Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65VariaLa calèche hippomobile : un tiers...

Varia

La calèche hippomobile : un tiers lieu éducatif ?

Chloé Mulier et Jocelyne Porcher

Résumés

Le ramassage scolaire hippomobile dans la ville de Vendargues fait figure d’exception, de par le nombre d’enfants transportés et la fréquence des ramassages. Dans cet article nous faisons l’hypothèse que la calèche est un tiers-lieu éducatif au sens de Meirieu (2018), porté par la présence des chevaux, où les enfants apprennent à vivre ensemble. Nous montrons que ce tiers lieu permet d’améliorer la socialisation, l’autonomie, mais aussi l’entraide et la responsabilité entre les enfants, notamment en raison du cadre particulier créé par la calèche. Il permet aux enfants de faire l’apprentissage du respect de règles en communauté, et de développer différentes qualités au-delà des structures éducatives traditionnelles que sont l’école et la famille. Cette socialisation, réalisée en autonomie mais néanmoins encadrée, est rendue possible par l’existence des animaux au travail, et semble pouvoir constituer un nouveau lieu d’expérience du vivre ensemble dès le plus jeune âge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les chevaux ont été des acteurs clés de l’industrialisation de la société et du développement des villes. L’architecture urbaine est encore aujourd’hui marquée par la présence et le travail des chevaux (portes cochères, cours intérieures, artères des villes, anneaux d’attache sur les façades etc.). Depuis les années 1990, avec l’essor du concept de développement durable, la recherche de solutions innovantes en matière de mobilité a favorisé le développement d’initiatives requérant les chevaux dans différentes activités agricoles -débardage en forêt, travail de traction- ou en milieu urbain -police montée, tourisme, ramassage des déchets etc. (Cordhihac, 2011 ; Rapport CGAER, 2012 ; Linot, 2014 ; Deneux Le Barth, 2019). Aujourd’hui, différentes communes de France ont fait le choix de l’hippomobilité pour leurs services techniques (propreté, entretien et transport de personnes), de façon pérenne ou non (Trouville, Hennebont, Questembert, Vendargues etc.). Ce métier de cheval de calèche, se rattachant à l’activité de traction, présente des spécificités liées d’une part au contexte urbain et d’autre part à la présence d’enfants (Mulier et Porcher, 2022). En ce qui concerne le transport scolaire, la commune de Vendargues fait figure d’exception, à la fois par son antériorité dans l’utilisation du cheval en ville, mais aussi par l’ampleur de son service de transport scolaire. Ce service est en véritable croissance depuis ses débuts, il y a près de onze ans : l’achat d’un premier cheval en 2009 a permis de commencer avec la collecte des déchets dans les rues du centre-ville, rapidement suivie par l’acquisition de calèches pour le transport scolaire. À la rentrée de 2020-2021, malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire, l’intérêt pour la calèche n’a pas décru : une quatrième calèche est désormais en service. Plus de 100 familles sont inscrites au service et une centaine est en liste d’attente.

2D’une manière plus générale, les bénéfices collectifs du travail des chevaux en ville sont le plus souvent ramenés aux trois dimensions du développement durable : environnement, social, économie (Morel, 2012). Toutefois, la dimension éducative et socialisatrice du travail des chevaux en ville est absente de la plupart de ces travaux, y compris dans le volet social. Le transport hippomobile porte pourtant une dimension sociale et éducative particulière qui forge à sa façon l’expérience du vivre ensemble dès le plus jeune âge. La présence de chevaux et des relations interspécifiques (entre espèces, équine et humaine) remplissent non seulement une fonction de transport mais ouvrent également un possible espace éducatif à l’intérieur de la calèche.

  • 1 Programme financé par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation et du Fonds Eperon.

3C’est pourquoi nous nous intéressons ici à cette dimension éducative et socialisatrice à partir des résultats d’un travail de recherche monographique mené dans la ville de Vendargues, dans le cadre du programme Acteur Cheval1 (2018-2020), visant à étudier les relations interspécifiques dans le travail avec les chevaux territoriaux et à mettre au jour leurs différents impacts sociaux, politiques, économiques et éducatifs. Nous avons conduit une large étude monographique dans cette commune afin de mieux comprendre la diversité des enjeux et des impacts liés à la présence des chevaux. Une de nos questions de recherche portait sur les effets des relations interspécifiques de travail sur les enfants. Le présent article rend compte de nos conclusions sur cette partie de l’étude.

4Nous allons dans une première partie présenter le contexte général de notre étude et notre hypothèse quant au statut de la calèche comme tiers lieu éducatif. Nous présenterons ensuite nos cadres théoriques et méthodologiques avant d’exposer nos principaux résultats.

Contexte

  • 2 La ville de Vendargues se trouve dans l’Hérault, en périphérie de Montpellier, et compte 6600 habit (...)

5La ville de Vendargues2 est située en limite de région Petite Camargue ce qui la place dans l’influence de la tradition des gardians. La ville organise chaque année une fête du cheval pour faire connaître les pratiques de travail avec les chevaux dans la région. Pour autant, l’héritage du cheval à Vendargues est davantage lié au travail dans les carrières (blocs de pierre de construction) et au travail rural, celui des champs et de la vigne, qu’au transport urbain. Nous avons rencontré plusieurs Vendarguois âgés qui se souviennent avec émotion du quotidien avec les chevaux. L’architecture rappelle également la présence des chevaux dans la ville (portes cochères, traces de l’activité des maréchaux ferrants dans plusieurs bâtiments communaux).

6L’acceptabilité par la population des chevaux dans la ville a été préparée par le maire à la fin des années 2000, grâce à la présence de l’âne Tamaris employé au ramassage de déchets dans les espaces verts. Ainsi que l’exprime Richard, l’ancien partenaire de travail de Tamaris, aujourd’hui meneur d’une calèche : « le maire a été très intelligent, moi il m’a toujours dit « tu n’es pas là pour balayer les rues. Dès que quelqu’un s’approche de ton âne, tu poses le balai, et tu vas le voir. Et tu discutes […] avec Tamaris, en plus, c’était un truc pour justement expliquer aux gens pourquoi cette option hippomobile, c’est ça qu’il m’a demandé de faire ». Stratégie efficace puisque des habitants s’en souviennent encore : « Avant, Richard avait un âne qui faisait le nettoyage des ruelles et il était très, très avenant et tout le monde s’arrêtait pour discuter avec lui ».

7En créant ce projet de calèche pour le transport scolaire, la municipalité a cherché à favoriser la mixité entre les enfants d’âges différents et à rapprocher les écoles primaires dispersées dans la ville, qu’elles soient publiques ou privées. Alors que ce service relève le plus souvent du département, il est à Vendargues entièrement communal. Cela permet à la municipalité d’avoir la maîtrise du service de ramassage scolaire dans son intégralité. L’usage de la calèche s’accompagne de la gratuité de la garderie lorsque les enfants arrivent avant l’ouverture de l’école.

8La ville de Vendargues héberge dix chevaux territoriaux affectés à deux services : la collecte des déchets et le ramassage scolaire pour les enfants en primaire, pour lequel elle dispose de deux grandes calèches de trente places tirées par deux chevaux (en paire), d’une plus petite de dix places tirée par un cheval (en simple) ainsi que de deux minibus d’une dizaine de places. Elle vient de s’équiper, depuis 2020, d’une nouvelle calèche de quinze places pour faire face à l’accroissement de la demande.

9Le travail du ramassage des enfants de primaire (3 à 12 ans) en période scolaire (du lundi au vendredi sauf le mercredi) consiste à faire une tournée matin et soir pour les emmener et les ramener de l’école. Le parcours d’une dizaine de kilomètres autour de Vendargues est jalonné d’arrêts identifiés par des panneaux « Hippobus ». Les calèches desservent deux à trois écoles chacune.

10Le travail avec la calèche nécessite la présence de 2 personnes au moins, un meneur (ou une meneuse) qui conduit la calèche et un groom (ou une groom) situé à l’arrière. Ce dernier doit assurer en premier lieu la sécurité des chevaux et du meneur au moment où il s’installe sur son siège, mais aussi pouvoir intervenir sur le matériel pour faire un réglage pendant la tournée et venir à la tête des chevaux en cas d’arrêt prolongé. C’est également le groom qui ouvre et ferme les portes aux enfants, s’assure de leurs bons comportements et du respect des règles de la calèche. Les mêmes meneurs sont le plus souvent assignés aux mêmes équipages alors que les grooms en changent fréquemment.

11Les chevaux ont des journées de travail qui commencent tôt le matin avec la distribution de leur ration et la mise en place des équipements pour la première tournée du matin. Ils font une pause en milieu de journée et reprennent le travail à la sortie des classes en fin d’après-midi. Le soir, ils rentrent à l’écurie et retournent à leur paddock pour la nuit après les soins donnés par les meneurs et les grooms.

12Les chevaux doivent apprendre à se sentir en confiance en milieu urbain, entourés de voitures, de passants, de bruits, d’évènements inattendus. Ils doivent aussi apprendre les codes d’un nouvel environnement balisé par des signaux, des panneaux, des feux, des bouches d’égout. Ils apprennent en fonction de leur expérience, à marquer l’arrêt au feu rouge, à ralentir aux abords des intersections et à être vigilants à la circulation. Mais aussi à trier les informations du meneur selon qu’il s’adresse aux enfants ou à eux, et à ne pas être apeurés du vacarme que font parfois les enfants dans la calèche. A l’arrêt, les chevaux apprennent également à tenir leur position de façon prolongée pour éviter les secousses et les problèmes de sécurité à la montée et à la descente des enfants. Ils doivent enfin être aimables et attentionnés avec le public qui vient les saluer ou les caresser, quelle que soit leur humeur du jour.

13Notre question de recherche interroge la calèche en tant que tiers-lieu éducatif. Nous faisons l’hypothèse que la calèche est bien davantage qu’un moyen de déplacement. Nous nous proposons de montrer qu’il s’agit d’un tiers-lieu éducatif, qui n’est ni l’école ni la famille, et où s’imbriquent les questions de domestication, d’autonomisation, de responsabilisation. Pour éprouver cette hypothèse, nous nous appuierons sur nos observations des enfants, des meneurs et des chevaux lors des ramassages scolaires en calèche ainsi que sur les entretiens menés auprès des meneurs et des grooms. Ces observations sont complétées par le recueil de témoignages des enfants, des familles et du personnel de la calèche.

Cadre théorique

14S’intéresser à la dimension éducative et socialisatrice des chevaux dans les activités de transports urbains, c’est mobiliser des notions tels que le respect des animaux et le respect mutuel, l’entraide, l’autonomie la responsabilité qui interviennent dans les rapports entre humains et entre humains et chevaux.

Socialisation et domestication

15Nous considérons ici deux notions complémentaires et pouvant pourtant être dissociées : la socialisation et la domestication. La socialisation renvoie aux processus d’intégration à la fois explicite et latente des valeurs, normes et rôles de l’enfant dans la société dans laquelle il évolue, construisant son identité sociale. Elle est donc très liée au groupe social d’origine, car très attachée pour sa dimension primaire à la famille, et pour sa dimension secondaire à l’école et aux groupes de pairs (Castra, 2013). D’où l’importance de développer des lieux de socialisation différents, hors cadre habituel de la famille et de l’école.

16La notion de domestication renvoie, selon Meirieu, à l’intégration des enfants dans la domus « une affaire d’horaires à respecter, d’habitudes à prendre, de codes à acquérir, d’obligations auxquelles il faut se soumettre 3». Cette intégration repose sur un processus de transmission des « moyens d’être au monde » et de construire un monde commun pacifique. Une notion beaucoup plus pratique et concrète, qui s’applique à tous indépendamment du milieu social. Une notion qui est doublement mobilisée dans la calèche puisque l’un des acteurs de cette domestication est un cheval : on ne fait pas attendre le cheval ! Les processus de domestication ont longtemps été pensés dans le registre de la domination des humains sur les animaux en faisant l’impasse sur le fait que travailler avec les animaux ne renvoie pas nécessairement à des rapports de domination. Et que, bien au contraire, le travail peut être source d’émancipation pour les animaux comme pour les humains. Le travail avec les humains donne aux animaux la possibilité de faire ce qu’ils n’auraient jamais fait sans eux et d’en tirer des gratifications (Haraway, 2010 ; Porcher, 2011 ; Porcher et Nicod, 2019).

Autonomie et responsabilité

17Foray (2017) définit l’autonomie comme capacité à agir, choisir, et penser par soi-même. L’autonomie n’affranchit pas l’enfant des contraintes du monde, et ne constitue ni une forme d’autodétermination ni d’indépendance, mais est bien une conséquence de l’existence des relations permettant le processus de socialisation de l’enfant (Périer, 2014). Dans la préface de son livre, Périer (2014) évoque la « socialisation à l’autonomie » sous contrôle des adultes, devant nécessairement se combiner à la socialisation enfantine et juvénile, construit sur un espace partagé et négocié. Il souligne que la promotion d’une éducation visant l’autonomie précoce se manifeste davantage dans les milieux sociaux les plus favorisés, et se heurte donc aux inégalités sociales, alors que l’école en fait un prérequis plus ou moins implicite.

18Connac (2016) suggère pour contourner ces problèmes d’inégalité liés à l’autonomie, d’associer la responsabilité des enfants, qu’elle soit individuelle, envers autrui, ou environnementale. Il souligne que le développement de l’autonomie associée à la responsabilité crée les conditions propices à la coopération. Pour Warchol (2012), la notion de responsabilité souligne « l’obligation faite à une personne de répondre de ses actes du fait du rôle, des charges qu'elle doit assumer et d'en supporter toutes les conséquences ».

19La calèche est ce lieu intermédiaire, rassemblant toutes les catégories sociales, ou les enfants peuvent développer cette autonomie tout en étant conscients de leurs responsabilités. Les règles sont certes dictées par les adultes, mais sont régies par la sécurité individuelle et collective, des chevaux et de l’ensemble de l’équipage. Elles sont d’autant plus acceptées et appliquées collectivement par les enfants, même dans cet espace spécifique soustrait au regard et au contrôle des adultes référents habituels. Nous verrons aussi que cet espace ouvre la possibilité aux interactions, à la coopération et à l’entraide.

La notion de tiers-lieu

20Pour Meirieu (2013, 2015), le concept de tiers-lieu désigne un espace qui ne relève ni de la famille ni de l’école et où se rencontrent des pairs et des ex-pairs. Cet espace est un lieu d’éducation informelle, d’échange, de transmission, de partage, mais aussi de « passage » selon Michel Serres (1991). Cette institution « tierce », difficile à saisir et matérialiser, est un lieu de sécurité dans lequel les apprentissages prennent vie et sont intériorisés. Afin d’envisager la calèche comme tiers-lieu éducatif, nous nous appuierons sur les travaux de Meirieu (2018). Michel (2011), dans l’ouvrage de Xypras et al (2011) s’interroge sur la notion de tiers éducatif, en reprenant les notions de Serres (1991) sur le tiers-instruit : cette place de tiers difficilement définissable, dont le statut d’intermédiaire peut facilement être questionné et remis en question. Pour jouer pleinement son rôle dans le contexte éducatif, ce tiers-lieu doit bénéficier d’une stabilité de confiance via une reconnaissance explicite et implicite. Meirieu (2018), insiste sur le rôle de municipalités dans la définition et la reconnaissance de ce tiers-lieu éducatif : « Les municipalités parce qu'elles sont proches des populations dont elles sont issues, ont un rôle fondamental à jouer pour susciter et réguler le tiers lieu, préciser les objectifs et articuler entre elles les diverses institutions éducatives » (dictionnaire sur le site meirieu.com, 2022). C’est précisément le cas dans la calèche, qui a été mis en place sur la volonté de la mairie, en coordonnant précisément les familles, les différentes écoles publiques et privées de la ville, ainsi que les garderies des écoles pour être parties prenantes de ce système entièrement gratuit pour tous les enfants, sous réserve de place et sans conditions de revenus.

Méthodologie

21Les enquêtes et les observations (enregistrements audio et vidéo) auprès des enfants, des familles et des personnels de ramassage scolaire ont été réalisées de décembre 2018 à septembre 2019 via des entretiens auprès des meneurs et grooms, des familles des enfants, et des observations participantes de la préparation des chevaux et des tournées de ramassage scolaire, avec la calèche ou le minibus, le matin et le soir. Les entretiens auprès des familles ont été intégralement retranscrits, et les réponses aux différentes questions ont été répertoriées en thématiques cibles : l’utilisation pratique de la calèche, les avantages, les inconvénients, les interactions au sein de la calèche, la vision des parents, la vision des enfants, le lien de la famille aux chevaux, les discours autour de la calèche à la maison, etc.

22L’observation participante durant les tournées de ramassage consistait à enregistrer fréquemment les conversations et les échanges dans la calèche au fil de l’eau, et si cela advenait, les échanges des meneurs et des enfants avec l’extérieur, passants ou parents. Afin de pouvoir mieux observer le contexte des discours, des vidéos ont été tournées avec une petite caméra. Les enregistrements et vidéos ont été intégralement retranscrits, tant les discours que les situations rencontrées, puis classés en différentes catégories pour pouvoir mieux les mobiliser : interactions entre les chevaux, entre les meneurs et les chevaux, entre meneurs et enfants, entre enfants, entre meneurs et parents, mais également entre meneurs, avec les références et les temps de chaque vidéo ou enregistrement.

Résultats

23Nous allons présenter les différents résultats qui contribuent à la définition de la calèche comme tiers lieu en trois temps : dans un premier temps en identifiant sa qualité d’espace domestique et de socialisation construit par le travail des humains et des chevaux, et par l’implication des bénéficiaires de ce travail, à savoir les enfants. Dans un second temps, nous montrons que la calèche est un lieu d’éducation à l’autonomie et à la responsabilité individuelle et collective. Et finalement, que l’espace-temps de la calèche, en dehors des temps de classe ou en famille, apporte une dimension relationnelle et conviviale importante et essentielle. Nous reviendrons ensuite sur notre hypothèse à la lumière de ces résultats pour discuter du statut de tiers-lieu éducatif de la calèche.

La calèche, un espace domestique et de socialisation

24La calèche est un espace domestique, pacifié, partagé, régi par des règles qui doivent être respectées par les enfants, les adultes et les chevaux. Comme le montrent les résultats des entretiens avec les familles, c’est un lieu rassurant pour les parents car ils ont des liens de confiance avec les meneurs et les grooms. Ils reconnaissent leur savoir-faire. Comme des parents d’enfants de 10 ans l’expliquent : « non seulement ils maîtrisent les chevaux et les calèches mais en plus ils sont vraiment super agréables avec les enfants », ou encore « c’est vraiment un tout, pour le côté calèche et pour l’ambiance, c’est agréable, on sent que c’est un bon moment pour les petits ». La calèche en tant qu’espace domestique n’existerait pas sans les chevaux et la relation de travail entre les humains et les chevaux. Ni sans l’intérêt et la fascination des enfants pour les animaux. Comme nous le verrons par la suite, l’univers commun de la calèche existe grâce à des apprentissages et à des adaptations chez les chevaux et chez les enfants mais aussi chez les meneurs et les grooms qui créent la cohérence et l’ambiance du lieu.

La contribution des meneurs et des grooms à cet espace domestique

25Les meneurs ont de nombreux rôles simultanés à tenir. Dans un premier temps, ils s’occupent des chevaux au quotidien, les nourrissent, surveillent leur santé, les pansent... Ensuite, ils équipent les chevaux, entretiennent le matériel, s’assurent de la sécurité de l’attelage avant de prendre la route. Certains meneurs, les plus expérimentés, prennent la responsabilité de travailler les chevaux sur des points délicats (par exemple, quand les chevaux ont pris de mauvaises habitudes, comme tirer trop brutalement). Ils ont aussi la responsabilité de la formation des paires de chevaux et de leur réagencement en cas de maladie ou de problèmes (Mulier et Porcher, 2022). Au quotidien, ils gèrent la répartition des enfants dans les trois calèches et dans les écoles qu’ils desservent.

26En circulation, les règles du travail sont impératives. Les meneurs doivent être tout d’abord attentifs à la sécurité de l’attelage mais aussi à celle des enfants et des passants. Et ils doivent prendre garde aux véhicules immobilisés ou en mouvement, tout en respectant scrupuleusement le code de la route. Ils tiennent un rôle social de représentation (répondre aux saluts des passants, des parents, des employés administratifs…) tout en conduisant la calèche. D’où l’importance de la capacité des chevaux à être eux-mêmes attentifs à ce qui se passe sur la route. De plus, les meneurs doivent rester présents auprès des enfants, les écouter et veiller à leur sécurité. Lors de nos observations, nous avons constaté plusieurs fois que les meneurs sont pris par plusieurs tâches à la fois et sont amenés parfois à gérer des situations critiques en gardant leur sang-froid pour ne pas inquiéter les enfants. Les meneurs gèrent les émotions des chevaux d’une manière tranquille, ce qui est un exemple pour les enfants. Ils comprennent qu’on peut avoir des émotions, avoir peur, comme cela peut arriver aux chevaux, par exemple en croisant une zone bruyante de travaux, mais qu’on peut exprimer cette peur, plutôt que de la cacher, pour mieux la dépasser.

27Durant les trajets, enfants, meneurs, grooms échangent fréquemment sur les sujets du quotidien (le temps, l’école, la vie à la maison, les copains, les vacances, la santé des chevaux…). Mais, lorsque les meneurs deviennent soudain silencieux, les enfants comprennent que le travail avec les chevaux exige de la concentration, et se taisent. Comme l’explique Océane, une meneuse : « des fois quand c’est un peu chaud, ils sentent qu’il y a un peu d’action, ils sentent qu’il y a quelque chose qui n’est pas normal. J’ai tendance à leur parler tout le temps, du coup quand je commence à dire ‘attendez là’ ou que je ne leur réponds pas, ils savent que je me concentre ». C’est le cas par exemple lors d’un passage délicat entre deux voitures, ou sur un carrefour embouteillé. Par exemple, un évènement intervenu sur l’une des tournées du matin est révélateur de la diversité des tâches qu’un meneur réalise en circulation : le timon (partie centrale de l’attelage entre les chevaux) s’est décroché du collier d’un des chevaux. Une fois la situation vue et analysée, la meneuse doit garder son calme pour éviter la panique des chevaux. Elle se concentre pour les arrêter sans rien dire. Il lui faut de plus tenir compte dans ses réactions du fait qu’elle est suivie de près par une autre calèche et qu’elle ne peut pas s’arrêter brutalement. Une fois les chevaux arrêtés, elle peut appeler la groom à la rescousse : « Leslyyyyye ! J’ai besoin de tooiiiiiii ! faut qu’on achète des mousquetons s’te plait parce que là je vais criser ! Attends, on avance un peu… Là, là, là…là !! là !!Faut qu’on rachète des mousquetons, urgemment ! On a perdu le timon ! ». Profitant de cet arrêt imprévu, les enfants continuent leurs chamailleries, et Océane, la meneuse, doit intervenir : « Non, hé, Léon, on va ranger la peluche ?? Alors reste assis ». Pendant que les autres grands reprennent en chœur « enlève-lui, enlève-lui !! » « Chhhtt ! Non, non, non, noooon ! Dernière fois ! la prochaine fois je vous sépare. Et toi, t’étais pas là à la base, donc. Tiens-toi à carreau. Assieds-toi là, mais tu restes tranquille ! ». Cet extrait montre la pression subie par la meneuse et la nécessité de gérer à la fois, les chevaux, le matériel, les enfants et leur nervosité.

28Les meneurs par ailleurs connaissent les accompagnants des enfants, leur nom et leur adresse, et appellent les parents en cas d’absence. Ceci renforce la légitimité du tiers-lieu éducatif et la confiance que les parents, les enfants et l’école lui accorde.

29La calèche est aussi un lieu favorisant la reconnaissance du travail accompli. En effet, ce sont les enfants eux-mêmes qui rappellent aux parents d’offrir un cadeau en fin d’année aux meneurs. De même, ils demandent fréquemment des nouvelles des chevaux, et expriment leur empathie pour le travail difficile qu’ils effectuent.

L’implication des enfants dans cet espace domestique

30Les enfants ne sont pas au travail, ils sont dans un tiers-lieu éducatif réunissant chevaux et humains où la temporalité diffère de celle de la maison et de l’école et où les enfants se socialisent autrement, à la fois entre eux et avec le monde des adultes. Comme l’explique une maman : « Moi je sais que ma fille des fois, quand elle le voit à l’extérieur, pendant qu’on fait des courses, elle voit Richard : ‘Coucou Richard !’Alors on s’arrête, on discute […] ils sont encore plus sociables. Ils connaissent les personnes, […] mon fils il a des amis qui sont dans la calèche qu’il ne se ferait pas forcément à l’école. Parce qu’il y a un décalage au niveau des classes ».

31L’idée de prendre la calèche motive les enfants à se préparer pour l’école. Au bruit des sabots, ils l’entendent arriver et se précipitent pour ne pas la rater. « Quand je leur dis ‘on va être en retard à la calèche !’, ils attrapent leur manteau », explique un papa.

32Une des écoles a pris l’initiative de faire découvrir la calèche à tous les enfants de la classe. Une fillette de CM2, responsable de classe, raconte : « Donc toute la classe l’a pris […] wahou. Ils étaient super contents de découvrir la calèche (…) il y en avait qui étaient impressionnés par les chevaux aussi. Quand ça trottait, il y avait quasiment tout le monde qui éclatait de rire, parce que ça vibrait, c’était amusant ! Mais, pour ceux qui la prenaient pour la toute première fois, ils disaient […] « ben moi, j’essaierai d’en parler à mes parents »

La calèche, un lieu d’éducation à l’autonomie et à la responsabilité individuelle et collective

33L’espace de la calèche favorise l’expression des 3 types d’autonomie de Foray (2017) : l’autonomie fonctionnelle, l’autonomie morale par la connaissance et l’application des règles de l’espace, et l’autonomie intellectuelle, notamment par la création d’un sas de partage avant ou après l’école, d’échange sur l’actualité, le vécu quotidien, les discussions en face à face qui contribuent à cette autonomie intellectuelle, tout en facilitant l’apaisement.

34Le ramassage scolaire hippomobile proposé à Vendargues est depuis toujours un service gratuit. Cette gratuité est la condition de la valeur éducative de la calèche, car elle permet aux enfants de toutes les classes sociales d’y accéder, renforçant sa valeur sur le plan de la socialisation des enfants en dehors de groupes de pairs de l’école ou des groupes sportifs qu’ils auront eux-mêmes choisis.

35Le souci des animaux et de l’environnement de la ville que manifeste l’équipe hippomobile participe du caractère éducatif de la calèche pour les enfants et pour les parents. En effet, la calèche et le rapport aux animaux constituent un véritable support éducatif et d’échanges intergénérationnels.

36Le ramassage hippomobile permet aux jeunes enfants d’apprendre à s’organiser pour respecter des horaires, à attendre aux arrêts « hippobus », à assumer seul de respecter les règles de la charte. Le plus souvent en effet, les enfants en primaire sont conduits par les parents à l’école et n’ont pas l’occasion de prendre le bus pour aller à l’école. Prendre l’hippobus constitue une préparation à des déplacements autonomes. Cela développe l’autonomie fonctionnelle et son sens des responsabilités en comparaison d’un enfant que ses parents déposent en voiture juste devant l’école. Ainsi que l’explique une maman : « Ils [les enfants] ont comme une espèce de responsabilité, ils se responsabilisent. Ils doivent se comporter d’une certaine manière, sinon ils ne sont pas acceptés, voilà. Donc du coup ils s’auto-responsabilisent. […] et c’était cet aspect là que moi j’aimais beaucoup dans la calèche. Sinon on n’y serait pas allé, parce que on va plus vite à aller le chercher à pied ».

37Le fait que l’enfant se retrouve dans la calèche avec d’autres enfants qui ne sont ni forcément ses copains ni dans sa tranche d’âge, l’amène à développer une socialité respectueuse et bienveillante. Comme l’exprime une maman : « Au début, quand il a pris la calèche, ce qu’il aimait, c’est aider les petits : ‘On surveille, on reste à coté, on les aide à descendre, on les aide à monter’ ». Contrairement au positionnement qu’ils auraient en voiture ou dans un bus, dans la calèche, comme nous l’avons constaté durant plusieurs tournées d’observation, les enfants se font face, ce qui leur permet d’être davantage en interaction et de réellement faire collectif. Avec cette disposition, les enfants peuvent jouer librement et partager leurs jeux (jeux de cartes, de mains, coloriages, chansons, blagues, échanges d’objets...) mais aussi discuter entre eux, même lorsqu’ils sont d’âges différents et d’écoles différentes. Ils apprennent à se positionner dans les interactions, développant aussi leur autonomie intellectuelle pour penser par eux-mêmes. Comme l’explique un enfant de 9 ans : « C’est un peu une récréation où tout le monde s’amuse parce qu’on parle un peu tous ensemble, y a pas vraiment les niveaux de classe. Y a des plus petits, des plus grands… Oui ! On parle tous ensemble en fait. (…) Si, on joue, mais on parle surtout, on s’échange les films préférés, ce qu’on a fait hier soir. (…) ».

38Les enfants distinguent la calèche de l’école mais aussi de la garderie qui, selon eux, leur laisse moins de liberté et les tient en intérieur. Ce même enfant trouve que « la garderie, c’est un peu moins bien, parce qu’on a le droit de faire moins de choses, alors que la calèche c’est mieux ! En plus on est dehors, on peut respirer alors que la garderie, c’est dans une salle souvent ».

39Ils sont plus attentifs les uns aux autres et se portent assistance : des enfants plus âgés peuvent assister des enfants plus petits pour enlever ou fermer un manteau, porter un cartable. Voire à rappeler les plus jeunes aux règles de la calèche, par exemple rester assis ou enlever ses pieds du siège, soit de leur propre initiative, soit plus souvent pour appuyer les demandes des meneurs. Ainsi, Océane fait asseoir correctement ceux qui sont les plus proches d’elle. "Assieds-toi !" "Mais je suis assis !" « Normalement c’est les fesses au fond et le dos contre le dossier ! » Les plus grands la préviennent qu’un enfant plus petit veut se mettre debout sur les sièges « Océane, océane, il y a un problème ! » Elle interpelle le petit « on va ranger Spiderman ? ou on arrête ? » Le petit arrête de faire monter sa peluche sur la tête de sa voisine, une enfant plus âgée, mais finit par sauter dans ses bras et se pendre à son cou. C’est elle qui lui dit gentiment de se rasseoir, et l’installe sur le banc. Cette scène témoigne de l’autonomie morale de l’enfant pour faire respecter les règles de son propre chef auprès d’enfants plus jeunes. Cela démontre que dans ce cas de figure, l’enfant prend d’elle-même la responsabilité de ses camarades.

40La charte de l’hippobus est signée à la fois par les enfants et par les parents. Elle implique donc la responsabilité individuelle des enfants. Elle engage l’enfant à respecter ses camarades ainsi que les adultes qui veillent sur lui ; à rester assis, ne pas crier, ne pas gesticuler ; à monter et descendre en avant (comme sur une échelle) ; à attendre l’ordre venant de l’adulte. La charte précise que « le non-respect des consignes pourra entraîner des sanctions sous forme d’avertissements. Au troisième avertissement, l’enfant sera exclu du transport hippobus ». La charte vise à assurer la sécurité de tous les intervenants à tous les moments des déplacements. La signature de cette charte est une reconnaissance implicite du statut de la calèche comme tiers-lieu éducatif. Un passeport est établi pour chaque enfant sur lequel sont notés ses jours de ramassage, ainsi que ses lieux de dépose. Ce passeport est surtout utile au début de l’année scolaire, et sera moins vérifié au cours de l’année lorsque les meneurs connaissent les enfants. Il reste cependant obligatoire au niveau administratif, et d’un point de vue éducatif, l’enfant apprend à avoir sur soi un titre de transport lors de ses déplacements, pour pouvoir le présenter si on le lui demande. La calèche représente donc pour l’enfant une micro société régie par des règles, lieu de transition entre la famille et l’école, dans lequel il peut se socialiser de façon autonome. L’autonomie n’étant pas l’indépendance, mais bien l’acceptation des relations me permettant d’agir par moi-même (Connac 2016), cette socialisation autonome est rendue possible dès la première année d’école maternelle, vers 3 ans. Les parents le dépose à la calèche, le groom l’installe, et les enfants plus grands peuvent veiller à son bien être pendant le transport, mais l’enfant apprend notamment par mimétisme ses règles implicites.

L’espace-temps de la calèche : les dimensions relationnelles et conviviales

41L’imaginaire de la calèche est ramené à la maison, montrant que ce tiers-lieu qui n’est ni l’école, ni la famille, ni les groupes de pairs, a bien une existence propre dans l’éducation des enfants. Ils racontent à leurs parents les problèmes des chevaux et du transport, et organisent très souvent des jeux pour reproduire la situation de la calèche. Ainsi que l’explique Richard, l’un des meneurs : « J’ai eu deux-trois témoignages là, juste avant les vacances là, deux nouveaux, deux petits, tout petits, (…) qui refont la calèche ! Ils prennent leurs poupées, leur nounours, ou n’importe quoi, ils mettent un morceau de ficelle… ‘les garçons, marchez !’ ». Cette expression est celle qui est utilisée par les meneurs pour faire avancer les chevaux.

42Les enfants sont contents de prendre la calèche et la décrivent comme un lieu joyeux. « Mais des fois la calèche, on les voit arriver, mais c’est à mourir de rire ! des blagues… c’est la décompression en sortant de l’école », dit le même papa. Certains demandent à leurs parents, sans que cela soit nécessaire, de pouvoir la prendre en début ou en fin de tournée pour rester plus longtemps dans la calèche : « Il fait cinq minutes de marche et il prend une heure de calèche », raconte une maman.

43L’espace de la calèche est vécu comme un espace ouvert même en hiver, alors qu’ils peuvent avoir un peu froid malgré leurs vêtements chauds et des couvertures. Comme l’exprime une petite fille de 7 ans : « En hiver, ils mettent les bâches, ils ferment la calèche, mais c’est bien d’avoir la petite couverture quand même ! ». Ou un petit garçon de 6 ans : « Parce que j’adore et c’est trop chouette ! En plus, il y a des couvertures ! ». Ou comme le raconte une maman : « l’hiver des fois […] tous les enfants dans la calèche se cachaient sous la couverture et Leslye [une groom] disait « ah non, on n’a pas d’enfants ! ». La calèche devient un petit cocon, une cabane roulante dans lequel l’imaginaire peut se déployer.

Discussion : la calèche hippomobile, un tiers-lieu éducatif

44L’objectif de cette étude était de mettre en évidence la dimension éducative et socialisatrice du travail des chevaux en ville, oubliée dans la plupart des travaux sur l’hippomobilité centrés sur les volets environnementaux, sociaux et économiques.

45La définition que donne Meirieu du tiers-lieu nous semble particulièrement adaptée à la situation de la calèche. En effet, la calèche ne relève ni de la famille ni de l’école. Elle permet aux pairs (les enfants) et à des adultes tiers (les meneurs et les grooms) de se rencontrer. Nous avons montré que la calèche est bien davantage qu’un moyen de transport. Elle constitue bien un lieu d’éducation informelle permettant les échanges, l’entraide et le partage entre les enfants de différents âges. La municipalité de Vendargues est le moteur et le régulateur de ce tiers-lieu, en ayant suscité et fédéré l’intérêt de la population, puis coordonné les écoles publiques et privées, ainsi que les différentes garderies. En dehors de la famille et de l’école, les enfants expérimentent un lieu de socialisation dans un cadre temporel et spatial particulier comportant ses règles propres. En montant dans la calèche, ils entrent dans un espace où les meneurs et les chevaux sont engagés dans le travail. Les chevaux respectent les consignes : se tenir à l’arrêt, accélérer ou ralentir, ne pas embêter l’autre cheval du binôme, garder son sang-froid et sa concentration. La calèche est un exemple de domestication, de respect des animaux, de coopération au sein de la domus à laquelle les enfants sont précisément en train de s’intégrer de manière pacifique.

46Ce tiers-lieu que constitue la calèche pourrait sembler décalé par rapport aux modes de fonctionnement qui sont enseignés directement ou indirectement aux enfants actuellement. La calèche prend le contrepied de ce que les outils numériques, y compris chez les très jeunes, suscitent chez les enfants : l’entraide plutôt que l’individualisme, la responsabilité plutôt que l’indifférence, le partage plutôt que le chacun pour soi. Elle incite l’enfant à développer une autonomie fonctionnelle pour lui-même, mais aussi morale, de par l’adhésion à un pacte moral formel (charte et passeport), et informel avec les meneurs, les chevaux, leurs camarades, leurs parents et leurs enseignants. Dans l’espace-temps transitoire ouvert dans la calèche, les enfants sont autonomes tout en étant responsable d’eux-mêmes, des autres, ainsi que de l’espace collectif (propreté, niveau sonore des conversations…). Ce sas ouvert avant et après l’école est l’occasion d’expérimenter une vie en société au-delà de son école et de sa famille. Ce tiers-lieu revêt de nombreux avantages éducatifs mettant en avant l’autonomie, la responsabilité, la valeur de l’effort, le partage et le respect. Ce temps ouvert aux enfants, en plein air, leur permet de se rendre plus disponible aux enseignements de l’école, et de se vider la tête avant d’arriver à la maison. Comme le précise une maman : « Juliette était dans une autre école sur Montpellier, elle pleurait tous les matins pour aller à l’école, tous les matins ! et […] depuis qu’elle prend la calèche, ça a été le premier jour, radical. Du jour au lendemain ! ». Les enfants développent aussi des qualités d’appréciation de l’instant présent, d’observation, de lenteur dans leur rapport aux déplacements et au temps nécessaire pour couvrir une distance. Les échanges sont favorisés et permettent donc une meilleure appropriation informelle des savoirs, une meilleure capacité à écouter et accueillir les différences, et également à échanger naturellement avec des adultes qui ne sont ni leurs enseignants ni leurs camarades. Les limites à ce tiers-lieu sont que l’ensemble des enfants de l’école ne peuvent y accéder en raison des limites de place. De rares enfants ne s’adaptent jamais à ce système et arrêtent de venir à la calèche sur les mois d’hiver ou définitivement. Ce sont souvent des élèves sensibles, qui n’ont pas la patience d’attendre, ou qui préfèrent jouer en intérieur à la garderie. L’autre problème réside dans la diversité des rôles qui sont demandés aux meneurs, à la fois avec les chevaux et avec les enfants, car la qualité et l’ambiance particulière de ce tiers-lieu repose en grande partie sur eux. Or ce travail difficile peut parfois décourager les personnes pourtant passionnées et engagées. La calèche en tant que tiers-lieu fonctionne donc pour un nombre restreint d’enfants, et repose réellement sur la volonté et l’adhésion des parties prenantes de le poursuivre, incluant le personnel, les parents, les enfants et la municipalité. Si l’un de ses maillons relâche son engagement, c’est tout le système qui peut être remis en cause dans sa qualité socialisatrice et éducative. Parents, enfants, meneurs et chevaux forment un collectif dont la popularité auprès de la population est un garant de la continuité du service. Comme en témoigne un parent d’élève dans la perspective éventuelle d’un changement de gouvernance à la mairie : « je ne vois pas bien comment politiquement on peut l’arrêter […] je ne voudrais pas être à la place de l’équipe qui va supprimer ça ». De fait, même les élus d’opposition ne se risquent pas à proposer la suppression du service hippomobile. La pérennité du système à Vendargues nous permet cependant d’affirmer que l’étude de ce tiers-lieu particulier nous offre des informations valables sur les conditions de son fonctionnement, pour inspirer d’autres communes à faire de même.

Conclusion et perspectives

47La proposition que nous avions faite de considérer la calèche comme un tiers-lieu éducatif au sens de Meirieu peut paraître surprenante dans un champ, celui des sciences de l’éducation, où les animaux et la place qu’ils occupent dans la formation des enfants est assez marginale. Pourtant, nous avons découvert et établi en analysant les données recueillies que si la calèche existe comme lieu de socialisation, c’est parce que les humains et les chevaux travaillent ensemble. La présence des chevaux et l’existence d’un lieu collectif partagé, dans lequel se mélangent des enfants de milieux, d’âges, d’origines et d’écoles différentes contribue à la création d’un espace dans lequel l’autonomie et la responsabilité vont de pair, créant des espaces possibles d’échange et de coopération, à la fois entre enfants mais aussi avec les adultes tiers que sont les meneurs et les grooms. Un statut particulier réservé des enfants résidant sur la commune de leur école. Les enfants ont bien conscience que les chevaux travaillent et que leur travail n’est pas facile. Ainsi que l’exprime une petite fille : « ben oui, ils travaillent ! parce qu’ils conduisent la calèche ! et le soir ils reprennent leur travail ».

48C’est dans cet espace de travail que les enfants créent leur petite société, bien conscients de leur statut privilégié par rapport aux autres enfants. Les apprentissages relationnels et de socialisation se font naturellement, et ce passage dans le monde de la calèche marque bien souvent les enfants à vie : dix ans après leur première année de calèche, des lycéens que nous avons rencontrés en parlent encore avec émotion et enthousiasme. Pour certains, ce mode de transport aura rythmé leur quotidien de la maternelle au CM2. Même au collège, ils montent parfois à l’avant de la calèche pour discuter avec les meneurs lorsque ceux-ci les croisent dans la ville et les invitent à monter. L’avenir révèlera les impacts éducatifs de long terme sur la construction de ces enfants et leur devenir. A un moment où nos relations de travail avec les animaux domestiques sont radicalement contestées par certains, il est crucial de rappeler le rôle qu’ils jouent dans nos vies et le monde d’entraide et de coopération que nous pouvons construire grâce à eux.

Haut de page

Bibliographie

Castra, M. (2013). Socialisation. Dans S. Paugam (dir.). Les 100 mots de la sociologie. PUF (p. 97-98).

Connac, S. (2017). Philippe Foray (2016). Devenir autonome, apprendre à se diriger par soi-même. Éditions ESF. Éducation et socialisation. Les Cahiers du CERFEE, 43. https://doi.org/10.4000/edso.2033

Cordhilhac, C. et Lefebvre S. (2011). La traction animale dans les collectivités territoriales bas-normandes. Equi-Ressources/Région Basse Normandie.

Deneux-Le Barh, V. (2020). Les chevaux de sécurité publique : des professionnels ? Économie rurale, 374(4), 91-106.

Duriez, J.L. et Fouquet, E. (2012). Évaluation du potentiel de développement du cheval territorial au plan national (rapport n°12020). Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux.

Foray, P. (2017). Autonomie. Le Télémaque, 51, 19-28.

Haraway, D. (2010). Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires. Éditions de l’Éclat.

Kropotkine, P. (2002). L’entraide. Éditions Tops/H. Trinquier. (Ouvrage original publié en 1919.)

Linot, O. (2014). Le cheval au service de la ville. Éditions Rue de l’Échiquier.

Meirieu, P. (2013). Pédagogie, des lieux communs aux concepts clés. ESF Editeur.

Meirieu, P. (2015). Comment aider nos enfants à réussir, à l’école, dans leur vie, pour le monde. Bayard.

Meirieu, P. (2018). Pédagogie. Le devoir de résister - Nouvelle édition. ESF Sciences Humaines.

Meirieu, P. (2021). Dictionnaire inattendu de pédagogie. ESF Sciences humaines.

Michel, F. (2011). Introduction. Dans C. Xypas (dir.) Le tiers éducatif. Une nouvelle relation pédagogique : Figures et fonctions du tiers en éducation et formation. De Boeck Supérieur (p. 13-18). https://doi.org/10.3917/dbu.xypas.2011.01.0013

Morel, E. (2012 décembre). Étude technico économique de faisabilité pour la mise en place d’un service hippomobile dans la ville de Caen. Note de synthèse CNCT (Commission Nationale des Chevaux Territoriaux). https://chevauxterritoriaux.wordpress.com/etudes/

Périer, P. (dir.) (2014). L’autonomie de l’élève : émancipation ou normalisation. Recherches en éducation, 20. https://doi.org/10.4000/ree.7675

Michel, F. (2011). Introduction. Dans : Constantin Xypas (dir.), Le tiers éducatif. Une nouvelle relation pédagogique : Figures et fonctions du tiers en éducation et formation (p. 13-18). De Boeck Supérieur. https://doi.org/10.3917/dbu.xypas.2011.01.0013

Mulier, C. et Porcher J., (2022). Le service hippomobile de Vendargues : un collectif de travail interspécifique. Natures, Sciences, Sociétés, 30(1), 31-45.

Porcher, J. (2011). Vivre avec les animaux. Une utopie pour le 21ème siècle. La Découverte.

Porcher, J., Nicod, S (2019). Domestication and animal labour. Dans C. Stépanoff et J. D. Vigne (dir.), Hybrid communities: biosocial approaches to domestication and other trans-species relationships. Routledge (p. 251-259).

Serres, M. (1991). Le tiers-instruit. Gallimard.

Warchol, N. (2012). Responsabilité. Dans M. Formarier (dir.), Les concepts en sciences infirmières - 2ème édition. Association de Recherche en Soins Infirmiers (p. 271-272). https://doi.org/10.3917/arsi.forma.2012.01.0271

Haut de page

Notes

1 Programme financé par l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation et du Fonds Eperon.

2 La ville de Vendargues se trouve dans l’Hérault, en périphérie de Montpellier, et compte 6600 habitants.

3 http://meirieu.com/DICTIONNAIRE/TRANSMISSION.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Mulier et Jocelyne Porcher, « La calèche hippomobile : un tiers lieu éducatif ? »Éducation et socialisation [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/edso/20105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.20105

Haut de page

Auteurs

Chloé Mulier

Chercheur indépendante sur les relations humains-animaux, Chercheur associée UMR Innovation, INRAE, Montpellier, France - eqipona@gmail.com

Jocelyne Porcher

Directrice de recherche, INRAE, UMR Innovation, Montpellier, France - jocelyne.porcher@inrae.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search