Navigation – Plan du site
Varia

L’égalité professionnelle, un espace relationnel en quête de sens

Christine Gautier Chovelon

Résumés

Cet article met en lumière les outils conceptuels et pédagogiques pour explorer ce que pourrait être l’égalité professionnelle réelle facilitant ouverture et décloisonnement dans la relation homme-femme. L’élaboration d’un tel espace reposerait sur la nécessaire prise de conscience émancipatrice des a priori des hommes et des femmes, sur leurs conditionnements et sur leurs habitudes pratiques. L’articulation égalité-mixité-genre en serait le support. A cet effet, une démarche d’autoformation a été expérimentée prenant appui sur l’atelier des blasons pour favoriser la quête de sens. Un travail de prise de conscience de nos perceptions et de nos résonances symboliques a été mis en place Une dynamique émotionnelle a émergé autour d’un ensemble d’images. Les résultats de cette expérimentation seront présentés faisant apparaître des modalités de réalisation autour d’une exigence éthique et d’une réciprocité formatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis un certain nombre d‘années, les sociétés œuvrent à créer les conditions d’une égalité sociale, juridique et professionnelle entre les hommes et les femmes. Gauchet (2014) philosophe et historien utilise à dessein l’expression de nouveau monde pour indiquer que nous avons affaire à une révolution anthropologique intégrant l’une des grandes conquêtes démocratiques qui est celle de l’émancipation des femmes. Derrière l’assujettissement des femmes se cachait le primat de l’organisation de la société en vue de sa reproduction, tel qu’il s’imprimait dans les règles de parenté. L’humanité n’est ainsi plus organisée par cette contrainte. Hommes et femmes sont désormais égaux. « Chacun devient, de droit, un individu existant pour soi-même. [...].En réalité, c’est un système de rôles-le masculin et le féminin-qui change. Les deux changent ensemble » (Ibid, 2014, p. 49). La loi du 4 août 2014 dans ses dispositions introduit la notion « d’égalité réelle ».De quoi parle-t-on ? Le passage de l’égalité formelle à l’égalité réelle est-il si difficile à faire ? La révolution symbolique semble se heurter à la structuration des sociétés organisées par la complémentarité des sexes.

  • 1 Le Traité de Rome en 1957 a consacré le principe d’égalité de rémunération pour travail égal entre (...)
  • 2 Protocole du 8 mars 2013 relatif à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes ; loi d (...)
  • 3 Bilan de l’application des dispositifs promouvant l’égalité professionnelle entre femmes et hommes- (...)

2En France, le principe de l’égalité professionnelle a en effet été longtemps affirmé dans la loi française au nom d’une exigence éthique d’égalité entre les hommes et les femmes avant d’apparaître comme une dimension importante de la stratégie européenne de l’emploi.1 Un fort arsenal juridique2est venu actualiser et renforcer la loi Roudy du 13 juillet 1983 sur l’égalité professionnelle. Le chemin est celui de l’égalité, d’une égalité qui, selon le modèle républicain, a été originellement fondée sur une dénégation des différences. L’affirmation de l’égalité en tant que droit fondamental de la personne humaine, quel que soit le sexe biologique ou social, l’orientation sexuelle, et quelles que soient les différences entre les personnes a permis d’introduire à la fois le genre (issu de l’anglais gender) en tant que concept et approche sociologique pour s’appuyer sur la prise en compte et l’analyse des rapports socialement et culturellement construits entre femmes et hommes. Cette approche du genre a débouché sur le vote de la loi du 6 juin 2000 sur la parité politique. Ce fut tout l’enjeu de ce débat que de faire rupture avec le modèle de la citoyenneté « neutre » en tentant de « concilier » égalité et différence au nom d’une nouvelle « formulation » de l’égalité des sexes (Lépinard, 2007, p. 169).Cependant, les « actions positives » à leur tour rencontrent leur limite : elles ne concernent que des groupes de femmes dans des situations particulières, qui concernent par exemple l’accès à un métier ou à une fonction spécifique. Les organes chargés de contrôler le respect de la promotion de l’égalité dressent des bilans mitigés3 et « n’ont de cesse de promouvoir le recours à des contraintes légales pour déconstruire les processus de discrimination et d’exclusion » (rapport du 26 février 2015 du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes) ; à des exigences de codification et à des normes quantitatives (strict équilibre numérique entre les sexes) pour acter le droit.

3Les pouvoirs publics, la commission de « lutte contre les stéréotypes et la répartition des rôles sociaux » ont compris que les transformations allaient être lentes. « Le changement de mentalité ne se fera jamais spontanément s’il reste déconnecté de la division du travail concrète » (Kergoat, 2010). « Il s’agit de s’émanciper des stéréotypes -défauts et qualités supposés-qui ont contribué à définir les rôles sociaux archaïques des femmes et des hommes » (Banon, 2014, p. 95). Une nouvelle étape est franchie avec la loi n° 2014-873 du 4 août 2014 « pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes » qui introduit de nouveaux enjeux d’ordre sociologique, pédagogique et psychosocial par la mise en place d’actions de promotion de la mixité dans les entreprises, de sensibilisation à la lutte contre les stéréotypes sexistes et pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

4La prise en compte des difficultés de mise en œuvre du principe d’égalité nous a permis de nous appuyer sur les avancées scientifiques de la sociologie du travail pour regarder de quelle façon, la mixité peut encourager la création d’un nouvel espace favorisant l’égalité professionnelle réelle dans une dimension d’ouverture et de décloisonnement dans la relation entre les femmes et les hommes. Nous faisons l’hypothèse que cet espace repose sur la nécessaire prise de conscience émancipatrice des a priori des hommes et des femmes, sur leurs conditionnements et sur leurs habitudes pratiques. Nous optons pour trois partis pris. Notre premier est d’analyser la mixité au regard du concept des rapports sociaux de sexe au travail. Le deuxième parti pris est de considérer que cette transformation fait appel à un nouvel esprit anthropologique reposant sur l’imagination créatrice issue des travaux de Durand (1964/2012) qui oriente la quête de sens et d’unification de soi. Notre dernier parti pris est de nous référer aux différentes orientations théoriques en éducation des adultes de l’auto-formation telle que proposée par Tough dès 1971, le courant de Transformative learning porté par Mezirow (2000) qui ont eu un impact fort sur les débats théoriques relatifs au genre en éducation des adultes. Nous avons fait appel à la démarche développée par Galvani. Un d’un atelier de blasons, support d’autoformation (Galvani, 1997) a été mis en place pour travailler cette problématique avec un groupe de personnes participant au parcours « Pratiques et ingénierie de la formation » du master des « Métiers de l’Enseignement, de l’Education, et de la Formation ». Nous assurions en partie la coordination à l’École Supérieure du Professorat et de l'Éducation de l'Académie de Nice (2016). 

Les termes du débat

5La dynamique de l’égalité femmes hommes contraint la démocratie à se redéfinir. Pouvons-nous envisager une nouvelle dynamique en convoquant le triptyque égalité-mixité-rapports sociaux de sexe ? Un dispositif d’autoformation serait-il pertinent pour l’émergence d’une « pensée de l’éthique » (Morin, 2004, p. 16), nécessaire à cette égalité réelle ?

La mixité, une dynamique sociale vers l’égalité réelle

6La classification des êtres par leur apparente dissemblance est désormais illégitime. Le désir de ressemblance est remplacé par le désir de l’Autre. La mixité serait-elle un élément d’ouverture ? Selon le dictionnaire le Petit Robert, est mixte, un ensemble composé d’éléments de nature différente. Un postulat de différence de nature fonde ce concept. La mixité n’est pas synonyme d’égalité. Aussi, la mixité à condition d’être problématisée et accompagnée, pourrait être un moyen incontournable d’y parvenir et dès lors, constituer un signe d’une véritable égalité sociale, à partir du moment où les acteurs seraient formés à concevoir et à construire l’égalité réelle à partir de la prise de conscience de leurs images stéréotypées. La mixité bouscule alors les rapports sociaux de sexe et amène à construire un nouveau rapport de force entre groupes sexués. De nombreux travaux ont montré le rôle que l’école peut jouer dans la construction des inégalités entre les sexes (Mosconi, 2004 ; Duru-Bellat, 2008) et qu’il ne suffit pas de décréter la mixité (même si cela est nécessaire) pour que disparaisse la division sexuée des savoirs, des compétences et de l’orientation. La question de l’orientation scolaire, des choix des filières par les filles et les garçons, et son implication en matière d’emplois reste non résolue. Dans le domaine professionnel, on constate que la « ségrégation sexuelle prend de nouveaux habits » (Fortino, 2000, p. 188). Il nous faut donc imaginer le processus de mixité favorisant une nouvelle façon d’être ensemble où « de nouvelles solidarités émergeront, et que les hommes et les femmes pourront instituer des règles, réguler ensemble l’espace (Fortino, 2000, p. 198). Peut-on parler de « mise en coexistence ou de cohabitation » des deux sexes ? Est-ce à dire que la réalisation de la mixité traduit une avancée considérable de l’égalité entre les sexes ? Selon nous, la mixité professionnelle ne se décrète pas (bien qu’elle puisse être utile).Elle apparaît comme un processus complexe, voire contradictoire qui peut être appréhendé comme un nouvel espace relationnel où il nous faut déconstruire les stéréotypes de genre et accepter les différences. Dans ce sens-là, l’égalité professionnelle réelle, support au processus de mixité peut être qualifiée d’innovation, dans la mesure où elle s’inscrit dans un mouvement permanent qui mobilise l’ensemble des acteurs. Elle s’associe à leur ambivalence.

Mixité, rapports sociaux de sexe

7La sociologie du travail par les travaux de Kergoat (2010) démontre qu’il n’y a pas de prééminence d’un rapport social sur les autres mais qu’ils se situent dans une articulation possible. Aussi, les rapports sociaux de classe, de sexe, et de « race » sont « co-substantiels », c’est-à-dire qu’ils s’interpénètrent constamment, et ne s’ajoutent pas les uns aux autres. Pour certains auteurs, « les rapports sociaux ne sont pas du déterminisme, mais au contraire une manière de penser et de travailler la liberté » (Molinier, 2006, p. 234). Ce qui fait débat ici, c’est la manière d’accélérer la mise en œuvre de la mixité et non ce qu’il adviendra des rapports entre les femmes et les hommes, une fois la mixité pleinement réalisée. En imposant la mixité par la loi, on la considère comme un moyen permettant d’accélérer un mouvement d’égalisation des positions sociales respectives des deux sexes et de l’analyser comme la marque de cette même égalité. Elle est pensée à la foi comme un moyen et comme fin en soi, c’est-à-dire une mixité pleinement réalisée ou paritaire. Le point de vue numérique en devenant le terrain de l’égalité ne respecte pas l’aspect réel de l’égalité. La division du travail entre les sexes produit une situation pour le moins inattendue dans des espaces de travail en voie de mixité. L’assignation différentielle des tâches fait que dans l’espace social mixte, les deux groupes de sexe cohabitent plus qu’ils ne coexistent. On ne reconnaît pas ou pire, on dévalorise ce que les femmes pourraient apporter à l’espace de travail jusqu’alors ségrégué. Les hommes de leur côté, redoutent que la mixité n’affaiblisse le groupe et ses capacités de résistance. Fortino (2000) a repéré dans ses travaux que la mixité lorsqu’elle signifie un renforcement de la présence masculine dans un secteur numériquement dominé par les femmes, est valorisé par les femmes qui simultanément dénigrent l’espace de travail féminisé. A cet instant, veulent-elles bien croire, parce qu’on leur fait croire, « qu’un homme est seul à même à réguler un espace qu’elles dominent du moins en apparence, du fait de leur nombre ; qu’il est le seul en mesure d’apporter au collectif, ce qu’aucune d’entre elles ne se sent capable d’apporter » (Fortino, p. 199).

L’égalité professionnelle, une quête de sens

8L’enjeu social de la mixité, se trouve dans la capacité des institutions à se réinventer et dans la capacité des individus à porter un regard neuf. La problématique de l’égalité professionnelle se pose dans une dimension d’articulation personnelle et professionnelle. De ce point de vue, la demande de formation ne se limite plus à l’acquisition de connaissances théoriques ou même au développement de compétences, elle est aussi une quête de sens (Galvani, 1997).La démarche de création d’un nouvel espace relationnel introduit un retour réflexif de prise de conscience de l’expérience personnelle, de mise en commun dans un groupe d’exploration des différentes dimensions de l’expérience. L’échange collectif sur chacune des problématiques individuelles favorise la prise de conscience que tout problème est une construction. En explorant collectivement leurs expériences sur l’égalité professionnelle, les participants pratiquent une véritable herméneutique collective de la praxis. Ce type de formation suppose un croisement dialectique entre les savoirs théoriques, les savoirs pratiques et les savoirs existentiels (Barbier, 1997 ; Galvani, 1997).

L’imagination créatrice, une structuration de l’autoformation

9La mixité est ainsi conçue « comme un processus non synchronique » (Alter, 2005, p. 1) pour bousculer un bon nombre de pratiques professionnelles et de coutumes. L’anthropologie des systèmes d’emblèmes, de totems et de blasons montre que les images symboliques qui composent les blasons sont généralement composées à partir d’éléments concrets issus d’expériences intenses vécues par la personne (Galvani, 1997).L’image symbolique du blason évoque une pluralité de sens. Le symbole ne réduit pas le sens de ce qui est vécu, il ouvre une possibilité de compréhension créative lorsqu’on se rend réceptif aux significations qu’il fait émerger en nous. Cette contemplation méditative est une forme de rêve éveillée (Bachelard, 1960/1994).Il s’agit d’une attention ouverte aux associations, aux résonances, aux prises de conscience qui émergent dans la contemplation de l’expérience ou de sa symbolisation. Ce n’est plus l’interprète qui donne sens à l’expérience mais c’est l’interprète qui est révélé à lui-même par les symbolisations que l’expérience instaure en lui. Pour Durand, l’imaginaire est le substrat de la vie mentale, une dimension constitutive de l’humanité et comme nous le dit Bachelard (1943, p. 19) « l’habitude est l’exacte antithèse de l’imagination créatrice». Pour explorer l’univers de l’imaginaire, de la reconduction symbolique, c’est la phénoménologie qui s’impose, et permet seule de « réexaminer « d’un regard neuf les images fidèlement aimées.» (Ibid, p. 75).

Matériel et méthode

Population

10La démarche a été expérimentée dans une approche compréhensive et interactionniste avec un groupe de 18 personnes composé de 16 femmes et de 2 hommes en formation dans le parcours indiqué. Les caractéristiques du groupe sont les suivantes : 10 femmes appartiennent à la catégorie d’âge 45-55 ans en position de formateur dans un institut de formation pour soins infirmiers. L’obtention d’un master est devenue une nécessité afin de répondre aux exigences d’un modèle de réingénierie permettant la certification européenne du diplôme d’infirmier et en vue d’acquérir les compétences nécessaires pour devenir cadre formateur.4 femmes se situent dans la catégorie d’âge 35-45 ans en recherche d’emploi et 2 femmes sont âgées de 25 ans inscrites en formation initiale. Quant aux deux hommes, l’un avait plus de 55 ans et était en recherche d’emploi. L’autre âgé de trente ans a suivi le parcours en formation initiale. Dans tous les cas, la formation est envisagée comme une ouverture, un repositionnement, une envie de découvrir, de continuer à apprendre, comme une autre façon de poser les relations et les rapports au travail.

Méthode

11Les séances d’analyse de pratiques ont été notre support inspiré du contexte de l’approche clinique de l’analyse de pratiques de Blanchard-Laville & Fablet (1996) et de Cifali (2012).Ce dispositif avait déjà fait l’objet de publications (Gautier Chovelon, 2014 ; 2015).Selon nous, l’analyse de pratiques en tant qu’espace clinique permet de structurer le temps et l’espace de la construction de la pensée dans l’action. Pour soutenir ce travail d’élaboration psychique, nous avons adopté la posture du « formateur, passeur d’entre-deux, à même de proposer des espaces transitionnels aménagés (...) acceptant pour un temps de ne pas avoir de solution, de suspendre le sens, de laisser place à la rêverie » (Blanchard-Laville, 2004, p. 26). L’utilisation du blason s’inscrit dans un double héritage, celui des travaux de Galvani (1997) qui a utilisé « la symbolisation des expériences pour explorer les dimensions existentielles où se jouent le sens et les valeurs que les personnes donnent à leurs pratiques et à leurs expériences » (Galvani, 2004, p. 105).Philippe Caillé, thérapeute familial systémicien (2004) a également été notre inspirateur pour créer « un contexte d’expérience qui favorise la contemplation des émotions et donc leur élaboration, sans passer par les mots seuls et par la simple énonciation » (Caillé, 2004, p. 159). Le blason « Egalité professionnelle » a été élaboré autour de 5 items que sont : la devise, un personnage lié à l’égalité professionnelle, un symbole intemporel qui relève du temps mythique, les enjeux de l’égalité professionnelle. Un dernier item a été rajouté afin d’identifier les compétences d’un formateur pouvant accompagner cette problématique.

12L’analyse des données s’est faite à partir d’une analyse de contenu (Grawitz, 2001, p. 616) pour dégager des catégories après l’analyse des items et des traces écrites individuelles des étudiants explicitant les processus vécus de construction individuelle et collective du blason.

Les modalités de création du nouvel espace relationnel

13Un premier temps de réflexion individuelle fut posé pour instaurer un cadre réflexif et répondre aux items. S’en est suivi un temps de construction du blason collectif, d’échange et de partage des significations révélées par les blasons des uns et des autres. L’appréhension de cet exercice et de la thématique a suscité tout d’abord inquiétude, complexité, surprise et satisfaction de la part des participants. « Cette étape est un peu inhabituelle et déstabilisante dans le cadre d’un travail de groupe » (femme, 45 ans, formateur infirmier). Cependant, « cette implication m’a transportée vers la découverte de l’astuce, de l’esthétique, de la créativité » (femme âgée de 40 ans, formateur infirmier).Le passage de l’individuel au collectif a été jugé intéressant. Cela a permis « d’arriver à s’ouvrir à l’autre, de se frotter aux représentations de l’autre qui sont peut-être opposés des miennes et d’accepter de faire évoluer mon regard et ma pensée » (femme âgée de 25 ans âgée en formation initiale).

14Pour installer cet espace relationnel, des règles pour favoriser la mixité ont été établies pour « apprendre que la relation, c’est de la dentelle » (Héber-Suffrin, 2011, p. 108). Deux animateurs (femmes) et deux observateurs (dont un homme) ont été choisis par les groupes. Ils ont adopté une posture faite « d’écoute, de respect, de bienveillance, de non-jugement, de respect du cadre établi et des règles de travail » (Blanchard-Laville, 2004, p. 21).

Résultats

Représentation collective de l’égalité professionnelle

15Des prises de conscience ont eu lieu. L’exercice a permis de montrer des avancées sociétales non négligeables (droits de vote des femmes, à l’avortement, à la pratique de tous les métiers). Cependant, les participants nous précisent que cette égalité ne va pas de soi. Des freins culturels ont été identifiés, quel que soit l’âge et le sexe. « Ma vision globale de l’égalité des sexes est plutôt négative dans ce sens où l’égalité est loin d’être parfaite. En effet, les hommes et les femmes sont égaux en droit mais ne le sont pas en fait » (homme de 30 ans).

Des personnages

16L’égalité professionnelle incarnerait selon eux, un besoin de justice, d’équité, d’ouverture et d’avancées sociales impliquant fortement les pouvoirs publics. « C’est l’état qui vote les lois. Deux faits marquants : le droit de vote des femmes et la loi sur la parité » (femme de 45 ans). Simone Veil a fait consensus (citée 6 fois dans chaque groupe).Elle a été retenue pour ses multiples casquettes politiques et sa participation dans la transformation de la société avec la dépénalisation de l’avortement (loi du 17 janvier 1975). « Ces différentes responsabilités en font pour moi, un symbole fort de courage, de justice et d’humanité. Elle a œuvré pour la condition de la femme et pour son émancipation » (femme âgée de 50 ans, formateur infirmier). Le jeune homme a choisi Ségolène Royal pour son accession au 2 éme tour des élections présidentielles (2007).Quant à l’homme plus âgé, son choix s’est porté vers Nelson Mandela pour le choix d’une société plus humaine. 

Des symboles

17Le port du pantalon, image choisie à l’unanimité serait pour eux le reflet de cette égalité professionnelle, symbole du féminisme et signe d’émancipation de la femme. Pour un des hommes (âgé de plus de 55 ans), cette image représenterait la neutralisation de la différence dans la mesure où « les hommes ne peuvent pas porter de jupe ».Vient ensuite la balance que l’on retrouve 3 fois dans chaque groupe pour incarner la justice, l’équilibre souhaité des droits, des chances, des salaires entre les hommes et les femmes. La question du sentiment de justice se pose bien si l’on veut que « la conscience de réciprocité se développe » (Héber-Suffrin, 2011, p. 101). A travers les images de l’arbre, du couple main dans la main, de la machine à laver, on perçoit la mixité comme un processus non synchronique, charriant-pèle-mêle des traditions, des résistances, et des découvertes. Effectivement, l’arbre représenté à plusieurs reprises incarnerait pour les participants le symbole de l’élévation, de la vie, du chemin ascensionnel, de la force. Aussi, pouvons-nous dire que des racines au tronc, aux branches, aux feuilles et aux fruits, il pourrait représenter la puissance du processus de l’égalité professionnelle qui se construit au fil des actions, des lois, des postures personnelles professionnelles et qui s’adapterait à son environnement. Le couple main dans la main, indique la réciprocité dans sa dimension relationnelle ; et se fait grandir mutuellement dans la coopération ; dans la meilleure compréhension de l’autre. « J’ai choisi la représentation d’un couple, se tenant la main et surtout marchant dans la même direction. Ils sont à la même hauteur, l’un à côté de l’autre. La résultante de leur force permet de décupler leur force, pour réussir les projets. Ils sont égaux, dans la vie privée et dans la vie professionnelle (mêmes droits, accès aux mêmes professions, même salaire) » nous dit une participante (âgée de 50 ans, formateur soins infirmiers). La machine à laver est un objet représentatif d’un pouvoir de se libérer de certaines tâches matérielles et qui est significatif d’une certaine époque et d’un certain vécu. « Je me remémore les images de mon enfance, celle de ma mère, d’autres femmes de sa génération » (femme âgée de plus de 50 ans). Cette image s’inscrit dans son parcours de vie et inscrit l’égalité professionnelle dans un processus temporel.

Les enjeux de l’égalité professionnelle

18Selon eux, l’égalité professionnelle correspondrait à une certaine l’évolution de la société participant à l’émancipation de chacun. Au-delà du rôle indéniable joué par les institutions (loi sur la parité, loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle, droit communautaire…), cette thématique s’inscrit dans une histoire sociale et politique qui pourrait être celui d’un mouvement coopératif du « vivre et travailler ensemble » reposant sur le concept de double réciprocité où chacun apporte aux autres et en retour, reçoit des connaissances et des savoirs.

19La mise en œuvre de cette politique au sein des organisations passerait par l’appropriation par tous les acteurs de la devise « Egalité, Parité, Partage » déclinée sous forme d’actions d’information, de formation, d’éducation et de partage. La plupart des participants n’avaient pas de connaissances théoriques en la matière. « En tant que formatrice en soins infirmiers, je ne connaissais pas la problématique de l’égalité professionnelle dans un contexte où l’équipe est fortement et historiquement féminine. J’ignorais les textes prescripteurs ». La technique du blason a permis de travailler les valeurs et les représentations de chacun de l’égalité professionnelle en adoptant une posture d’écoute et d’observation. Cette technique a-t-elle favorisé le croisement de regards dans la mesure où le groupe était composé majoritairement de femmes ? Les rôles d’animateur et de rapporteur ont favorisé les échanges qui au départ « étaient désordonnés » (formatrice soins infirmiers).Les femmes ont pu développer leurs critères d’attention aux autres comme l’avait mentionné Gilligan (1982).Cette expérience a été bénéfique pour le jeune homme. « Etant donné la différence d’âge entre elles et moi, j’étais persuadé que je serai en décalage. [...] Le déroulement de cette tâche me donnait de plus en plus de confiance grâce au fonctionnement du groupe ».Quant l’homme plus âgé, il s’est positionné sur des critères de droit en se positionnant comme rapporteur.

Discussion

20On s’intéresse dans cette partie aux enseignements tirés du processus de l’égalité professionnelle en tant que nouvel espace relationnel qui nous amène sur le terrain de l’éthique et qui interroge « le travail sur soi » et les compétences des personnes souhaitant accompagner cette problématique dans les organisations.

L’espace relationnel, une exigence éthique

21Qu’apportent ces images mentales à une meilleure compréhension de ce que pourrait être cet espace relationnel accueillant la mixité ? On y trouve le nourrissement réciproque et l’interdépendance. L’importance des liens ont été soulignés pour une meilleure adaptation avec l’environnement et une équité sociale. L’égalité professionnelle est apparue comme étant un processus systémique en lien avec l’environnement social et politique. Le temps et la durée sont des données essentielles pour la maturation et pour la résistance de ce qui peut affaiblir ce processus. La référence à l’arbre est intéressante pour incarner l’égalité formelle, support de l’égalité réelle. Son feuillage aux multiples couleurs peut évoquer le rôle transformateur de la mixité qui favorise les changements de représentations, les changements de conceptions. Cette image permet de regarder le monde « d’ailleurs » que de soi. Elle élargit et diversifie les points de vue. Elle introduit des possibles antagonismes entre apposition, composition et opposition. Elle se propose comme démarche pour donner une chance à la diversification des façons de parler du monde et de faire le monde. Cependant, malgré les progrès accomplis, plane la menace d’un recul des droits des femmes. C’est pourquoi, nous considérons cet espace relationnel comme un espace-temps particulier où peut se jouer malgré l’asymétrie des statuts, une réciprocité formatrice.

Un concept centré sur une réciprocité formatrice

22Dans cet espace, la réciprocité se construit dans l’altérité, dans l’affirmation qu’autrui est l’incarnation d’une humanité partagée. La reconnaissance de l’autre comme un autre moi est au cœur de cette démarche. « Nous avons fait preuve d’une grande ouverture à l’autre, d’une meilleure acceptation de l’autre. Nous avons fait preuve d’écoute, de respect, de bienveillance, de non jugement, de respect du cadre établi. (Expression du groupe 1).La mise en œuvre du processus de mixité destiné à être toujours inachevé, interminable, va nécessiter des « pratiques pluridimensionnelles, forcément coopératives, et une transversalité ouverte des savoirs » (Héber-Suffrin, 2011, p. 90). La réciprocité formatrice est une logique qui permet de construire des réponses aux problèmes qui nous concernent qu’avec les savoirs de tous. La réciprocité est une énergie qui va permettre de résister à la domination d’un groupe social sur un autre, de résister à nos propres représentations sexuées devant la conception d’une société où l’égalité réelle s’avère être un facteur de transformation sociale.

L’accompagnement à l’égalité professionnelle

23Nous avons repéré que le « travailler avec » nécessite de la part de la personne chargée d’un tel accompagnement d’adopter une posture clinique d’écoute, de respect, de bienveillance, de communication. Elle se doit également de disposer de savoirs pédagogiques permettant d’utiliser le groupe comme espace accueillant récit, image, symbole et de savoirs techniques concernant la législation sur le thème de l’égalité professionnelle. Dans la filiation de l’herméneutique nous dit Cifali, « un clinicien est davantage dans un essai de compréhension que d’explication » (2007, p. 18).

Conclusion

24Nous retiendrons que cette expérience a permis d’aborder le thème de l’égalité professionnelle sous l’angle de l’autoformation donnant une place à la dimension personnelle dans la formation professionnelle. Les participants ont pu explorer des dimensions existentielles liées à leurs pratiques, leurs a priori, leurs conditionnements et leurs habitudes Cependant, au regard de la composition du groupe majoritairement féminin (16 femmes et 2 hommes), nous n’avons pas pu travailler les représentations de l’égalité professionnelle provenant d’un groupe d’hommes plus important. Par contre, la mise en place de règles favorisant la mixité a encouragé la création de cet espace dans une dimension d’ouverture et de décloisonnement dans la relation entre les femmes et les hommes. La désignation d’animateurs et d’observateurs a favorisé la canalisation des échanges et la création d’une « atmosphère amicale et respectueuse » (jeune homme). Notre hypothèse n’a pu être vérifiée qu’en partie. Un embryon de réflexion autour du triptyque égalité-mixité-genre a pu émerger afin d’identifier les contours de l’égalité professionnelle réelle en tant que processus innovant. La réflexion mérite d’être poursuivie et approfondie. L’élaboration d’un tel espace a fait apparaître un lien avec l’aspect novateur de l’ingénierie pédagogique. Les images liées à l’égalité professionnelle font apparaître que la mixité peut être « conçue comme un processus non synchronique, charriant-pèle-mêle des traditions, des résistances, et des représentations fossilisées, mais aussi des apprentissages, des découvertes et une certaine créativité à propos des règles, des investissements identitaires et relationnels » (Alter, 2000, p. 4).

25S’interroger sur les modalités d’accompagnement dans les institutions amène à repérer les savoirs nécessaires pour faciliter la mise en place d’une culture transversale, une chance pour la démocratie.

26L’innovation a consisté à « oser » la mise en place d’une approche symbolique de l’égalité professionnelle, à tenter une approche des conditions narratives et herméneutiques de la formation professionnelle. L’imagination a permis de montrer que « nous nous formons dans et par le symbolisme qui émerge de nos expériences. Prendre conscience de ce symbolisme existentiel devient alors un mode essentiel de travail sur soi » (Galvani, 2004, p. 116).L’utilisation du blason a permis de décloisonner la pensée et de déjouer subtilement les mécanismes des résistances au changement ainsi que les relations de domination. Il a été créé un espace clinique à partir de l’analyse de pratiques pour que les participants puissent vivre et comprendre la signification de cet espace dans l’évolution des pratiques sociales. Cette communication fait apparaître la nécessité de créer des dispositifs adaptés aux besoins des femmes et des hommes. La formation des adultes ne pourra atteindre ses objectifs d’apprentissage sans intégrer des questions relatives au genre, conclut Ollagnier (2010, p. 45) dans son questionnement autour de la mixité pour des adultes.

Haut de page

Bibliographie

Alter, N. (2000/2005).L’innovation ordinaire. Paris : PUF.

Bachelard, G. (1943). L’air et les songes. Paris, France : José Corti

Bachelard, G. (1960/1994).La poétique de la rêverie. Paris : PUF.

Barbier, R. (1997).L’approche transversale : l’écoute sensible en sciences humaines. Paris : Anthropos.

Blanchard-Laville, C. & Fablet, D. (Eds.) (1996). L’analyse des pratiques professionnelles. Paris, France : L’Harmattan

Blanchard-Laville, C. (2004).L’analyse clinique des pratiques professionnelles : un espace de transitionnalité. Education permanente. L’analyse des pratiques (2).N° 161-2004-4.

Banon, P. (2015).Osons la mixité. Prisma.

Caillé, P & Rey, Y. (2004).Les objets flottants. Méthodes d’entretiens systémiques. Paris : Fabert.

Cifali.M. (2007).Analyser les pratiques professionnelles : exigences d’un accompagnement. Education et francophonie-volume XXXV-2

Cifali, M. (2012).Brefs repères pour l’analyse des pratiques professionnelles. Article publié dans la Revue Cuadernos de pedagogia, n° 427-octobre 2012 :http://www.mireillecifali.ch

Conseil supérieur à l’égalité professionnelle (2015). Le sexisme dans le monde du travail (rapport du 6 mars 2015).

Durand. (1964/2012).L’imagination symbolique. Paris : PUF

Duru-Bellat, M. (2008). "Quelles inégalités sociales face à l’école ?" In Les relations formation-emploi en 55 questions, éd. Jean-Jacques Paul and José Rose, 50-55. Dunod.

Fraisse, G. (2016).La sexuation du monde. Réflexions sur l’émancipation. Paris : Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Fortino, S. (2000).La mixité au travail. La Dispute.

Galvani, P. (1997).Quête de sens et formation : anthropologie du blason et de l’autoformation. Paris : L’Harmattan.

Galvani, P. (2001). « Accompagner l’autoformation, une démarche et ses variantes didactiques, pratiques et symboliques», dans la Nouvelle Revue de l'AIS : adaptation et intégration scolaire, n° 13, 1er trimestre, Suresnes : éd. CNEFEI, p. 41-52.

Galvani, P. (2004).L’exploration des moments intenses et du sens personnel des pratiques professionnelles. Interactions, vol. 8, n° 2, pp. 95-121.

Gauchet, M. (2014).Nous sommes à l’âge de l’égalité. Les grands dossiers des sciences humaines, Vol (33).

Gaudy, C. (2015). Feuille de route 2015 du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Comité interministériel des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Gautier Chovelon, C. (2014).Mise en mouvement et en image du processus de professionnalisation des Intervenants en milieu éducatif. Repérage d’une simultanéité de trois temps. Phronesis. Volume 3, numéro 4 (13-25). Téléacessible à : http://www.revue-phronesis.com/professionnaliser-formation.

Gautier Chovelon, C. (2015).Analyse des pratiques, repérage et illustration des temporalités issues du mouvement de professionnalisation. Le cas des intervenants en Milieu Educatif. Revue Penser l’éducation, n° 36.

Gilligan, C. (1982).In a different voice : psychological theory and women’s developpement. Cambridge : Harvard University Press.

Grandes Ecoles au Féminin (2015).Mixité Hommes-Femmes : le secret des organisations qui savent changer.6 ème étude.

Grawitz, M. (2001).Méthodes des sciences sociales. Paris : Dalloz.

Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes. Rapport relatif à la lutte contre les stéréotypes. Pour l’égalité femmes, hommes, et contre les stéréotypes de sexe, conditionner les financements publics. (Rapport n° 2014-10-20-STER-013 publié le 20 octobre 2014).

Héber-Suffrin, C. (2011). « Les enjeux de la réciprocité formatrice », dans C.Héber-Suffrin, C.Renon-Thouret, N.Desgroppes, A.Vidricaire, Parier sur la réciprocité. Chronique sociale.

Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (2015). « Parité en politique : entre progrès et stagnation » (Rapport n° 2015-02-26 PAR-015 publié le 26 février 2015).

Kergoat, D. (2000). Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe, Dictionnaire critique du féminisme. Ed. Hirata H, Laborie F, Le Doaré H, Senotier D, PUF, 2000, page 40.

Kergoat, D. (2010). « Le rapport social de sexe, de la reproduction des rapports sociaux à leur subvsersion » dans A.Bidet-Mordrel (dir) les rapports sociaux de sexe. Collection Actuel Marx, pp. 60-75.

Lépinard,E. (2007). L’égalité introuvable. La parité, les féministes et la République. Paris : Les Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Mezirow,J.(2000).Learning as transformation : critical perspectives on a theory in progress. San-Francisco : Jossey-Bass.

Molinier. P (2004).Vers une théorie de la féminité masculine. Mémoire de synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches. Université Lyon 2.

Molinier. P. (2006).Les enjeux psychiques du travail. Edition revue et corrigée. Petite bibliothèque Payot.

Morin, E. (2004).La méthode 6.Ethique.Paris : Seuil.

Ollagnier, E. (2010). « La question du genre en formation des adultes ».Savoirs 1/2010, n° 22, p. 9-52.

Haut de page

Notes

1 Le Traité de Rome en 1957 a consacré le principe d’égalité de rémunération pour travail égal entre les femmes et les hommes. Une série de directives a été adoptée à partir de 1975 pour préciser ce principe fondamental. Le Traité d’Amsterdam en 1997 a défini l’égalité des chances entre les femmes et les hommes comme une des missions essentielles de l’Union. De nombreuses actions visant à promouvoir cette mission ont été depuis mises en œuvre par la Commission.

2 Protocole du 8 mars 2013 relatif à l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes ; loi du 22 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et à la recherche ; loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

3 Bilan de l’application des dispositifs promouvant l’égalité professionnelle entre femmes et hommes-Mars 2012 élaboré par le Conseil Economique, sociale et environnemental-Sylvie Brunet et Maryse Dumas. Rapport n° 2015-02-26 PAR-015 publié le 26 février 2015 du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes « Parité en politique : entre progrès et stagnation » ; rapport du 6 mars 2015 du Conseil supérieur à l’égalité professionnelle « Le sexisme dans le monde du travail, entre déni et réalité » ; Comité interministériel des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes-feuille de route 2015 du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche « dans le domaine de l’éducation,[Les disparités observées entre les hommes et les femmes sont les plus faibles.et pourtant, beaucoup reste à faire[..].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Gautier Chovelon, « L’égalité professionnelle, un espace relationnel en quête de sens », Éducation et socialisation [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/edso/3024 ; DOI : 10.4000/edso.3024

Haut de page

Auteur

Christine Gautier Chovelon

ESPE de l’Académie de Nice - Université de Nice Sophia Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Éducation et socialisation est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • OpenEdition Journals