Navigation – Plan du site
Dossier
Contextes pédagogiques et enjeux institutionnels

La collaboration chercheurs – praticiens à l’épreuve du mécanisme du bouc émissaire.

Rémi Casanova

Résumés

Notre texte interroge, dans une analyse réflexive et expérientielle, les relations entre chercheurs et praticiens dans leurs interactions évolutives au cours d’une recherche collaborative sur le thème des pratiques professionnelles dans le cadre de la mise en place d’une pédagogie institutionnelle à l’échelle d’une école nationale du service public.
Il pose comme hypothèse que la recherche collaborative peut devenir le terreau favorable à la rivalité mimétique, ferment du développement du processus du bouc émissaire. Il pose comme hypothèse corolaire que les tabous liés à la recherche et à la vie du groupe alimentent le mécanisme du bouc émissaire.
Le texte accompagne alors le processus du bouc émissaire dans son développement, étape après étape, énonce les tabous groupaux et dessine les contours des figures du bouc émissaire. Il conclut par la nécessité de passer de la rivalité à la complémentarité.

Haut de page

Texte intégral

 Introduction : la collaboration au risque du bouc émissaire

  • 1 Nous entendons ici par praticiens tous les acteurs qui ne relèvent pas de la catégorie des chercheu (...)
  • 2 CERBERES : Collectif d' Étude et de Réflexion sur le Bouc Émissaire Réel Et Symbolique, groupe ratt (...)

1Le texte que nous rédigeons ici interroge les relations entre chercheurs et praticiens dans leurs interactions évolutives au cours d’une recherche collaborative. Nous posons comme hypothèse que la recherche collaborative peut devenir le terreau favorable à la rivalité mimétique, ferment du processus du bouc émissaire. Ce texte n’est pas directement une recherche sur le phénomène du bouc émissaire. Il est une analyse réflexive sur ce que des chercheurs et des praticiens1 ont vécu lors d’une recherche collaborative étudiant la mise en place d’une pédagogie institutionnelle à l’échelle d’un dispositif de formation (Casanova, 2012). Nous nous proposons donc de décrire le contexte de cette recherche collaborative. Notre travail prend comme grille de lecture et d’analyse méthodologique les théories du bouc émissaire telles que les entend le CERBERES2, sur la base de la définition qu’il a élaborée : « le bouc émissaire est un processus de réconciliation momentanée fondé sur l’exclusion et la substitution » (2014). Selon nous, quelles que soient la méthodologie mise en œuvre et les postures intentionnelles des chercheurs, le phénomène du bouc émissaire se développe autour de deux éléments intrinsèques à ce mécanisme : la rivalité mimétique et les tabous groupaux.

  • 3 Elle n’ira pas jusqu’à la réconciliation du groupe par l’exclusion d’un bouc émissaire car la régul (...)

2La réflexivité est partie prenante du dispositif méthodologique initial. Ce dernier intègre des procédures de régulation. Il définit et garantit, en les interrogeant, les places, rôles, fonctions, statuts des différents acteurs de la recherche. La collaboration initiale génère pourtant la rivalité mimétique3. C’est cet aspect que nous allons développer à travers les premières étapes du mécanisme du bouc émissaire. Mais ce travail consiste aussi à constater les effets miroirs des différents dispositifs. Au regard de la problématique de la rivalité, trois niveaux sont alors à considérer, en eux-mêmes et dans leurs intersections : celui des stagiaires, celui des formateurs et celui des chercheurs ; le positionnement et le déplacement de cette rivalité est aussi à considérer.

3La collaboration, tant au sein des dispositifs de formation que de recherche, n’apparaît alors pas comme un des garants absolus contre le phénomène du bouc émissaire. Mal comprise, mal vécue, elle pourrait même les développer.

Les rivalités mimétiques et les tabous au cœur du mécanisme du bouc émissaire

  • 4 René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, Paris, 1961.
  • 5 Charles Ramond dans son vocabulaire de René Girard (2005) donne plus de dix passages à travers cinq (...)
  • 6 Maria Stella BARBERI (dir.), La spirale mimétique, dix-huit leçon sur René Girard, Paris, Desclée d (...)
  • 7 En effet, René Girard écrit : « les psychiatres et psychanalystes déchirent en mille morceaux inuti (...)

4La rivalité mimétique exprime l’idée de l’imitation comme instigatrice des relations humaines et institutionnelles. Cette intuition est présente dès les premiers écrits de René Girard, refondateur moderne de la théorie du bouc émissaire4. Il les explicite à de très nombreuses reprises sous la forme de la « théorie mimétique »5. Dans « La spirale mimétique »6, des chercheurs et universitaires, français et étrangers, font un inventaire de tous les champs ouverts par la théorie mimétique et montrent son extrême actualité. Il s’agit ainsi de poser que le désir humain est mimétique. Lorsque la distance culturelle, géographique ou institutionnelle entre l’imitateur et le modèle devient dérisoire, ils éprouvent le désir des mêmes objets. Certains objets de désir se laissent partager : ils provoquent de la sympathie entre les protagonistes. Il y en revanche des objets qui ne se laissent pas partager, car on y est trop attaché : ils génèrent de la rivalité. Charles Ramond (2014, p. 7) remarque d’ailleurs que « la pensée (...) se trouve chez Girard en parfaite adéquation avec la réalité la plus ordinaire, celle qu’on peut observer tous les jours en soi ou autour de soi ». Stéphane Vinolo (2011, p. 66) montre en creux en quoi le mimétisme, intuition géniale pour les uns, est réduction voire simplisme de la pensée pour d’autres7. Il dévoile par ailleurs, liant différence et ressemblance, une des caractéristiques premières de la construction du bouc émissaire au cœur de cette recherche, et peut alors évoquer « la pleine logique paradoxale du désir mimétique qui fait que c’est en voulant se distinguer que les individus sont contraints rationnellement de s’imiter les uns les autres » (2010, p. 63). Bernard Gaillard, psychologue, s’inscrit également dans cette optique :

« l’humain est aussi pris dans la question de son désir, mais celui-ci est un désir mimétique. Le désir est rivalité. C’est dans ce contexte que l’émergence du bouc-émissaire est à comprendre (…) présentant plusieurs temporalités et dégageant plusieurs figures possibles » (2017, p. 154).

5Le tabou représente quant à lui l’indicible voire l’impensable des groupes. Sa préservation est la garantie de la survie des collectifs. Il est l’objet exclu de la vie visible des groupes et des institutions et pourtant présent dans son imaginaire et sa conscience. Le tabou est tout ce qui ne peut être dit, vu, entendu, pensé dans un groupe sous peine de le faire exploser. Le bouc émissaire trouve ainsi ses racines dans l’incapacité pour un groupe à élaborer, exprimer, approcher certains sujets. Cette incapacité est due à la trop forte charge émotionnelle ou idéologique dont est porteur le sujet devenu tabou. En d’autres termes le groupe ne peut concevoir car il est sans voix, il est aveuglé, assourdi, sidéré, par ses émotions et son idéologie. Évoquer le tabou, l’affronter, reviendrait à déclencher une trop forte charge émotionnelle, à heurter l’idéologie du groupe et à travers elle, ses valeurs : certaines choses ne peuvent pas être remises en question, en débat, en cause. L’émotion et l’idéologie deviennent des obstacles à penser et à voir des réalités trop éloignées de ce qui est imaginable, acceptable. Les sujets tabous sont propres à chaque groupe. Aux tabous hérités de l’histoire institutionnelle s’ajoutent éventuellement les tabous créés dans la dynamique hic et nunc de la vie du groupe. Les tabous renvoient ainsi toujours aux mythes originels et ultérieurs que le groupe s’est créé de façon à bâtir un fondement le plus solide possible, qui se veut même dans l’absolu inébranlable, inaliénable, inattaquable… sacré. C’est la raison pour laquelle nous pensons que le tabou se trouve dans le carcan d’une double « -hibition » : il provoque et convoque une inhibition et une prohibition ; l’inhibition de la personne et la prohibition d’un objet. Pour la personne, il s’agit de tenir en soi ce qui ne saurait en sortir sous peine de heurter excessivement le groupe dans son idéologie ou ses croyances. Pour l’objet, il s’agit de tenir éloigné l’objet qui apporterait la discorde ou jetterait l’opprobre (Casanova, 2017, p. 85).

6 La fabrique du bouc émissaire se substitue à l’émergence des tabous groupaux et institutionnels. Elle répond en même temps à la problématique de la rivalité mimétique en passant d’une violence du tous contre tous à une violence du tous contre un. Nous pensons alors que ces deux éléments – rivalité mimétique et tabous groupaux - méritent d’être considérés dès lors que la recherche veut s’interroger sur elle-même.

Méthodologie de la recherche

Fondement de la démarche de recherche-action

  • 8 Ibid.

7Avec Christian Gonzalez-Laporte, il ne nous semble pas inutile d’affirmer dans un premier temps notre volonté méthodologique de relier : « la recherche-action "impliquée" » où la production de connaissances vise à faciliter une dynamique de changement (…) et la recherche collaborative qui poursuit la double finalité de recherche (production de connaissances, de données) et de formation » (2014, p. 3). Cette volonté de reliance porte le risque de la rivalité. En effet, relier indique davantage une intersection qu’une frontière. Le périmètre de croisement étant celui de la rencontre, il porte autant d’espoir qu’il génère de menace de concurrence. L’espace de partage est multiple et implique en effet plusieurs strates institutionnelles complexes car la recherche collaborative est une « démarche d’investigation scientifique multifinalisée » (Lefrançois, R., 1997, p. 82). Nous reprenons alors les termes structurants d’une recherche collaborative proposés par Serge Desgagné : « 1) l’approche collaborative suppose une démarche de coconstruction (...) ; 2) elle joue sur deux registres à la fois, soit celui de la production de connaissances et celui du développement professionnel des praticiens ; 3) elle contribue au rapprochement, voire à la médiation entre communauté de recherche et communauté de pratique » (1997, p. 373). Nous pensons également « que toute activité professionnelle qui entre dans le champ d’action du praticien et dans laquelle ce dernier est susceptible d’exercer sa « compétence d’acteur en situation » pourra donner lieu à une investigation »8.

Développement de la démarche 

8Nous avons alors construit le protocole de recherche sur les bases posées par Richard Lefrançois (1997), considérant comme une nécessité que les praticiens deviennent, à un moment ou à un autre de cette démarche de recherche, les co-élaborateurs de la connaissance à produire liée à l’objet investigué. Etaient alors considérés acteurs de la recherche les chercheurs et les praticiens (institutionnels, formateurs, stagiaires). Les chercheurs étaient au nombre de quatre, deux maîtres de conférence et deux doctorants. Les institutionnels étaient représentés par le directeur des enseignements et de la recherche de l’ENPJJ et de son adjoint directeur de la recherche. Les praticiens étaient des formateurs impliqués dans la formation (quatre personnes) et trois stagiaires, volontaires pour participer à la démarche.

9Le protocole de recherche était rédigé ainsi (p.3) :

« Nous appliquons les principes de la pédagogie institutionnelle à notre démarche de recherche. En symétrie du projet « Pour réussir le concours » qui pose les bases éthiques et organisationnelles de la pédagogie au sein du dispositif de préparation au concours des élèves de la Classe Préparatoire Intégrée, nous posons les mêmes principes. Ainsi, les relations au sein de notre démarche de recherche sont résolument fondées sur la collaboration et la dimension participative de tous. Nous posons que notre collaboration s’appuie sur les principes de pédagogie institutionnelle qui est conçue comme une pédagogie de la médiation, fondée sur l’ordre de la loi symbolique et encourageant le pouvoir instituant des acteurs ». (…) Tous les acteurs de la recherche sont concernés par ces principes, quels que soient leur niveau d’implication organisationnel au sein du projet : stagiaires – formateurs – institutionnels - chercheurs ».

10Il précisait que les chercheurs pourraient investiguer sur simple information donnée le plus tôt possible. Des réunions d’informations et de régulations spécifiques à la recherche étaient prévues toutes les trois semaines, en complément des réunions liées à la formation qui, elles, étaient hebdomadaires. De fait, en fonction des besoins, les réunions liées à la recherche ont été aussi fréquentes que celles liées à la préparation du concours au point de se confondre à certains moments, avant de reprendre leur autonomie. Des entretiens de groupe (au nombre de six) et individuels (au nombre de quinze), semi directifs, sont venus par ailleurs compléter la participation aux diverses réunions et activités. Des discussions informelles, dont le contenu a été consigné sur un journal de bord a également été source de données.

  • 9 Casanova Rémi et Pesce Sébastien, (2010), Pédagogie alternative en formation d'adultes, éducation p (...)

11La recherche a duré huit mois, englobant les cinq mois de présence des jeunes adultes stagiaires. Elle a donné lieu à un ouvrage collectif auquel ont contribué tous les acteurs de la recherche9.

Terrain de la recherche-action : un dispositif de formation de jeunes adultes institué en pédagogie institutionnelle

12Cette recherche collaborative est inscrite dans la vie institutionnelle d’une école du service public. Elle consiste à analyser les processus à l’œuvre au cours d’une formation préparatoire à un concours d’éducateurs. Nous en reprenons ici les grandes lignes par ailleurs exposées dans l’ouvrage collectif mentionné plus haut.

  • 10 Les élèves de la CPI sont, dans le corps de ce texte indifféremment appelés élèves ou stagiaires.

« Entre septembre 2009 et janvier 2010, l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse accueillait la seconde promotion de la « CPI », une « classe préparatoire intégrée » qui s’inscrit dans un projet d’égalité des chances. (…) Ainsi en septembre 2009, une vingtaine de participants10 rejoignait les locaux de l’ENPJJ à Roubaix, pour cinq mois d’intense préparation du concours externe d’éducateur dont les premières épreuves devaient avoir lieu en février 2010. (…) »

  • 11 Ibid., p.197-199
  • 12 MCF HDR, Université François Rabelais de Tours
  • 13 MCF Université de Lille.

13En annexe de cet écrit11, le dispositif pédagogique de la formation était explicité. La recherche est partie intégrante du dispositif dont les garants scientifiques, Sébastien Pesce12 et Rémi Casanova13 sont à la fois universitaires, pédagogues et formateurs d’adultes. Ils sont, comme nous le voyons dans cette présentation, partie prenante du dispositif.

« Voici le projet « CPI », tel qu’il fut présenté et explicité à l’équipe, aux partenaires, aux élèves.

Il s’agit du document mentionné dans le corps du texte et en bibliographie sous la référence : x., Pour réussir le concours, ENPJJ, document interne, 2009.

A) Trois axes d’apprentissage

a) Connaître parfaitement le programme du concours et les attendus du jury. / b) Posséder un esprit réflexif solidement argumenté / c) Etre épanoui et équilibré psychologiquement, physiquement, culturellement.

B) Un accompagnement pédagogique en cercles concentriques

a) Le noyau dur : le directeur, les deux référents. / b) Le premier cercle : le directeur, les deux référents, les cinq tuteurs.

b) Le second cercle : le directeur, les deux référents, les cinq tuteurs, les experts. /d) Le cercle élargi : le directeur, les deux référents, les cinq tuteurs, les experts, les intervenants ponctuels ou réguliers.

C) Une pédagogie institutionnelle d’adultes fondée sur les « 4 R » de la réussite

a) Les repères : l’explicitation systématique du « qui fait quoi, où, quand, comment, pourquoi et pour quoi ? »

b) La responsabilisation de tous (enseignants, enseignés) : responsabilisation pédagogique (tutorat, monitorat, évaluation formative, différenciation pédagogique) ; responsabilisation sociale (pédagogie de projet, prise de responsabilité coopérative, régulation collective).

c) La reconnaissance ou l’estime de soi et la place dans l’institution comme vecteur de réussite.

d) Le respect (des engagements, des personnes, des dispositifs) comme fondement et finalité de la démarche.

(...) »

14Ce document répond à une volonté précise : celle de montrer que le risque de compétition et de rivalité, inscrit dans l’aboutissement du projet – puisqu’il s’agit d’un concours – a été très largement pris en compte dans la conception pédagogique de la formation. Nous devons insister sur la dimension instituante de la formation. Tout ce qui concourait à la réussite de la mission commune était rendu possible et encouragé. Tout ce qui venait l’entraver, par la transgression accidentelle ou surtout habituelle d’un des interdits fondateurs, était banni. La dimension instituante concernait aussi le projet de recherche. Ainsi, chercheurs comme formateurs ou élèves pouvaient proposer et mettre en œuvre des éléments de réalisation de la recherche-action.

Rivalités mimétiques, processus et figures du bouc émissaire ... les tabous à l’affût

  • 14 HDR en cours de rédaction : « Penser le bouc émissaire, vers une pédagogie d'institution ».
  • 15 Ce nécessaire exercice a été fait à de nombreuses reprises, notamment dans le texte « Le bouc émiss (...)

15Le mécanisme du bouc émissaire obéit à certaines règles. Chaque étape de son développement répond à la description d’un moment bien marqué de la vie du groupe. Nous retenons ici la grille de lecture que le CERBERES a développée et que j’ai pu reprendre comme méthodologie d’analyse institutionnelle14. Il s’agit de sept étapes qui, chacune à sa façon, subit ou génère la rivalité mimétique en même temps qu’elle vit une collaboration plus ou moins intense et efficace. Il n’est question ici de les développer dans leur détail15 mais de les mettre en lien avec la problématique du couple rivalité mimétique – collaboration.

16Première étape, la phase apaisée : le phénomène n’est pas visible, le processus est néanmoins enclenché ; les missions institutionnelles peuvent se réaliser malgré les aléas habituels de la vie des groupes. Ainsi, si la rivalité existe, elle est essentiellement potentielle et n’est pas délétère. C’est que la collaboration liée au protocole de formation d’une part, de recherche d’autre part opère. Le cadre organisationnel garantit la vie sereine du groupe : les réunions d’organisation et de régulation chercheurs - praticiens de même que les outils de la pédagogie institutionnelle fonctionnent efficacement. La logique instituante est investie et se traduit par des projets pour les stagiaires et des protocoles d’investigation des terrains pour les chercheurs – praticiens : les élèves découvrent et apprécient leurs tuteurs, les formateurs vont volontiers en classe, les élèves proposent des exposés, rédigent des fiches de lecture, etc.

  • 16 Ibid ; « La plongée sous-marine », encart p.93 ; « Pas de honte, du soutien en orthographe », encar (...)
  • 17 Ibid ; « Contre l’individualisme et les rivalités : la nuit des concepts ! », encart p.68.

17Deuxième étape, l’apparition d’obstacles difficilement surmontables font naître des clivages au sein du groupe (voir tableau 1). Ce moment est crucial dans la vie des groupes : si le groupe affronte les obstacles et les dépasse, il retourne à la phase précédente ; s’il ne s’y risque pas, s’il ne les traite pas, il les transforme en problèmes jusqu’à en faire des tabous groupaux ; se développe et se fige alors la rivalité mimétique. Dit d’une autre façon, si le groupe ne considère pas les obstacles comme des problématiques et ne les traite pas comme telles, alors les problématiques deviennent des problèmes. Et si les problèmes ne sont pas résolus, alors ils viennent s’ajouter à une liste parfois déjà longue de tabous (voir le tableau n° 3). Plus la résolution des problèmes est délicate et difficile plus la rivalité s’insinue dans les relations et les projets. Trois éléments distincts au départ mais reliés un peu plus tard vont venir perturber l’harmonie initiale. D’une part l’hétérogénéité du groupe des élèves. La difficulté de certains est vécue comme un obstacle de plus en plus pénible à l’avancement des autres. D’autre part la difficulté de certains formateurs et tuteurs à apporter aux élèves ce qu’ils désirent, veulent ou ont besoin. Ces difficultés se muent en rivalité puis concurrence des formateurs dans de multiples domaines. Enfin la difficulté d’un des jeunes chercheurs à occuper la place définie par sa fonction. Voulant devenir tantôt formateur tantôt élève, tantôt responsable de la recherche tout en donnant des appréciations parfois décalées sur les fondements de la CPI, il offre la perspective illusoire aux élèves de devenir chercheur à sa place. Ces problématiques sont clairement évoquées par Benoist Jolly (2010). Il montre comment la rivalité des stagiaires provoque celle des formateurs sur la base d’un bouleversement institutionnel : la modification, par le ministère de la Justice des épreuves du concours. C’est lors de ces moments de difficultés insurmontables que la collaboration s’étiole. Des questions collectives surgissent ou tentent de surgir, relatives à la pertinence des contenus et de l’organisation, à la constitution de la CPI, à l’ingérence de la recherche… et plus prosaïquement, l’investissement voire même la présence de tous, praticiens comme chercheurs, devient plus aléatoire. La rivalité entre les stagiaires était attendue. Elle était assumée, anticipée et de fait relativement résolue par le dispositif de pédagogie institutionnelle. Elle est parlée en conseil coopératif ; elle est jouée et symbolisée par différentes activités16. Elle est métamorphosée lors de certains moments privilégiés17. Inopinée est en revanche la rivalité entre élèves et formateurs autour de la recherche, de sa méthodologie et de ses prolongements. Se pose la question de la légitimité autour de l’écriture du livre collectif et même de certains contenus. Certains stagiaires ne sont-ils pas plus diplômés, plus experts dans quelques domaines que certains formateurs ? Et puis, ne parle-t-on pas à tout moment de collaboration et il semblerait que certaines sphères ne soient accessibles à cette belle idée… Alors certains se sentent délégitimés et discrédités dans leur travail quotidien de formateur ; certains se sentent critiqués, s’autocritiquent et s’auto-dévalorisent. La rivalité entre les formateurs peut, au regard du dispositif, être considérée comme fortuite. Pourtant, c’est certainement la plus virulente et la plus délétère. Si l’objet est la réussite future des élèves, à travers les évaluations intermédiaires et les sujets blancs, elle s’insinue dans la posture d’accompagnement sur un axe relationnel : relation d’aide, relation affective. Les jugements de valeurs fusent alors dans toutes les directions, allant jusqu’à mettre en cause des personnes sur ce qu’elles sont. Même si ces critiques se manifestaient rarement en réunions officielles, elles marquent bien le délitement de l’institutionnel, signe de la crise mimétique annonciatrice de la crise sacrificielle. Une rivalité, inattendue apparaît par ailleurs entre chercheurs et praticiens. Située autour des rôles, des statuts, des fonctions mais aussi des attitudes et des finalités, elle pose la question de l’utilité d’une part, de l’instrumentalisation d’autre part d’une institution, d’une formation et de ses acteurs. Elle touche un point paroxystique lorsqu’un des formateurs est accusé par le jeune chercheur de vouloir lui « voler » son travail en écrivant, lui aussi. Le formateur, doctorant sur la question des institutions, avait quelques compétences vécues comme rivalitaires.

18Troisième étape, la recherche du bouc émissaire. Parce que certains des obstacles n’ont pu être surmontés ou ont été occultés, on assiste à un déplacement des objets de discordes, voire à la création d’objets factices (tableau 1). La rivalité voile petit à petit et de plus en plus souvent la collaboration. Et par la substitution de problèmes superficiels ou artificiels, d’accusations aisées et de controverses stériles à des problèmes de fond, le groupe trouve une façon de continuer son chemin en se voilant la face sur ses tabous (tableau 3). L’institution se délite à travers l’érosion puis l’éclipse de la collaboration et des solidarités. La détermination des rivalités se traduit par toute une série de reproches désordonnés qui transforme les signes distinctifs de certains en signes victimaires (tableau 2). Ces critiques, plaintes et griefs diversifiés portent évidemment préjudice à la mission du groupe. Ils dessinent et construisent les contours des figures potentielles des boucs émissaires en se focalisant, dans un mouvement centrifuge, sur quelques objets et quelques personnes.

19Quatrième étape, la désignation du bouc émissaire. La rivalité mimétique du « tous contre tous » s’est muée en une collaboration de circonstance, nocive, dirigée vers du « tous contre un ». Les reproches sont maintenant des réquisitoires, des accusations directes, d’agressives et destructrices diatribes (tableau 2). Ils sont ordonnés et focalisés sur des personnes et des objets bien identifiés et ciblés. On assiste ainsi à un renversement de sens : la collaboration qui était recherchée à des fins de réussite collective au service de la mission du groupe se propose désormais une orientation diamétralement opposée : la désignation puis le sacrifice d’un bouc émissaire. On est ainsi passé d’une collaboration positive tournée vers la réussite du projet (« tous pour le projet ») en une collaboration négative dirigée vers l’élection et le sacrifice d’un bouc émissaire (« tous contre un »). Les domaines d’exclusion se marquent de plus en plus.

Tableau 1 : Apparition des rivaux et objets de rivalité mimétique

20Elle correspond principalement aux étapes 2 et 3 du mécanisme développé plus haut ; non ou insuffisamment régulée, elle alimente les tabous (tableau 3).

Rivaux mimétiques

Objets de la rivalité

Stagiaires // Stagiaires

Identités : CSP, territoires et cultures d’origine // Prestance et leadership // Rapport au savoir // captation affective vis à vis des différentes catégories d’acteurs de la recherche // Adhésion – résistance aux valeurs de la formation // aux valeurs du concours // implication dans la recherche //

Stagiaires // Formateurs

Leadership et autorité sur le groupe // Rapport au savoir // implication dans la recherche// adhésion aux valeurs et à l’organisation de la formation //

Formateurs // Formateurs

Captation affective et reconnaissance professionnelles de stagiaires // Leadership des modèles de formation et des savoirs disciplinaires // Rapport au savoir, aux techniques d’écriture.

Formateurs // Chercheurs

Rapport aux savoirs savants et expérientiels // Captation affective et leadership auprès des stagiaires //

Chercheurs // chercheurs

Leadership sur les différents groupes //

Stagiaires // Chercheurs

Flou identitaire et statutaire // Places et compétences //

Institution // Chercheurs

Rapport au pouvoir // Instrumentalisation

Tableau 2 : Figures du bouc émissaire

21En parallèle du déroulement des étapes du processus, se construit la figure du bouc émissaire, cette fois en trois étapes (discrimination – stigmatisation – exclusion). Se dessine ainsi les contours de celui qui finira par incarner le bouc émissaire si le processus n’est pas stoppé. Ce qui est avéré pour une personne l’est également pour les groupes sociaux (par exemple le groupe des formateurs ou celui des chercheurs), les institutions (l’université ou l’ENPJJ) ou même les objets institutionnels (la recherche, le concours, la formation etc .) Il s’agit de figures en construction puisque le mécanisme n’est pas arrivé à son terme. C’est la raison pour laquelle plusieurs boucs émissaires sont en lice.

Les Figures du bouc émissaire

Signes victimaires

Domaines d’exclusion

Un stagiaire,

un deuxième,

et un troisième

Le groupe des stagiaires

Stagiaire 1 : arrivée systématique en retard / caractère trop fort / résistance à entrer dans les projets /

Stagiaire 2 : trop volontaire / compréhension et réussite trop rapide /

Stagiaire 3 : difficultés à suivre le rythme de la formation / estime de soi faible / CSP très faible /

Groupe des stagiaires : manque de participation et d’entrain / résistance à la collaboration intellectuelle /

Les projets // la sphère affective (en partie)

Les valeurs de la formation // (en partie)

Camaraderie // Dynamique de groupe // Codes (en partie)

Un jeune chercheur

Le groupe des chercheurs

Jeune Chercheur : ne tient pas sa place // identité floue et fluctuante // omniprésence // omniscience //

Groupe des chercheurs : mise en œuvre la méthodologie et protocole de la recherche //

Crédibilité //

Un formateur

un autre

Le groupe des formateurs

Formateur 1 : rapport au pouvoir // critique de la formation et de la recherche // déloyauté vis à vis des autres formations //

Formateur 2 : rapport au savoir // trop conformiste // soumis au système // carriériste

Groupe des formateurs : mal préparés // peu cohérents // peu cohésifs //

Groupe de projets et responsabilités ; implication

Crédibilité //

Un institutionnel responsable de la formation

Institutionnel : mauvaise appréciation de la lourdeur et du coût du dispositif

L’organisation pédagogique de la préparation au concours

Trop lourdes // Trop décalées //

La démarche de recherche dans ses finalités et son organisation

Trop implicante // trop exigeante en temps et recueil de données

Le concours

Concours au rabais // fluctuant dans le temps

Tableau 3 : Tableau des tabous

22On retrouve dans cette étude d’une part les tabous hérités et construits évoqués plus haut et d’autres part les tabous superficiels (le triptyque sexe – pouvoir - argent) et les tabous ancrés (valeurs, identité, vocation).

  • 18 Pour rappel, la Classe Préparatoire Intégrée, objet de cette recherche collaborative.

Tabous hérités

Tabous construits

Autour des relations affectives :

* au sein précédentes CPI, entre stagiaires, entre stagiaires-formateurs : « chouchous » et « amants »

Autour des relations affectives : entre les stagiaires ; entre stagiaires et formateurs

Autour du pouvoir :

* place de la recherche dans une institution d’État : liberté surveillée.

* recherche et formation : divergences sur les priorités et les reconnaissances de fiabilité

Autour du pouvoir (entre l’institution et les chercheurs)

Autour du savoir :

* formations dispensées : pertinence et efficacité limitées

* lien recherche – formation : pertinence, déontologie et obligation

Autour du savoir (entre les stagiaires et formateurs ; entre l’ institution et les formateurs ; entre les institutionnels ) : niveau et compétences réelles de l’école, des formateurs, des chercheurs / pertinence et utilité de la recherche.

Autour de l’argent :

coût de la formation // bourses d’études // rémunération des différents acteurs

Autour de l’argent :

coût de la recherche // rémunération des acteurs (formateurs, chercheurs).

Autour des valeurs : la collaboration comme mythe // la CPI18 comme faire valoir, vitrine et prétexte // l’égalité des chances comme mythe

Autour des valeurs : réalité de la volonté instituante des différents acteurs de la recherche.

  • 19 Comme évoqué plus haut, cet aspect des choses donne lieu à une autre publication.

23Nous l’avons dit en introduction, le processus dans cette situation s’arrête à l’étape de désignation du bouc émissaire. Les trois autres étapes (emballement mimétique, dénouement par l’exclusion, phase d’apaisement) n’auront pas lieu ici. Car lorsque les processus d’exclusion ont commencé d’une part à être trop visibles, d’autre part à devenir trop gênants au regard des valeurs et de l’organisation de la formation, l’équipe chercheurs-praticiens a modifié les attitudes et les modalités d’organisation19.

Conclusion : le bouc émissaire, un mécanisme inévitable au sein de la recherche collaborative ?

24Au sein du dispositif étudié, les relations entre chercheurs et praticiens peuvent être vues au regard du mécanisme du bouc émissaire. En effet, elles ont été soumises aux tabous et à la rivalité mimétique. Ce n’est peut-être finalement pas étonnant.

25En effet, fondamentalement, la recherche importe certains tabous. Elle porte ses propres tabous, ceux liés à son histoire, notamment dans son rapport à l’épistémologie des sciences et à l’herméneutique : hérités, construits, immanquablement reconstruits, ils sont inévitablement introduits sur un terrain de recherche et au sein d’une méthodologie. Profondément ancrés, ils peuvent, au mieux, être mis au travail. Rarement épuisés, ils invitent à la rivalité mimétique. La recherche à l’épreuve du terrain a créé par ailleurs ses propres tabous. Ceux-ci n’étaient pas inévitables. Ils étaient potentiels. Ils se sont développés au fur et à mesure que la recherche s’est trouvée confrontée à des obstacles qu’elle n’est pas parvenue à surmonter, ou qu’elle n’a pas voulu affronter. Superficiels car récents même s’ils peuvent interroger le cœur de la relation chercheurs-praticiens ou commanditaires-chercheurs, ils auraient pu, avec davantage de lucidité, d’éthique et de volonté, être dévoilés. Ils auraient pu, dans ce cadre-là, devenir un objet de régulation puis de progression institutionnelle. Mais l’irruption des tabous mettrait en péril la viabilité de la recherche. Pour s’en préserver, s’offre le mécanisme du bouc émissaire. Si la recherche porte, en soi, un certain nombre de problèmes, elle n’est pas la seule.

  • 20 Au sens que la scolastique médiévale lui donne : « disputatio » comme confrontation des points de v (...)

26En effet, fondamentalement, la collaboration induit également la rivalité mimétique. Elle le fait au moins dans un premier temps. Car elle fait le pari de l’intersection féconde entre les chercheurs et les praticiens. Elle le fait dans l’optique d’une conflictualisation heureuse et fructueuse. C’est ainsi qu’elle offre une parcelle de pouvoir partagé sur le devenir de la démarche de recherche. C’est parfois même la structure voire les intentions de la recherche qui peuvent être co-élaborés. On comprend alors aisément comment la collaboration peut entraîner la rivalité dès lors que l’objet partagé devient objet naturel de dispute20, puis éventuellement de dissensus voire même de discorde. Sur ces bases, parfois difficiles à réunir, l’émergence de la figure du bouc émissaire devient inéluctable si, à la rivalité, ne se substitue pas la complémentarité.

Haut de page

Bibliographie

Barberi, M.S. (dir.) (2001). La spirale mimétique, dix-huit leçons sur René Girard. Paris : Desclée de Brouwer.

Casanova, R. (2012). Prévenir la violence à l’école, vers une pédagogie d’institution ? Dans C. Carra & B. Mabillon-Bonfils (Eds.), Violences à l’école, normes et professionnalités en questions (pp. 219-228). Arras : Artois Presse Université.

Casanova, R. (2014). Collaborer, coopérer une alternative au bouc émissaire, journée d’étude professionnelle : Formation des adultes : coopération ou collaboration, Université Lille 1, CUEPP, 16 décembre.

Casanova, R. (2015). Le bouc émissaire en institution, retour sur un phénomène inévitable ? dans R. Casanova & S. Pesce (Eds.), La violence en institution situations critiques et signification (pp. 63-84). Rennes : PUR.

Casanova, R. (2017). Les tabous, où l’éclipse du bouc-émissaire. Dans R. Casanova & F-M. Noguès (Eds.), Bouc émissaire, apports conceptuels pour la construction d’un objet scientifique, à paraître. Lille : PUS.

CERBERES, (2014). « Bouc émissaire, contours théoriques, applications pratiques », journée d’étude du CERBERES, maison de la recherche Université Lille 3, 21 mai, http://live3.univ-lille3.fr/tag/bouc-emissaire-2.

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs, Revue des sciences de l’éducation, 23 (2), 371-393.

Gaillard, B. (2017). Quatre figures prototypiques du bouc-émissaire, in R. Casanova & F-M. Noguès (Eds.), Bouc émissaire, apports conceptuels pour la construction d’un objet scientifique, à paraître, Lille : PUS.

Girard, R. (1961). Mensonge romantique et vérité romanesque. Paris : Grasset.

Girard, R. (1982). Le bouc émissaire. Paris : Grasset.

Girard, R. (1990). Shakespeare, les feux de l’envie. Paris : Grasset.

Gonzalez-Laporte, C. (2014). Recherche-action participative, collaborative, intervention... Quelles explicitations ? [Rapport de recherche] Labex ITEM.

Jolly, B. (2010). Les groupes tutorés : de la compétition à la coopération. Dans R. Casanova & S. Pesce (Eds.), Pédagogies alternatives en formation d’adultes, égalité des chances et formation pour tous (pp. 111-121). Paris : ESF.

Lefrançois, R. (1997). La recherche collaborative : essai de définition, Nouvelles pratiques sociales, 10(1), 81-95.

Pesce, S. & Casanova, R. (dir.) (2010). Pédagogies alternatives en formation d’adultes, égalité des chances et formation pour tous. Paris : ESF.

Ramond, C. (2014). Théorie Mimétique et Philosophie. Université d’été René Girard ”Comprendre un monde en crise”, 25 p.

Ramond, C. (2005). Le vocabulaire de René Girard. Paris : Ellipses.

Vinolo, S. (2011). Différer le mal : la logique du bouc émissaire. Sens-Dessous2(9), 56-66.

Vinolo, S. (2010). Critique de la Raison Mimétique, Girard lecteur de Sartre. Dans C. Ramond, (Dir.), La théorie mimétique, de l’apprentissage à l’apocalypse (pp. 59-104). Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons ici par praticiens tous les acteurs qui ne relèvent pas de la catégorie des chercheurs.

2 CERBERES : Collectif d' Étude et de Réflexion sur le Bouc Émissaire Réel Et Symbolique, groupe rattaché à l'équipe Proféor-CIREL EA 4354.

3 Elle n’ira pas jusqu’à la réconciliation du groupe par l’exclusion d’un bouc émissaire car la régulation institutionnelle permetta sa mutation en coopération. Cet aspect des choses donnera lieu à une autre publication.

4 René Girard, Mensonge romantique et vérité romanesque, Grasset, Paris, 1961.

5 Charles Ramond dans son vocabulaire de René Girard (2005) donne plus de dix passages à travers cinq œuvres de René Girard (les Choses cachées depuis la création du monde ; le Bouc émissaire, la Route antique des hommes pervers ; Quand ces choses commenceront ; Critiques dans un souterrain).

6 Maria Stella BARBERI (dir.), La spirale mimétique, dix-huit leçon sur René Girard, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

7 En effet, René Girard écrit : « les psychiatres et psychanalystes déchirent en mille morceaux inutilisables la robe sans coutures du désir mimétique » (Shakespeare, les feux de l'envie, Grasset, 1990, p.52)

8 Ibid.

9 Casanova Rémi et Pesce Sébastien, (2010), Pédagogie alternative en formation d'adultes, éducation pour tous et justice sociale, Paris, ESF, p.17-18.

10 Les élèves de la CPI sont, dans le corps de ce texte indifféremment appelés élèves ou stagiaires.

11 Ibid., p.197-199

12 MCF HDR, Université François Rabelais de Tours

13 MCF Université de Lille.

14 HDR en cours de rédaction : « Penser le bouc émissaire, vers une pédagogie d'institution ».

15 Ce nécessaire exercice a été fait à de nombreuses reprises, notamment dans le texte « Le bouc émissaire en institution, retour sur un phénomène inévitable ? » (Casanova, 2015).

16 Ibid ; « La plongée sous-marine », encart p.93 ; « Pas de honte, du soutien en orthographe », encart p.59 ; « La pièce de théâtre, essoufflement et second souffle », encart p.125.

17 Ibid ; « Contre l’individualisme et les rivalités : la nuit des concepts ! », encart p.68.

18 Pour rappel, la Classe Préparatoire Intégrée, objet de cette recherche collaborative.

19 Comme évoqué plus haut, cet aspect des choses donne lieu à une autre publication.

20 Au sens que la scolastique médiévale lui donne : « disputatio » comme confrontation des points de vue et des méthodes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Casanova, « La collaboration chercheurs – praticiens à l’épreuve du mécanisme du bouc émissaire. », Éducation et socialisation [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/2510 ; DOI : 10.4000/edso.2510

Haut de page

Auteur

Rémi Casanova

Université SHS Lille 3. Laboratoire CIREL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals