Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45DossierRéseaux et travail collaboratifParole d’excluEs : croisement des...

Dossier
Réseaux et travail collaboratif

Parole d’excluEs : croisement des savoirs, des pouvoirs et des pratiques au sein de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs

Jean-Marc Fontan et Isabel Heck

Résumés

L’article présente un portrait de l’environnement de travail collaboratif qui a été mis en place en 2007 avec la création de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs. Nous y présentons le cadre d’émergence et de développement de ce dispositif de recherche-action qui a été pensé comme une extension extra murale des activités de recherche de deux chercheurs de deux universités québécoises. Cette démarche, initialement centrée sur un dispositif universitaire s’est enrichi d’une dimension terrain forte avec la création d’un poste de chercheur en milieu communautaire au sein de l’organisme Parole d’excluEs. Cet enrichissement illustre un mode d’une internalisation de la capacité de recherche et développement au sein d’une organisation de développement social. Les dix années de travail conjoint entre ces deux milieux producteurs de connaissance ont donné place à des modalités de collaboration qui sont présentées et analysées. Dans le même sens, une attention particulière est accordée au processus de coconstruction des connaissances qui a pris place au sein de l’Incubateur et de l’organisation Parole d’excluEs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans ce document, le masculin est utilisé comme générique dans le simple but de ne pas alourdir le (...)

1Dans le contexte sociopolitique actuel, où nous observons une reconfiguration de l’engagement de l’État et le renforcement de pratiques néolibérales, force est de constater le maintien de la capacité réflexive et de création d’expériences progressistes de la part d’acteurs de la société civile. Notre article explore cette capacité novatrice à partir de l’étude d’une collaboration institutionnalisée qui a pris place entre des représentants1 d’une expérience de mobilisation citoyenne, Parole d’excluEs, et des chercheurs associés au Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES).

2L’article se penche sur l’environnement de travail collaboratif qui a été mis en place avec la création de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs. Dans un premier temps, nous présenterons le cadre d’émergence et de développement des modalités de recherche-action qui ont pris place entre Parole d’excluEs et l’Incubateur universitaire éponyme. Nous verrons comment cette démarche, avec la création d’un poste de chercheur en milieu d’intervention, s’est traduite par une internalisation de la capacité de recherche au sein de Parole d’excluEs. Dans un deuxième temps, nous analyserons le processus et la dynamique relationnelle de coconstruction des connaissances. Dans un troisième temps, nous porterons une attention particulière sur ce que signifie coconstruire des connaissances (Vaillancourt, 2009) en contexte de transformation sociétale (Lévesque, Fontan et Klein, 2014).

Parole d’excluEs

3Parole d’excluEs est une organisation à but non lucratif fondée en 2006 pour renouveler les pratiques de lutte contre l’exclusion sociale et la pauvreté. Partant du constat que la pauvreté et l’exclusion sociale sont le produit de développements politiques, économiques et sociaux, Parole d’excluEs a développé une démarche qui s’appuie sur les besoins exprimés par des personnes vivant en situation d’exclusion et de pauvreté pour construire des actions collectives visant une transformation du cadre culturel sociétal afin qu’il soit vecteur d’inclusion et non producteur d’exclusion.

  • 2 Les trois terrains d’intervention sont : l’îlot Pelletier à Montréal-Nord depuis 2007, le site de l (...)

4Avec ses partenaires, Parole d’excluEs met en scène un modèle d’action voué à la « mobilisation citoyenne par le logement communautaire » dans trois quartiers défavorisés de Montréal2. Ce modèle d’action mobilise des citoyens, des acteurs de la société civile ainsi que des chercheurs provenant de différents horizons disciplinaires. Lorsque Parole d’excluEs s’établit dans un secteur d’intervention et y ouvre un local communautaire, les intervenants mettent en place les conditions propices au développement d’un dialogue et de relations de confiance avec les citoyens du quartier.

  • 3 Les activités de Parole d’excluEs sont financées à partir de subventions gouvernementales (par proj (...)

5Sans projet ni domaine d’intervention prédéfinis, Parole d’excluEs propose aux citoyens une démarche de recherche mobilisante (étude citoyenne) leur permettant d’exprimer des points de vue diversifiés sur leurs besoins et leurs aspirations. Ces études, validées en assemblée publique, systématisent les savoirs citoyens présents dans le territoire d’intervention afin de dégager une vision commune et rassembleuse. Cette vision constitue la pierre d’assise pour les actions collectives à développer. Sur la base de ce processus de mobilisation, des citoyens voient leur pouvoir d’agir s’accroitre et ils sont invités à passer collectivement à l’action pour relever les défis identifiés dans l’étude (Le Bossé et Dufort, 2000). Ils sont alors appelés à se regrouper pour constituer un Comité citoyen, lequel représente une entité distincte et autonome de Parole d’excluEs. Sur la base des besoins et des aspirations recensés, et de concert avec des représentants des Comité citoyens, des recherches-actions complémentaires sont réalisées par l’Incubateur universitaire de Parole d’excluEs (IUPE)3.

6Au fil des ans, cette démarche a permis le déploiement de solutions inclusives dans des domaines aussi diversifiés que le vivre ensemble, l’économie et l’emploi, l’alimentation, la santé, l’exclusion numérique, la petite enfance, l’aménagement et la démocratie participative. Elle a mené, entre autres, à la transformation d’espaces désaffectés en espaces citoyens, à la création d’un Centre de la petite enfance (CPE) ancré dans la communauté, au développement d’un système alimentaire basé sur la réciprocité et l’interdépendance et à la formation d’un Groupe informatique pour tous qui lutte contre l’exclusion numérique. Aujourd’hui, l’organisation compte plus de deux cent membres, une douzaine de salariés et une trentaine d’organisations partenaires impliquées dans des projets collectifs.

L’Incubateur universitaire Parole d’excluEs (IUPE)

7Au moment de sa création en 2007, l’IUPE se voulait un nouveau dispositif de recherche-action. Ce nouveau dispositif de recherche a pris la forme spécifique d’un « incubateur universitaire » dans la lignée des pratiques collaboratives universitaires de recherche et de formation présentes au Brésil (Longtin, 2010) et de l’approche fondée sur le croisement des savoirs, des pouvoirs et des pratiques qui a été développée par ATD Quart Monde (Defraigne-Tardieu, 2012).

8Le modèle d’action proposé par Parole d’excluEs pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion à l’échelle d’un quartier repose sur la mobilisation de citoyens, de représentants d’organisations de la société civile, d’agences publiques et de structures universitaires de recherche. Sur chaque site d’intervention, un Comité promoteur est chargé de soutenir la démarche de mobilisation citoyenne. Des représentants d’organismes communautaires et institutionnels ainsi qu’un représentant de l’IUPE siègent sur chacun des Comités promoteurs.

9Les premiers travaux de recherche réalisés par l’IUPE4 sont issus des besoins identifiés par les membres des Comités promoteurs. De 2008 à 2011, une vingtaine de recherches-actions ont été réalisées. La moitié de ces recherches portaient sur des thèmes tels que la mobilisation citoyenne (Boisvert et al., 2009), la mixité sociale (Leclerc-André, 2011), le modèle Accorderie (Rolandeau, 2012) et les pratiques d’agriculture en milieu urbain (Renaud et Royer, 2012). D’autres recherches ont permis de systématiser les connaissances sur les processus de travail qui furent mobilisés. À titre indicatif, une recherche se penchait sur la dimension innovante du modèle d’action implanté par Parole d’excluEs (Collectif Parole d’excluEs, 2010), une autre sur le processus utilisé pour impliquer les citoyens du site de l’ancienne Biscuiterie Viau dans les décisions d’aménagement de tronçons d’une ancienne voie ferrée adjacents au site d’intervention (Gauthier, 2012 ; Lévesque et Lambert, 2013).

10D’autres visaient la production d’études de faisabilité pour l’implantation de projets précis : par exemple, pour accompagner la mise en place et le développement du Rassemblement pour l’emploi (Londono, 2012) ou pour appuyer l’implantation d’un groupe d’achats (Akartit, 2009 ; Enriquez, 2010).

11Enfin, des études portaient spécifiquement sur l’identification des besoins et aspirations des citoyens (Fontan et Rodriguez, 2009 ; Boucher, Desrochers, Guignet, Longtin, Larocque et Ravard, 2011 ; Heck, René et Castonguay, 2015). Ces dernières constituent une étape essentielle du modèle de Parole d’excluEs pour appuyer des démarches de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Trois étapes de travail dans la définition du modus operandi de l’IUPE

12De 2007 à l’hiver 2010, l’IUPE regroupe deux chercheurs, des étudiants et le directeur général de Parole d’excluEs. Au cours de cette première étape d’existence de l’Incubateur, ce dernier est doté d’un mécanisme souple de gestion où les réunions prennent la forme de séminaires ouverts sur le terrain et de courtes réunions en petites équipes. L’informalité caractérise cette période où le lieu d’intervention est d’abord principalement situé dans le local communautaire de la rue Pelletier (de 2007 à 2008), puis dans ceux de Pelletier et de Viau (de 2009 à 2010).

13Après la réalisation de la deuxième étude des besoins et aspirations (début 2010), le besoin s’est fait sentir de formaliser les travaux de l’IUPE. Une deuxième étape commence. La formalisation du modus operandi découlait du processus de dualisation qui s’opérait au sein de l’IUPE entre, d’une part, des actions extra murales de recherche visant la production de nouveaux savoirs en réponse aux besoins de recherche propres à Parole d’excluEs, et, d’autre part, les besoins intra muraux de recherche identifiés par l’équipe universitaire en termes de qualification théorique de la posture de recherche-action adoptée et de systématisation méthodologique de la recherche intervention (Mauduit, 2011 ; Cormier, 2012).

  • 5 La Société d’habitation populaire de l’est de Montréal est un organisme sans but lucratif fondé en (...)
  • 6 « L’Accorderie est un système d'échange de services entre individus et d'éducation à la coopération (...)

14La formalisation s’est traduite par un mode de gouvernance de l’IUPE qui regroupait des chercheurs, le directeur général de PE, les responsables à la mobilisation de l’équipe d’intervention de PE et de représentants d’organisations partenaires du modèle d’action : dont une personne de la SHAPEM5 et une de l’Accorderie6. Cette nouvelle formule a permis, de 2010 à 2013, de traiter de questions administratives tout en représentant un espace pour échanger, en mode coconstruction des connaissances, sur les différentes activités de recherche en cours. Les séminaires ouverts ont presque disparu et ont laissé place à des activités ponctuelles ou ciblées de valorisation ou de transfert de connaissances.

15À partir de 2013, la multiplication des projets sur le terrain et l’obtention d’un financement important par Parole d’excluEs ont modifié considérablement le mode de gouvernance qui avait été adopté. D’une part, l’équipe de Parole d’excluEs, absorbée par la charge de travail sur le terrain, ne pouvait plus participer aussi largement aux réunions de l’Incubateur. D’autre part, le financement obtenu incluait une enveloppe spécifique pour la recherche-action. Elle a permis l’embauche à temps plein, au sein de Parole d’excluEs, d’une chercheure en milieu communautaire, détentrice d’un doctorat en anthropologie de l’Université de Montréal. Celle-ci a été déléguée par Parole d’excluEs pour siéger sur de le Comité de direction de l’IUPE. L’arrivée d’Isabel Heck s’est traduite par une révision du modèle organisationnel de l’Incubateur.

Figure  : Les trois phases de développement de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs

16Le troisième temps de développement de l’IUPE voit s’implanter une nouvelle structure de gouvernance, laquelle mobilise un représentant des quatre acteurs clés du modèle d’action de Parole d’excluEs (PE, Accorderie, SHAPEM et IUPE) et les chercheurs responsables des activités de recherche en cours. À partir de 2014, nous assistons à un élargissement du nombre de chercheurs impliqués, à une diversification des projets de recherche sur le terrain et à une montée en importance des activités de recherche entreprises par la chercheure en milieu communautaire. Sous la gouverne de cette dernière, un foyer permanent de recherches-actions accompagne et parfois précède les actions sur le terrain. Chemin faisant, les rôles et les responsabilités des parties prenantes constitutives de l’Incubateur ont été redéfinis. D’une part, le processus d’internalisation de la recherche au sein de Parole d’excluEs accélère le processus de production des connaissances requises en appui à l’action. D’autre part, cette présence et proximité dans l’action renforcent la capacité réflexive de l’organisme.

17En corollaire, l’externalisation d’une partie de la recherche-intervention de l’épicentre universitaire favorise un double processus. D’un côté, cela permet de mieux cibler les champs d’expertise requis pour accompagner le travail de la chercheure en milieu communautaire, laquelle devient la personne interface entre le milieu universitaire et Parole d’excluEs. D’un autre côté, l’équipe universitaire se trouve à disposer de plus de temps pour conduire des réflexions théoriques en lien avec les données empiriques, les observations et les questionnements découlant des problèmes mis en lumière par le terrain. Il s’en est suivi un renforcement de la dimension recherche fondamentale au sein de la composante universitaire de l’IUPE. Ceci permet le développement d’une posture réflexive critique plus marquée et plus détachée de la pratique que ce qui fut vécu et observé dans la période précédente.

18Dès lors, la dynamique relationnelle de coconstruction de connaissances entre les professionnels et les chercheurs de l’IUPE s’est transformée tout au long des dix années du travail collaboratif réalisé.

Quel sens et quelle compréhension donner au processus et à la dynamique relationnelle de coconstruction des connaissances ?

19Le travail de croisement des savoirs et de coconstruction d’actions collectives repose sur une combinaison réfléchie des savoirs issus des interactions prenant place entre des citoyens, des professionnels de l’intervention et des chercheurs. Alors que le savoir citoyen est déterminant, voire le seul qui compte, dans l’identification de besoins, lorsqu’il s’agit d’élaborer des solutions, les aspirations des citoyens sont travaillées, croisées, et parfois mises à l’épreuve, afin de faciliter la mise en mouvement et le passage à l’action collective de citoyens qui se trouvent en situation de pauvreté ou d’exclusion.

20À titre indicatif, l’implantation d’un Système alimentaire pour tous à Montréal-Nord découle d’une réponse citoyenne développée par Parole d’excluEs en interaction forte avec des citoyens et une équipe de l’Incubateur relativement à un problème simple exprimé par des parents du secteur Pelletier : « arrivés proche de la fin du mois, nous n’avons plus les moyens d’acheter de la nourriture ; nos enfants ont faim ». Le constat d’une situation d’insécurité alimentaire, jumelée à des difficultés économiques a rendu hautement pertinent le passage à une action collective qui permettrait de faciliter l’accès au moindre coût possible à des aliments de qualité. Pour répondre à ce problème d’accessibilité, une recherche simple aurait pu être effectuée, laquelle aurait permis d’identifier toutes les ressources en dépannage alimentaire situées à proximité. Il aurait aussi été possible de faire une étude de marché pour instaurer une nouvelle ressource alimentaire, afin de développer un autre service de dépannage alimentaire. De concert avec les citoyens concernés, il a plutôt été décidé de mettre sur pied un groupe d’achat. L’identification de cette solution a demandé du temps. Il a fallu peser le pour et le contre des différentes façons de répondre au problème et surtout de voir ce qui serait le plus porteur à long terme. C’est en ce sens qu’un groupe d’achat a été mis sur pied, qu’un petit magasin de dépannage a été ouvert et que des repas ont été préparés à partir du modèle des cuisines solidaires. Ce sont autant là des formes d’action qui ont permis, via l’Accorderie de Montréal-Nord, de mettre en mouvement les personnes concernées et qui ont permis le développement de solutions collectives qui font des citoyens des acteurs clés des solutions mises en place.

Quel fut le rôle de la recherche-action ?

21Pour les citoyens, il s’agissait d’assurer un suivi par rapport au besoin qui avait été exprimé. Cet accompagnement de la recherche consistait à s’assurer que les solutions qui seraient étudiées par l’équipe de recherche soient conformes à leurs besoins, qu’elles soient clairement présentées et qu’à partir de cette présentation qu’il soit ainsi possible de prendre la décision la plus éclairée possible et de passer rapidement à l’action.

22Pour l’équipe de recherche, il s’est agi d’appuyer les processus décisionnels des citoyens de concert avec les professionnels de Parole d’excluEs. Concrètement, à l’aide d’une revue de littérature, les chercheurs ont identifié des mécanismes ou dispositifs présents en sol montréalais qui facilitent l’accès à des aliments de qualité et ce à un faible coût. Ils ont présenté ces mécanismes de façon vulgarisée en dégageant les pour et les contre liés à chacun d’eux. Ce travail a permis de retenir le groupe d’achat comme étant l’outil le plus approprié, bien que cette proposition répondait imparfaitement à la demande énoncée de fournir un accès rapide à des produits alimentaires, comme le représentait l’option épicerie communautaire.

  • 7 Ces services existaient déjà dans l’arrondissement, d’une part, et, d’autre part, Parole d’excluE (...)

23Pour l’équipe de professionnels de Parole d’excluEs, il s’est agi de soutenir la mobilisation citoyenne dans un contexte d’urgence. Donc, de garder l’intérêt des citoyens malgré le fait que l’organisme ne veuille pas développer un service de type « dispensaire alimentaire »7. Il s’est aussi agi d’aider la prise de décision citoyenne relativement au dilemme d’écarter l’option « épicerie communautaire » au profit du mécanisme « groupe d’achat ».

24Dans le cas décrit, le travail de croisement des savoirs a permis d’explorer des avenues de travail découlant d’un besoin exprimé, tout comme il a permis de vérifier la faisabilité du mécanisme à implanter.

L’espace relationnel de croisement des savoirs exige de porter une attention particulière à la question du croisement des pouvoirs et des pratiques

  • 8 Différents outils et mesures facilitent cette prise de parole citoyenne : travail préalable de pr (...)

25Par croisement des pouvoirs dans un espace relationnel réunissant des universitaires, des professionnels et des citoyens, nous entendons un regroupement de personnes disposant de pouvoirs plus ou moins élevés et inégalement répartis les uns par rapport aux autres. Concrètement, dans une discussion impliquant des connaissances abstraites, un représentant universitaire peut facilement prendre le leadership dans le débat et tout aussi facilement imposer un point de vue qui ne sera pas contesté par des citoyens, par peur de confronter une autorité considérée bien-pensante ou simplement par gêne d’exprimer un point de vue de façon moins bien articulée. Cette situation d’autorité implicite est observable aussi chez le professionnel d’une organisation ou d’une institution en fonction de l’expertise affichée par cette personne. Des citoyens peuvent alors penser que leur point de vue est moins pertinent que ceux portés par le professionnel ou l’universitaire en présence. L’idée de croiser des pouvoirs consiste à porter attention à cette réalité d’un pouvoir inégalement réparti et souvent inégalement réclamé et de prendre les mesures et les attentions requises pour rendre plus accessible une prise de parole et une participation active aux décisions pour les personnes détenant d’emblée moins de pouvoir dans le groupe8.

26Sur un autre registre, par croisement des pratiques, nous entendons la rencontre de routines comportementales qui traduisent des façons diversifiées et plurielles de penser et d’agir. Les pratiques différenciées reposent sur des niveaux de langue différents et des modalités de rationalisation plus ou moins convergentes. Les pratiques font aussi état de modalités relationnelles hétérogènes, le rapport au temps ou au pouvoir par exemple, qui renvoient à des formes d’action souvent divergentes dans la façon d’appréhender le présent et de s’investir dans le futur. Comme nous venons de l’indiquer, croiser des savoirs implique de porter attention à la gestion des relations implicites ou explicites de pouvoir qui sont présentes dans un groupe. Il s’agit aussi d’être attentif aux pratiques culturelles qui s’entremêlent dans un espace collaboratif de recherche.

27Concrètement, ces mises en garde se traduisent par le fait, à titre indicatif, de proposer un horaire adapté aux citoyens pour les rencontres, de prévoir un espace de garde pour les enfants, d’offrir des collations ou des repas, de proposer une démarche de dialogue qui permettent de glaner des idées, de sonder des consensus, de les imager pour en faciliter l’assentiment ou des demandes de modification ou encore de désaccords. Avant d’arriver à l’objectif visé d’identification d’activités à réaliser ou de décisions collectives à prendre, plusieurs rencontres de courte durée peuvent être exigées. Cette démarche permettra de se rapprocher d’une compréhension partagée et d’une réelle appropriation. La proximité des chercheurs avec le terrain, la familiarité et le lien de confiance qui se créent grâce à un engagement continu des chercheurs facilite l’instauration d’un environnement propice à la coconstruction et dans lequel les écarts de pouvoir sont atténués.

28Dans cet univers relationnel de croisement de savoirs, des pouvoirs et des pratiques, se mélangent différentes postures idéologiques. Ces dernières demandent à être identifiées, comprises et pesées dans les prises de décision. Ces postures sont présentes au sein de chacun des groupes représentés dans un espace relationnel de recherche collaborative. Dès lors, l’espace relationnel de travail doit composer avec une hétérogénéité de postures, et bien évidemment, de jugements de valeurs et de préconceptions. Pour naviguer au sein de cette hétérogénéité de postures idéologiques, la méthode ethnographique a largement fait ses preuves. Elle permet une mise en suspens momentanée de la position culturelle située du chercheur et lui permet de revêtir de nouveaux apparats et d’adopter une sorte de mimétisme culturel du moment afin de bien cerner l’autre, individuel ou collectif, dans sa façon d’être, de penser ou d’agir. Elle ouvre aussi des espaces informels entre chercheurs, professionnels et citoyens dans lesquels les regards posés les uns sur les autres peuvent être resignifiés.

29Malgré ces rapprochements, il demeure que l’espace relationnel dans lequel prend place la recherche-intervention laisse transpirer des moments de conflictualité.

30Comme nous l’avons indiqué, la démarche initiée sur le site Pelletier, et qui a conduit à la mise sur pied d’un groupe d’achat, a rencontré une certaine forme de mécontentement de la part de citoyens.

31Le choix de Parole d’excluEs de ne pas retenir la proposition qui avait récolté le plus d’appuis auprès de citoyens tenait au fait que nombre d’expériences du type épicerie communautaire avaient mené à court et moyen terme à la fermeture de celle-ci. Sur ce point, la recherche universitaire a apporté un éclairage probant. Les démarches de type épicerie communautaire fonctionnent en autant que la communauté dispose de conditions favorables à la pérennisation de l’épicerie. Dans la majorité des cas qui furent recensés à Montréal, lorsque des épiceries à vocation communautaire s’implantent, leur espérance de vie s’est avérée limitée à quelques mois d’existence.

32D’où la réticence de professionnels de Parole d’excluEs à entériner la proposition citoyenne qui consistait à implanter une épicerie communautaire. Une des principes directeurs, selon l’approche pédagogique développée par cette organisation, consiste à ne pas mettre les personnes en situation de pauvreté ou d’exclusion en situation d’échec. En validant la décision citoyenne d’opter pour une approche qui se solderait par un échec, l’organisation se serait placée en porte à faux par rapport à ses principes directeurs. D’un autre côté, en choisissant de ne pas tenir compte du choix qui avait emporté le plus de voix, l’organisation aurait à porter l’odieux de ne pas avoir agi en totale conformité par rapport au choix fait par les citoyens impliqués dans la démarche.

33Dans ce cas, le fait de trianguler les savoirs constitue un apport central de la démarche de coconstruction d’une action collective. Lorsque des choix difficiles s’imposent, il est parfois nécessaire de poser un geste d’arbitrage anti-démocratique, lequel geste est parfois favorable au savoir expérientiel des citoyens et parfois il leur est défavorable. Travailler au sein d’un espace relationnel de cette nature demande de tenir compte du fait que des décisions sont parfois propices à la mobilisation et peuvent parfois être démobilisantes. L’enjeu, à moyen et long terme, est de s’assurer qu’un équilibre favorable s’installe pour que la confiance citoyenne demeure au rendez-vous.

Défis et enjeux du « croisement des connaissances » en contexte de transformation sociétale

34Comme nous l’avons indiqué, le projet de Parole d’excluEs s’inscrit dans une action de lutte contre la pauvreté et l’exclusion qui utilise la notion « d’habité » comme espace de mobilisation. Cette posture favorise une mise en mouvement de personnes pauvres et exclues et permet le développement d’actions collectives porteuses de solutions à la précarité observée et vécue par ces personnes.

35Le travail de l’organisme aurait pu se limiter à un effort de mobilisation et d’accompagnement des citoyens et de développement d’action collectives sur chacun des sites d’intervention. Tel ne fut pas le cas. Dès sa mise en place, le projet Parole d’excluEs a pris en considération le fait que s’il limitait son intervention à l’échelle locale, l’effet démonstration recherché s’avèrerait insuffisant par lui-même et risquerait de faire « anecdote ». Il fallait donc faire plus et viser l’institutionnalisation de nouveaux modèles d’action et de nouvelles pratiques d’intervention. Il s’agissait donc d’avoir un impact positif à long terme sur la condition des personnes pauvres ou exclues, de façon à s’attaquer aux facteurs déterminants la pauvreté et l’exclusion sociale.

36Dès lors, la mobilisation de connaissances, par le croisement de savoirs au sein de groupes collaboratifs de recherche, devait aussi permettre à l’espace collaboratif ainsi créé de générer des activités de recherche-intervention en appui à la volonté d’exercer une influence qui entrainerait des « transformations importantes à l’échelle sociétale ». La science comme institution, l’université comme organisation et ses représentants chercheurs, par leur participation au sein du partenariat de recherche-action que représente l’IUPE, sont invités à contribuer à une transition au plan sociétal, laquelle se doit d’être porteuse de solutions appropriées en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

37Si les parties prenantes adhèrent à ce grand objectif transformatif, le défi que représente l’opérationnalisation de ce deuxième grand objectif de Parole d’excluEs n’est en rien évident, ni pour l’organisation, ni pour les chercheurs qui sont mobilisés par cette expérience. L’idée de transformation sociétale est très abstraite et semble difficilement réalisable pour les citoyens concernés et impliqués sur chacun des sites d’intervention. Déjà là, nous avons pu observer la présence d’un certain décalage dans l’appropriation des objectifs globaux portés par l’organisme Parole d’excluEs. Non pas qu’il y ait désaccord des citoyens sur l’importance de voir s’instaurer une société plus solidaire et plus juste, moins raciste et moins discriminante, mais la démarche pour atteindre un tel objectif, à partir de leur réalité singulière ou collective, leur semblait plus relever de l’utopie que du réalisme. En termes simples, les citoyens, tout en ayant une lecture critique et éclairée sur les causes de la pauvreté et de l’exclusion, s’entendent pour voir œuvrer à l’amélioration de leurs conditions à court terme et sont moins enclins par des actions qui exigent une durée sur le moyen et surtout sur le long terme.

38Quoiqu’il en soit, la recherche a été mobilisée de façon à appuyer la réalisation de ces deux grands objectifs. Ce que nous découvrons, chemin faisant, et nous avons fait plus de progrès sur le premier objectif que sur le deuxième, c’est qu’une démarche de recherche-intervention représente une porte ouverte sur le développement de la recherche fondamentale. Un tel développement s’avère nécessaire pour permettre une réflexivité critique sur le fonctionnement de la société et sur les dynamiques et processus requis pour passer du réformisme à des actions plus radicales de transformation sociétale.

39En d’autres mots, et dans ce contexte précis, travailler en mode recherche-intervention ne signifie pas être limité à faire de la « recherche appliquée et utilitariste » et à mettre de côté la recherche fondamentale. Cela ne signifie pas non plus devoir opérer une division stricte du travail entre la recherche-action, une affaire entre professionnels, citoyens et chercheurs, d’une part, et, d’autre part, la recherche fondamentale (théorique et de synthèse), qui serait une affaire relevant uniquement du monde universitaire ou scientifique.

40Au contraire, nous observons un nécessaire décloisonnement à opérer, qui, sans faire perdre les identités respectives des citoyens, des professionnels ou des chercheurs, permet une coconstruction du substrat théorique et réflexif à partir d’apports qui seront différents selon les parties prenantes, et ce, compte tenu de leurs ressources et de leurs dispositions respectives. Certes, les professionnels seront moins enclins à l’écriture théorique et de synthèse et plus à l’aise avec une démarche de mise à l’épreuve de propositions théoriques ou de synthèse avancées par des universitaires. En corollaire, les chercheurs seront moins enclins à développer des solutions appliquées et concrètes et plus enclins à puiser dans le champ des connaissances pour illustrer des possibilités d’action. Entre ces deux positions, le rôle du chercheur en milieu communautaire doit lui permettre d’être à l’aise autant dans les champs de l’action que de la théorisation et certainement dans la fonction de rapprochement entre ces deux univers.

Conclusion

41L’expérience menée au sein de l’IUPE peut difficilement être comprise et faire sens si elle est désencastrée du projet mené par Parole d’excluEs. L’espace relationnel de travail qui a été construit et qui sert de lieu de croisements de trois types de regards - expérientiels, professionnels et universitaires -, est un espace hybride où la mixité et le « trans » sont au rendez-vous.

42Mixité des genres du fait de cette volonté de travailler minimalement à partir de trois regards très distincts dans leurs pratiques, leur discursivité, leurs intérêts et leurs situations.

43Hybridité des processus et des mécanismes au sens où la recherche devient un moment de mobilisation ; où la mobilisation citoyenne requiert de la recherche-action ; où la situation individuelle fait cheminer des citoyens vers l’action collective engagée et engageante ; où la recherche est intégrée dans un milieu d’intervention.

44“Trans” du fait particulièrement intéressant qu’une situation simple en théorie - ne pas avoir un logement adéquat, ne pas manger suffisamment, être isolé, se sentir discriminé… - représente, pour la recherche, autant de façon d’entrer dans la complexité du vivre ensemble. Via Parole d’excluEs, sont interpelées une diversité de disciplines universitaires, qui ne sont pas appelées à travailler ensemble sur la base d’un appel à l’intérêt disciplinaire, mais sur la base d’un appel au développement d’une science du « commun », ou de la « communalité ». De la même façon, le système d’acteurs mobilisés par Parole d’excluEs représente lui aussi un appel transectoriel au dépassement des intérêts particuliers des secteurs concernés et des organisations qui s’associent à la démarche. Le tout est réalisé en réponse à un appel au développement d’un « commun » qui se veut un moment particulier de production du sociétal pour en arriver à un vivre ensemble plus juste et plus égalitaire.

45Dès lors, aux trois grandes questions posées par l’appel à réflexion : sur a) le statut/rôle accordé aux « praticiens » (participants, co-chercheurs, etc.) ; sur b) les liens entre collaboration, utilité et scientificité ; et sur c) la prise en compte des différences de nature entre connaissances des chercheurs et connaissances des praticiens, nous sommes en mesure d’apporter les réponses suivantes.

46L’espace relationnel que nous avons décrit accorde effectivement en théorie une place particulière aux parties prenantes. Chacun prend alors un rôle et un statut classique de « praticien », de « chercheur » et de « citoyen » témoin ou observateur.

47Pour les « professionnels » et les « chercheurs », nous avons observé que la désignation initiale des rôles s’use ou s’érode avec le développement des collaborations. D’une part, une portion importante des activités de la recherche a été internalisée, créant ainsi un nouveau statut et une reconfiguration des rôles prenant place entre la chercheure en milieu social ou d’intervention et les chercheurs du milieu universitaire. D’autre part, les chercheurs universitaires ont vu être confirmé leur rôle de théoriciens et la fonction de systématisation des observations du terrain vers la théorie afin de soumettre cette dernière à l’épreuve des faits. L’espace relationnel permet donc un enrichissement réciproque et une montée en réflexivité critique non seulement sur le terrain de l’intervention mais aussi sur le terrain de la science.

48Pour les citoyens, l’usure est moins évidente et la position initiale bouge peu. S’il y a effectivement une plus grande présence de citoyens dans l’espace de recherche-intervention, l’apprentissage qui en découle n’a pas encore permis une transformation significative du statut et des rôles du citoyen par rapport à l’activité comme telle de recherche. Par contre, nous avons observé comment le processus de recherche-intervention induit des connaissances et des savoirs qui favorisent une plus grande participation des citoyens aux actions collectives qui émanent de la situation de recherche et qui révèlent une montée en pouvoir de la voix citoyenne sur la scène d’action déployée en aval des recherches qui ont été réalisées.

49Sur la question de l’utilité et de la scientificité, l’espace relationnel de recherche intervention qui accompagne le projet Parole d’excluEs se veut pragmatique et rigoureux. Le pragmatisme qui découle des activités signifie tout au plus qu’à partir d’une recherche-intervention, était visée une tentative de dépassement du niveau existant de connaissances sans nécessairement que cette production cognitive conduise à des actions innovantes. Toutes les recherches réalisées à l’IUPE ne se sont pas traduites par des avancées claires et nettes sur le terrain. De façon similaire, les conditions de réalisation des études qui ont été menées faisaient en sorte qu’elles n’ont pas toutes permis des avancées en termes de développement de nouvelles connaissances scientifiques. Malgré tout, l’enjeu de l’utilité et de la scientificité guide les acteurs en présence dans la sélection des projets d’étude et la réalisation des enquêtes.

50Sur le statut des connaissances qui se trouvent en situation de croisement dans une recherche-intervention, au-delà de l’évidence qu’il s’agit de savoirs spécialisés, spécifiques et complémentaires, nous avons observé le fait que la constitution d’un collectif de travail et donc d’une circulation des idées génère un environnement qui enrichit les capacités réflexives portées par chacun des types de savoirs. En d’autres mots, lors d’échanges chauds où les idées s’entremêlent, il se produit des effets d’accélération ou de réduction des « certitudes » et des « incertitudes », effets qui déstabilisent parfois les expertises tout en les renforçant par moment. Il se crée alors des fenêtres de lucidité qui permettent des sauts qualitatifs dans la compréhension d’une situation ou d’un problème.

Haut de page

Bibliographie

Akartit, M. (2009). Étude d’opportunité de mise en place d’un projet de sécurité alimentaire. Montréal : Rapport de recherche de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs.

Boisvert, F., Fontaine, C., Fontan, J.M., Klein, J.L., Mathieu, R. et Rodriguez, P. (2009). Portrait d’initiatives québécoises de recherche ayant utilisé une méthode dite d’enquête citoyenne. Montréal : Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale.

Boucher, M., Desrochers, F., Guignet, L., Longtin, D., Larocque, M.C. et Ravard, J. (2010). Étude sur les besoins et les aspirations des résidents de l’îlot de l’ancienne biscuiterie Viau. Synthèse des recherches effectuées : présentation des résultats et des pistes d’actions. Étude sous la direction de Jean-Marc Fontan, Jean-François René et Patrice Rodriguez. Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur l’économie sociale, ES1101.

Brutus, N. (2008). Mobilisation par le logement communautaire. Projet pilote Îlot Pelletier. Rapport sur l’évolution de la mobilisation locale autour du projet pilote « Sélection des locataires ». Montréal : Cahiers de l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale, RQ-04-2008.

Cormier, J. (2012). La philosophie pragmatiste de Dewey et Mead : quels fondements théoriques pour appuyer l’intervention universitaire sur le terrain ? Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales, ET1113.

Dansereau-Bordelau, C. et Michael Daniel, R., (2009). Évaluation des responsabilités civiles à la suite d’un incendie majeur dans un édifice de type conciergerie : étude réalisée dans le cadre du projet Parole d’excluEs de mobilisation par le logement social de l’avenue Pelletier. Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales, Projet Pro Bono, C-12-2009.

Defraigne-Tardieu, G. (2012). L’Université populaire Quart Monde. La construction du savoir émancipatoire. Paris : Presses universitaires de Paris Ouest.

Fontan, J.M. et Rodriguez, P. (2009). Étude sur les besoins et les aspirations des résidents de l’îlot Pelletier. Synthèse des recherches effectuées : similitudes et différences des différents acteurs rencontrés. Montréal, Cahiers de l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale, C-02-2009.

Fontan, J.M., Rodriguez, P. et van Schendel, V. (2010). Parole d’excluEs, une approche innovante en matière de lutte contre l’exclusion sociale et la pauvreté. Vie économique, vol. 1 n. 4, disponible en ligne : http://www.eve.coop/?a=43.

Enriquez, D. (2010). Étude sur les besoins et l’identification de solutions en termes de sécurité alimentaire pour le secteur de l’ancienne biscuiterie Viau Volet II. Montréal : Rapport de recherche IUPE.

Gauthier, N. (2012). D’un terrain vacant à un espace citoyen : étude sur l’aménagement du terrain vacant près de l’ancienne biscuiterie Viau. Montréal : Centre de recherche sur les innovations sociales, ES-1203.

Heck, I., René, J.F. et C. Castonguay (2015). Étude sur les besoins et aspirations des citoyens du Nord-Est de Montréal-Nord. Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales, ES-1503.

Le Bossé, Y. et Dufort, F. (2000). Le pouvoir d’agir (empowerment) des personnes et des communautés : une autre façon d’intervenir. Dans F. Dufort. et J. Guay (Eds.) Agir au cœur des communautés : le psychologue communautaire comme agent de changement social (p. 93-144). Laval : Presses de l’Université Laval.

Lévesque, B., Fontan, J-M et J-L Klein (dir.) (2014). L’innovation sociale : les marches d’une construction théorique et pratique. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Lévesque, M. et C. Lambert (2013). Aménagement des terrains vagues de l’ancienne voie ferrée entre la rue Saint-Clément et l’avenue Bennett dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Montréal : Rapport de recherche IUPE.

Londono, J.C. (2012). Le rassemblement pour l’emploi, un réseau semi formel de solidarité d’accès à l’emploi. Montréal : Centre de recherche sur les innovations sociales, #ES1205.

Longtin, D. (2010). Revue de la littérature : la recherche action participative, le croisement des savoirs et des pratiques et les incubateurs technologiques de coopératives populaires. Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales, sous la supervision de Fontan, J.M., Mathieu, R. et René, J.F. ET11-2.

Mauduit, J. (2011). Susciter la démocratie à partir de l’université : les projets de University Settlement à l’Université McGill, 1889-1939. Montréal : Cahiers du Centre de recherche sur les innovations sociales, ET1107.

Ouvrage collectif Parole d’excluEs9 (2010). Le modèle d’action de mobilisation contre l’exclusion sociale par le logement communautaire de Parole d’excluEs. Montréal.

Ruelland, I., Rodriguez, P. et van Schendel, V. (2007). La lutte contre l’exclusion à travers des Cahiers de l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale, Montréal, C-13-2007.

Vaillancourt, Y. (2009). Social Economy in the Co-Construction of Public Policy. Annals of Public and Cooperative Economics, vol. 80, 2, 275-313.

Haut de page

Notes

1 Dans ce document, le masculin est utilisé comme générique dans le simple but de ne pas alourdir le texte.

2 Les trois terrains d’intervention sont : l’îlot Pelletier à Montréal-Nord depuis 2007, le site de l’ancienne Biscuiterie Viau à Mercier-Hochelaga-Maisonneuve depuis 2009, le Nord-Est de Montréal-Nord depuis 2013 (http://www.parole-dexclues.ca/lieux/).

3 Les activités de Parole d’excluEs sont financées à partir de subventions gouvernementales (par projets, pour la période 2006-2017) ou en fonction d’un montage financier sur cinq ans (2012-2017) combinant des ressources publiques et privées (fondations). Les activités de recherche de l’IUPE combinent des ressources financières provenant de fonds de recherche du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) (2007-2012) ou mobilisées par Parole d’excluEs (2012-2017).

4 Les rapports de recherche sont disponibles en ligne sur le site de l’IUPE : https://iupe.wordpress.com/rapports-de-recherche/.

5 La Société d’habitation populaire de l’est de Montréal est un organisme sans but lucratif fondé en 1988 dont les activités sont liées à l’achat d’immeubles, la gestion d’immeubles résidentiels et la recherche/développement en vue de favoriser des processus de revitalisation urbaine dans l’est de Montréal.

6 « L’Accorderie est un système d'échange de services entre individus et d'éducation à la coopération, créé à Québec en 2002. Ce système, qui a pour mission de lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, permet aux membres (les AccordeurEs) de s'échanger des services de toutes sortes. Il y a maintenant plus d'une douzaine d'Accorderies au Québec, regroupées au sein du Réseau Accorderie. » (http://accorderie.ca)

7 Ces services existaient déjà dans l’arrondissement, d’une part, et, d’autre part, Parole d’excluEs propose un modèle de lutte contre la pauvreté et l’exclusion qui ne transite pas par le développement de services communautaires, mais par le développement d’actions collectives.

8 Différents outils et mesures facilitent cette prise de parole citoyenne : travail préalable de préparation des rencontres afin d’assurer une compréhension du processus et des façons de procéder (assurer une posture commune de partage et d’échanges afin de générer un débat à portée insertive et non centré sur une prise de parole experte) ; utilisation d’un langage accessible, illustré et non sexiste ou discriminant ; respect des tours de parole et relance auprès des personnes qui n’ont pas pris la parole ; retours synthèse pour assurer de prises de décision éclairées et l’établissement de consensus, etc.

9 Ont participé à la rédaction du rapport : Fontan, J.M., Pigeon, M.J., Rodriguez, P., Trottier, S. et van Schendel, V. avec la collaboration de Racette, J.P. et Yerochewski, C.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/edso/docannexe/image/2540/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Fontan et Isabel Heck, « Parole d’excluEs : croisement des savoirs, des pouvoirs et des pratiques au sein de l’Incubateur universitaire Parole d’excluEs »Éducation et socialisation [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 05 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/edso/2540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edso.2540

Haut de page

Auteurs

Jean-Marc Fontan

Département de sociologie, Université du Québec à Montréal, Centre de recherche sur les innovations sociales

Isabel Heck

Coordination de la recherche et développement, Parole d’excluEs, Centre de recherche sur les innovations sociales

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search