Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Notes de lecturePerrot, M. (2023) Le Temps des fé...

Notes de lecture

Perrot, M. (2023) Le Temps des féminismes, avec Eduardo Castillo. Grasset.

Jacqueline Fontaine
Référence(s) :

Grasset

Texte intégral

1Michelle Perrot est une grande figure de l’histoire des femmes et du genre dont elle est une des pionnières et parmi les plus reconnues dans le milieu universitaire. Son livre Le Temps des féminismes nous guide, nous éclaire en explorant les différentes facettes du féminisme au cours du temps et se décline en huit chapitres : essai d’ego-histoire, écrire l’histoire des femmes, un patriarcat persistant, brève histoire du féminisme, du corps au genre, l’universel débat : « Me Too » du singulier au collectif, en guise de conclusion : Allegro, ma non troppo.

2Cet ouvrage d’histoire des femmes articule avec distanciation le récit autobiographique et la théorie qui prend en compte les nouvelles difficultés des femmes et des hommes dans la société d’auiourd’hui. Nous rencontrons les grandes figures du féminisme (Olympe de Gouges, Hubert Auclert, Marguerite Durand, etc.) et les résistances du patriarcat.

Le devenir femme et le devenir féministe

3Michelle Perrot a longtemps refusé d’évoquer sa propre vie. Cette fois, elle lui consacre, dans une trentaine de pages, un chapitre qu’elle intitule « essai d’égo-histoire ». Son autobiographie éclaire lectrices et lecteurs sur son cheminement intellectuel. Pour comprendre sa réflexion sur le féminisme, dont la (re)lecture du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir fut le déclencheur pour ses recherches sur la condition féminine, il est nécessaire de cerner ses engagements personnels. Pour elle, « le féminisme ne se veut pas seulement comme un mouvement de protestation, c’est une pensée. Le féminisme veut penser autrement, pour agir autrement au niveau politique et légal [...] dans l’organisation quotidienne de la vie, dans la contestation des rôles et de la volonté masculine ».

4Michelle Perrot est née en 1928 dans une famille de la bourgeoisie parisienne. Son père était négociant en cuir dans le quartier des Halles. C’est lui qui l’encourage à faire des études, lui qui n’a pas pu continuer les siennes après son retour de la Première guerre et surtout lui conseille de travailler et « de ne pas se mettre trop tôt un homme sur le dos ». Elle se mariera à 25 ans avec un collègue historien.

5Sa mère est la fille d’un ingénieur de la ville de Paris. Elle a fréquenté le cours Fénelon jusqu’à la mort de sa propre mère. À 15 ans elle quitte l’école pour tenir la maison paternelle et s’occuper de ses deux frères.

6À cette époque, c’était le destin, la norme, pour une orpheline : remplacer sa mère en cas de décès, y compris dans la bourgeoisie parisienne ! Cette jeune femme était très douée dans les domaines artistiques : dessin, peinture. Après son mariage elle va travailler avec son mari.

7Ce couple amoureux et leur fille ont une vie mondaine. Ils sortent beaucoup, fréquentent les théâtres, les courses de chevaux à Saumur, aiment les voitures de courses et son père lui fait découvrir la littérature américaine.

8Enfant, puis adolescente, la jeune fille est inscrite au Cours Bossuet, catholique traditionaliste, où elle se rend toujours accompagnée, par souci de sécurité, depuis sa maison. L’établissement est tenu par des religieuses, qui ont des discours culpabilisants : « La France est coupable, vos parents n’ont pas eu assez d’enfants, voilà la raison de la défaite... ». Lors d’une conférence faite « aux dames » (c’est-à-dire aux mères des élèves) par le père Léonce de Grandmaison, il leur avait dit : « une femme doit être levée la première et couchée la dernière ».

9Ce qui va révolter sa mère. La petite fille devient très croyante, ce qui inquiète ses parents qui ne sont ni croyants, ni pratiquants ; elle entend parler de la classe ouvrière, par les prêtres ouvriers. Les soucis financiers d’un père dépressif viennent se greffer sur des problèmes de santé de l’adolescente qui doit rester allongée sur une planche, pour soigner sa scoliose.

10Son baccalauréat obtenu, elle choisit de s’inscrire à la Sorbonne en histoire. C’était magnifique pour elle. Ce fut une période extraordinaire dans ce lieu du savoir. Plus de discours culpabilisants, terminée la période d’intense foi religieuse, plus de soucis de santé... Qu’importe que les professeurs, tous des hommes, ouvrent le cours en disant : « Bonjour Messieurs ».

11Ses rencontres intellectuelles décisives avec des professeurs à la Sorbonne, dont Ernest Labrousse, vont lui permettre de faire les recherches qu’elle souhaite et ce même Labrousse lui proposera d’être son directeur de thèse puis de devenir son assistante.

12En 1950, l’égalité n’existait pas encore mais les filles célibataires avaient plus de droits que les femmes mariées. Michelle Perrot raconte : « quand j’ai commencé à enseigner, mon salaire a été versé sur mon compte-chèques. Après mon mariage, en 1953, il a fallu que mon mari signe les chèques. Ça le faisait rire, lui qui était un homme égalitaire ». Mais ce ne sera pas le cas dans tous les couples. La domination masculine, comme le diable, se cache dans les détails.

13Le slogan de Gisèle Halimi « On ne naît pas féministe, on le devient » l’enthousiasme. Comment la jeune femme l’est-elle devenue ? C’est dans les années 1970 qu’elle prend conscience de sa solidarité avec les autres femmes. Elle qui se définit, dans les premières pages de cet ouvrage, comme historienne et féministe. Le « et » a toute son importance : l’histoire dit-elle est « un art » avec une exigence de vérité. Le féminisme est « un mouvement ». Pour l’auteur, « l’histoire des femmes est le regard des représentations. Les questions changent au cours des années, les ressources littéraires sont variées et éclairent sur la condition des femmes (La Fontaine, la comtesse de Ségur, George Sand). L’histoire est un investissement de compréhension, de recherche de la vérité. L’historien est un médiateur de la parole. L’histoire n’est pas « au service de ». Michelle Perrot souligne à la fois la condescendance masculine vis-à-vis de recherches jugées peu scientifiques et les difficultés des femmes à assumer la transmission. Elles ne laissent que peu de traces.

14La jeune chercheuse va vivre une expérience qui la conforte dans sa position intellectuelle. Lorsqu’elle a voulu s’intéresser aux ouvriers, c’était parce que la question sociale était primordiale. Mais contrairement aux communistes, elle ne voulait pas faire une hagiographie du monde ouvrier. Elle rédige un document sur la grève de Decazeville en 1836 pendant laquelle un ingénieur est tué par les ouvriers qui le défenestrent. Ils n’expriment aucun regret et prétendent avoir « tué l’exploiteur », transformant sa mort en haut fait du mouvement ouvrier. Dans le texte elle avait noté que «  ors de leurs réunions au cabaret, les ouvriers buvaient trop, qu’ils étaient parfois pris de boisson ». Si le directeur des éditions sociales, Robert Brécy, approuve le texte, « les communistes ont déclaré que je devais retirer mon observation ». Elle souligne : « J’avais vaguement critiqué Lénine, ce qui était impardonnable ». Elle refusera de modifier ce texte qui ne sera jamais publié et sera déposé aux Archives nationales. Elle précise qu’elle a été membre du Parti Communiste Français (PCF) en 1955 pendant un an. Soulignons l’intégrité intellectuelle de l’autrice qui préfère renoncer à une publication, plutôt que de trahir ses idées.

Les années 1970 : l’histoire du féminisme

15Étudier l’histoire de la scolarisation des filles révèle qu’il existe « une ligne de démarcation », entre le permis et l’interdit : jusqu’à la loi Camille Sée sous la IIIe République, les filles n’avaient pas accès à l’enseignement secondaire public. Seuls les lycées de garçons préparaient au baccalauréat. Grâce à l’impératrice Eugénie et au ministre Victor Duruy, Julie Daubié fut la première à obtenir son baccalauréat. Elle a pu s’inscrire à l’université, à la faculté de droit, discipline qui a été une citadelle longtemps réservée aux hommes, comme le prouve cette anecdote : un professeur de la Faculté de Paris, Gustave Cohen, interrogé le 4 janvier 1930 dans les Nouvelles Littéraires, sur la plus grande révolution depuis la guerre, répond : « C’est l’invasion par les femmes de l’université. [...] On se demande avec inquiétude si, après avoir été jadis nos maîtresses, elles ne vont pas devenir nos maîtres ». Il faut attendre de 1900 pour que Jeanne Chauvin et Sonia Balachowsky-Petit deviennent avocate et médecin. À Paris, Madeleine Brès (originaire du Gard) fut la première femme médecin française en 1875. Le titre de sa thèse, De la mamelle à l’allaitement, souligne les domaines des sujets féminins en médecine. Elle mourra dans la misère à Montrouge !

16Au printemps 1973, avec Pauline Schmitt, Fabienne Bock, Michelle Perrot va créer un cours à l’université de Jussieu (Paris VII) intitulé « Les femmes ont-elles une histoire ? ».

Le poids de la religion - Le corps féminin

17L’argument à partir duquel les hommes ont toujours voulu dominer les femmes, c’est « le ventre fécond ». C’est un pouvoir immense, ce qui explique QUE l’inégalité des sexes remonte à l’origine du monde et que les hommes voient dans les femmes un appareil reproductif pendant de longs siècles. Françoise Héritier et son concept de « valence différentielle des sexes » engagent des discussions entre historiens et anthropologues. L’appropriation du corps féminin est à l’origine de la hiérarchie pendant des siècles de la domination masculine. Il est de coutume de dire, et cela ne choque personne, « qu’un homme honore sa femme » dont le travail est celui d’enfanter.

18La domination masculine a été entérinée par les religions qui prônent une forme de domination sur les femmes et s’appuient pour cela sur le consentement des femmes valorisées dans leur féminité. Ainsi, être « Enfant de Marie » était une gloire, malgré tous les interdits engendrés par cette appartenance (ne pas aller au bal, par exemple). Se libérer des religions fait partie de la lutte féministe. L’église est dirigée par les hommes et, dans la religion chrétienne, on a toujours pensé Dieu au masculin. Les couvents sont des lieux de pouvoirs féminins, mais toujours sous la domination cléricale masculine (pensons à Héloïse). Dans l’église catholique, à ce jour, aucune femme n’a encore été ordonnée prêtre.

19La France n’a reconnu le droit de vote aux femmes qu’en 1944. La loi sur la Parité a été promulguée en 2000. L’organisation vie privée/vie publique est un principe fondamental de la vie sociale : aux hommes la vie publique, aux femmes le gynécée. La femme n’est-elle pas surnommée « le ministre de l’intérieur » ? Elles n’osent pas aller seule au café : Michelle Perrot cite l’exemple de sa mère qui n’est jamais rentrée seule dans un café. Question d’éducation !

20Les interdits jalonnent l’existence des femmes et l’histoire de leur émancipation est liée à celle de leur éducation. « On ne naît pas soumise, on le devient ». À partir des recherches d’Alain Corbin et de Georges Vigarello, nous mesurons comment le corps féminin a été appréhendé, représenté, avili, méprisé.

21Après 1968, la Sorbonne devient un lieu de savoir innovant. Étudiants et enseignants sont à la recherche de formes d’enseignement nouvelles avec pour mot d’ordre : « Organisez ! Créez ! ». C’est une période de travail intense, de l’expérience de l’amitié féminine. Un autre monde que le cours Bossuet ! L’art de dialectique se développe dans ce milieu intellectuel en pleine ébullition.

22Les hommes sont descendus de leur piédestal qui avait été concrétisé dans le Code civil de 1804, modifié en 1970, qui annonce le début des années des grands bouleversements sociétaux : année 1970, la mixité scolaire est effective à tous les niveaux de l’enseignement ; la loi Neuwirth autorise la contraception en 1970, le député sera accusé « de transformer la France en bordel » selon ses adversaires politiques, souligne l’autrice. C’est dire la résistance masculine. La loi Veil et l’autorisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) en 1976 rencontreront les oppositions masculines et également féminines.

23Désormais les femmes disposent de leur corps, de leur sexualité : « Des enfants, si je veux et quand je veux ». Cette liberté liée à l’importance du corps dans le destin des femmes rencontre l’opposition masculine. L’indépendance, c’est la liberté de choisir. La loi qui fait du viol un crime attend les années 2020, la dernière version date du 29 janvier 2023. La loi centrée la Parité attendra 2000.

24L’historienne analyse, au niveau théorique, sans discours péremptoire, les nouveaux concepts qui, ces dernières années, nous arrivent des États Unis et suscitent les débats intellectuels, politiques : « woke », qui signifie rester éveillé, a été pour la première fois employé par Martin Luther King, et qui est repris en France; la« cancel culture » qui signifie effacement, retrait, suppression et qui ne correspond pas à une attitude d’historien ; l’intersectionnalité mise à jour par Kimberlé Crenshaw, juriste américaine, qui met à jour une double différence de race et de genre. « MeToo » est un mouvement qui s’est développé en 2017 pour dénoncer toutes les formes de harcèlement et brise le silence des victimes. Le consentement est au cœur de tous les débats. Le retentissement va de pair avec la présence de personnes connues. Les réseaux sociaux participent à la massification du mouvement.

25Michelle Perrot souligne qu’il n’est pas facile d’être un homme aujourd’hui et que « le fait d’être une victime n’autorise pas tout », que « les femmes n’ont pas toujours raison et rien n’est acquis. La présomption d’innocence doit être respectée ».

26Dans ce domaine rien n’est jamais définitif, tournons notre regard vers les États-Unis où l’avortement est interdit dans de nombreux états. Les victoires féminines suscitent les résistances masculines. Les femmes doivent aussi payer le prix de leur liberté, par exemple 80% des familles monoparentales sont gérées par les femmes. Quant aux hommes, ils se sentent dépossédés de leurs prérogatives.

27« Face à quelqu’un, ma position n’est pas conflictuelle, elle est plutôt d’entendre et de comprendre les différences » et précise l’autrice : « On oublie que les femmes ont une histoire longue, parce qu’on ne la raconte pas ».

28Pour conclure nous retiendrons ces paroles de Michelle Perrot : « Le féminisme est une manière de révolution dans les rapports sinueux entre les sexes, ombreux, obstinés vers l’égalité, la liberté et l’amour ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Fontaine, « Perrot, M. (2023) Le Temps des féminismes, avec Eduardo Castillo. Grasset. »Éducation et socialisation [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 03 mars 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/edso/22944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.22944

Haut de page

Auteur

Jacqueline Fontaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search