Navigation – Plan du site

AccueilNuméros63Notes de lectureLapostolle, G. et Solaux, G. (202...

Notes de lecture

Lapostolle, G. et Solaux, G. (2022). Les partis politiques français et leur projet d’école. Éditions Universitaires de Dijon, collection Sociétés.

Richard Étienne
Référence(s) :

Éditions Universitaires de Dijon, collection Sociétés.

Texte intégral

1C’est à juste titre que Guy Lapostolle et Georges Solaux font remarquer que l’éducation est une « thématique peu médiatisée en période électorale » (p. 7). Ils viennent de coordonner un ouvrage sur ce thème. Achevé d’imprimer en février 2022, il intervient en cours de campagne électorale pour la présidence de la République française et un peu moins de quatre mois avant les élections législatives. Pourquoi si peu d’intérêt pour un système éducatif qui prépare l’avenir de la nation et qui poursuit un idéal de citoyenneté française et européenne dans un environnement lourd de menaces pour nos sociabilité et nos valeurs?

2Les auteurs y voient d’abord ce que l’on appelle, depuis une déclaration qui a valu son poste au ministre Allègre, l’effet-mammouth qui démultiplie les recrutements nécessaires en cas d’augmentation d’un horaire ou de diminution de l’effectif par classe. Le ministre Blanquer a su en jouer en accompagnant la réforme du baccalauréat d’une réduction des horaires qui a entraîné une chute du nombre de postes mis aux concours mais il n’en avait pas prévu la conséquence en terme de nombre de scientifiques formés, effet boomerang qui se double d’une division par deux des élèves en langues et cultures anciennes qu’il prétendait défendre. Le deuxième point relève d’une difficulté à faire respecter le droit dans les murs de l’école, sauf dans les cas extrêmes comme celui de l’assassinat de Samuel Paty qui provoquent une mobilisation aussi spectaculaire qu’éphémère. La décentralisation ou territorialisation qui s’accentue rend difficile la tenue d’un discours sur l’École car la dégradation des écoles de Marseille n’a rien à voir avec le maintien d’une politique élitiste au lycée Henri IV de Paris. Enfin, l’internationalisation des politiques éducatives fait reposer les décisions sur des organisations qui, comme la Banque mondiale, s’intéressent plus à l’économie qu’à des valeurs républicaines et démocratiques

3Les partis politiques français ne se désintéressent pas de l’école mais ils envisagent tous des réformes qui n’ont guère le temps d’être mises en œuvre en raison de l’espérance de vie qui est la leur lors de leur accession au pouvoir. Enfin, leur utilisation de la recherche se fait davantage par relation avec des chercheurs (Meirieu, Dubet, Dehaene, etc.) sur un temps court que par compilation des travaux scientifiques mais, réciproquement, la recherche française s’intéresse peu à ce rapport des partis à l’école. D’où l’un des intérêts de cet ouvrage.

4Un premier obstacle de cette entreprise réside dans le choix des partis car la particularité de la France est de se situer loin du bipartisme qui caractérise bien des pays occidentaux. Pour surmonter cet obstacle, de manière assez pragmatique, Guy Lapostolle et Georges Solaux sélectionnent les principaux partis actuellement en lice, à l’exception du tout dernier (Reconquête de Zemmour) en les désignant par leur sigle (RN, LR, LREM, PS, EELV, LFI et PC) avec un classement de la droite à la gauche conforme à la tradition française. Dans une note de lecture, il n’est pas question d’examiner le détail de chaque chapitre et ce d’autant plus qu’un dernier vient tenter une synthèse thématique. Mais il est intéressant de voir que le sentiment d’identité nationale s’inscrit dans les priorités du RN qui prône le rétablissement de l’autorité avec un « passé mythifié » (p. 36) de l’école. Cet aspect nostalgique se retrouve dans le programme de LR qui entend favoriser le retour aux fondamentaux, faire de la laïcité une arme contre les décrocheurs et leur famille, toutefois sans remettre en cause la loi Debré de 1959 qui a créé une faille dans laquelle toutes les communautés religieuses peuvent s’engouffrer. Il est bien sûr question d’égalité des chances sans référence aux travaux de Dubet et Duru-Bellat. Enfin, le développement de l’apprentissage et la préparation au travail mettent l’accent sur la séparation sociale qui commencerait avec le rétablissement d’un examen pour la sixième évoqué par Valérie Pécresse. Quant à LREM, le projet est doublement brouillé, d’abord par la déclaration tardive de déclaration de candidature du président actuel et ensuite par la confiance qu’il a manifestée à son ministre détenteur du record de durée sous la cinquième République. Autre obscurité, c’est un ancien directeur de l’enseignement scolaire sous la présidence de Sarkozy. Il fait donc pencher la balance du côté de LR. Quelques mesures clés seront poursuivies : le dédoublement des classes, dont les résultats ne sont pas évidents dans les évaluations, y compris celles du ministère et de sa Direction de l’évaluation, de la performance et de la prospective (DEPP), la poursuite de l’affaiblissement des lycées professionnels par le financement de l’apprentissage et une promesse vague de revalorisation du salaire des enseignants contre services supplémentaires mais rien n’est chiffré, sauf les 400 millions de la première mesure bien insuffisants pour s’aligner sur la mesure phare de la candidate PS, Anne Hidalgo, le doublement de leur salaire.

5Pour ce qui est de la gauche, le chapitre consacré au PS commence par la fondation de la SFIO en 1905, s’attarde un peu plus sur les trente dernières années et pratiquement pas sur les cinq années Hollande. L’idée centrale pourrait être celle d’un élan brisé lors des deux mandats de Mitterrand et vite suivi d’une rentrée dans le rang d’une administration de plus en plus verticale de l’école. Cette apparence d’autonomie s’est soldée en réalité par « l’introduction d’un nouveau type de management à l’école » (p. 92). Bref, un néolibéralisme se drapant dans la tenue pourtant contraire de la décentralisation. La « gouvernance » du système n’est pas le point fort d’EELV qui est issu des différents épisodes de guerres internes : chez les écologistes, les micros partis se succèdent et se fractionnent puis se recomposent au point de ne pouvoir présenter de candidat en 2017. En 2022, c’est Yannick Jadot qui est désigné comme candidat mais son projet pour l’école n’est pas encore en ligne au moment de la rédaction du livre. Si la lutte contre les inégalités et pour le développement durable apparaît centrale, les éclaircissements sur la conception de la laïcité manquent à un moment de l’histoire où la droite s’est emparée de cette oriflamme de la gauche. Jean-Luc Mélenchon a rompu avec le PS pour fonder le Parti de gauche puis LFI mais il a été ministre délégué à l’enseignement professionnel du gouvernement Jospin entre 2000 et 2002. La publication d’un livre programme en 2022 permet de prendre connaissance des orientations de LFI pour l’école. Ses éléments manquent d’originalité malgré leur fidélité aux valeurs de la gauche : lutte contre les inégalités et le néolibéralisme qui est traduite positivement en émancipation. Comme en 2017, LFI utilise les moyens de communication les plus modernes pour communiquer avec celles et ceux qui veulent contribuer à l’exercice du « droit au bonheur » (p. 113). Le PCF vient de fêter son centième anniversaire et il a décidé de présenter un candidat à l’élection présidentielle de 2022. Son histoire est marquée par le plan Langevin-Wallon qui a inspiré certaines des réformes de l’après-guerre et figure encore dans le programme de Fabien Roussel, le candidat, avec une volonté d’atteindre une égalité réelle (et non celle dite « des chances » qui aboutit au maintien de la sélection) au regard de deux types de critères, la justice et le développement. Place est donc faite à une éducation aux choix peu évoquée dans les autres programmes. Elle s’adresse autant à la personne, qu’au citoyen et au travailleur (p. 125). C’est donc sur « la formation de la personne dans toutes ses dimensions » (p. 128) que se fonde le projet du PCF.

6Que retenir de ce kaléidoscope rapidement évoqué et parcouru à bride abattue dans le livre ? Tout d’abord, le positionnement par rapport au néolibéralisme jamais revendiqué par les trois partis se revendiquant de la liberté sans trop évoquer ses corollaires républicains. Il est constamment combattu par les quatre autres qui présentent une autre conception de ce premier mot de la devise républicaine. Car que serait la liberté sans l’égalité ? Mais, là aussi, le même mot peut revêtir des significations différentes : pour les uns, le mérite fonde l’élitisme républicain et, pour les autres, l’égalité des chances est un trompe-l’œil. L’organisation du système est aussi une pièce à double face : l’autonomie de l’établissement peut être conçue dans une logique consumériste (RN, LR et LREM) ou plus démocratique (PS, EELV, LFI et PCF qui veulent aller vers plus de « mixité sociale »). La laïcité est elle aussi prise en otage dans le débat sur l’école avec une adoption étonnante de la droite (RN et LR) oublieuse de son histoire et de ses positions en 1905 : pour elle, la question du voile justifie une extension de la laïcité d’État et de ses fonctionnaires à toutes les personnes évoluant dans l’espace public alors que les cinq autres partis s’alignent plus ou moins sur l’esprit du respect de la liberté de conscience avec ses limites en termes de sécurité. Cette captation incite à poser la question du statut de l’enseignement privé, notamment sous contrat et de son contrôle, voire de son intégration dans un service public unifié. Les derniers clivages se manifestent sur le sujet de la pédagogie. Comme elle ne peut plus être un objet de déni à l'issue d’une période où la crise sanitaire a vu l’ensemble des partis la revendiquer pour lutter contre la pandémie, il ne s’agit plus d’opposer les républicains (en raison de leur dénomination qui coïncide avec celle de LR ?) aux « pédagogistes » mais il est bien question pour le RN, LR et LREM de régler plus ou moins violemment leur sort alors que le PS, EELV, LFI et le PC ne se montrent pas insensibles aux mouvements pédagogiques et d’éducation populaire. Cette opposition fondamentale entre une conception verticale du système et une volonté plus participative nourrit une dualité dans la conduite d’établissements mis en concurrence sur la base d’évaluations et une autre conception, plus démocratique, qui n’est guère développée dans les programmes du PS, d’EELV, de LFI et du PC, sans doute plus attachés à la question des moyens qu’à celle dite de la gouvernance. Autre conséquence de ce retour à un passé volontairement déformé, l’enseignement professionnel est menacé « à bas bruit » par le développement de l’apprentissage fortement financé et encouragé par l’État dans les programmes du RN, de LR et de LREM qui a ouvert les vannes de son financement.

7Pour être assez court (171 pages), cet ouvrage n’en est pas moins clair et informé. La référence à l’histoire ancienne et récente des partis en lice permet de saisir les lignes de fracture liées à des traditions étudiées par les sciences politiques. C’est aussi l’occasion de saisir sur la question de l’école des oppositions plus subtiles et des évolutions dont une partie peut s’expliquer par la structuration constitutionnelle de la cinquième République avec un monarque provisoire de plus en plus omnipotent. Les leçons des trois cohabitations non voulues sous Mitterrand et Chirac ont été retenues : il suffisait d’aligner les planètes et de faire suivre l’élection présidentielle des législatives. Jusqu’à quand cette préservation monarchique ? Dès lors, la question de l’école est vite réglée : les partis politiques peuvent avoir des projets et des programmes. L’heureux élu sera-t-il tenu par celui de son propre parti si tant est qu'il y en ait un ? Ainsi, LREM, qui soutient le candidat Emmanuel Macron, n’affiche pas de programme mais la plaquette de son candidat (24 pages) dans laquelle ne figure pas le mot « éducation » et où il n’y a qu’une occurrence d’« instruction ». Quant à l’école citée neuf fois sans majuscule, c’est un « chantier » (sic, p. 7) à construire « avec [n]ous ». Mais comment ? rétorquerait, non sans ironie, Philippe Meirieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Étienne, « Lapostolle, G. et Solaux, G. (2022). Les partis politiques français et leur projet d’école. Éditions Universitaires de Dijon, collection Sociétés. »Éducation et socialisation [En ligne], 63 | 2022, mis en ligne le 28 mars 2022, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/edso/18590 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.18590

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search