Navigation – Plan du site

Les difficultés professionnelles des enseignants –Varia (54/Décembre 2019)

Numéro coordonné par Nunez Moscoso Javier, Murillo Audrey et Jean Alain

Notes de la rédaction

Calendrier

Date limite d’envoi des projets : septembre 2018

Date limite d’envoi de l’article intégral : février 2019

Date limite de retour des expertises : mai 2019

Date limite d’envoi de l’article définitif : septembre 2019

Argumentaire

Ce dossier thématique s’inscrit dans la prolongation d’un constat réalisé par un nombre non négligeable d’études sur le travail enseignant : plusieurs facettes du métier représentent des « difficultés professionnelles » pour les enseignants (Nunez Moscoso et Murillo, 2017). Ces difficultés, entendues comme des éléments divers (actions, processus, conditions de l’environnement de travail) signifiés par les acteurs comme porteurs de déstabilisation avec des effets multiples (individuels, interindividuels, organisationnels), sont à la fois un défi quotidien pour les enseignants et un champ d’interrogation pour la recherche (ibid.).

En effet, depuis fort longtemps, la recherche en éducation a décrit certains éléments gravitant autour de la difficulté professionnelle à partir de concepts et d’approches théoriques et méthodologiques extrêmement variées. Ainsi, ont été étudiés les dilemmes des enseignants (Ria et Durand, 2001 ; Wanlin et Crahay, 2012 ; Périer, 2014), mais aussi les contraintes venant de la gestion des systèmes éducatifs axée sur les résultats (Dutercq et Maroy, 2017), les problèmes perçus (Veenman, 1984), les stratégies de « survie » (Barrère, 2002), les obstacles dans la gestion de la classe chez les enseignants débutants (Saujat, 2004), ou encore les imprévus dans les situations où la transmission de savoirs est en jeu (Jean, 2008). D’autres travaux se sont centrés sur les conséquences des processus de travail chez les enseignants : la santé et le stress au travail (Hargreaves, 1996), la tension souffrance/plaisir chez les enseignants (Blanchard-Laville, 2001 ; Lantheaume et Hélou, 2008) ou le « burn out » (Farber, 1991), pour n’en citer que quelques exemples.

Ces travaux touchant différents niveaux d’analyse (macro, méso, micro) prennent appui sur des approches sociologiques, des théories de l’activité, didactiques, psychologiques, entre autres, et mobilisent des notions diverses (souffrance, obstacle, problème, stress, dilemme, par exemple), parfois sans les définir explicitement et sans se situer vis-à-vis d’autres travaux de recherche issus d’autres référents théoriques et méthodologiques sur la question. Ce manque de mise en dialogue favorise d’une part les études isolées et, d’autre part, l’éclatement de ce qui pourrait représenter un véritable champ de recherche au profit de l’avancement des sciences de l’éducation ainsi que de l’apprentissage voire de l’épanouissement professionnel des acteurs.

Dans ce contexte, nous pensons que les sciences de l’éducation peuvent (ré)interroger les difficultés des enseignants comme un thème de recherche aux objets pluriels ; celui-ci constitue l’objectif fondamental de ce dossier. Les contributeurs pourront s’emparer des questions suivantes : comment la recherche en éducation étudie-t-elle aujourdhui les difficultés dans le travail enseignant ? Quels cadres théoriques et méthodologiques sont convoqués ? Qu’est-ce que les résultats de recherche donnent à voir des difficultés professionnelles, des défis du travail ? Quelles réflexions ces résultats suscitent-ils en matière de formation et d’accompagnement des enseignants ?

Ainsi, ce numéro thématique abordera précisément le travail enseignant par le prisme des difficultés professionnelles des enseignants, qu’ils soient stagiaires, débutants, expérimentés ou en fin de carrière, et travaillant au niveau primaire ou secondaire. À partir d’un angle spécifique révélateur de la diversité conceptuelle, théorique et méthodologique propre aux sciences de l’éducation, chaque contribution pourra porter une attention particulière à l’explicitation du concept mobilisé et être attentive à caractériser le ou les objets de difficultés étudiés. Sans restreindre les difficultés à problématiser, nous pouvons par exemple citer les difficultés physiques liées au corps, psychophysiques relatives au sujet et à sa stabilité psychologique et psychique, décisionnelles qui poussent au choix à l’enseignant, ordinaires en situation de travail, de transmission de savoirs notamment dans les aspects didactique, parmi d’autres (Nunez Moscoso et Murillo, 2017).

Dans ce dossier seront ainsi représentés des travaux s’inscrivant dans divers paradigmes, dans la finalité d’alimenter la réflexion sur l’étude des difficultés des enseignants dans son potentiel heuristique et transformatif, notamment sur le plan de l’apprentissage des métiers de l’enseignement.

La procédure de participation est la suivante :

Références

Barrère, A. (2002). Les enseignants au travail : routines incertaines. Paris : L’Harmattan.

Blanchard-Laville, C. (2001). Les enseignants entre plaisir et souffrance. Paris : Presses Universitaires de France.

Dutercq, Y., Maroy, C. (Éd.). (2017). Professionnalisme enseignant et politiques de responsabilisation. Louvain-la-Neuve: De Boeck Supérieur.

Farber, B. A. (1991). Crisis in Education: Stress and Burnout in the American Teacher. Michigan: ProQuest Info & Learning.

Hargreaves, A. (1996). Profesorado, cultura y postmodernidad: cambian los tiempos, cambia el profesorado. Madrid: Morata.

Jean, A. (2008). Comment analyser et théoriser la dynamique des ajustements aux imprévus qui surviennent dans la classe  ? Présenté à Deuxièmes rencontres scientifiques universitaires Montpellier-Sherbrooke.

Lantheaume, F., Hélou, C. (2008). La souffrance des enseignants. Une sociologie pragmatique du travail enseignant. Paris : Presses Universitaires de France.

Nunez Moscoso, J., Murillo, A. (2017). La difficulté dans le travail enseignant  : un thème de recherche aux objets pluriels. Penser l’éducation, 40, 59‑87.

Périer, P. (2014). Professeurs débutants. Les épreuves de l’enseignement. Paris : PUF.

Ria, L., Durand, M. (2001). Les préoccupations et la tonalité émotionnelle des enseignants débutants lors de leurs premières expériences en classe. Les Dossiers des Sciences de l’Éducation, 5, 111‑123.

Saujat, F. (2004). Comment les enseignants débutants entrent dans le métier. Formation et pratiques d’enseignement en questions, 1, 97‑106.

Veenman, S. (1984). Perceived Problems of Beginning Teachers. Review of Educational Research, 54(2), 143‑178.

Wanlin, P., Crahay, M. (2012). La pensée des enseignants pendant l’interaction en classe. Une revue de la littérature anglophone. Éducation & didactique, 6(1), 9‑46.

  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals