Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Notes de lectureBergier, B. (2022). Retours gagna...

Notes de lecture

Bergier, B. (2022). Retours gagnants. De la sortie sans diplôme au retour diplômant. Peter Lang.

Thérèse Perez-Roux
Référence(s) :

Peter Lang, Exploration.

Texte intégral

1Dans son livre intitulé Retours gagnants. De la sortie sans diplôme au retour diplômant et publié chez Peter Lang en 2022, Bertrand Bergier s’intéresse au parcours des élèves qui, après être sortis du système scolaire sans diplôme, décident de revenir vers la formation scolaire ou professionnelle. L’ouvrage est organisé autour d’une question : « À quelles conditions des jeunes (16-30 ans) ayant quitté l’école sans diplôme, y retournent, s’y maintiennent et obtiennent leur premier titre académique ? » (p. 9).

2L’introduction situe bien les enjeux d’un tel travail de recherche : dépasser le risque de catégorisation des « décrocheurs » ou des « raccrocheurs » en délimitant la population des « faisant retour » aux dispositifs institutionnels dédiés. Au-delà de dénominateurs communs tournant le dos à la variété des parcours singuliers de ces jeunes, il s’agit de prendre également en compte les expériences, les acquisitions, les réappropriations qui permettent l’amorce de projets. L’auteur refuse de se laisser enfermer « dans l’opposition entre approches objectivistes asséchantes et approches subjectivistes aveuglantes » (p. 14). Il défend une méthode combinée, dans laquelle l’étonnement reste le moteur : « N’est-il pas curieux de voir des jeunes qui étaient pour certains dans une relation d’étrangeté sinon d’hostilité à l’école, qui avaient rompu avec celle-ci […], revenir aux études, s’y tenir, et obtenir une première diplomation ? L’improbable incarné constitue une figure stimulante en sociologie, elle est celle de l’énigme à résoudre » (p. 12). C’est cette énigme que Bertrand Bergier tente de décoder, en amenant le lecteur à lever le voile sur un ensemble de facteurs éclairant ces « retours gagnants ».

3L’ouvrage, organisé à partir de la temporalité du processus étudié, est structuré en cinq parties. Au-delà de l’adossement à des travaux scientifiques existants, Bertrand Bergier réussit le dialogue entre données quantitatives (questionnaire), et données qualitatives (paroles des jeunes) venant soutenir, souligner ou spécifier tel ou tel élément ayant participé à l’arrêt de la scolarité ou à la reprise d’études, en le contextualisant. Ainsi, le premier chapitre traite de la sortie non diplômante de l’école, en mettant en relief une pluralité de facteurs ayant conduit à la décision de quitter le système scolaire. Sur les 67 motifs recensés au fil de récits puis mobilisés dans le questionnaire (n=215), les problèmes d’orientation (par défaut, subie, vécue comme un déclassement ou donnant le sentiment d’être perdu) restent prépondérants. Sont également évoqués des problèmes de sens donné aux apprentissages et de décalage avec les attendus d’une « école qui saoule », ainsi que l’absence ou quasi absence de travail personnel. L’ouvrage met en relief de nombreuses analyses croisées aidant à comprendre les facteurs fréquemment associés lorsque le jeune quitte l’école, ainsi que des motifs de sortie socialement différenciés : importance de la profession et des bagages académiques des parents, différences liées au genre dans les motifs de décrochage, niveau d’études atteint au moment de l’arrêt, vont jouer un rôle dans le projet de revenir aux études et dans la manière dont chacune s’organise, bricole, tâtonne, se saisit d’opportunités pour y parvenir.

4La « période hors les murs de l’école » constitue donc le chapitre 2. Ce temps, plus ou moins long, est finement investi par l’auteur car « le décrochage avéré ne scelle pas la carrière académique » (p. 88). L’étude montre que, dans les secteurs du marché ouverts aux non diplômées, les 2/3 des enquêtées trouvent une ou plusieurs activités professionnelles qu’ils ou elles jugent positive(s). Au-delà de l’autonomie que procure un salaire même modeste, ces expériences permettent des apprentissages techniques et sociaux liés à l’emploi, de nouvelles formes de sociabilité (collègues, clients, employeur) et une structuration du quotidien, notamment au niveau des horaires à respecter. D’autres jeunes revendiquent une forme d’oisiveté, dans laquelle le temps libéré permet d’investir l’ici et maintenant, loin des problèmes d’ordre cognitif ou relationnel associés à l’école. Quoi qu’il en soit, cette période peut faire émerger une disposition critique par rapport à ce qui se vit : contexte professionnel aliénant, ennui et isolement liés à une forme de désœuvrement, changement des conditions d’existence et nouveaux rôles sociaux (accès la parentalité par exemple). Si les pouvoirs publics cherchent à réduire l’incertitude pour « agir sur » celles et ceux qui ne sont ni au travail, ni en formation, avec des dispositifs proposés/encadrés par des acteurs du conseil, du soutien ou du soin, l’auteur constate que 6 jeunes sur 10 n’ont pas recours à ces dispositifs et restent donc difficilement repérables. Les raisons semblent à la fois d’ordre dispositionnel (certains jeunes, peu soutenus dans leur scolarité ou sur le plan familial, ont appris à compter d’abord sur eux-mêmes) et d’ordre contextuel : les jeunes ayant un emploi, se tiennent à distance des dispositifs, préférant des identifications informelles (entourage familial ou amical) ou formelles, de la sphère récréative (milieu sportif, associatif) et/ou du monde du travail. Ainsi, la discontinuité scolaire n’interrompt pas le processus de socialisation et ouvre d’autres perspectives, tout en restant marquée socialement.

5Le troisième chapitre s’intéresse à « ce qui favorise le retour aux études ». À partir des récits de parcours des 215 interviewés, l’auteur identifie 50 facteurs, soumis ensuite à chaque jeune dans le cadre d’un questionnaire. Si le retour est motivé par plusieurs facteurs, trois d’entre eux soutiennent plus fortement cette démarche : le fait d’être encouragé à reprendre des études par l’entourage amical et familial, l’accès possible à une formation qui fait sens pour le jeune, notamment au niveau des contenus proposés et la projection au-delà du premier diplôme préparé. De nombreux jeunes évoquent le rôle des « passeurs » (professionnel de l’orientation, membre de l’entourage, médias) pour renouer avec une formation diplômante, connaître l’existence d’un dispositif ou d’une structure. L’ouvrage met en avant l’influence des « autrui significatifs » (Mead, 1963) tels que la famille, les amis, un enfant né ou à naitre), dans le retour en formation et la prise de distance avec des formes de socialisations antérieures ayant participé à l’arrêt des études. Les conditions d’existence associées à l’absence de diplôme viennent parfois activer le désir de reprise en main de son parcours, favorisant pour le jeune un rapport valorisant à soi. L’auteur note l’évolution de la prise en compte, par le politique, du décrochage scolaire et revient sur les politiques de compensation mise en œuvre à partir de deux orientations : la première, privilégiant l’insertion sociale et professionnelle, s’inscrit dans une logique de discontinuité et cherche à établir un rapport de proximité avec le monde du travail ; la seconde relève d’une logique de continuité en permettant le retour aux études, y compris dans des établissements proposant un projet alternatif. Pour autant, certaines reprises d’étude empruntent des voies non dédiées aux décrocheurs et ne peuvent être comptabilisées parmi l’ensemble des dispositifs répertoriés pour lutter contre le décrochage.

6Les conditions du maintien aux études sont abordées dans le quatrième chapitre, indiquant que la persévérance scolaire est plurifactorielle. Ainsi, les résultats de l’enquête font émerger 14 facteurs de maintien parmi lesquels l’offre de formation (contenus, intérêt), l’engagement des enseignants ou formateurs (à l’écoute, donnant confiance, aidant à surmonter les difficultés d’apprentissage), la relation entre/avec les pairs, le soutien de l’entourage et les conditions d’apprentissage offertes à ces jeunes obtiennent les scores les plus importants. Si certains facteurs dispositionnels qui ont présidé à la reprise d’études (croire en ses capacités d’apprentissage, se projeter au-delà du premier diplôme convoité) ont besoin d’être confortés, les facteurs contextuels (conditions concrètes d’existence) ayant permis la prise de risque liée au retour nécessitent d’être maintenus pour installer la reprise dans la durée. Le maintien aux études dépend également de facteurs socio-cognitifs et socio-affectifs, liés notamment à l’évaluation (notes et appréciations encourageantes). Notons qu’au-delà des conditions de reprise et de persévérance, l’ouvrage s’intéresse aux retours qui n’ont pu se réaliser.

7Ainsi, le cinquième chapitre traite des « retours et maintiens avortés ». Comme l’indique Bertrand Bergier : « ces tentatives infructueuses témoignent de la complexité de ces parcours et des réversibilités toujours possibles » (p. 179). Parvenir aux épreuves académiques avant même de les réussir constitue le premier problème. Le parcours de ceux qui ont réussi s’inscrit dans la continuité : sens des études retrouvé grâce à un projet académique ou professionnel, continuité du lien affectif (soutien des proches). Pour les autres, la méconnaissance, l’inadéquation ou l’inaccessibilité de l’offre font obstacle au retour et conduit à des formes de renoncement. D’autre part, la forme scolaire mais également des difficultés d’organisation du travail, des lacunes importantes dans une matière, des désillusions concernant le terrain d’apprentissage ou les contenus enseignés constituent autant d’obstacles au maintien et génèrent une forme de résignation apprise, c’est-à-dire la conviction, pour le jeune, de ne pas avoir les aptitudes requises pour réussir. Enfin, le relatif isolement de ces jeunes ne leur permet pas de bénéficier de l’aide d’un enseignant ou de pairs sur lesquels ils pourraient s’appuyer pour surmonter leurs difficultés.

8La conclusion proposée par Éric Flavier contextualise le travail produit par Bertrand Bergier et met en relief sa puissance et son intérêt. Au terme de la lecture, l’ouvrage nous apparait à la fois informatif, stimulant et original. Informatif car le lecteur peut comprendre les multiples facteurs ayant contribué à l’arrêt de la scolarité mais également ceux qui vont favoriser le retour aux études, en s’attardant sur l’entre-deux que constitue la période entre la sortie et le retour. Stimulant dans la mesure où Bertrand Bergier dépasse le constat d’échec souvent associé au décrochage scolaire et s’intéresse à la réussite possible, après une période transitoire, de celles et ceux qui se donnent - et auxquelles le système donne- une nouvelle chance. En effet, pour certaines élèves, le passage « hors les murs de l’école » ouvre de nouvelles perspectives et montre que le parcours n’est pas entièrement déterminé. Original dans le sens où l’approche choisie étudie les processus de socialisation dans différents espaces familiaux, sociaux et professionnels et met la focale sur la manière dont les jeunes suivis dans l’étude se projettent et décident de leur orientation, comme des acteurs en capacité de se reprendre en main, d’opérer un « retour gagnant », de réinterpréter leur parcours et ses turbulences.

9L’ouvrage rend compte d’une dynamique à plusieurs niveaux. Tout d’abord, sur le plan méthodologique, l’auteur réussit à articuler finement données quantitatives et qualitatives avec le souci de ne pas s’enfermer dans des conclusions hâtives sur la puissance et la pérennité de ces retours en formation. D’autre part, si les multiples facteurs à l’origine de ce mouvement sont analysés, ils restent arrimés au sens que le sujet donne à son parcours, aux rencontres significatives, aux contextes traversés (dont celui du travail réel), à la construction de nouvelles compétences. Enfin, les extraits d’entretiens donnent à comprendre la manière dont chaque jeune découvre ses potentialités, construit et/ou mobilise des ressources plurielles pour agir et s’engager dans un projet de retour aux études.

10En s’appuyant sur leurs expériences sociales (parfois professionnelles), sur des « autrui significatifs » ou des personnes ressources qui ont pu ouvrir de nouvelles perspectives, ces jeunes sortis brutalement du système scolaire réinterprètent leur parcours et sont en capacité de se projeter dans l’avenir.

11Ainsi, l’ouvrage pourrait également être abordé sous l’angle des dynamiques identitaires et des multiples transactions à l’œuvre pour trouver sa place et donner du sens à sa vie, sans préjuger de la pérennité du processus engagé pour réussir ce « retour gagnant ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Perez-Roux, « Bergier, B. (2022). Retours gagnants. De la sortie sans diplôme au retour diplômant. Peter Lang. »Éducation et socialisation [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/edso/22431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.22431

Haut de page

Auteur

Thérèse Perez-Roux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search