Navigation – Plan du site
Dossier
Milieux du soin et de l’aide à autrui

Une recherche collaborative menée auprès de professionnels des métiers de « l’aide à autrui » en région Nord pas de Calais

Christophe Niewiadomski

Résumés

La recherche décrite dans ces pages focalise son attention sur les « acteurs de première ligne » que représentent aujourd’hui les professionnels des métiers du soin et du travail social. Les transformations des réglementations, sous l’impulsion de nouvelles législations, et les conditions de vie de publics affectés par la montée de la précarité ont créé de nouveaux cadres d’exercice qui obligent les professionnels à repenser les modalités de leurs interventions. En effet, le contexte de l’ébranlement de la société salariale (Castel, 1995) confronte désormais certaines catégories sociologiques à une vulnérabilité structurelle, qui n’est pas sans conséquences en matière d’accompagnement sanitaire et social. Face à ces constats, où il apparaît que la parole des professionnels est souvent ignorée, méconnue, voire dévalorisée, cette contribution vise à présenter les premiers résultats d’une recherche collaborative menée en région Nord-Pas de Calais auprès des professionnels des métiers de la santé et du travail social, domaines où les tensions vécues au travail résonnent fréquemment avec celles des publics auxquels les professionnels ont à faire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette recherche s’intitulait : « Travail, santé et précarité. Interroger l’expérience des usagers e (...)
  • 2 Ce dispositif vise à promouvoir des programmes de recherche reposant sur une collaboration entre la (...)
  • 3 Depuis le 28 septembre 2016, cette région est désormais dénommée « Hauts de France » à la suite de (...)
  • 4 Un ouvrage de synthèse, actuellement en préparation, paraitra au cours de l’année 2017 (Fugier et N (...)

1Cette contribution vise à présenter les premiers résultats d’une recherche collaborative1 s’inscrivant dans le cadre du programme « chercheurs-citoyens »2 initié par le Conseil Régional Nord-Pas de Calais3. Débuté en 2013, le travail de recueil de données s’est achevé en juin 20164.

2Au cours de trois années de travail, les chercheurs et partenaires impliqués dans ce programme ont recueilli, au sein de groupes restreints, la parole vive de citoyens et d’acteurs « de première ligne » qui travaillent dans le champ de la santé, du travail social, de l’insertion sociale et de la lutte contre les exclusions. L’objectif était de parvenir à co-analyser, avec le public visé et avec les praticiens-chercheurs impliqués dans ce projet, le vécu de professionnels aujourd’hui confrontés à l’accompagnement de publics de plus en plus affectés par l’affaiblissement de la société salariale, la désaffiliation sociale (Castel, 1995, 2009), la montée des précarités (Capdevielle et Rey, 2012), mais également par l’incidence des modifications législatives et organisationnelles qui pèsent aujourd’hui sur leur exercice professionnel (Chauvière, 2007). La conjonction de ces phénomènes contribue en effet à faire émerger de nouveaux contextes d’exercice qui obligent ces praticiens à repenser les modalités de leurs interventions mais également les formes d’une implication professionnelle qui ne fait parfois plus sens (Autès, 1999). Apparaissent alors des phénomènes de découragement, de stress, voire de souffrance au travail (Dejours, 1998) d’autant plus délétères que les espaces dans lesquels ces professionnels pourraient échanger autour de ces questions tendent à se raréfier.

3À l’heure où les modèles d’organisation du travail paraissent devoir se centrer de plus en plus sur la dimension entrepreneuriale, la performance individuelle, l’évaluation de la qualité, l’obligation de résultats, la responsabilisation des usagers, la contractualisation, le projet (De Gaulejac, 2015), nous nous sommes interrogés sur l’incidence de ces orientations auprès des professionnels des métiers de la santé et de l’intervention sociale. Ces dernières favorisent-elles ou non l’efficacité ressentie et le bien-être au travail ? Conduisent-elles à une meilleure reconnaissance des tâches accomplies ? Suscitent-elles le désir et le plaisir de travailler ou au contraire déplaisir et parfois découragement ? Par ailleurs, dans un contexte de mutations organisationnelles guidées par la rationalité instrumentale, le changement est souvent présenté comme le passage obligé en vue d’une performance et d’une efficacité accrues. Des transformations s’organisent donc en fonction de critères supposés logiques et pragmatiques (en particulier gestionnaires et comptables), afin d’aboutir à la définition d’un ensemble de consignes supposées garantes de « bonnes pratiques » (Niewiadomski et Bagros, 2003). Pour autant, sur le terrain, malgré la logique intrinsèque de telles orientations, il semble que le sens du travail ne soit désormais plus un allant de soi. Quelles nouvelles modalités de coopération et de solidarité fait naitre une telle situation ? Quelles formes d’inventions collectives, voire de « résistance créatrice » se donnent aujourd’hui à voir et à entendre ?

Présentation du cadre et des enjeux sociétaux de la recherche

4Si les métiers du soin et du travail social ont connu ces dernières années des évolutions importantes de leurs conditions d’exercice, ces transformations sont d’abord relatives aux dispositions en matière d’action médico-sociale introduites par de récentes modifications législatives. Pour exemple, nous pouvons citer ici la Loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale. Celle-ci vise à articuler l’innovation sociale et médico-sociale par une diversification de l’offre et la promotion du droit des usagers avec des procédures de pilotage du dispositif, plus transparentes et rigoureuses. Il s’agit en fait de rénover les liens entre planification, programmation, allocation des ressources, évaluation et coordination. Ceci s’opère notamment à partir d’un management par projet, l’usage abondant de dispositifs d’évaluation et de référentiels de bonnes pratiques. Par ailleurs, dans le domaine de la santé, il convient de souligner l’importance de la Tarification à l’activité (T2A) issue du plan Hôpital 2007. Cette mesure conditionne en effet l’actuel mode de financement des établissements de santé français en visant à réduire les dépenses hospitalières, en équilibrant l’allocation des ressources financières et en responsabilisant les acteurs de santé. Cette nouvelle gouvernance hospitalière repose sur un principe d’efficience et sur une logique de résultats plutôt que sur une logique de moyens, dans la mesure où les recettes issues des activités hospitalières vont désormais déterminer les dépenses. La T2A s’inscrit alors dans un processus continu de réforme du système de santé dont le point d’orgue est la Loi du 21 juillet 2009 dite « Hôpital, patients, santé et territoire » (HPST). Plus globalement, c’est l’ensemble des institutions publiques qui se trouvent désormais soumises à l’injonction de se « moderniser », avec le lancement en 2007 de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), puis en 2012 de la Modernisation de l’action publique (MAP). Or, cette nouvelle gestion publique (new public management) fait écho à l’épuisement de l’État providence (Habermas, 1990). En effet, si les États Providence européens sont nés comme réponse d’une part, aux révolutions industrielles et démocratiques, et, d’autre part, à la question sociale résultant de la tension entre l’égalité juridico-politique formelle et la réalité des inégalités socio-économiques, leur crise s’accompagne d’un ensemble de phénomènes dont on peut rappeler simplement quelques traits : « activation » des dépenses dites passives, responsabilisation des ayant-droit, financement par l’impôt, difficulté des équilibres financiers, marchandisation des services collectifs…

5Or, ces transformations ne sont pas sans répercussions sur les modes de subjectivation de l’individu contemporain. En effet, la figure de l’individu autonome entre ici en conflit avec les mécanismes de la solidarité et conteste les institutions qui l’ont rendu libre (Gauchet, 2003). Les termes mêmes de société et de solidarité deviennent obsolètes au profit de représentations affaiblies telles que l’humanitaire ou le « care ». Les inégalités sociales deviennent illisibles (Niewiadomski et Aïach, 2008) en se fragmentant en différences individuelles, valorisées comme modèle culturel dominant d’être au monde, et parfois reprises dans des collectifs malléables et temporaires d’identifications tribales ou communautaristes. L’anonymat des forces auxquelles l’individu s’affronte, l’incertitude face à l’avenir, les métaphores de perte de sens ou de lien produisent une sorte de rapport désespéré au politique comme capacité de construire de l’être ensemble. Pour rendre compte de cette nouvelle conjoncture, de nouvelles catégories de la pensée apparaissent : la souffrance sociale, l’exclusion, montrant ainsi la dimension profondément subjective de la question sociale contemporaine. Face aux protections qui se défont, l’individu est appelé à donner de lui-même : pas de secours sans contrepartie, pas de service sans argent, pas de reconnaissance sans réussite de soi-même (Astier et Duvoux, 2006).

6Néanmoins, ce diagnostic du présent doit être approfondi. L’objectif de la recherche dont il est question dans ces pages consiste à le faire en regardant la réalité « par en bas ». Certes, l’entrée gestionnaire, puisqu’elle est aujourd’hui celle qui domine, n’est pas sans intérêt. Outre qu’elle peut amener à une critique positive et constructive de l’impuissance hautement revendiquée par la plus grande partie de la classe politique, elle nous incite à prendre au sérieux cette évolution qui nous conduit à un modèle des rapports humains tel que le décrit Peter Sloterdijk en soulignant les effets délétères d’une culture de masse post-littéraire (Sloterdijk, 2000). Cependant, une entrée plus féconde nous semble être celle que pointe Marcel Gauchet (2003) lorsqu’il met en tension, d’un côté, la figure de l’individu hypermoderne délié de ses appartenances et, de l’autre, une immense aspiration au collectif dont les formes politiques restent encore inchoatives. Cette tension nous semble constituer le cœur de la question sociale contemporaine et nous souhaitons la regarder là où elle se joue, où elle se recherche, et où s’élaborent les formules à venir destinées à remplacer les dispositifs en déclin de l’État social. Ainsi, face au constat de la déliquescence de la protection sociale et de l’intervention sanitaire et sociale auprès des usagers, nous proposons de regarder ce que pensent, ce que disent, ce que font les différentes catégories d’acteurs qui s’y trouvent confrontés : professionnels, gestionnaires, syndicalistes, acteurs politiques, « usagers ». L’approche privilégiée dans cette recherche est donc compréhensive et la méthode inductive : il s’agit de partir de l’expérience, de la parole et des pratiques des acteurs. Notre démarche se veut aussi intervenante : nous examinons les risques, les impasses, les obstacles sur lesquels les professionnels « butent », mais nous sommes aussi attentifs aux luttes sociales qui lient ceux qui « innovent » et ceux qui résistent, et tentons de repérer leurs « résistances ordinaires », leurs « sorties par le haut ». Le dispositif de la recherche vise ainsi à susciter et à étayer des désirs de changement, en créant la distance nécessaire pour quitter le terrain de la pensée fataliste.

7Par ailleurs, à l’heure où les modèles d’organisation du travail centrés sur l’idéologie entrepreneuriale et le culte de la performance individuelle s’imposent en dehors du secteur de l’économie marchande et imprègnent de plus en plus fréquemment le domaine des emplois de services, les professionnels des « métiers de l’humain » expliquent de plus en plus fréquemment ne plus pouvoir se satisfaire des seuls aspects d’évaluation, de performance, de réussite, de quantification qui pèsent de plus en plus lourdement sur les acteurs sociaux (Niewiadomski, 2009). Ces critères, induits par la raison instrumentale et le souci de productivité qui envahissent désormais nos sociétés postindustrielles conduisent en effet à des difficultés considérables pour des professionnels conduits à exercer leurs fonctions dans des conditions de plus en plus difficiles alors même que les espaces de partage et d’échanges autour des difficultés liées à l’écart entre « travail réel » et « travail prescrit » semblent s’amenuiser, renforçant encore le poids d’une souffrance subjective dont les effets sont néanmoins parfaitement concrets. En d’autres termes, si le travail est uniquement jugé à l’aulne de la valeur d’utilité que définissent des critères d’évaluation excluant le « jugement de beauté » et le « jugement de gratitude » (Gernet et Dejours, 2009), alors l’échec est probable et la responsabilité de celui-ci est alors attribuée aux professionnels ou au public concerné. Dès lors, pour les professionnels du champ sanitaire et social, un certain nombre d’incertitudes sur les perspectives et le sens de leur travail se traduisent par exemple par des symptômes tels que le stress ou la souffrance au travail.

8Cette recherche vise donc à étudier l’ensemble de ces phénomènes où se combinent souffrance objective et souffrance subjective (Niewiadomski, 2012) en sollicitant un espace d’expression narrative et d’analyse auprès d’un échantillon significatif de professionnels confrontés à ces nouvelles situations d’exercice. L’objectif vise à dépasser la seule expression de la plainte pour contribuer à la construction d’une perception « objectivée » des situations vécues, en confrontant les expériences individuelles, c’est-à-dire les « épreuves » auxquelles s’affrontent les individus (Martuccelli, 2006), et les contextes institutionnels dans lesquels ils travaillent. En résumé, les objectifs de cette recherche s’organisent autour des cinq points suivants :

  • Interroger les représentations et conditions contemporaines d’exercice des métiers du soin et du travail social en région Nord-Pas de Calais à partir de l’expérience des professionnels de terrain.

  • Interroger l’expérience des personnes en situation de précarité.

  • Analyser ces données afin de comprendre l’évolution des pratiques professionnelles et leurs articulations avec les besoins des usagers.

    • 5 Ce colloque, intitulé : « Travail, santé, précarité. Les transformations contemporaines des métiers (...)

    Restituer les résultats de la recherche auprès du public par le biais de journées d’études, d’un colloque5 et d’une série de publications.

  • Utiliser les données de la recherche pour la formation des étudiants, tant dans les Instituts de travail social qu’à l’université.

Méthodologie de recueil de données

9 Pour mener à bien cette recherche, nous avons constitué, autour d’un noyau de chercheurs, un collectif de professionnels en capacité d’animer la mise en œuvre d’un dispositif méthodologique qui comprend plusieurs groupes de parole composés de professionnels d’origine et de statuts différents ainsi qu’un groupe d’usagers des services médico-sociaux et un groupe de personnes en situation de précarité sur la métropole lilloise. Les données ont été recueillies dans trois secteurs géographiques liés au découpage réalisé par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de la région Nord-Pas de Calais.

  • 6 Il s’agit en l’occurrence de groupes réunissant : des travailleurs sociaux de la métropole lilloise (...)

10 Onze groupes de parole ont finalement été organisés sur ces territoires. Ces groupes6 se sont réunis à raison de trois à cinq rencontres d’environ deux à trois heures chacune, étalées sur une période de trois mois. Par ailleurs, chaque groupe a fait l’objet d’au moins une séance de restitution et plusieurs participants ont pu témoigner et s’exprimer publiquement à l’occasion des deux journées d’études organisées à l’IRTS des Hauts de France et à l’Université Lille 3 dans le cadre de cette recherche.

  • 7 Le terme « histoire de vie », particulièrement polysémique, désigne un ensemble de pratiques d’inte (...)
  • 8 La recherche biographique se donne pour objet d’étudier les processus de construction du sujet au s (...)

11La méthodologie des histoires de vie7, inscrite dans le champ épistémologique de la recherche biographique8, a constitué l’approche privilégiée de cette mise en discours d’un vécu et d’une parole, qui, faute d’une reconnaissance sociale, ne se manifestent bien souvent que dans les symptômes où s’expriment l’impuissance et la souffrance ressenties. L’objectif de ces groupes, composés d’une dizaine de personnes, est de favoriser l’implication contractualisée des participants en articulant un niveau narratif, c’est-à-dire l’expression descriptive d’un vécu singulier, avec un niveau réflexif et analytique plus collectif visant à la coproduction d’hypothèses étayées sur l’analyse croisée des facteurs psychologiques, sociologiques et culturels, dont les articulations, bien qu’habituellement peu conscientisées, conditionnent néanmoins les histoires et les pratiques professionnelles des individus.

12Une question de départ, volontairement très ouverte, a été posée dans chacun de ces groupes de parole :

« Quels liens faites-vous entre ce que vous vivez au travail et ce qui se passe aujourd’hui dans la société ? »

13L’ensemble des données recueillies, soit plus de 900 pages de corpus d’entretiens, est actuellement en cours d’exploitation en vue de la publication d’un ouvrage collectif à paraitre (Fugier et Niewiadomski, 2017).

14Afin de mieux illustrer notre propos, arrêtons-nous désormais sur les données recueillies auprès du groupe de soignants d’un centre hospitalier départemental de la région Nord-Pas de Calais.

« Un cœur de métier de plus en plus invisible »

15Le groupe dont il sera question ici, relativement restreint compte tenu de la difficulté à réunir dans un même lieu et au même moment des salariés souvent particulièrement occupés, est composé de cinq femmes professionnelles du secteur médico-social (une cadre de santé, une kinésithérapeute, une aide-soignante, une ergothérapeute et une éducatrice sportive) qui travaillent dans un centre hospitalier départemental situé au sud du département du Nord, non loin de la frontière belge.

  • 9 Pôle A : rééducation ; pôle B : alcoologie, addictologie et médico-diététique ; pôle C : soins de s (...)

16Ancien sanatorium construit en 1931 dans un immense parc de 98 hectares, ce centre hospitalier se transforme en hôpital départemental « classique » en 1970 en raison de l’éradication de la tuberculose. À cette époque, son activité se modifie et s’organise progressivement autour de trois grands pôles d’activité.9 Les professionnelles avec lesquelles nous avons échangé travaillent toutes dans le pôle B, lequel se subdivise en trois services placés sous la responsabilité de la cadre de santé qui participe au groupe.

Présentation des services du Pôle B

17Le premier service du pôle B est une structure de postcure en addictologie où les patients sont accueillis sur dossier de pré-admission dans une logique d’hospitalisation de moyen séjour (entre vingt jours et trois mois). Initialement dévolu à l’accompagnement des personnes alcoolo-dépendantes, la structure évolue désormais vers un service de postcure d’addictologie (alcool-cannabis ; alcool-médicaments, alcool-benzodiazépines…). L’équipe travaille sur la trajectoire biographique des patients via un suivi psychologique individuel, mais également à la faveur de l’animation de groupes de parole et d’activités diverses telles que des ateliers d’ergothérapie, de préparation au suivi, etc.

18Le second service est également un service d’addictologie, mais de court séjour (21 jours maximum) et de taille plus modeste puisque destiné à accueillir douze patients. Ces derniers, essentiellement usagers de toxiques illicites, viennent principalement pour l’instauration d’un traitement de substitution.

19Le troisième service enfin est une structure de soin médico-diététique qui traite les troubles des conduites alimentaires, essentiellement les problèmes d’obésité. Les patients sont accueillis pour quatre semaines. Par ailleurs, un hôpital de jour est mis en place afin de suivre les patients après leur sortie. Les patients bénéficient d’un suivi post-hospitalisation pendant quatre semaines à raison de deux jours par semaine.

20Les données recueillies auprès de l’équipe à l’occasion de trois séances d’entretiens de deux à trois heures s’organisent autour des points suivants :

Évolution des publics accueillis

21Le profil des patients et leurs demandes se sont manifestement transformés ces dernières années. Les soignants ayant participé à ce groupe de parole soulignent ainsi deux tendances majeures :

- Fracture sociale et primat de la demande d’insertion sociale sur la demande de soin

22Ces professionnels insistent en effet sur les effets de la fracture sociale et sur l’importance des processus de désinsertion sociale qui affectent les patients qu’ils reçoivent désormais. La montée des phénomènes de précarité et des difficultés d’accès à l’emploi, au logement, à l’ouverture des droits sociaux, à l’accès aux services, sont clairement soulignés. Errance, perte d’autonomie et assistanat se conjuguent par ailleurs avec une modification des modes de consommation des toxiques. Depuis quelques années, de plus en plus de patients poly-toxicomanes leurs sont adressés. À titre illustratif, nous pouvons nous référer ici aux propos de la cadre de santé du service : « Aujourd’hui, on perçoit une différence très nette dans le public que l’on accueille. On sent qu’il y a vraiment une fracture sociale dans la mesure où les personnes sont de plus en plus désinsérées et présentent des problématiques sociales liées à la perte d’emploi, au logement, etc… […] Le problème social est tellement prégnant, tellement présent, qu’il passe désormais au-dessus la maladie. (…) Nous avons parfois des difficultés à les ramener au sens premier de leur arrivée chez nous : le soin, la prise en compte de la maladie, le travail des intervenants. (…) On doit retravailler aujourd’hui nos offres de soin par rapport à cette demande sociale. »

- Le syndrome de la « génération Y » 

23Les soignants évoquent également la singularité générationnelle des patients reçus et disent être confrontés au syndrome de la « génération Y », caractérisé par l’immédiateté d’une demande s’élaborant au détriment de la dimension relationnelle du travail de soin. Pour ces professionnels, la « génération Y » correspond aux patients nés dans les années 1980-1990 et dont les membres qu’ils accueillent, souvent poly-toxicomanes, apparaissent fortement marqués par la crise des grands récits (Lyotard, 1979), la crise des identités (Aubert, 2004), le manque de repères et le déficit de symbolisation (Fourcade, 2010). Ces professionnels précisent : « On est dans des générations où on est dans le « tout, tout de suite ». (…) Avant on avait le temps de discuter (…) Maintenant il faut aller mieux tout de suite. En outre, c’est une génération où il y a de plus en plus de patients qui sont obligés de se faire soigner, par rapport à des décisions de justice. Avant on avait beaucoup plus de patients qui venaient parce qu’ils avaient envie de se faire soigner, ils avaient envie de s’en sortir. Là il y a beaucoup d’injonctions par rapport au boulot, au permis de conduire, des choses comme ça. Ils sont obligés de se faire soigner donc du coup ils sont moins motivés, moins ouverts au partage (…) ».

Une affinité de style entre logique gestionnaire et immédiateté de la demande des patients

  • 10 PMSI : Programme de médicalisation des systèmes d'information. Destiné à recueillir des information (...)

24Les participantes témoignent toutes de l’emprise grandissante de la logique gestionnaire dans le quotidien de leurs métiers. Cette logique gestionnaire est vécue comme une logique de contrôle dans laquelle le codage informatique des actes et les procédures d’évaluations quantitatives leur paraissent devoir conduire à une véritable prescriptophrénie. De même, les outils et procédures de technicisation du métier entraînent un écart entre travail réel et travail prescrit. Ainsi, les programmes d’évaluation des soins n’intègrent qu’une partie du travail réel. Or, ce qui relève de l’accompagnement en amont et en aval de l’hospitalisation, ainsi que ce qui participe aux mouvements de subjectivation du patient échappent aux outils et procédures et ne sont pas totalement quantifiables. Par ailleurs, ces professionnelles constatent une modification de la temporalité du travail administratif et bureaucratique alors que le temps passé derrière l’écran prend le pas sur le temps de l’accompagnement : « Et, on passe quand même énormément de temps, surtout quand il faut coder le PMSI10. Et le temps qu’on passe là on ne le pense pas ailleurs… ».

  • 11 Ensemble de techniques chirurgicales visant à réduire la capacité gastrique afin d’obtenir un senti (...)

25Par ailleurs, ces professionnelles identifient une affinité de style entre la logique gestionnaire du soin et la « culture de la facilité » des patients consommateurs de soins. Par exemple, la prescription de chirurgie bariatrique11 pour les problèmes d’obésité et les prescriptions médicamenteuses telles que le Baclofène en alcoologie, le Subutex et la Méthadone en addictologie nourrissent les espoirs de « solution miracle » et d’instantanéité de la réponse à la demande de patients qui veulent « ne plus souffrir, mais sans avoir à changer ». Or, ces solutions techniques, malgré leur indéniable intérêt, vont à l’encontre de l’acceptation d’une amélioration progressive, différée et d’une mise au travail du sujet tant sur le plan éducatif que sur le plan psychologique : « Les patients ont généralement des difficultés à mettre en mots une souffrance psychologique qu’ils ont toujours cachée, avec l’utilisation d’un produit, avec la nourriture. Le fait de proposer cette « baguette magique » qui fait qu’on ne va pas parler de ce qui fait mal puisqu’on a mis quelque chose dessus. On peut entendre aussi : « voilà je vais être sauvé. On va m’apporter mon Baclofène, on va me faire une récession de l’estomac, je vais être soulagé, je vais être tranquille, je n’aurai plus de problèmes ». Donc c’est peut-être aussi une forme d’évitement et on peut comprendre que des patients voient ça comme un miracle. Nous on sait que, malheureusement, il faut passer par l’évocation de cette souffrance, pour se sentir mieux par la suite ».

26On assiste ainsi à une « technicisation » du geste soignant qui s’oppose à une tradition et à une culture professionnelle d’accompagnement psychologique, reconnue par toutes comme relevant du cœur du métier des soignants. Enfin, transparaît une affinité entre la logique gestionnaire qui souhaite réduire la durée des séjours pour augmenter le rendement de l’offre de soin et la logique d’évitement du patient.

Méconnaissance et non reconnaissance de la valeur des métiers du soin

27Pour ces professionnelles, l’emprise des logiques gestionnaire et de contrôle conduit finalement à la méconnaissance et la non-reconnaissance de la valeur de leur travail. Eu égard aux promesses de la codification de leurs métiers, elles se disent aujourd’hui désenchantées et parfois découragées. En effet, le non-codage de certains actes professionnels entraine de facto une invisibilité et une non-reconnaissance de ces actes. Corrélativement, ces professionnelles ressentent un sentiment d’humiliation, de disqualification des efforts consentis par les équipes et de la non-reconnaissance du travail gestionnaire « bien fait ».

28La cadre de santé apporte un témoignage précieux sur la violence symbolique qui peut s’exercer à travers l’imposition d’outils de codage : « En fait ce qui se passe, nous en tant que cadres de santé, on nous a amené le codage PMSI comme un outil qui allait enfin montrer combien nos soignants bossaient. Donc on nous l’a vendu comme étant un outil valorisant. Donc de fait, on a été formé, on l’a amené de cette façon-là auprès des soignants, et on s’y est tous mis. On a fait des groupes de travail. On a fait des séances et des séances pour trouver le bon code. Parce qu’on est bon élève. (…) Un jour, et c’est là où « patatra », c’était il y a 2/3 ans, on nous a dit « alors là, ça ne va pas du tout, vous ne codez pas bien ». Là… on était presque une vingtaine, on a tous regardé la personne qui nous disait ça avec des grands yeux, on avait envie d’en découdre parce qu’on bossait comme des malades, on s’est super organisé, on a revu nos façons de coder, et tout ça. Et là on nous dit qu’on ne codait pas, qu’on codait mal. On était en train de leur dire « mais vous n’avez peut-être pas utilisé le bon outil informatique ». Les médecins, les cadres et les soignants, tout le monde, il y a eu une espèce de levée de boucliers, on a crié que ce n’était pas possible. On a fait entendre nos voix, et les médecins nous ont appuyés. Pourtant, on a dû tout recommencer en fonction de critères informatiques qui ne disent finalement pas grand-chose de notre activité réelle, en particulier pour ce qui relève de la prise en charge psychologique des patients ».

La rentabilité au prix du travail empêché

29Pour ces professionnelles, on peut avancer que la recherche de rentabilité est investie au prix de l’éthique professionnelle et du travail empêché. Les soignants se retrouvent dans une situation paradoxale, où le travail qu’ils estiment « mal fait » se trouve récompensé, tandis que le travail qu’ils considèrent « bien fait » est pénalisé. Les décideurs sont alors perçus comme des personnes se référant à une logique comptable déconnectée de la réalité : « Les décideurs sont dans une logique comptable totalement déconnectée de la réalité. Et il y a un paradoxe dans tout ça : avec l’effet T2A, si vous faites bien votre travail, c’est-à-dire si vous considérez votre travail, l’accompagnement du patient au long cours, vous vous trouvez pénalisés parce que ce n’est pas rentable. Mais si vous faites mal votre travail, si vous vous conformez à ces injonctions comptables, là vous serez récompensés. » Soulignant le poids des contraintes financières qui pèsent désormais sur l’activité soignante, une autre participants précise : « Pour moi, la première difficulté, ce sont les contraintes financières. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de choses qui se sont rajoutées au soin. On nous a dit récemment « bien voilà, on s’est rendu compte que si le patient restait 11 jours, c’est le jackpot », c’est le terme qui a été utilisé, « donc 11 jours c’est bien, mais pas plus de 21, parce qu’au-delà, le patient n’est plus rentable ». Jamais je n’avais entendu ça avant. Il y a 14 ans on ne parlait pas de rentabilité. Alors forcément quand on rentre dans ces critères financiers… 11 jours pour nous ça nous paraît très court étant donné que la première semaine les patients sont dans une phase de réglage thérapeutique, et donc pas vraiment accessibles au soin. Et après il ne nous reste même pas une semaine pour vraiment travailler avec eux. C’est l’effet T2A. On parle comme ça. Si vous ne faites pas d’argent, si vous êtes déficitaires, hop, on vous retire des soignants ».

Bien-être et mal-être au travail 

30S’agissant de la subjectivité au travail, on constate chez ces professionnelles la présence d’un rapport ambivalent au travail, où se mêlent un fort attachement à l’équipe (des relations d’amitié, des solidarités, un collectif de travail dynamique, la présence d’un espace d’autonomie et une hiérarchie non omniprésente) et un « ras le bol » exprimé, de la lassitude, de l’énervement, des salaires trop bas, des patients pas assez investis, un encadrement parfois vacillant. L’une des membres du groupe illustre bien ce rapport ambivalent au travail : « Tous les ans je crois que j’en ai ras le bol, tous les ans je me dis « je me barre » et tous les ans je reste ! Ça fait 10 ans que je me dis « j’en ai marre, j’ai fait le tour de la question, ça m’énerve », et à chaque fois je reste. Pourquoi ? Parce que je suis très attachée à l’équipe. Je sais que c’est un truc qui est très rare. La plupart des gens de mon équipe sont mes potes, et ça c’est juste génial de travailler avec ses copains. Je trouve qu’on est vraiment une super bonne équipe… ».

31Néanmoins, le « flottement » du cadre de travail, le morcellement de l’équipe médicale se conjuguent au sentiment d’isolement face aux difficultés rencontrées. Ainsi, lorsque la logique financière prend le pas sur les nécessités de cadrage et de gestion du groupe de patients, ces professionnelles se trouvent en grande difficulté : « Ça va parfois loin. Si on va dire à un médecin « oh celui-là on est sûr qu’il refume du shit parce qu’il est complétement explosé dans son activité », on va nous dire « là on ne va pas le contrôler, parce que si jamais il est positif, on va devoir le sortir et on n’a pas assez d’effectif actuellement ». Or, ça va très vite ce genre d’infos chez les patients, « vas-y dans ce service, tu vas voir, tu peux fumer ». Dans ces conditions, nous ne sommes plus crédibles, donc. (…) Aucune prise de responsabilité, c’est hallucinant. Le médecin qui prend cette position, il s’en moque lui, il ne voit les patients que ponctuellement, mais nous on les gère toute la journée ».

32Ainsi, au poids des contraintes financières subies, à l’invisibilité grandissante d’une partie de leurs tâches, au sentiment de non-reconnaissance, s’ajoute désormais un sentiment de perte de sens du travail qui fait dire à ces professionnelles que « l’élastique se tend de plus en plus » et que le point de rupture est proche.

Conclusion : l’importance des espaces d’expression narrative pour des professionnels en situation de perte de sens

33En guise de brève conclusion, il importe de souligner l’apport de la recherche pour ce groupe de soignants. On peut ici mettre en évidence le retour très positif que les participants à ce groupe de parole ont effectué à propos du vécu des trois séances. En effet, ces professionnels ont le sentiment d’avoir été entendus, mais aussi compris : « ça m’a fait beaucoup penser à une période où on avait de la supervision, une fois par mois, et on était entendu. C’est ce qui manque aujourd’hui, professionnellement et personnellement. Nous avons besoin de verbaliser, de restructurer nos difficultés, nos ressentis, de les reformuler ».

34Les entretiens ont clairement mis en évidence le regard nostalgique porté sur les pratiques de supervision et les dispositifs d’analyse de la pratique professionnelle. La raréfaction de ce genre d’espaces, notamment pour des raisons financières, leur pose manifestement problème. Ces professionnels insistent donc sur leur besoin de verbaliser, de reformuler et de restructurer leurs difficultés, leur ressenti. Au final, l’espace narratif proposé à l’occasion de cette recherche est jugé particulièrement important par les participants parce qu’il leur propose la co-construction d’un cadre interprétatif et critique qui leur fait désormais cruellement défaut.

Haut de page

Bibliographie

Aubert, N. (2004). (dir.) L’individu hypermoderne. Toulouse : Erès.

Astier, I. et Duvoux, N. (2006). La société biographique : une injonction à vivre dignement. Paris : L’Harmattan.

Autès, M. (1999). Les paradoxes du travail social. Paris : Dunod.

Capdevielle, J. et Rey, H. (2012). La mondialisation des inégalités. Paris : Seuil.

Castel, R. (1995). Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Paris : Gallimard.

Castel, R. (2009). La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu. Paris : Seuil.

Chauvière, M. (2007). Trop de gestion tue le social. Essai sur une discrète chalandisation. Paris : La Découverte.

Dejours, C. (1998). Souffrance en France - La banalisation de l’injustice sociale. Paris : Seuil.

Fourcade, J.-M. (2010). Les patients-limites. Psychanalyse intégrative et psychothérapie. Toulouse : Erès.

Gauchet, M. (2003). La condition historique. Paris : Stock.

Gaulejac (de), V. (2015). Travail, les raisons de la colère. Paris : Seuil.

Gernet, I. et Dejours, C. (2009). Évaluation du travail et reconnaissance. Nouvelle revue de psychosociologie, 2/2009 (n° 8), 27-36.

Habermas, J. (1990). « La crise de l’État-Providence et l’épuisement des énergies utopiques », dans Écrits politiques, trad. fr., Paris : Cerf.

Lipovetsky, G. (1983). L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard.

Lyotard, J.F. (1979). La condition postmoderne. Paris : Éditions de Minuit

Martuccelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve. Paris : Armand Colin.

Niewiadomski, C. et Bagros, P. (2003). Penser la dimension humaine à l’hôpital. Paris : Seli Arslan.

Niewiadomski, C. et Aïach, P. (dir.) (2008). Lutter contre les inégalités sociales de santé. Politiques publiques et pratiques professionnelles. Rennes : Éditions EHESP.

Niewiadomski, C., Marteau, E. et Casanova, R. (dir.). (2009). Travail social, accompagnement des usagers et formation des professionnels. Revue Contradictions, 127-128. Novembre 2009.

Niewiadomski, C. (2009). Inégalités sociales de santé, précarité des points de repères idéels au travail et récit de soi. Dans C. Delory-Momberger et C. Niewiadomski (dir.) Vivre – Survivre. Récits de résistance. Paris : Edition Téraèdre.

Niewiadomski, C. (2012). Recherche biographique et clinique narrative. Toulouse : Erès.

Niewiadomski, C., Brassart, C. et Autès M. (2015). Funestes destins collectifs ? La « grande claque » des années 80 dans le Nord-Pas-de-Calais. Revue Le sujet dans la Cité. Hors-série Actuels 4.

Fugier, P. et Niewiadomski, C. (2018). Les oubliés de la crise. Méconnaissance et reconnaissance de l’expérience des acteurs du champ sanitaire et social. Lille : Presses Universitaires du Septentrion. (à paraitre)

Sloterdijk, P. (2000). Règles pour le parc humain. trad. fr., Paris : Mille et une nuits.

Taguieff, P.-A. (2000). L’effacement de l’avenir. Paris : Galilée

Haut de page

Notes

1 Cette recherche s’intitulait : « Travail, santé et précarité. Interroger l’expérience des usagers et les conditions contemporaines d’exercice des métiers du soin et du travail social en région Nord-Pas de Calais »

2 Ce dispositif vise à promouvoir des programmes de recherche reposant sur une collaboration entre laboratoires de recherche et organisations de la société civile à but non lucratif. En favorisant ainsi la participation du monde associatif à la production des connaissances, ce programme vise à renforcer les processus de démocratie participative, à diversifier les sources potentielles d’innovation sociale et à renforcer le dialogue entre chercheurs et citoyens, entre science et société.

3 Depuis le 28 septembre 2016, cette région est désormais dénommée « Hauts de France » à la suite de la fusion du Nord-Pas de Calais avec la Picardie (réforme territoriale de 2014).

4 Un ouvrage de synthèse, actuellement en préparation, paraitra au cours de l’année 2017 (Fugier et Niewiadomski, 2017).

5 Ce colloque, intitulé : « Travail, santé, précarité. Les transformations contemporaines des métiers des secteurs de la santé et du social à l’épreuve du sens » se déroulera les 15-16 et 17 mars 2017 à l’IRTS Hauts de France, site Métropole lilloise.

6 Il s’agit en l’occurrence de groupes réunissant : des travailleurs sociaux de la métropole lilloise, du secteur de l’Artois et du Valenciennois ; des techniciens de l’intervention sociale et familiale (TISF) et des auxiliaires de vie sociale (AVS) du territoire de Douai et de la métropole lilloise ; des AVS et des Aides-soignants à domicile du Pas de Calais ; des soignants d’un centre hospitalier départemental ; des membres de comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) dans le secteur médico-social et enfin, concernant les usagers, d’un groupe d’habitants du Hainaut ainsi que des usagers de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale du Nord-Pas de Calais (FNARS).

7 Le terme « histoire de vie », particulièrement polysémique, désigne un ensemble de pratiques d’intervention et de recherche dont le point de convergence minimal s’organise autour de « la recherche et de la construction de sens à partir de faits temporels personnels et/ou collectifs ». Dans la perspective retenue dans ce projet de recherche, l’expression recouvre la mise en œuvre d’un travail collectif s’organisant autour de la production de récits de vie croisés chez des personnes ayant vécu des situations professionnelles communes.

8 La recherche biographique se donne pour objet d’étudier les processus de construction du sujet au sein de l’espace social, c’est-à-dire de saisir les manières dont les individus donnent forme à leurs expériences, comment ils font signifier les situations et les événements de leur existence, comment ils agissent et se construisent dans leurs environnements historiques, sociaux, culturels et politiques. Ce faisant, elle s’intéresse tout particulièrement aux processus de « biographisation », néologisme visant à rendre compte de l’inscription de l’expérience humaine dans des schémas temporels résultant de projets biographiques qui organisent comportements et actions selon une logique de configuration narrative.

9 Pôle A : rééducation ; pôle B : alcoologie, addictologie et médico-diététique ; pôle C : soins de suite, patients cérébro-lésés et gériatrie.

10 PMSI : Programme de médicalisation des systèmes d'information. Destiné à recueillir des informations quantifiées et standardisées, le PMSI participe à définir l'activité des établissements et à calculer l'allocation budgétaire qui en découle.

11 Ensemble de techniques chirurgicales visant à réduire la capacité gastrique afin d’obtenir un sentiment de satiété accru.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Niewiadomski, « Une recherche collaborative menée auprès de professionnels des métiers de « l’aide à autrui » en région Nord pas de Calais », Éducation et socialisation [En ligne], 45 | 2017, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/2627 ; DOI : 10.4000/edso.2627

Haut de page

Auteur

Christophe Niewiadomski

Professeur en Sciences de l’Éducation. Université SHS Lille 3. Laboratoire CIREL.

Équipe interne CIREL-Profeor.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals