Navigation – Plan du site
Dossier
Contextes pédagogiques et enjeux institutionnels

Conditions relationnelles en contexte de recherche partenariale collaborative

Nathalie Lafranchise, Lyne Kurtzman, Claire Vanier, Maxime Paquet, Kelly Cadec et Berthe Lacharité

Résumés

La question de la collaboration dans un contexte de recherche partenariale fait l’objet d’un intérêt accru et renouvelé. Cependant, cette pratique de collaboration entre des chercheurs et des praticiens n’est pas sans présenter d’importants défis relationnels. Puisque ces défis relationnels sont réels, il devient pertinent de connaître les caractéristiques et conditions relationnelles de la collaboration entre chercheurs et praticiens. Le présent article a pour objectif de mettre en relief des conditions relationnelles à prendre en compte pour appuyer les chercheurs et les praticiens dans l’établissement et le maintien d’une collaboration satisfaisante et fructueuse. Il présente les résultats d’une analyse transversale faite à partir de données recueillies dans le cadre de trois recherches mettant en relief des caractéristiques manifestes de la relation entre chercheurs et praticiens. De cette analyse, quatorze conditions relationnelles ressortent. Elles sont d’abord décrites pour ensuite être mises en relation avec des éléments énoncés et explicités dans le cadre théorique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la collaboration dans un contexte de recherche partenariale fait l’objet d’un intérêt accru et renouvelé. Cet article met en relief les conditions relationnelles pour que s’établisse et se maintienne une collaboration satisfaisante et fructueuse, entre chercheurs et praticiens, dans un contexte de partenariat de recherche. Elles sont comprises comme un ensemble de composantes relatives à la relation interpersonnelle en contexte partenarial, à prendre en compte et actualiser pour favoriser la collaboration.

2Dans un premier temps, des références historiques de la collaboration entre chercheurs et praticiens sont abordées, notamment au Québec (Canada). Ensuite, des caractéristiques relationnelles relatives à la collaboration entre chercheurs et praticiens sont mises en lumière en s’appuyant sur différents écrits portant sur la recherche partenariale. Puis, les contextes et méthodologies de trois recherches mettant en relief des caractéristiques manifestes de la relation entre chercheurs et praticiens sont exposés. Enfin, sont présentés les résultats de cette analyse, suivis d’une discussion précédant la conclusion.

Bref retour sur la recherche partenariale et la collaboration chercheur-praticien

3En 1972, la publication du rapport Apprendre à être1, sous la direction d’Edgar Faure, recommande de décloisonner les secteurs formel et informel de l’éducation. Aujourd’hui, les rapprochements entre chercheurs et praticiens se formalisent souvent en des partenariats de recherche qui peuvent prendre différentes formes, recouvrant des nomenclatures et des pratiques de recherche variées (recherche collaborative, recherche partenariale, recherche-action participative, recherche intervention, etc.).

4Clément, Ouellet, Coulombe, Côté et Bélanger (1995) distinguent la collaboration ponctuelle de celle qui est soutenue « autant dans la durée que dans le partage des décisions » (p.4). Une collaboration soutenue implique la coproduction des connaissances, en compagnie des concepts de coconstruction, de croisement des savoirs, d’apprentissage coopératif, et des approches dialogique et participatif ainsi que des enjeux éthiques qui génèrent la coconstruction de savoirs inédits (Kurtzman, 1999 ; Lévesque 2008 ; Longtin, 2010 ; Penven, 2013). À l’inverse, lorsque la collaboration est ponctuelle, la relation entre chercheur et praticien n’est pas nécessairement symétrique et la dynamique de coconstruction n’a pas le temps de s’établir. Dans cette perspective, les chercheurs détiennent le pouvoir de donner les orientations de la recherche. Le partenaire se campe alors généralement dans des rôles d’exécution.

5Au Québec, des milieux de recherche et de pratique partagent un riche historique de recherche partenariale caractérisée par une collaboration soutenue. On situe autour des années 1970 une première effervescence pour cette approche de recherche, souvent identifiée à l’univers conceptuel de la recherche-action (Service aux collectivités de l’UQAM, 2011). Le Rapport Bélanger-Daoust (1973), qui insistait sur le besoin de démocratiser l’université et de l’ouvrir sur les milieux de pratiques, a influencé les universités québécoises. Plus récemment, le financement conditionnel à des partenariats en recherche, tant au niveau gouvernemental québécois que canadien, a favorisé une multiplication d’ententes de collaboration entre chercheurs et praticiens (Dridi, 2005). Les bailleurs de fonds sont eux aussi de plus en plus convaincus que les recherches partenariales réalisées dans le cadre d’une collaboration soutenue sont plus efficaces (Verspiren et Chia, 2012). C’est ainsi que, au cours des deux dernières décennies, un nombre croissant de chercheurs québécois ont collaboré avec des milieux de pratique.

6Cependant, une collaboration soutenue n’est pas sans présenter d’importants défis relationnels. Par exemple, le vocabulaire utilisé, les rythmes de travail et échéances créent des décalages dans la communication et les actions des uns par rapport aux autres (Huberman et Gather Thurler, 1991 ; Service aux collectivités, 2011). Les ressources financières et humaines ainsi que le temps investi peuvent susciter des tensions (Clément et coll.., 1995 ; Coenen, 2001). Enfin, l’établissement du protocole de recherche, l’interprétation des résultats, leur diffusion et appropriation sont autant d’aspects susceptibles de faire émerger des divergences de vues (Clément et coll, 1995 ; Service aux collectivités, 2011). Puisque ces défis relationnels sont réels et mettent en risque la collaboration entre chercheurs et praticiens, il devient pertinent de connaître les caractéristiques relationnelles de cette collaboration.

Caractéristiques relationnelles de la collaboration entre chercheurs et praticiens

7La collaboration, dans un contexte de recherche, peut se définir comme « un processus impliquant chercheurs et praticiens qui collaborent pour élucider une question de recherche, plus ou moins codécidée, afin de produire des savoirs, le plus souvent coénoncés et covalidés » (Bourassa et Boudjaoui, 2012, p. 5). Certaines caractéristiques relationnelles sont considérées par des auteurs comme étant des facteurs de réussite. Ces caractéristiques sont exposées et explicitées plus en détails dans ce qui suit.

Confiance, transparence, mobilisation et engagement

8La collaboration repose sur l’établissement d’une relation de confiance et de transparence. Coenen, 2001 ; Dumais, Béchard et Bussières, 2011). Coenen (2001, soutiennent que la qualité des rapports entre les partenaires en dépend, mais pas uniquement ; la mobilisation et le degré d’engagement, modulés par la relation plus ou moins égalitaire qui s’établit entre les partenaires, sont également à prendre en compte pour comprendre la collaboration.

Rapport égalitaire (sujet à sujet) et dialogue ouvert

9L’importance d’établir un rapport égalitaire est soulevé par Coenen (2001). Kurtzman (1999) soutient qu’un chercheur doit reconnaître les partenaires sociaux comme de véritables sujets afin d’avoir l’ouverture nécessaire pour considérer leur savoir spécifique et reconnaître la pertinence de construire un processus démocratique, qui permet de révéler ce savoir. Un dialogue ouvert ainsi qu’une considération mutuelle sont nécessaires pour établir un rapport égalitaire (Brun, 2002 ; Coenen, 2001).

Écoute, disponibilité, patience, respect, autocritique et considération mutuelle

10Un dialogue ouvert se caractérise, entre autres, par une écoute active, de la disponibilité, de la patience, du respect, une posture autocritique et une considération mutuellement positive des idées, des connaissances et des compétences de l’autre (Brun, 2002 ; Coenen, 2001). Dumais, et coll. (2011) estiment que, dans la plupart des cas, les universitaires sont perçus par leurs partenaires comme produisant des savoirs éclairants. Par ailleurs, être en interaction et à l’écoute des milieux de pratique apporte au chercheur un bagage de connaissances d’une grande valeur. Le chercheur et le praticien, en se considérant mutuellement, enrichissent leurs connaissances respectives et sont en mesure de répondre plus efficacement aux besoins des milieux de pratique (Potvin, 2014).

Équité et interdépendance

11Cette idée de considération mutuelle rejoint les propos de Panet-Raymond et Bourque (1991) ainsi que de Kurtzman (2009) qui rappellent que la recherche partenariale impose un rapport égalitaire, équitable et d’interdépendance. Ce rapport égalitaire induit la question du pouvoir dans la relation partenariale qui n’est pas à l’abri des jeux d’influence et des pressions politiques « [venant] du chercheur omnipotent ou d’un partenaire puissant » (Dumais, 2011, p. 11). Dans ce contexte, la dimension éthique est à prendre en compte.

Enjeux éthiques et processus démocratique

12Kurtzman (1999, 2009) exposent cinq enjeux éthiques identifiés dans le contexte d’un cas de recherche-action en études féministes. Ces enjeux se déclinent comme suit : 1) relation de sujets à sujets dans le contexte de la recherche ; 2) reconnaissance et intégration du savoir fondé sur l’action ; 3) mise en place d’un processus démocratique ; 4) développement de relations fondées sur la confiance, le respect mutuel et l’empathie ; 5) différences de cultures (souplesse de part et d’autres) ; 6) convergence d’intérêt pour la problématique. Ces enjeux ont pour trait commun la remise en cause du pouvoir dans la recherche, prérogative ayant traditionnellement appartenu aux chercheurs. Dès lors, ce pouvoir partagé facilite la mise en place d’un processus démocratique qui, dans le cadre d’une recherche partenariale et collaborative, se définit comme un processus de décision et de négociation partagé à toutes les étapes de la recherche (Kurtzman 1999, p. 109).

Convergence des attentes et compréhension coconstruite du projet

13La satisfaction de chacun, selon Dumais (2011), dépend de la convergence des attentes, du partage d’enjeux socialement ancrés et d’une compréhension coconstruite de l’objet et de la démarche de recherche (Desgagné, 1997 ; Dumais, 2011). La coconstruction du projet de recherche invite chacun à adopter un dialogue ouvert afin de rétablir un rapport égalitaire au sein du processus démocratique de production de la connaissance (Gélineau, Dufour et Bélisle, 2012 ; Kurtzman, 1999, 2009).

14Ce processus de coconstruction peut être mis en lien avec une perspective socioconstructiviste de la relation partenariale (Vygotsky, 1978). Dans cette perspective, les personnes engagées dans ce type de recherche se transforment et transforment leurs savoirs et leur pratique à travers leurs échanges, le croisement des savoirs et la confrontation des idées et des expériences. Aussi, les caractéristiques relationnelles énoncées plus haut interpellent l’approche de Freire (1985, 2006) qui propose des rapports de pouvoir plutôt horizontaux, fondés sur le dialogue, l’autonomie et l’interdépendance. Ainsi il s’agit de « cultiver une relation de réciprocité entre les partenaires à l’opposé d’une relation de type top down ou hiérarchique » (Relais-femmes, 2014, p. 22).

15Toutes ces caractéristiques énoncées plus haut, constituent une grille de départ pour analyser des données issues de trois recherches partenariales et collaboratives, menées entre 2013 et 2016. L’objectif est donc d’approfondir l’idée selon laquelle certaines conditions relationnelles favorisent l’établissement et le maintien de la relation entre les chercheurs et les praticiens en contexte de recherche partenariale.

Analyse transversale à partir de résultats issus de trois recherches

16Ce qui suit expose d’abord les contextes et méthodologies de trois recherches menées entre 2013 et 2016 et dont ont été extraites des données en vue de procéder à une analyse transversale. La méthode d’analyse est ensuite explicitée brièvement, suivie des résultats transversaux quant aux conditions relationnelles.

Recherche 1 (R1)

17Une recherche menée en partenariat avec deux organismes (Relais-femmes et Comité contre l’appauvrissement et la pauvreté des femmes de la Table régionale des Centres de femmes de la Montérégie) et le Service aux collectivités de l’UQAM a permis de faire ressortir des conditions relationnelles favorisant la collaboration entre des chercheurs et des groupes de femmes, au Québec. Intitulée « La recherche : par, pour et avec les groupes de femmes », ses objectifs étaient de dresser un portrait de la participation des groupes de femmes en regard de projets de recherche et d’identifier leurs besoins d’apprentissage dans ce domaine, en vue de mieux les outiller. Ce projet s’appuie sur une méthodologie mixte, (quantitative et qualitative). Les résultats présentés dans cet article sont issus de l’analyse de contenu des transcriptions d’entretiens semi-dirigés d’environ 60 à 90 minutes, auprès d’un total de 19 représentantes de groupes de femmes du Québec, dont cinq groupes nationaux, 11 groupes régionaux et trois groupes locaux. La représentativité géographique (régions urbaines et rurales) et organisationnelle (groupes locaux, régionaux, nationaux) a été prise en considération dans l’échantillonnage. La réalisation de recherches dites maison réalisées en collaboration avec des chercheurs autonomes et la participation à des recherches en partenariat avec des universités ou des institutions publiques ont été également considérées.

Recherche 2 (R2)

18Une recherche ralliant trois universités au Québec (Université du Québec à Montréal, Université McGill et Université de Sherbrooke) a été réalisée en partenariat avec cinq établissements du réseau de la santé et deux organismes associatifs. Au total, cinq chercheurs, quatre experts en accompagnement ou en animation de groupe de codéveloppement professionnel (GCP), cinq répondants organisationnels et onze praticiens (professionnels, conseillers cadres ou gestionnaires) ont collaboré à ce projet. Cette recherche intitulée « Impacts individuels et organisationnels d’une démarche d’accompagnement socioconstructiviste visant l’optimisation des GCP » visait, d’une part, à comprendre comment former et à accompagner des praticiens dans le développement de compétences, à animer et accompagner des GCP dans leurs organisations. D’autre part, le projet visait à mesurer des impacts individuels et organisationnels de l’implantation des GCP. Il comporte un devis mixte, mais les résultats présentés dans ce texte proviennent de trois sources du volet qualitatif : 1) contenus des journaux de bord de deux accompagnatrices, dont l’une fait partie de l’équipe des chercheurs et l’autre fait partie de l’équipe des experts ; 2) contenus des journaux de bord de neuf praticiens ; 3) verbatim de trois réunions d’équipe d’une durée de trois heures, comprenant cinq chercheurs et quatre experts, et d ‘une réunion bilan d’une heure réalisée entre les deux accompagnatrices.

Recherche 3 (R3)

19Une troisième recherche a été menée par des chercheurs de cinq universités du réseau des Universités du Québec (UQ) : UQAM, UQAR, UQAC, UQO, TÉLUQ. Il s’agit d’un projet ayant pour objectif de dresser un portrait partiel de la recherche partenariale dans le réseau des UQ et plus particulièrement, d’approfondir nos connaissances à propos des expériences de recherche réalisées en partenariat chez des universitaires. Les résultats présentés dans ce texte s’appuient sur une analyse de contenu des données qualitatives recueillies grâce à des entretiens semi-dirigés de 60 à 90 minutes réalisés auprès de 14 chercheurs répartis dans les cinq universités nommées plus haut.

Méthode d’analyse transversale

20L’analyse qualitative des contenus issus des trois recherches nommées plus haut avait pour but de tirer des conclusions transversales quant aux conditions relationnelles favorisant l’établissement et le maintien de la collaboration entre les chercheurs et les praticiens, en contexte de recherche partenariale. La méthode d’analyse de contenu s’appuie sur celle proposée par Miles et Huberman (2003). Les données ont fait l’objet d’un codage s’appuyant d’une part sur une grille préconstruite à partir des caractéristiques relationnelles exposées plus haut dans la partie théorique de cet article. D’autre part, l’analyse a laissé place à l’émergence de nouveaux codes. Le tout a ensuite fait l’objet d’un exercice de regroupements tenant compte du nombre de personnes ayant soulevé des éléments regroupés dans ces catégories, menant ainsi aux résultats exposés dans cet article.

21Cette analyse met en évidence un éventail de conditions relationnelles sans les prioriser. En effet, ces conditions relationnelles s’inscrivent dans des contextes organisationnels et humains complexes qui modulent la manière de les prendre en compte. L’intention ici est donc davantage de proposer des conditions relationnelles à considérer en vue d’établir et de maintenir une relation de collaboration fructueuse et satisfaisante.

22Il importe de mentionner des limites des résultats présentés dans cet article. Premièrement, la R1 n’a permis d’interroger que des femmes. Deuxièmement, les résultats de la R2 reflètent davantage les points de vue de l’équipe de recherche. Même si des praticiens ont pu s’exprimer, ils étaient en nombre minoritaire et donc, moins de segments de discours provenant d’eux ont été analysés. Troisièmement, la majorité des chercheurs de la R3 proviennent des sciences humaines et sociales, ce qui constitue un biais. Quatrièmement, l’analyse ne permet ni de prioriser ni de quantifier le nombre d’interactions portant sur les conditions relationnelles. Elle se limite à mettre en lumière un éventail de conditions relationnelles à considérer en vue d’établir et maintenir une relation de collaboration. Néanmoins, elle se veut explicative de certains liens qui existent entre ces conditions. Enfin, les trois recherches ne portent pas à priori sur la question des conditions relationnelles de la collaboration. Il se pourrait que des conditions relationnelles soient considérées importantes pour des participants sans que ceux-ci ne les aient nommées, limités par l’orientation des objectifs, des questions et des instruments de recherche. Tous ces aspects constituent autant de limites relatives aux résultats présentés.

Présentation des résultats 

23Les résultats regroupent les points de vue de 19 chercheurs, quatre experts et 28 praticiens et praticiennes. Quatorze conditions relationnelles de la collaboration en contexte de recherche partenariale ressortent de l’analyse. Le Tableau 1, présenté plus bas, les expose en tenant compte du nombre et du statut des participants selon les trois recherches ayant exprimé des points de vue en lien avec ces conditions relationnelles décrites et explicitées dans ce qui suit.

Implication, concertation et engagement

24Douze praticiennes (R1) et neuf chercheurs (R3) insistent sur l’importance d’impliquer les partenaires dès le début du projet pour coconstruire une vision partagée de la recherche. Un chercheur (R3) affirme que : « moins tu clarifies dès le départ, plus c’est compliqué à la fin ». Deux autres (R3) expliquent que la clarification des rôles, dès le début du projet, permet d’éviter des tensions et ambiguïtés. Un autre (R3) pense que la concertation appuie la légitimité des chercheurs et favorise l’appropriation des données par les partenaires non universitaires. Enfin, les deux accompagnatrices (R2) affirment que l’engagement des praticiens tout au long du processus de recherche a été au cœur de leurs préoccupations.

Vision coconstruite de la recherche et du leadership

25Douze praticiennes (R1), deux accompagnatrices (R2) et cinq chercheurs (R3) soulignent l’importance de coconstruire une vision partagée de la recherche, mais aussi du leadership en définissant les dimensions suivantes : attentes et implication de chacun ; modes d’interaction et codes propres à chacun ; étapes de la recherche, problématique, cadre de référence et approche théorique, posture épistémologique, objectifs, questions ou hypothèses de recherche, approche méthodologique, variables et indicateurs, modalités de diffusion et d’appropriation des résultats et propriété intellectuelle. Deux praticiennes (R1) et deux accompagnatrices (R2) considèrent important que les valeurs et les objectifs de la recherche s’arriment avec ceux des partenaires.

Motivation intrinsèque et volontariat

26Pour les accompagnatrices (R2) et 10 chercheurs (R3), le volontariat des praticiens à participer à la recherche favorise l’établissement de la relation chercheur-praticien. Selon les accompagnatrices (R2), le volontariat, mais aussi la motivation intrinsèque sont facilités par la création de sens émergeant des liens construits entre les objectifs des praticiens et de leur organisation d’attache et ceux que proposent la recherche.

Éthique de la relation

27L’éthique de la relation s’exprime à travers une collaboration qui, selon les points de vue de cinq praticiens (R1 et R2), huit chercheurs (R2 et R3), trois experts (R2) et deux accompagnatrices (R2), fait de la place à la réciprocité, l’ouverture, l’équité, l’égalité, la démocratie, l’autonomie et l’interdépendance. L’ouverture est nécessaire au dialogue selon quatre praticiennes (R1). Elle est à la base d’une vision partagée coconstruite : « il faut qu’il y ait une ouverture vers un autre fonctionnement que juste le purement communautaire ou le purement recherche ».

Tableau 1. Conditions relationnelles selon les participants aux R1, R2 et R3

Conditions relationnelles

R1

(n = 19 PR)

R2

(n = 5 CH ;

4 EX ; 9 PR)

R3

(n =

14 CH)

Totaux

(n = 28 PR ;

19 CH ; 4 EX)

1) Implication, concertation et engagement

12 PR

1 CH-A ; 1 EX-A

9 CH

12 PR ; 10 CH ;

1 EX

2) Vision coconstruite de la recherche et du leadership

12 PR

1 CH-A ; 1 EX-A ;

2 PR

4 CH

14 PR ; 5 CH ; 1 EX

3) Motivation intrinsèque et volontariat

7 PR

1 CH-A ; 1 EX-A

10 CH

7 PR ; 11 CH ; 1 EX

4) Éthique de la relation 

4 PR

4 CH ; 3 EX ;

1 PR ; 1 CH-A ;

1 EX-A

4 CH

5 PR ; 9 CH ; 4 EX

5) Connaissance et prise en compte de la réalité et des besoins des milieux

6 PR

4 CH ; 3 EX ;

1 CH-A ; 1 EX-A ; 1 PR

1 CH

7 PR ; 6 CH ; 4 EX

6) Reconnaissance et intégration des savoirs de chacun

8 PR

1 CH-A ; 1 EX-A

4 CH

8 PR ; 5 CH ; 1 EX

7) Historicité de la relation 

3 PR

4 CH ; 1 CH-A ; 1 EX-A ; 4 PR

1 CH

7 PR ; 6 CH ; 1 EX

8) Empathie et sensibilité

4 PR

1 CH-A ; 1 EX-A ; 1 PR

3 CH

5 PR ; 4 CH ; 1 EX

9) Confiance réciproque

2 PR

1 CH-A ; 1 EX-A

3 CH

2 PR ; 4 CH ; 1 EX

10) Compatibilité et affinités

10 PR

-

5 CH

10 PR ; 5 CH

11) Souplesse

3 PR

4 CH ; 1 CH-A ;

1 EX-A ; 1 PR

-

4 PR ; 5 CH ; 1 EX

12) Stratégies communicationnelles 

-

4 CH ; 3 EX

1 CH-A ; 1 PR-A

-

5 CH ; 4 EX

13) Respect mutuel

1 PR

1 PR

-

2 PR

14) Disponibilité

-

1 PR

-

1 PR

Note : abréviations utilisées dans le Tableau 1 : PR = praticiens ; CH = chercheurs ;

CH-A = chercheure accompagnatrice ; EX = expert(e)s ; EX-A = experte accompagnatrice.

28Dans l’éthique de la relation, l’ouverture est nécessaire au dialogue et à la base d’une vision partagée coconstruite selon quatre praticiennes (R1) : « il faut qu’il y ait une ouverture vers un autre fonctionnement que juste le purement communautaire ou le purement recherche ». Pour trois chercheurs (R3), la collaboration est facilitée par l’ouverture à la discussion, mais aussi à la critique : il s’agit là « [d’] un élément clé de la réussite d’un projet ». Les accompagnatrices (R2) font mention de leur approche visant l’autonomisation et constituant pour elles, un élément qui facilite la collaboration. Trois praticiennes (R1) et les accompagnatrices (R2) mentionnent l’importance d’un rapport de sujets à sujets pour favoriser l’ouverture nécessaire à la participation des praticiens, la collaboration et la satisfaction à toutes les étapes de la recherche. Un chercheur (R3) décrit ce rapport égalitaire : « il n’y en a pas qui sont supérieurs aux autres. Les universitaires et les praticiens sont deux types d’experts qui sont considérés comme égaux. Cela ne fait pas disparaître les différences, mais c’est l’équivalent. Les universitaires se positionnent comme des apprenants pour mieux cerner ce qu’ils peuvent faire pour les communautés ». Cette posture d’apprenant est aussi nommée par les accompagnatrices (R2).

Connaissance et prise en compte de la réalité et des besoins du milieu partenaire

29L’importance de la prise en compte de la réalité et des besoins des milieux est soulignée par six praticiennes (R1), quatre chercheurs, trois experts-praticiens et les accompagnatrices (R2) ainsi qu’un des chercheurs de la R3. Quatre praticiennes (R1) précisent que la connaissance du chercheur de la réalité du milieu et de la problématique associée à sa mission sont des conditions facilitantes dans l’établissement de la relation de collaboration. Elles comprennent cette prise en compte des réalités et des besoins du milieu de pratique comme une manifestation d’ouverture de la part du chercheur.

Reconnaissance et intégration des savoirs de chacun

30La reconnaissance des savoirs et expertises des acteurs des milieux de pratique est mentionnée par huit praticiennes (R1) comme étant essentielle au travail en collaboration avec les chercheurs. Cinq d’entre-elles développent à ce sujet :

[...] nous on connaît nos membres et notre réalité. On est déjà en mesure d’imaginer comment on peut intégrer des changements. Mais les chercheurs peuvent nous amener sur des pistes que nous, on n’avait même pas imaginé parce qu’ils ont des connaissances autres. […] Il faut s’asseoir ensemble et en parler.

La chercheure, […] avait fait une autre recherche pour voir ce qui fonctionne bien […]. Donc, ça nous donnait quelque chose de très concret […] dans nos programmes de sensibilisation, de savoir ce que les autres font.

31Quatre chercheurs (R3) et deux accompagnatrices (R2) soulignent l’importance de reconnaître et prendre en compte les connaissances et points de vue de tous, dans la démarche de recherche. Pour les accompagnatrices (R2), des échanges et discussions, à rythme régulier, avec les praticiens, permettent d’ajuster la recherche, de confronter les savoirs de chacun, valider des interprétations, des perceptions et des hypothèses, de poser des questions, d’accueillir les suggestions et critique dans l’élaboration de la démarche de recherche et des instruments de collecte de données. Quatre chercheurs (R3) affirment que ces échanges suscitent des apprentissages et permettent de demeurer branché sur les enjeux et préoccupations des milieux de pratique : « En tant que chercheur, je me rends compte que des fois, je suis un peu déconnecté. Donc, ils m’ont bien reconnecté »

Historicité de la relation

32Sept praticiens, six chercheurs et un expert répartis dans les R1, R2 et R3 pensent que lorsque les deux partenaires se connaissent bien, cela facilite la collaboration. Trois praticiennes (R1) l’expriment ainsi : « Ils nous connaissent bien, ça fait longtemps qu’ils sont avec nous. Des collaborations à long terme, ça peut être intéressant à développer […] le fait que les deux partenaires se connaissent, ça facilite la collaboration ». Un expert exprime que « le fait d’avoir déjà collaboré ensemble dans le passé aide à surmonter des difficultés qui pourraient mettre, autrement, en danger un projet de recherche ».

Empathie et sensibilité

33Quatre praticiennes (R1) mentionnent qu’il importe que le chercheur fasse preuve de sensibilité dans le processus de la recherche, particulièrement au moment d’interpréter les résultats : « On est attentive à […] comment les questions vont être traitées pour protéger le plus possible toute leur vulnérabilité. Si on se rend compte que les termes du discours ne sont pas appropriés, ça peut être un grand frein ». Trois chercheurs (R3) soulignent la sensibilité dont il faut faire preuve pour travailler avec des milieux vulnérables. L’empathie est une attitude mentionnée par un praticien (R2) comme ayant facilité sa collaboration avec un partenaire. Les accompagnatrices (R2) en font aussi mention en parlant de leur approche humaniste et de la prise en compte de la dimension affective.

Confiance réciproque

34La confiance réciproque est mentionnée comme étant une condition essentielle par deux praticiennes (R1), deux accompagnatrices (R2) et trois chercheurs (R3). Selon les personnes accompagnatrices (R2) et un chercheur (R3), la confiance se bâtit dans le temps, à travers l’expérience de partenariat. Un chercheur (R3) ajoute qu’elle peut dépendre de la crédibilité du chercheur aux yeux des praticiens.

Compatibilité et affinités

35La compatibilité et les affinités par convergence d’intérêt est soulignés par 10 praticiennes (R1) et cinq chercheurs (R3). Deux praticiennes (R1) expliquent qu’il est plus facile pour elles de travailler avec un chercheur qui partage la même approche ou perspective qu’elles, qui s’intéresse à la problématique, qui sur le plan méthodologique se rapprochent de leur manière de travailler et qui se préoccupe de produire des résultats de recherche utiles pour le partenaire. Des chercheurs (R3) affirment que l’intérêt partagé favorise l’engagement et la solidarité et que le partage de valeurs et d’appartenance identitaire à la communauté du partenaire favorise la collaboration. Ils ajoutent que la compatibilité assure la cohésion, suscite un plus grand degré d’implication chez le chercheur et le maintien de la relation.

Souplesse

36Selon des praticiennes (R1) et des chercheurs et praticiens (R2), la souplesse faciliterait la collaboration. Deux praticiennes (R1) l’expliquent ainsi :

Ça prend de la souplesse de part et d’autre. Il va y avoir des clashs au niveau des valeurs, au niveau des positionnements. On est dans deux mondes différents. […] Il faut que la chercheure [fasse preuve d’] un peu de souplesse […]. Et il faut que nous, on laisse tomber certaines choses.

37Dans le cadre de la R2, la souplesse des chercheurs s’est manifestée à travers un changement apporté au protocole initialement proposé. En effet, une praticienne s’est dite entendue et soutenue de la part de l’équipe de recherche suite à un échange au sujet de certains enjeux de son milieu qui a mené à co-décider de ne pas exiger la complétion du formulaire de consentement lors de la première rencontre avec son groupe. La première rencontre ne serait donc pas enregistrée afin de respecter le rythme des participants.

Stratégies communicationnelles

38L’écoute active, les reflets, les reformulations et le questionnement sont mentionnés par des chercheurs et des experts (R2) comme ayant facilité leurs échanges et la coconstruction de la recherche avec leurs partenaires. Ils expriment que l’écoute permet d’accéder à la réalité des partenaires ainsi qu’à leurs besoins en vue de coconstruire avec eux.

Respect mutuel

39Comme l’expriment deux praticiens (R1 et R2), un respect mutuel permet à chacun de se sentir écouté et entendu et ainsi de faciliter la collaboration.

Disponibilité

40Enfin, la disponibilité des chercheurs est un aspect révélé par un praticien (R2) comme ayant été apprécié.

Discussion

41Plusieurs des résultats rejoignent des caractéristiques relationnelles de la collaboration exposées dans la partie théorique de cet article : confiance, respect ; implication, concertation et engagement des partenaires ; coconstruction d’une vision partagée de la recherche ; rapport égalitaire ; éthique de la relation et processus démocratique ; autonomie ; reconnaissance et considération de la contribution de chacun ; écoute et ouverture dans le dialogue facilitant le partage de savoirs et la coconstruction ; autocritique ou capacité à accueillir les critiques ; affinités ; empathie et sensibilité ; disponibilité et souplesse. Les résultats mettent aussi en lumière certains points peu ou pas abordés ou approfondis par les auteurs cités plus haut et qui sont abordés dans ce qui suit.

42Les résultats montrent que l’implication, la concertation et l’engagement des partenaires, et ce, dès le démarrage et tout au long de la recherche, sont des conditions importantes, ce qui rejoint les propos de Coenen (2001). Ces conditions soutiennent non seulement la coconstruction d’une vision partagée de la recherche, mais permettent d’éviter des tensions découlant de divergence de vision, d’intérêts et de point de vue qui mettent à défi la collaboration entre chercheurs et praticiens. Ces explications aident à comprendre pourquoi Coenen (2001) soutient que la qualité des rapports entre chercheurs et praticiens en dépendrait en partie, et non seulement de la confiance et de la transparence.

43La confiance demeure néanmoins une condition relationnelle essentielle pour établir et maintenir la collaboration, comme le proposent Coenen (2001) ainsi que Dumais et coll. (2011). Mais, selon le point de vue de certains participants, cette confiance se bâtirait dans le temps et se modulerait selon la crédibilité accordée au chercheur, par le praticien. La légitimité du chercheur se construirait à travers la concertation avec les praticiens. L’historicité de la relation entre un chercheur et un praticien est soulevée par différents participants comme étant un aspect qui facilite la collaboration. Elle pourrait être influencée par la compatibilité qui elle peut se manifester par une convergence d’intérêt, mais aussi d’objectifs, de valeurs et d’identité. Il pourrait donc y avoir des liens de confiance qui s’établissent entre un chercheur et un praticien, leur histoire relationnelle, leur compatibilité et la qualité de la concertation menant vers la coconstruction d’une vision partagée de la recherche, mais aussi du leadership, comme les résultats l’indiquent, c’est-à-dire des rôles, responsabilités et tâches de chacun des partenaires, et ce, tout au long de la recherche.

44L’affirmation de Coenen (2001) selon laquelle il y aurait modulation de l’implication ou du degré d’engagement des partenaires selon le rapport plus ou moins symétrique qui s’établit entre les partenaires émergent des résultats. Ils montrent l’importance de la dimension éthique, comprenant un processus démocratique caractérisés entre autres par un rapport égalitaire, un dialogue ouvert, l’écoute, l’empathie, la reconnaissance et la considération des savoirs de chacun ainsi que la convergence d’intérêt (Brun, 2002 ; Coenen, 2001 ; Gélineau, Dufour et Bélisle, 2012 ; Kurtzman, 1999 ; Panet-Raymond et Bourque, 1991 ; Potvin, 2014). Cependant, les résultats montrent que la compatibilité, la motivation intrinsèque et le volontariat à s’engager dans une recherche partenariale modulent aussi la collaboration et le degré d’engagement et seraient influencés par la création de sens qui elle, est renforcée par l’arrimage des objectifs poursuivis.

45La connaissance et la prise en compte de la réalité et des besoins du milieu partenaire sont des aspects importants à prendre en compte. Des échanges réguliers, l’adoption d’une posture d’accueil et d’écoute, la démonstration d’un respect mutuel, les reflets, les reformulations et le questionnement faciliteraient la compréhension des réalités et des besoins, et par ricochet, le processus de coconstruction de la recherche et des résultats. Ces stratégies communicationnelles facilitent l’arrimage des objectifs de chacun, ce qui, favorise la création et sens, et par ricochet, la motivation et l’engagement dans la recherche.

Conclusion

46Les résultats ne représentent ni consensus ni hiérarchie d’importance des conditions relationnelles. Ils proposent un ensemble de conditions relationnelles énoncées par des chercheurs, des praticiens et des experts que nous avons rassemblés dans ce texte en vue de proposer une grille à prendre en compte pour établir et maintenir une collaboration satisfaisante et fructueuse entre chercheurs et praticiens impliqués dans une recherche partenariale.

47Avant de conclure, il est pertinent de revenir sur la notion de symétrie relationnelle invoquée plus haut. Il importe de prendre conscience que les postures des chercheurs et des praticiens les placent initialement dans une relation asymétrique et que, malgré les ajustements en cours de projet, elle aura tendance à se rétablir à certains moments de la recherche. La réalité de ce phénomène explique l’intérêt de la présence d’intermédiaires tels que le propose le Service aux collectivités de l’UQAM qui offre aux chercheurs et aux praticiens, une professionnelle qui agit à titre d’animatrice et médiatrice afin d’assurer un rééquilibrage du pouvoir.

48Sachant que la recherche partenariale est susceptible de générer des tensions et un rapport asymétrique entre les partenaires pouvant nuire à la collaboration, et ce, malgré les bonnes intentions de chacun au départ, il importe de prendre en compte les conditions relationnelles énoncées plus haut. Ces conditions relationnelles pourraient contribuer à diminuer ou à éviter certaines tensions suscitées par des cultures et temporalités qui sont très différentes, mais aussi par le rapport de pouvoir déjà présent dans la société, et qui peut inconsciemment gouverner la relation entre les chercheurs et les praticiens.

Haut de page

Bibliographie

Bélanger, P. et Daoust, G. (1973). L’université dans une société éducative. Rapport du comité d’étude sur l’éducation des adultes et l’éducation permanente dans les universités du Québec. Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec et le Conseil des universités du Québec, Québec.

Bourgeault, G. et Caron, L. (1995). La déontologie de la recherche sociale : aspects critiques. Actes du colloque du Conseil québécois de la recherche sociale, Montréal, Québec.

Bourassa, B. et Boudjaoui, M. (2012). Introduction. Dans B. Bourassa et M. Boudjaoui (dir.), Des recherches collaboratives en sciences humaines et sociales : enjeux, modalités et limites (p. 1 – 11). Québec : Presses de l’Université Laval.

Brun, P. (2002). Croisement des savoirs et pouvoir des acteurs. VST - Vie sociale et traitements, 76(4), 55-60.

Clément, M., Ouellet, F., Coulombe, L., Côté, C. et Bélanger, L. (1995). Le partenariat de recherche : éléments de définition et ancrage dans quelques études de cas. Service social, 44(2), 147-164.

Coenen, H. (2001). Recherche-action : rapports entre chercheurs et acteurs. Revue internationale de psychosociologie et de gestion des comportements organisationnels, 7(16-17), 19-32.

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants. Revue des sciences de l’éducation, 23(2), 371-393.

Dridi, H. (2005). Impacts des relations U-E sur la pratique de recherche universitaire (Thèse de doctorat inédite). Université de Montréal.

Dumais, L. (2011). La recherche partenariale au Québec : tendances et tensions au sein de l’université, Sociologies. Repéré à http://sociologies.revues.org/3747

Dumais, L., Bussières, D. et Béchard, A. (2011). L’économie sociale à Montréal. Montréal : Éditions Vie économique.

Faure, E. (1972). Apprendre à être. Paris : Unesco, Fayard. Coll.

Freire, P. (1985). The politics of education : Culture, power and liberation. Boston, MA : Bergin and Garvey Publishers.

Freire, P. (2006). Pédagogie de l’autonomie. Savoirs nécessaires à la pratique éducative. Ramonville Saint-Agne : Érès.

Gélineau, L., Dufour, É. et Bélisle, M. (2012). Quand recherche-action participative et pratiques se conjuguent : enjeux de définition et d’équilibre des savoirs. Recherches qualitatives - Hors-série, 13, 35-54.

Huberman, M. et Gather Thurler, M. (1991). De la Recherche à la pratique. Éléments de base. Berne : Éditions Peter Lang.

Kurtzman, L. (1999). Les enjeux éthiques de la recherche-action féministe : une étude de cas (Mémoire de maitrise inédit). Université du Québec à Montréal.

Kurtzman, L. (2009). Les enjeux éthiques de la recherche-action féministe : une réflexion critique sur les règles et pratiques de recherche. Dans Sow Fatou (dir.), La recherche féministe francophone, Langue, identités et enjeux (p. 91-99). Paris : Karthala.

Lévesque, C. (2008). Cinq défis pour bâtir le rapprochement entre la recherche et la société. Communication présentée au 82e congrès de l’ACFAS, Montréal, Québec. Résumé repéré à http://www.acfas.ca/publications/decouvrir/2014/10/cinq-defis-batir-rapprochement-entre-recherche-societe

Longtin, D. (2010). Revue de la littérature : la recherche­-action participative, le croisement des savoirs et des pratiques et les incubateurs technologiques de coopératives populaires. Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES), Collection Études théoriques (no ET1102). Montréal : Centre de recherche sur les innovations sociales.

Miles, M.B. et Huberman, M.A. (2003). Analyse des données qualitatives (2e édition). Bruxelles : De Boeck.

Panet-Raymond, J. et Bourque, D. (1991). Partenariat ou pater-nariat ? La collaboration entre établissement publics et organismes communautaires œuvrant auprès des personnes âgées à domicile (Rapport de recherche). Montréal : Groupe de recherche en développement communautaire, Université de Montréal.

Penven, A. (2013). La fabrique du social, croisement des savoirs et apprentissages coopératifs. Sociologos. Repéré à http://socio-logos.revues.org/2756

Potvin, P. (2014). Collaboration recherche-pratique : Entrevue avec Pierre Potvin. Repéré à http://www.ctreq.qc.ca/collaboration-recherche-pratique/

Relais-femmes. (2014). Relais-femmes : une mission dynamique de liaison et de transfert des connaissances. Montréal : Relais-femmes.

Service aux collectivités de l’UQAM. (2011). L’UQAM dans la cité : la contribution du Service aux collectivités. Montréal : Université du Québec à Montréal.

Verspieren, M. et Chia, E. (2012). Rôle d’une recherche-action sur la diffusion des savoirs et la modification du contexte social. Dans B. Bourassa et M. Boudjaoui (dir.), Des recherches collaboratives en sciences humaines et sociales (p. 47-76). Québec : Presses de l’Université Laval.

Vygotsky, L.S. (1978). Mind in Society : The Development of Higher Psychological Processes. Cambridge : Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lafranchise, Lyne Kurtzman, Claire Vanier, Maxime Paquet, Kelly Cadec et Berthe Lacharité, « Conditions relationnelles en contexte de recherche partenariale collaborative », Éducation et socialisation [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/2514 ; DOI : 10.4000/edso.2514

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals