Navigation – Plan du site
Dossier
Réseaux et travail collaboratif

Mener la recherche avec les sujets concernés : comment et pour quels résultats ?

Gilles Monceau et Marguerite Soulière

Résumés

Le réseau international francophone Recherche avec soutient le développement de recherches qui associent directement les personnes concernées. Outre des rencontres internationales et interdisciplinaires, il développe, via une plateforme numérique, des informations et outils pédagogiques visant la diffusion de ses questionnements et travaux. Les réflexions qu’il propose sont d’ordre éthique, épistémologique et méthodologique.
L’article montre comment le réseau constitue un dispositif dont la première qualité est de mettre ses membres en réflexivité sur leur propre manière d’élaborer et de mener des recherches avec les personnes qu’elles impliquent. Il montre aussi quel type de résultats produit la recherche avec. L’objectif n’est pas d’apporter des recommandations pour une meilleure manière de faire de la recherche mais il propose un cadre d’analyse applicable à la recherche-action, recherche-intervention, recherche collaborative, recherche participative, recherche socio-clinique et autres démarches associant les sujets touchés par leurs objets.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’origine de ce qui est proposé dans cet article, se trouve la volonté commune de chercheurs d’orientation qualitative de travailler ensemble transversalement à leurs champs de recherche, domaines disciplinaires et pays. Ceci afin de construire collectivement des cadres d’analyse et des démarches de recherche associant les sujets concernés à la production de connaissances tout en travaillant les pertinences épistémologique et éthique dans le contexte sociopolitique actuel. Ces travaux sont donc porteurs d’une préoccupation politique en ce qu’ils mettent en œuvre une production de connaissance enracinée dans l’expérience contextualisée et la réflexivité des sujets, et aussi parce qu’ils visent une utilité sociale plus large qu’une opérativité à court terme.

2Le réseau international francophone Recherche avec a été créé en 2014 à l’occasion d’un symposium international organisé à l’Université d’Ottawa (Canada). Il s’est réuni en 2016 à l’Université Fédérale Fluminense (Brésil) et regroupe désormais une centaine de chercheurs, étudiants et professionnels. Sa finalité est de soutenir le développement et la reconnaissance institutionnelle de recherches qui associent les personnes touchées par celles-ci. Outre des rencontres internationales et interdisciplinaires, le réseau développe progressivement, via une plateforme numérique, des outils pédagogiques visant la diffusion de ses questionnements et travaux.

3L’histoire des sciences sociales rapporte de nombreuses démarches de recherches impliquant les sujets même si elles sont fréquemment dévalorisées en partie en raison d’une suspicion d’« engagement » des chercheurs qui contredirait le principe de rupture épistémologique. Cette histoire est peu connue, y compris trop souvent des chercheurs eux-mêmes. Différentes publications francophones d’histoires des sciences sociales permettent cependant d’en retrouver les inspirations initiales en Amérique comme en Europe (Savoye, 1994) et quelques synthèses plus contemporaines existent également (Vinatier et Morrissette, 2015), en particulier depuis que les démarches qualifiées de participatives (Houlier, 2016), collaboratives (Desgagné, 1997) ou impliquées (Hugon et Seibel, 1988) connaissent un regain d’intérêt du fait de nouvelles commandes et financements liés aux nouvelles formes de gestion de services publics. Au sein du réseau lui-même, un travail est mené pour permettre aux chercheurs de s’approprier ces sources de connaissance dans une perspective internationale.

4Après avoir montré comment des préoccupations convergentes entre chercheurs de différents champs, disciplines et pays les a conduits à coopérer dans le réseau Recherche avec, nous en présenterons les objectifs et la dynamique. Ceci permettra ensuite de préciser les visées, considérations éthiques, appuis épistémologiques et démarches méthodologiques des recherches menées dans le réseau. Nous pourrons enfin montrer, à partir de quelques exemples, quels types de résultats sont produits lorsque les chercheurs mènent la recherche avec les sujets les plus concernés.

Mise en contexte

5Le réseau Recherche avec a vu le jour en proposant une réflexion collective sur la base des constats suivants. Les nouvelles réalités humaines et sociales sont changeantes, complexes et diversifiées. Les cadres théoriques positivistes et les données populationnelles ne suffisent plus à comprendre ces réalités et à mettre en place des interventions adaptées comme celles-ci prétendent le faire. En conséquence, la prise en compte de l’expérience des personnes dans la mise en place de pratiques qui les touchent et les concernent devient incontournable.

6L’efficacité contestée des programmes d’intervention fondés sur des approches de recherche sociale prisées par les subventionnaires publics et privés (Parazelli, 2003) tient au fait que celles-ci ciblent des comportements et des individus et opèrent à partir de prescriptions pour recouvrer la santé ou se retrouver de nouveau dans la norme (Loncle, 2003). Ces approches populationnelles définissent a priori les catégories et les composantes d’un problème et construisent des cadres théoriques qui répondent avant tout aux besoins de connaissances des institutions pour le développement de leurs services (Leseman, 1996 ; Bourgeault, 2003). Ceci pose un problème majeur dans la mesure où la production des connaissances ne concerne alors que l’aspect « à réparer » de la réalité dans une visée de normalisation sociale renforcée par une tendance psychologisante (do Nascimento, 2006). Calqué sur le modèle médical, ce découpage morcelle la vie des personnes cibles de l’intervention (lieux, populations, comportements). Les savoirs scientifiques ainsi produits évacuent la contextualisation et la diversité des réalités vécues. Par ailleurs, ils renvoient aux acteurs sociaux des représentations d’eux-mêmes à partir desquelles ils se construisent et se positionnent dans une catégorie sociale « désignée » pour parler d’eux-mêmes, des autres et du monde dans lequel ils vivent selon ces représentations naturalisées (Couillard, 1995 dans Couillard et Piron, 1996).

7Cette non-considération des expériences subjectives et des savoirs ordinaires dans la production des connaissances appelle à la vigilance éthique, épistémologique et méthodologique des chercheurs qui souhaitent un développement démocratique des savoirs et des pratiques en sciences humaines et sociales. L’ethnométhodologie américaine avait déjà attiré l’attention des chercheurs sur la nécessaire prise en compte de l’indexicalité des situations étudiées, interrogeant de fait la « montée en généralité » qui implique toujours une décontextualisation (Garfinkel, 2007/1967). Plus récemment, les recherches dites « situées » (Harraway, 1988) ont repris cette préoccupation en travaillant à la légitimation de recherches réalisées par des chercheur(e)s impliqué(e)s dans l’objet lui-même, en l’occurrence dans le mouvement féministe.

Le dispositif Recherche avec

8Le réseau a fait le choix de la francophonie malgré son projet international, ce qui peut surprendre compte tenu de la situation présente dans les institutions scientifiques internationales où domine l’anglais. Le choix du français implique en conséquence pour les membres du réseau de travailler « en contexte minoritaire », expression utilisée au Canada pour désigner la situation des communautés francophones dans des environnements anglophones (Denault et Mc Laughlin, 2015). Notre démarche n’est pas d’opposer le français et l’anglais mais de développer la diversité linguistique et donc celle des modes de pensées en sciences humaines et sociales, tout particulièrement dans l’analyse des pratiques professionnelles et des fonctionnements institutionnels.

9Dans la suite de nombreux travaux francophones et lusophones, tout en tenant compte de publications anglophones partageant cette perspective, il s’agit de développer des recherches dont la rigueur repose d’abord sur la prise en compte des singularités individuelles et collectives situées dans des contextes sociaux, économiques et politiques.

10Les membres lusophones et hispanistes natifs appartenant à notre réseau sont venus au français pour accéder à des auteurs comme Foucault, Deleuze, Guattari, Derrida, Bourdieu et bien d’autres, mais aussi pour participer à un environnement de pensée en phase avec leurs propres préoccupations. L’affirmation d’une langue de travail scientifique différente est aussi celle d’une recherche alternative, y compris pour des chercheurs exerçant dans d’autres contextes linguistiques : portugais (Brésil, Portugal) et espagnol (Mexique, Chili). Ils y sont aussi encouragés par le développement du français dans l’enseignement supérieur en Amérique latine, tout particulièrement au Brésil et au Mexique.

11A l’inverse, le réseau permet la diffusion des travaux latino-américains vers l’Europe et le Canada sans la médiation de la langue anglaise, ce qui leur permet de bénéficier d’une reconnaissance nouvelle. C’est ainsi que les francophones natifs ont découvert et s’approprient la psychologie sociale et institutionnelle latino-américaine ou la santé collective brésilienne (L’Abbate, 2017) ou peuvent approfondir leur connaissance souvent très partielle de la pensée de Paulo Freire…

12La construction et le fonctionnement du réseau passent par des symposiums qui sont des rencontres scientifiques collaboratives qui rompent avec le modèle devenu ordinaire. Il ne s’agit pas prioritairement d’y présenter des résultats formalisés mais de soumettre à l’analyse collective les choix, les doutes et les limites qui font le travail réel du chercheur. En amont de ces rencontres, des échanges thématiques au sein de groupes de travail mettent à l’ouvrage les participants dans des espaces d’échanges ouverts sur une Plateforme numérique1 Les interférences entre disciplines (sciences de l’éducation, sociologie, anthropologie, psychologie sociale, travail social, sciences infirmières et médecine) et pays permettent de réinterroger les traditions scientifiques, idéologiques et techniques des uns et des autres à partir de la place donnée aux sujets. Le dispositif du réseau s’élabore donc en collaboration et articule ses travaux autour de quatre axes de réflexion : les visées, l’éthique, l’épistémologie, la méthodologie.

Quelles visées pour nos recherches ?

13Les visées du Réseau Recherche avec identifiées par les chercheurs, praticiens chercheurs, doctorants se regroupent sous deux catégories : les visées de compréhension et les visées de transformation. Une pluralité d’appropriation de ces visées par les chercheurs montre ici le dynamisme qui anime le réseau.

14La recherche avec présuppose une entrée sur le terrain en vue d’éclairer des réalités mal comprises, à partir d’un autre angle de vue, souvent une perspective émique, pour apporter des éléments de compréhension qui échappent aux modèles dominants de la recherche sur. La prédominance des savoirs d’experts et la modélisation d’une pratique de recherche à distance des personnes concernées limitent considérablement la compréhension des réalités vécues et leur mise en rapport avec les contextes sociaux, économiques et politiques qui en délimitent les possibilités. Ces visées de compréhension dans la recherche avec impliquent des visées de démocratisation de la production du savoir. Par l’usage du terme « démocratisation », il faut ici entendre que cette perspective de recherche présuppose une démarche continue de réflexivité critique (Pillow, 2003) qui assure la vigilance vis-à-vis des enjeux de pouvoir liés à la hiérarchisation sociale des statuts des chercheurs et des participants (jeunes, enfants, groupes minorisés ou marginalisés). Cette démocratisation implique aussi de construire la recherche en fonction d’intérêts communs de compréhension et de transformation, élaborés et partagés entre les chercheurs et les participants. Il s’agit ici de comprendre ensemble une réalité et de la transformer ensemble à travers un processus de recherche avec (Bibeau, 2010).

15Ces réflexions nous conduisent aux visées politiques de la recherche avec, qui trouve un nouvel élargissement dans la lignée des recherches-actions participatives dont certaines s’affirment aujourd’hui, en lien avec une épistémologie dite « du sud » (de Susa Santos, 2016), dans leurs dimensions militantes assumées qui rejoignent certaines expérimentations françaises (Monceau, 2015). Finalement la recherche avec se définit aussi comme intégrant des visées qui peuvent être qualifiées de pédagogiques, cela dans le partage d’expériences réalisé dans la confrontation au terrain et à l’altérité. La recherche avec se pratique et s’acquiert dans l’expérimentation de la collaboration vue comme confrontation à l’altérité.

Quelles considérations éthiques spécifiques implique cette association des sujets ?

16La question de l’éthique est soulevée dans le réseau Recherche avec sur deux registres : d’une part les obstacles que pose l’éthique procédurale dans la pratique de la recherche avec et les défis que cela soulève, d’autre part l’éthique relationnelle et ses composantes de réciprocité et de responsabilité face aux enjeux de pouvoir qui la constituent. Les considérations éthiques, telles que soulevées dans le réseau, sont pensées par différents chercheurs comme une préoccupation politique.

17L’éthique procédurale se pose de manière différente selon les pays des chercheurs du réseau. Pour les Canadiens et les Brésiliens, l’approbation des comités d’éthique de leur institution et de ceux des établissements où ils comptent recruter leurs participants est un préalable incontournable. En France, seules les recherches dans le milieu de la santé sont, pour l’instant encore, soumises à des comités d’éthique. Par exemple, les comités d’éthique canadiens sont régis par l’Énoncé politique des trois conseils de recherche subventionnaires (EPTC). Par contre, les procédures s’appliquent selon les cultures d’établissement (Gaudet, 2009) et la compréhension qu’ont les membres des comités d’éthique de la vigilance éthique des chercheurs. Dans le cas de la recherche avec, les fondements philosophiques de liberté de participation, respect de la confidentialité, protection contre les effets néfastes se répercutent concrètement sur deux plans dans la pratique de la recherche : celui de l’accès aux populations et personnes dites vulnérables ; et celui méthodologique de la construction des outils de recherche. Bien que cette vigilance ait sa place dans la pratique de la recherche, elle soulève par ailleurs certains défis.

18Une pratique de la recherche avec, qui implique dès le départ les personnes concernées pour définir avec elles les catégories, les méthodes et l’objet, se heurte à un ordre des séquences qui ne permet que difficilement ces activités préalables. Pour présenter le projet à des jeunes par exemple, les barrières de protection qui les entourent (et on peut en être rassuré par ailleurs) compromet la faisabilité même de la recherche, compte tenu des restrictions des moyens pour communiquer avec les jeunes (ce qui est autorisé ne fonctionne pas et l’inverse). En ce sens, une personne qui a établi un rapport de confiance avec les jeunes ne peut les encourager à y participer, du fait de la contrainte à le faire que pourrait ressentir un adolescent. Pourtant, c’est bien la recommandation de cette personne de confiance qui, du point de vue des jeunes, leur garantit sécurité et effets bénéfiques (Soulière, 2013).

  • 2 De nouvelles clauses dans certains établissements (comme l’Université d’Ottawa) associées aux « pra (...)

19Outre l’accès aux participants, la construction des outils de recherche avec les participants et leur adaptation continuelle en fonction des résultats obtenus doit toujours faire l’objet d’explications et de clarifications aux comités d’éthique. Les règles exigent de fournir les questionnaires, guides d’entrevues, etc. en vue de vérifier la pertinence scientifique et la sensibilité des sujets abordés pour les participants. Face à ces incontournables procédures, les chercheurs adoptent différentes stratégies. Certains décident de « tout dire sans dire », ce qui consiste à ne pas éveiller l’attention du comité pour recevoir l’approbation le plus facilement possible (Colinet et Passos, 2015). D’autres optent pour la conscientisation des comités d’éthique en vue de transformer les conceptions dominantes du rapport distant et hiérarchique du chercheur et des participants dans la production de connaissances2.

20L’éthique relationnelle, pour sa part, concentre la plus grande part de la réflexion des chercheurs du réseau Recherche avec. Elle pose en premier lieu les visées de démocratisation de la recherche et la réflexivité critique que cela exige. L’enjeu du pouvoir entre les chercheurs et les participants est toujours présent. Pour certains la vigilance éthique en égard de cette inégalité « déjà là » consistent à la reconnaître, la nommer et l’assumer (Borges et Fortuna, 2017). Pour d’autres, la vigilance éthique concerne le développement de rapports (les plus) égalitaires (possibles) intégré au processus même de la recherche (Tedesco, 2017). L’éthique relationnelle implique la reconnaissance (Honneth, 2002) à travers le développement d’un climat de confiance dans lequel se tissent, de fait, des liens affectifs produits dans la durée ; à travers le positionnement des participants comme acteurs sociaux et politiques, co-auteurs de la recherche. Finalement la reconnaissance, c’est aussi celle des savoirs expérientiels, des savoirs ordinaires (Blais, 2006), des savoirs émiques (Olivier de Sardan, 1998) et au final, la reconnaissance de la véritable contribution à un processus de production des connaissances.

21L’éthique relationnelle réfère aussi à la réciprocité dans la relation chercheurs-participants dans la mesure où la recherche avec devient pour tous une occasion d’apprentissage, de conscientisation et de transformation. Par ailleurs, la relation fondée sur la confiance et la reconnaissance engage le chercheur dans une responsabilité éthique des effets des conclusions de la recherche sur la vie des participants, et plus largement sur la construction de soi et de l’autre.

Quels appuis épistémologiques ?

22Le réseau Recherche avec ne regroupe pas les chercheurs sur la base d’un même cadre d’analyse. C’est plus largement une posture épistémologique qui rend tangible l’affinité de leurs écoles et inspirations. Celle-ci peut s’appréhender dans la parenté historique des différentes approches théoriques principalement représentées dans le réseau : la santé collective, l’analyse institutionnelle et l’ethnographie critique qui ont émergé dans des contextes de profondes transformations sociales et politiques de la fin de la seconde guerre mondiale aux années 1970.

23La santé collective promeut une conception de la santé qui inclut les dimensions intersubjective, sociale et politique. Ses actions collectives l’ont conduite à contribuer à la résistance à la dictature brésilienne et à soutenir la mise en œuvre du système unique de santé (SUS). Cette approche de la santé, inspirée de l’éducation populaire et communautaire développée par Paulo Freire à partir de 1958, se développe dans et avec les communautés afin de susciter la capacité de transformation et d’émancipation.

24L’analyse institutionnelle conçoit les institutions comme un entrelacement vivant de règles, de normes et de résistances à celles-ci. Les institutions se manifestent dans des relations et des rencontres intersubjectives qui se donnent à lire, à comprendre et à transformer à partir d’analyseurs (éléments perturbateurs de l’institué) qui en éclairent les rouages et les enjeux. Les premiers travaux à l’origine de ce courant, en psychothérapie institutionnelle (Daumezon et Koechlin, 1952) et en pédagogie institutionnelle (Lobrot, 1966 ; Oury et Vasquez, 1967) sont menés par des professionnels qui, engagés dans leur milieu et de l’intérieur, vont l’analyser et le transformer, et ainsi renouveler leur connaissance de l’institution. En 1971, René Lourau et Georges Lapassade poseront dans Clefs de la sociologie les bases d’une transformation radicale de la sociologie en la redéfinissant dans l’intervention.

  • 3 Rhéaume parle d’un une épistémologie pluraliste (2012)

25L’ethnographie critique se rapproche de l’ethnographie classique mais y ajoute une articulation dialectique de l’expérience subjective des personnes et des relations de pouvoir qui en délimitent les possibilités dans des contextes sociaux, politiques, économiques, culturels donnés. Elle s’est développée dans le sillon du courant féministe (Fine, 1992) et interactionniste de l’École de Chicago (Denzin, 2001) et cherche à mettre en lumière ce qui est, et aussi ce qui devrait être dans une visée de transformation et d’émancipation. L’articulation dynamique et critique d’une pluralité de savoirs – expérientiels-professionnels-institutionnels3 et socio-historiques est au cœur de l’ethnographie critique. Elle permet d’interroger les allants de soi, et de s’ouvrir à une compréhension vivante et renouvelée des phénomènes étudiés. Ici, la production des connaissances implique les personnes les plus directement concernées, celles de qui il est question, dans un processus de réflexion, de création-réflexion, de conscientisation, d’émancipation, suivant la méthodologie utilisée et les objectifs spécifiques visés par chaque recherche.

Quelles méthodologies, démarches et dispositifs de recherche ?

26Un dénominateur commun entre les approches méthodologiques que développent les chercheurs du réseau se trouve dans la mise en place de dispositifs méthodologiques facilitant l’expression individuelle et collective en vue d’atteindre les objectifs de compréhension et de transformation dans le contexte donné de la recherche. C’est donc en fonction des personnes (leurs sujets de recherche), de quoi il est question (leurs objets) ou des lieux où se mènent les recherches que les chercheurs mettent en place des dispositifs pour permettre de véritables rencontres de l’autre et des déplacements de soi dans la recherche avec.

27Les enjeux de pouvoir entre les chercheurs et les sujets participants appellent à une constante vigilance. Lorsqu’il s’agit des jeunes et des enfants, les chercheurs dans ce champ développent des dispositifs qui sont en priorité axés sur leurs sujets. Ils leur proposent d’utiliser des langages (visuel, sonore, symbolique) et des formes d’expression (humour, fiction, documentation, etc.) qui leur correspondent et les inspirent. Par exemple, la création individuelle et collective de vidéos, le dessin de cartes mentales de leur espace vécu (Soulière, 2008), et la photographie de leurs places (de Saint-Martin, 2015).

28Pour d’autres chercheurs, les objets de leur recherche amènent à créer des méthodologies appropriées, par exemple la méthodologie des sensibilités dans le livre « Vues et non entendues » (Caron, 2015). Dans le contexte d’un sujet controversé, ici l’hypersexualisation des filles, un dispositif qui consiste à laisser guider l’exploration du sujet en fonction des émotions ressenties par les participantes et la chercheure dans le processus d’enquête. Ou encore dans des études portant sur des problématiques d’inégalités sociales, on retrouve des dispositifs participatifs élaborés par des chercheurs qui se réclament de la tradition d’éducation populaire (Freire, 1974/1969) et de la recherche action participative (RAP) (Gélineau et al., 2013). Il s’agit de faciliter l’expression individuelle et collective, de la conception du projet à l’analyse et la diffusion des résultats. Pour y parvenir, une importance centrale est accordée à clarifier la place, le rôle, les intérêts de chacun. Il est alors possible de s’entendre sur la reconnaissance des savoirs respectifs et la force de cette diversité. C’est finalement à travers l’action et son analyse réflexive que les participants et les chercheurs produisent des connaissances en élaborant et vivant ensemble un processus de conscientisation et de transformation.

29Un dernier élément qui est pris en compte dans la recherche avec est le lieu. Chacun des lieux est porteur de codes et de règles qui impactent sur les interactions qui sont déjà là (Mucchielli et Noy, 2005). Les différents lieux font appel à différentes sensibilités et intelligences. Par exemple, mener une recherche avec des jeunes dans le cadre scolaire ou dans des parcs l’été fera ressortir dans le ici et maintenant des aspects différents des réalités des jeunes (Anderson, 2009 ; Soulière, 2014). En ce sens, favoriser l’expression implique de mener la recherche dans des lieux diversifiés où les sujets concernés se trouvent le plus à l’aise possible pour ressentir, réfléchir, créer ou dire.

Ce qu’apportent les résultats des recherches associant les sujets

30 La singularité des résultats des recherches menées avec les sujets les plus concernés est sans doute d’abord dans le fait que celles-ci produisent, de par les dispositifs qu’elles adoptent, des effets directs sur les terrains où elles sont menées (Monceau, 2017). La plupart d’entre elles, prenant les formes de la recherche-action, de la recherche-intervention ou plus largement de recherches collaboratives et faisant place à divers dispositifs d’analyse des pratiques professionnelles, sont d’ailleurs initiées par des demandes formulées par des collectifs de professionnels et/ou des responsables d’établissements ou de collectivités locales (Rougerie, 2015).

31Lorsqu’elle répond à une commande formalisée, les premiers résultats attendus de la recherche peuvent alors être des effets de formation, de meilleure compréhension par les sujets des situations qu’ils vivent mais aussi de transformation de celles-ci. On observe d’ailleurs actuellement un renouveau de la recherche-intervention intégrant explicitement cette visée (Marcel, 2015). Cependant, y compris dans ces situations, les chercheurs visent à produire des résultats de recherche susceptibles d’être publiés, donc débattus par la communauté scientifique.

Mise en lumière des capacités critiques et des ressources des sujets

32 Un premier type de résultats qui, sans être exclusif des recherches associant les sujets concernés, en est certainement l’une des caractéristiques, est de reconnaître et mettre en lumière les ressources critiques et stratégiques de sujets ordinairement considérés comme « vulnérables » (Becquet, 2012), « faibles » (Rurka, 2013), « en situation de handicap » (de Saint Martin, 2014) etc. En adoptant cette visée, les chercheurs constatent que la forme prise par le dispositif de recherche conditionne l’émergence d’une compréhension fine des ressources critiques et pratiques, et la manière dont ils les mobilisent.

33La recherche doctorale de Claire de Saint-Martin, menée avec des enfants de trois classes spécialisées dans l’inclusion scolaire, visait à comprendre la perception que les élèves avaient de leur place dans l’institution scolaire (de Saint Martin, 2014). La chercheure a d’abord rencontré le scepticisme des professionnels devant le dispositif adopté, reposant sur l’analyse collective construite par les enfants eux-mêmes. Les résultats font apparaitre toute la subtilité et la variété des perceptions de ces élèves institutionnellement marginalisés et leur sensibilité aux contradictions institutionnelles auxquelles ils sont soumis par des modalités de scolarisation les enjoignant à être comme les autres tout en les traitant de manière différente.

34Ce type de recherche contribue à la transformation des représentations de groupes sociaux marginalisés. Cela a le double effet de produire des connaissances nouvelles (le regard des enfants en situation de handicap sur l’institution scolaire à partir de leur expérience dans un dispositif particulier) et de transformer les relations des professionnels avec eux, considérés à travers le processus de recherche comme des acteurs sociaux à part entière, capables de réfléchir, identifier leurs difficultés et de parler en leur nom.

Compréhension et transformation des représentations en vue de l’élaboration de politiques et de dispositifs d’action publique

  • 4 « Cohen (2011) décrit la panique morale comme une réaction démesurée envers des pratiques culturell (...)

35 Deux recherches avec des adolescents, une avec des garçons (Soulière 2008), et l’autre avec des filles, (Caron, 2009) proposent des exemples de compréhension de l’intérieur. Ces études visant la transformation des représentations déficitaires des adolescents ont été menées indépendamment durant la première décennie des années 2000 dans la même province canadienne, le Québec. Cette période, qui était caractérisée par un contexte controversé de panique morale4 entourant les conduites des jeunes, avait vu se transformer l’adolescence en un phénomène à risque pour tous. Du côté des garçons, la focale était sur le mal-être généralisé associé au décrochage scolaire, à la toxicomanie, à la dépression, à la violence, etc. Pour les filles, la panique s’était fixée sur l’hypersexualisation décelée par un habillement jugé trop osé (string, camisoles, tailles basses) et une présentation de soi dans un mode trop séducteur. Ces études ont montré l’écart entre les représentations dominantes sur lesquelles se fondent les programmes de prévention destinés aux adolescents et les réalités vécues et interprétées par les adolescents et leur signification. Elles montrent comment se construisent socialement et politiquement des problématiques qui reflètent avant tout les enjeux majeurs et les paradoxes des sociétés contemporaines. (Pour en savoir plus sur ces recherches : voir Soulière 2007, 2013a, 2013b pour les garçons ; Caron, 2015 pour les filles et Caron et Soulière, 2015 pour les « jeunes à risque »).

  • 5 L’espace vécu met en rapport les différents lieux de leur vie, l’expérience individuelle et les str (...)

36À travers des réalisations collectives de vidéos, des entretiens de groupes et des entrevues individuelles dont le point de départ fut l’invitation à dessiner une carte mentale de leur espace vécu5, les garçons ont fait comprendre aux chercheurs que leur vie se partage entre différents lieux, avec différentes personnes et à travers différentes activités. Chaque lieu possède ses codes, ses interdits, ses permissions, ses modes de relations et ses priorités. Si on impute en grande partie la déroute collective des garçons aux manques de modèles masculins positifs (Sauvé, 2003) et à l’effondrement de la famille moderne (Dagenais, 2000), il ressort de ce que racontent les garçons de leur famille et des personnes significatives pour eux, une conception émique de la parenté (dans le sens des réseaux de relations essentielles entourant leur éducation (Fox, 1972). Ce que les adolescents nous enseignent, c’est qu’au-delà des mouvements dans la vie conjugale des parents, ils s’approprient leur entourage qui leur fournit une diversité de repères à partir desquels ils se construisent et deviennent soi. La prise en compte de cette conception vécue et appropriée des relations essentielles permet de dépathologiser les modèles de familles qui s’éloignent de la famille nucléaire d’origine.

37Ces nouveaux repères offrent des alternatives aux catégories classiques pour qualifier les liens familiaux : modèles de famille, conduites, habiletés, compétences des parents axés sur les comportements, souvent désincarnés, parce que conçus dans des visées de standardisation et de mesures. Finalement ils alimentent une réflexion préalable à l’intervention quand il s’agit d’accompagner des adolescents et leur famille dans des cas de difficultés, de moments ou de situations de vulnérabilités.

Exploration des rapports du politique, de l’administratif et du scientifique

38 En suscitant la mise en réflexivité des sujets sur les dispositifs de recherche eux-mêmes, les chercheurs exposent leur propre travail à des remises en cause non seulement méthodologiques mais aussi concernant les finalités. Dans le même temps, ils se donnent l’opportunité de mieux saisir les enjeux et les effets de la recherche pour les sujets sur les terrains où elle se mène. L’implication de chercheurs dans la mise en œuvre de programmes et stratégies destinés à transformer les pratiques est de plus en plus courante. Les chercheurs y trouvent un accès facilité à des terrains d’enquête mais aussi des ressources financières. Cependant, la conséquence directe de ces opportunités est que la recherche se trouve impliquée dans des enjeux et des choix politiques qui peuvent eux-mêmes peser sur la recherche.

39Une publication récente dans l’une des principales revues de santé publique brésilienne est représentative de cette situation (Fortuna et al., 2017). Un groupe de chercheurs a été constitué en réponse à un appel d’offres de recherche du Programme de recherche du Système Unique de Santé brésilien. La commande était d’accompagner la mise en place d’un réseau (dit « réseau cigogne ») de professionnels et d’établissements de santé concernés par la périnatalité, ceci dans une région de l’état de São Paulo. L’équipe de recherche était constituée de membres de la direction régionale de la santé, de chercheurs appartenant à deux universités implantées sur le territoire et d’un chercheur français. Tous avaient le statut de co-chercheurs.

40La démarche a intégré un travail constant d’analyse des implications des chercheurs dans l’implantation du réseau de périnatalité avec les équipes de professionnels de santé mais aussi au sein de l’équipe de recherche. Les tensions entre les missions des uns et des autres, rendues visibles par différents analyseurs de leurs contraintes organisationnelles et hiérarchiques respectives sont alors apparues. Produire l’analyse de ces tensions et contradictions est une exigence épistémologique incontournable de la Recherche avec. Cependant, ces résultats questionnent plus largement les collaborations entre « décideurs » et « chercheurs ».

41En faisant l’économie de la contextualisation politique de dispositifs à l’implantation desquels elles contribuent et de la prise en compte des intérêts différents voire divergents qui s’y réfractent, certaines recherches, y compris parfois collaboratives, font passer au second plan l’exigence scientifique derrière l’exigence administrative ou politique. Ceci au risque de produire des connaissances aveugles à la complexité de la réalité sociale.

Conclusion 

42Le dispositif de travail du réseau Recherche avec ne vise pas à produire un nouveau cadre théorique ou méthodologique qui définirait une meilleure manière de faire de la recherche mais un cadre d’analyse réflexive applicable à la recherche-action, recherche-intervention, recherche collaborative, recherche participative, recherche socio-clinique et autres démarches faisant appel à la collaboration des sujets concernés par leurs objets. Le dispositif est également porteur d’opportunités pour les professionnels et chercheurs.

43Pour les professionnels qui participent à ce type de recherche, ils y trouvent une occasion de renouveler leur compréhension des enjeux qui traversent leurs pratiques. Qu’ils y participent ou non, ils peuvent également y trouver des analyses contextualisées pour appuyer des propositions alternatives aux logiques et discours dominants de rationalisation des pratiques.

44Pour les chercheurs participant au dispositif Recherche avec, une fonction importante de celui-ci, comme de tout réseau scientifique international, est de produire des opportunités de collaboration entre pays. C’est ce qu’accomplit le réseau Recherche avec, en croisant non seulement les approches disciplinaires mais aussi les secteurs professionnels concernés par les recherches. Un projet portant sur les rapports entre naissance et parentalité est ainsi en cours entre Brésil, Canada et France concernant l’éducation, la santé et l’intervention sociale.

45Construit en transversalité à différentes disciplines universitaires, approches théoriques, cadres nationaux et champs professionnels, le réseau permet aux chercheurs de contextualiser leurs analyses en relativisant les effets des contextes locaux. Ainsi, si les effets des nouveaux modes de gestion des services publics apparaissent dans les différents secteurs et pays, ceux-ci se déclinent selon des modalités toujours spécifiques dont la confrontation permet d’affiner l’analyse de chaque réalité.

46Les résultats produits par les recherches menées avec les sujets concernés interrogent ceux des recherches visant la formalisation d’indicateurs, de référentiels et de « bonnes pratiques » censés être transférables à toute situation réunissant un certain nombre de caractéristiques. Au-delà, elle interroge les modes de gouvernement qui ont désormais recours à ces outils dans le prolongement du Nouveau Management Public (Piron et Couillard, 1996 ; Parazelli, 2003 ; de Gaulejac, 2012).

Haut de page

Bibliographie

Anderson, J. (2009). The difference that places makes to methodology : uncovering the ‘lived space’ of young people’s spatial practices, Children’s Geographies, 7(3), 291-303.

Becquet, V. (2012). Les « jeunes vulnérables » : essai de définition. Agora, 3(62), 51-64.

Bibeau, G. (2010). Quelle place pour les savoirs critiques dans nos universités corporatives ? (Conférence donnée à Montréal le 23 avril 2010 dans le cadre d’une journée de réflexion intitulée : “Université : savoirs et avenir ou pièges et dérives ?”). Chicoutimi : Les classiques des sciences sociales, Université du Québec à Chicoutimi.

Blais, L. (2006). Savoir expert, savoirs ordinaires : qui dit vrai ? Vérité et pouvoir chez Foucault. Sociologie et sociétés. 38 (2), 151-163.

Borges, F. et Fortuna, C. (2017). Éducation continue en santé et dispositifs analytiques en « recherche avec ». Dans P. Bessaoud-Alonso (Ed.). Les dispositifs dans la « recherche avec » Regards croisés en éducation. Paris : L’Harmattan (à paraître).

Bourgeault, G. (2003). L’intervention sociale comme entreprise de normalisation et de moralisation : peut-il en être autrement ? À quelles conditions ? Nouvelles pratiques sociales, 2 (16), 92-105.

Caron, C. (2015). Vues mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation. Québec : PUL.

Caron, C. et M. Soulière (2013). Les jeunes à risque : généalogie d’un langage problématique. Revue canadienne de sociologie, 50 (4), 430-452.

Cohen, S. (2011) Folk Devils and Moral Panics : The Creation of the Mods and Rockers. London : Routledge.

Colinet S. et I.F. Passos (2015). Éthique procédurale, entre petits arrangements et transgression : comparaison Brésil-France. Fractal : Revista de Psicologia, 27 (3), 256-263.

Dagenais, D. (2000). La fin de la famille moderne : la signification des transformations contemporaines de la famille, Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval.

Daumézon, G. et P. Koechlin (1952). La psychothérapie institutionnelle française contemporaine. Anais portugueses de psiquiatria, 4(4), 271-312.

Denault, A.-A. et M. Mc Laughlin (2015). Francophonie, légitimité et devenir / Francophonie, Legitimacy and the Future. Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, 5, 3-12.

Denzin, N. (2001). Studies in Symbolic Interaction. (Volume 24). Emerald Group Publishing Limited.

Desgagné, S. (1997). Le concept de recherche collaborative : l’idée d’un rapprochement entre chercheurs universitaires et praticiens enseignants. Revue des sciences de l’éducation, 23 (2), 371-393.

Di Méo, G. (1998). De l’espace aux territoires : éléments pour une archéologie des concepts fondamentaux de la géographie. L’information géographique, 3, 99-110.

Ducharme, É. (2012). La "nouvelle philanthropie" : coup d’œil sur les impacts de sa présence en sol québécois. Nouvelles pratiques sociales, 1, 16-29.

Fine, M. (1992). Disrupted voices : the possibilities of feminist research. Ann Arbor : University of Michigan Press.

Fortuna, C. M. ; Mesquita, L.P. ; Matumoto, S. et Monceau, G. (2016). A análise de implicação de pesquisadores em uma pesquisa-intervenção na Rede Cegonha : ferramenta da análise institucional. Cadernos de Saúde Pública, 32(9) (en ligne).

Fox, R. (1972). Anthropologie de la parenté. Une analyse de la consanguinité et de l’alliance. Paris : Gallimard.

Freire, P. (1974/1969). Pédagogie des opprimés. Paris : Editions Maspero.

Garkinfel, H. (2007/1967). Recherches en ethnométhodologie. Paris : P.U.F.

Garcia Oramas, M.J. (2011). Le malaise professionnel chez les enseignants. Cliopsy, 5, 57-66.

Gaudet, S. (2009). Penser les éthiques de la recherche phronétique : de la procédure à la réflexivité. Cahiers de recherche sociologiques, 48, 95-109.

Gaulejac (de), V. (2012). La recherche malade du management. Versailles : Éditions Quæ.

Gélineau, L. ; Dupéré, S. ; Fradet, L. ; Landry, E. ; Beaulieu, M. et O’Neill, M. (2013). Une rencontre pan-québécoise sur la recherche participative francophone en santé et services sociaux : origines, déroulement et principaux apprentissages. Nouvelles pratiques sociales. 25 (2), 50-72.

Harraway, D. (1988). Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective. Feminist Studies, 14(3), 575-599.

Honneth, A. (2002). La lutte pour la reconnaissance. Paris : Cerf.

Hugon, M.A. et Seibel, C. (Ed.) (1988). Recherches impliquées-Recherches action : le cas de l’éducation. Bruxelles : De Boeck Université.

L’Abbate, S. (2017). Analyse Institutionnelle et Santé Collective au Brésil : effets d’une articulation théorique. In G. Monceau (éd.) Enquêter ou intervenir ? Effets des recherches socio-cliniques (pp. 129-137). Nîmes : Champ social.

Leseman F. (1992). La pauvreté : aspects sociaux. In F.Dumont (Ed.). Traité de pathologie sociale (pp. 1-26). Québec : Institut québécois de recherche sur la culture.

Lobrot, M. (1966). La pédagogie institutionnelle. L’école vers l’autogestion. Paris : Gauthier Villars.

Loncle, P. (2003). L’action publique malgré les jeunes : Les politiques de jeunesse en France de 1870 à 2000. Paris : L’Harmattan.

Lourau, R. et Lapassade, G. (1971). Clefs pour la sociologie. Paris : Seghers.

Marcel, J.-F. (Ed.) (2015). La recherche-intervention par les sciences de l’éducation : accompagner le changement. Dijon : Éducagri.

Monceau, G. (2014). Effets imprévus des dispositifs visant à rapprocher les parents éloignés de l’École. Éducation et Société, 2(34), 71-85.

Monceau, G. (2015). La recherche-action en France : histoire récente et usages actuels. In Les chercheurs ignorants (Ed.). Les recherches-actions collaboratives. Une révolution de la connaissance (pp. 21-31). Rennes : Presses de l’EHESP.

Monceau, G. (dir.)(2017). Enquêter ou intervenir ? Effets de la recherche socio-clinique. Nîmes : Champ social.

Mourao, L. C. et Soussume, T. N. (2017). Intérêt de l’analyse des implications dans un dispositif de recherche : le cas d’un programme de lutte contre l’hypertension. Dans G. Monceau (Ed.) Enquêter ou intervenir ? Effets des recherches socio-cliniques (pp. 48-57). Nîmes : Champ social.

Mucchielli, A. et Noy, C. (2005). Études des communications. Approches constructivistes. Paris : Armand Colin.

Nascimento (do), M. L. (2006). Émergence et production d’enfance inégale au Brésil. La lettre de l’enfance et de l’adolescence, 1(63), 85-92.

Olivier de Sardan, J.-P. (1998). Émique. L’Homme, 38(47), 151-166.

Oury, F. et Vasquez, A. (1967). Vers une pédagogie institutionnelle. Paris : Maspero.

Parazelli, M. (2004). Le renouvellement démocratique des pratiques d’intervention sociale. Nouvelles pratiques sociales, 17(1), 10-32.

Parazelli, M. et al. (2003). Les programmes de prévention précoce : fondements théoriques et pièges démocratiques. Service Social, 50(1), 81–121.

Pillow, W. S. (2003). Confession, catharsis, or cure ? Rethinking the uses of reflexivity as methodological power in qualitative research. Qualitative Study in Education,16(2), 175-196.

Piron, F. et M.-A. Couillard (1996). Les usages et effets sociaux du savoir scientifique. Anthropologie et sociétés, 20(1),7-26.

Rougerie, C. (2015). L’accueil, un analyseur des implications professionnelles dans le travail social. Recherche socio-clinique en CCAS (Centre Communal d’Action Sociale). Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, Université de Cergy Pontoise.

Rurka, A. (2017). La voix des "acteurs faibles" dans les processus de production de connaissances. Dans G. Monceau (Ed). Enquêter ou intervenir ? Effets des recherches socio-cliniques (pp. 99-108). Nîmes : Champ social.

Saint-Martin (de), C. (2014). Que disent les élèves de CLIS 1 de leur(s) place(s) à l’école ? Un empan liminal. Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, Université de Cergy Pontoise.

Sauvé, M.-R. (2005). Échecs et mâles : les modèles masculins au Québec, du marquis de Montcalm à Jacques Parizeau. Montréal : Intouchables.

Savoye, A. (1994). Les débuts de la sociologie empirique. Paris : Méridiens Klincksieck.

Soulière, M. (2009). Jeux d’adolescence et enjeux de société. De l’appropriation du monde à sa transmission. Thèse de Doctorat. Département d’anthropologie, Université de Montréal.

Soulière, M. (2013). Construction de soi des adolescents : une histoire d’ouverture et de temps. Service social, Numéro thématique (59), 108-128.

Soulière M. (2014). Enjeux et effets de la recherche « avec » des adolescents : réflexion critique sur une expérience de recherche préliminaire. Dans G. Monceau (Ed). Effets des recherches socio-cliniques sur les pratiques étudiées : enquêter/intervenir. Symposium international, AREF Montpellier, 2013. (en ligne)

Soulière, M. ; Gentelet, G. et Coman, G. (Eds) (2014). Visages contemporains de la critique sociale. Réflexions croisées sur la résistance quotidienne. Canada : Editions de l’ACSALF.

Susa Santos (de), B. (2016). Epistémologies du sud. Paris : Desclée de Brouwer.

Tedesco, S. (2017). L’orientation éthique de la recherche socio-clinique. Dans G. Monceau (Ed.) Enquêter ou intervenir ? Effets des recherches socio-cliniques (pp. 147-154). Nîmes : Champ social.

Vinatier, I. et Morrissette, J. (2015). Les recherches collaboratives : enjeux et perspectives. Note de synthèse. Carrefours de l’éducation, 39(1), 135-168.

Haut de page

Notes

1 www.rechercheavec.com

2 De nouvelles clauses dans certains établissements (comme l’Université d’Ottawa) associées aux « pratiques émergentes » permettent une certaine exploration pour autant que le matériel recueilli ne soit pas considéré comme des résultats à des fins d’analyse. Cela témoigne aussi d’un souci d’ouverture pour l’adaptation aux sciences humaines et sociales des normes éthiques élaborées dans une logique de recherche biomédicale.

3 Rhéaume parle d’un une épistémologie pluraliste (2012)

4 « Cohen (2011) décrit la panique morale comme une réaction démesurée envers des pratiques culturelles ou individuelles, souvent minoritaires et marginales, perçues comme déviantes, nocives et dangereuses pour les individus qui les pratiquent mais aussi pour le bien-être collectif » (Caron, 2015 :49)

5 L’espace vécu met en rapport les différents lieux de leur vie, l’expérience individuelle et les structures sociales. L’espace vécu fait converger, en les emboîtant l’un dans l’autre, des concepts utiles pour saisir la diversité et la complexité de l’expérience des adolescents : l’espace de vie (les lieux régulièrement fréquentés par chacun) ; l’espace social (les interrelations sociales que chacun développe en fonction du cadre, des codes et des possibilités propres à chaque lieu) ; l’espace perçu (l’appropriation symbolique qu’en fait chacun, les valeurs, les rêves, les émotions qui y sont associés (Guy Di Méo, 1998)).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Monceau et Marguerite Soulière, « Mener la recherche avec les sujets concernés : comment et pour quels résultats ? », Éducation et socialisation [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/edso/2525 ; DOI : 10.4000/edso.2525

Haut de page

Auteurs

Gilles Monceau

Professeur en Sciences de l’éducation, laboratoire EMA, Espé, Université de Cergy-Pontoise

Marguerite Soulière

Professeure à l’Ecole de service social, Université d’Ottawa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals