840-1880 », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 4.

TGS (2005), n° i4, Sciences, recherche et genre.

Zaidman Claude, (1986). « La notion de féminisation : de la description statistique à l’analyse des comportements » in Le sexe du pouvoir, sous la direction de Nicole Aubert, Eugène Enriquez, Vincent de Gaulejac, Paris, Desclée de Brouwer.

Haut de page

Notes

1 En utilisant la notion de profession, jentends mettre l’accent sur le niveau élevé de qualification et l’autonomie garantie par le statut. Ces traits sont partiellement remis en cause depuis quelques années.

2 Dans le secondaire, les professeurs de philosophie sont des femmes pour 39 % dentre eux, les langues présentent un taux de féminisation de 82 % en 2009.

3 Je songe notamment aux portraits de professeurs brossés par Elias Canetti dans Histoire d’une jeunesse. La langue sauvée, Albin Michel, 1980, Livre de poche biblio, p. 214 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlaine Cacouault-Bitaud, « Les professions de l’Éducation nationale : analyse sociohistorique et problématique de genre »Éducation et socialisation, 27-28 | 2010, 225-238.

Référence électronique

Marlaine Cacouault-Bitaud, « Les professions de l’Éducation nationale : analyse sociohistorique et problématique de genre »Éducation et socialisation [En ligne], 27-28 | 2010, mis en ligne le 05 avril 2022, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/edso/16278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.16278

Haut de page

Auteur

Marlaine Cacouault-Bitaud

Professeur de sociologie, université de Poitiers, UFR Sciences humaines et Arts, Marlaine.cacouault@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search